Partagez | 
 

 AARON + (rencollaboration. rencard-collaboration. comme vous voudrez.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 94 pseudo : cupcake avatar + © : michael fjordbak + mischievous wink
âge : pas encore 20, ewi, c'est un jeunot.
statut civil : célibataire. enfin, avec un énorme crush. mais célibataire, c'est plus un statut, c'est un état, pour lui.
job/études : étudiant en physique chimie pour devenir prof, il bosse dans une boutique de comics le reste du temps.
MessageSujet: AARON + (rencollaboration. rencard-collaboration. comme vous voudrez.)   Sam 28 Mai - 19:40


• dis moi, noé, à quel moment tu as cru que cette idée était une bonne idée ? non, parce que même si tu avais été bourré, tu aurais eu un peu plus de discernement que ça. vraiment. tu aurais pu demander à tout le reste de la fac. à un autre gars de ta promo, ou une fille, peu importe. ou tu te serais débrouillé tout seul, comme tu as si bien l'habitude de le faire. alors tu m'expliques pourquoi tu as proposé ça, à lui en particulier ? alors que tu es incapable de le regarder sans rougir ? lui parler ? être sérieux ? non, tu n'en seras jamais capable avec lui en face de toi, c'est couru d'avance. et regardes toi on dirait une collégienne. tu as mis plusieurs tshirts sur ton lit et tu fais même des essayages. t'es vraiment ridicule, mon gars. le pire c'est que quand il te drague, soit tu comprends rien, soit tu lui demandes d'arrêter. il y a quelque chose qui doit pas tourner très rond là haut, chez toi. t'es illogique au possible. et puis, accepter que ça se passe... chez lui ? est-ce que tu as au moins vu une seule série policière ? est-ce que tu sais comment ça se termine ? soit tu vas mourir, soit tu vas te faire séquestrer dans une cave, jusqu'à développer un syndrome de stockholm. quoique, les sentiments tu les as déjà. tu te regardes une dernière fois dans le miroir, et tu sors de la salle de bains. tu as bien fait les choses. dans l'ordre. tu n'as rien mis à l'envers. tu fais même attention, pour prendre les mêmes conver... oh. un moineau s'est posé sur le rebord de ta fenêtre. ta main se décale, et tu ne fais plus attention quand tu l'enfiles. eh bien voilà. comme d'habitude. une converse bleue, et une rouge. on va finir par croire que tu le fais exprès.
• tu sais pas très bien où c'est cette adresse. alors tu vas éviter d'y aller à pied et te perdre dans biarritz comme à ton habitude. tu prends un taxi. c'est plus cher, mais au moins, tu arriveras à l'heure. non, parce que sérieusement, pour une fois que tu as eu l'audace de lui parler pour lui dire autre chose que de te ficher la paix et de reculer parce qu'il empiète sur ton espace vital, ce serait quand même sacrément bête d'arriver en retard. il t'a donné rendez-vous à midi. alors, comme ça ne se fait pas de débarquer chez quelqu'un les mains vides à l'heure du repas, et que tu n'as pas mangé, tu as troqué ton célèbre aquarium rond -avec un poisson dedans, t'es perché mais pas taré non plus- pour un tupperware de lasagnes faites maison, et un autre de fondant au chocolat. tu sais pas pourquoi, mais t'as comme l'impression que ce gars sait pas trop cuisiner. et puis si il en reste eh bah c'est pas grave. tu lui laisseras le reste. comme ça, quand il le mangera, il pensera à toi. toujours aussi pathétique, noé. le taxi te laisse devant l'immeuble et tu manques d'oublier de payer. c'est un raclement de gorge et un sourcil haussé qui te ramènent à la réalité « oui ? » « c'est pas gratuit les taxis, jeune homme. » « oh. zut. excusez moi, je suis un peu tête en l'air ces derniers temps. » ces derniers temps ? t'es sûr de toi ? non, parce que personnellement je pencherai plutôt pour tout le temps. mais bon, je ne suis qu'une voix qui fait la narration dans la tête de la personne qui lit ça, j'suis pas censé(e) avoir d'avis.
• tu sors de la voiture, tape le code qu'il t'avait dit, et grimpe les marches quatre à quatre. tout en vérifiant ton téléphone d'une main parce que tu n'es plus trop sûr de l'étage. vous la voyez arriver la connerie ? oui. moi aussi. tu tombes. tu t'es pris le petit rebord de l'escalier sur la pointe du pied, ça t'a déséquilibré. les tupperware tombent mais -heureusement!- ne s'ouvrent pas. ton téléphone tombe aussi, et faut croire que cupidon te protège parce qu'il n'a rien non plus. toi, en revanche, tu vas encore avoir des bleus aux genoux. pas que tu en sois encore à les compter, hein, t'as perdu le compte. mais ça fait mal mine de rien, ces bêtises. tu reprends le tout, et tu finis ton ascension, beaucoup moins rapidement, te méfiant de ces traîtres de marches. on ne peut pas faire confiance aux escaliers. pourtant t'as vu tous les harry potter et tu les as tous lus des milliards de fois, tu devrais le savoir, non, qu'ils sont que des renégats, des mécréants, de vils... machins-trucs. tu arrives devant sa porte et tu sonnes, dansant d'un pied sur l'autre et essayant de masquer ton impatience. tu vas avoir aaron pour toi tout seul, sans blondasses qui gloussent derrière pour qu'il les remarque. il va encore faire des sous-entendus que tu ne vas pas comprendre, tu vas encore plus te ridiculiser, mais tant pis. au moins tu vas passer un moment avec lui. et c'est déjà ça, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 14 pseudo : (toujours sans pseudo fixe, clocharde powa) avatar + © : Bjorn Buckley // Apy
âge : 24 ans
job/études : étudiant en fac de physique-chimie, dealer et fabriquant d'explosifs à ses heures perdues
MessageSujet: Re: AARON + (rencollaboration. rencard-collaboration. comme vous voudrez.)   Mar 7 Juin - 18:32

Aaron se redresse. S’assoit en baillant a moitié. S'extrait de son lit, définitivement plus ou moins bien réveillé en cette aub... ce milieu de matinée bien entamée. Il n'est pas quelqu'un qui dort jusqu'à pas d'heure en temps normal, mais à sa décharge, il n'est pas rentré chez lui avant 7 heures du mat'. Donc il a tout à fait le droit de dormir tard. Sisi. Il regarde fixement les chiffres sur son écran de téléphone. 11:47. Marrant, il a comme l'impression d'avoir oublié un truc. Pas forcément un truc vital, mais un truc quand même. Il ouvre ses volets, toujours à moitié dans les vapes, et remarque, quand il se retourne, une pile de livres qui n'était pas là la dernière fois qu'il s'était réveillé. Qu'est-ce qu'une pile de bouquins de première année de la fac foutait près de son lit ? Il lui faut bien trente secondes de réflexion pour trouver l'information qu'il avait oubliée. Noé est censé se pointer à midi. Soit dans à peine plus de dix minutes. Fait chier. Quelle idée de donner rendez-vous à quelqu'un à une heure pareille aussi ? Il pouvait pas proposer 15 heures, une heure décente, normale ? Paye tes idées débiles Aaron. Et il ne pouvait même pas dire que tout était de la faute des gars et de leurs paris stupides. Non parce que soyons honnêtes deux minutes, même si Noé n'était pas l'objet d'un défi, il aurait accepté de l'aider quand même et aurait probablement donné la même heure. Parce qu'il l'aimait bien le gamin, même avant ça.

Il jette un œil à ce qui l'entoure. L'appart' est à peu près clean, parfait. Il ramasse très vite fait les quelques trucs qui traînent, balance ça dans un placard. Il attrape une tasse et le café -froid- qu'il restait de la veille. Pas fameux le café froid. Il balance tout dans l'évier, abandonnant l'idée de boire le reste, et part se doucher. Histoire de pas ressembler à un zombie en fin de vie -enfin, théoriquement, le zombie est déjà mort, mais vous avez compris-, c'est moyen niveau charisme ça. Parce qu'il était quand même censé succomber à son charme le Noé, et Aaron ne connaissait personne de sensible au charme de la sale gueule du mec pas réveillé.

Il est encore sous la douche quand il entend frapper. Il saute hors de la douche, attrape une serviette, hurle un "Entre !" -oui, il part directement du principe que c'est Noé. Si c'était juste un livreur de euh, disons, pizzas, le pauvre aurait été surpris-. Il entend la porte s'ouvrir, se refermer. Il rajoute un "Désolé, pas pu t'ouvrir, j'étais sous la douche. Installe-toi, j'arrive." C'est à peu près au moment où il annonce ça, ou deux secondes après, qu'il réalise que ses fringues sont restées dans sa chambre. Il grogne un peu. Bon, au stade où il en est, il peut bien continuer à faire le clochard. Il enroule une serviette autour de sa taille et ouvre la porte de la salle de bain. Puis il traverse l'appart, d'un air très naturel, en passant devant Noé.

"Fais pas attention, je ne fais que passer."

Il n'est pas vraiment gêné de passer à moitié à poil devant le jeune homme. Pour être tout à fait honnête, ça l'amuse même pas mal, parce qu'il y a de fortes chances que ça le fasse rougir. Parce qu'il est facilement gêné et qu'en plus, Aaron est relativement sûr de lui plaire. Et je ne sais pas pour vous, mais lui, quand une personne qui lui plaît lui passe devant torse-nue, il bave beaucoup. Intérieurement du moins. Il va pouvoir taquiner le brun après ça, et cette idée a tout pour le réjouir. Parce que c'est vraiment très drôle à faire.

Il enfile un boxer, un jean, des chaussettes, attrape un t-shirt, et repasse devant Noé dans le sens inverse en se séchant les cheveux. Toujours torse-nu donc. Lui, en rajouter ? Nooon. Il range sa serviette de bain, puis se re-re-pointe devant le jeune homme en enfilant le t-shirt. Puis il lui fait un grand sourire.

"Mon réveil a pas sonné, mauvais timing, désolé que t'aies vu ça."


Mais la vérité ... c'est qu'il n'est pas désolé du tout. Et vu sa tête, c'est plus que flagrant qu'il est même vaguement satisfait. Que voulez-vous, on ne se refait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 94 pseudo : cupcake avatar + © : michael fjordbak + mischievous wink
âge : pas encore 20, ewi, c'est un jeunot.
statut civil : célibataire. enfin, avec un énorme crush. mais célibataire, c'est plus un statut, c'est un état, pour lui.
job/études : étudiant en physique chimie pour devenir prof, il bosse dans une boutique de comics le reste du temps.
MessageSujet: Re: AARON + (rencollaboration. rencard-collaboration. comme vous voudrez.)   Mar 7 Juin - 18:47

• il te dit d'entrer, alors c'est ce que tu fais. tu te demandes ce qu'il peut bien fabriquer pour ne pas pouvoir le faire en personne. en fait, t'es même un peu déçu. tu pensais qu'il viendrait t'ouvrir, tout sourire, content de te voir, comme s'il t'attendait. là t'as l'impression de le déranger. tu sais pas où te mettre, avec tes deux tupperware, alors tu restes planté là, au milieu de la pièce, devant le canapé. il te dit qu'il était dans la douche. il avait oublié, alors. t'es déçu, ouais. même si tu fais genre de rien, des fois qu'il se pointe devant toi avant que tu n'aies eu le temps de prendre un visage normal. mais il a oublié que tu devais venir. en même temps, tu t'attendais à quoi ? comme tu le lui as fait comprendre la dernière fois, tu sais que ses taquineries ne sont pour lui que des passe-temps. et tu sais que c'est faux quand il te dit que tu l'intéresses. il te dit aussi de t'installer, qu'il arrive. mais tu ne sais pas. t'as pas très envie de t'asseoir. t'as plus envie de t'excuser de l'avoir dérangé et de t'en aller. tu pourras te débrouiller tout seul de toute manière. t'es intelligent. au final, c'était plus un prétexte pour passer du temps avec lui. parce que t'aimes bien sa compagnie, même si tu essaies de lui faire croire autre chose. parce que t'aimes bien le fait d'exister pour lui. c'est ton premier béguin, il faut te pardonner, t'as jamais ressenti quoique ce soit de ce genre, avant, alors tu sais pas très bien comment t'y prendre. et ça t'avais semblé être une bonne idée. et pourquoi chez lui ? parce qu'au moins, chez lui, il n'y aurait personne pour vous charrier ou se moquer de vous. tu as pas envie que les gens comprennent que t'as un énorme crush sur aaron. pour l'instant, ça ne regarde que toi et c'est très bien comme ça. t'es sur le point de te confondre en excuse quand il passe devant toi.
• il passe devant toi, torse-nu, non, nu, avec juste une serviette autour de la taille. et tu peux pas t'empêcher de rougir, tandis que des images, non pas perverses ou quoi que ce soit, juste légèrement osées, s'emparent de ton esprit. il est bien foutu. tu le sais. tu n'en as jamais douté. mais l'avoir sous les yeux comme ça. tu détournes le regard et tu fais attention à garder la bouche fermée pour ne pas dire d'idioties. ou de prononcer des phrases incohérentes. non, bafouiller, serait plus adapté. il est tellement beau. mais tu ne devrais pas penser tout ça. son image devrait pas rester dans ton esprit, à part à cause de la persistance rétinienne. ça ne devrait pas être autre chose. il ne faut pas penser comme ça. puis il repasse, deux fois, avant de s'arrêter enfin. et les deux fois, tu as évité son regard, le fixant dans le mur en face. il t'explique qu'il a raté son réveil. toi, ça risquait pas de t'arriver. t'étais excité comme une puce hier soir, tu as mis un temps fou à t'endormir, et à six heures ce matin, tu avais les yeux grands ouverts. et tu pensais que t'allais le voir, et qu'il allait te regarder, toi, et juste toi. et pas encore une de ces blondes que tu jalouses. t'aimerais avoir leur côté séducteur, et puis être facile. te laisser faire. mais c'est pas toi, ça. t'es prude, t'es innocent. soit les sous-entendus tu les comprends pas, soit tu rougis, parce que tu trouves que ce ne sont pas des propos à tenir en public. tu te comportes comme un gentleman d'il y a deux siècles. mais c'est ce qui fait ton charme, même si tu ne t'en es pas encore rendu compte. tu as juste l'impression que tout le monde te considère comme un chaton. ce n'est pas vraiment pour te déranger, au final. mais tu aimerais bien que lui, juste lui, s'intéresse à toi différemment. et pas juste pour jouer avec toi. tu poses les tupperware sur la table basse, en essayant de ne pas te vautrer. faudrait pas que tu paraisses ridicule devant lui, quand même. « j'ai fait des lasagnes, pour ce midi, et puis du fondant au chocolat. je sais pas si t'aimes ça, alors, j'ai fait un p'tit peu plus de lasagnes que prévu. faut pas réviser le ventre vide c'est très mauvais. et t'as pas la tête de quelqu'un qui mange le matin. » c'est sûr qu'en te la jouant maman poule, il va vachement avoir envie de te prendre. et rougis pas comme ça, faut appeler un chat un chat, voyons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 14 pseudo : (toujours sans pseudo fixe, clocharde powa) avatar + © : Bjorn Buckley // Apy
âge : 24 ans
job/études : étudiant en fac de physique-chimie, dealer et fabriquant d'explosifs à ses heures perdues
MessageSujet: Re: AARON + (rencollaboration. rencard-collaboration. comme vous voudrez.)   Mer 29 Juin - 16:38

Aaron regarde Noé avec un petit sourire, à la fois un peu contrit et un peu amusé. Contrit parce que bon, il donnait un peu l'impression de l'avoir oublié. Ce qui était totalement faux, s'il avait mis quelques minutes à s'en rappeler c'était uniquement parce qu'il n'était pas réveillé. J'insiste. Amusé parce que Noé rougissait. Aaron ne sait pas vraiment pourquoi il est rouge, mais il y a quand même fort à parier que c'est en rapport avec lui se baladant torse-nu. Sans vouloir se vanter hein, il n'est pas assez arrogant pour se croire irrésistible -malgré son (vrai) prénom, merci les darons et leurs goûts douteux-, mais il est juste absolument flagrant que l'autre a sévèrement un faible pour lui. Et il en joue. Oui, c'est très mal, je sais. Lui par contre, il n'en a pas vraiment conscience. Ce qui est encore plus mal.

Il prend conscience que Noé tenait des tupperwares dans les mains à peu près au moment où il les pose sur la table. Ce qui fait qu'il s'en rend compte un poil tard, en effet, décidément, rien ne vous échappe. Okay, il vient de gagner à peu près douze points dans son estime -sur une échelle s'étalant de moins cent à cent, douze c'est beaucoup, sachant que Noé était déjà assez haut- s'il s'avère qu'il sait cuisiner. Non parce que pour vous donner une idée du désastre qu'est Aaron en cuisine, il a raté des pâtes. Si, je vous assure que c'est possible, je n'y croyais pas non plus, mais si. Il faut dire qu'il ne fait aucun véritable effort pour être honnête. M'enfin, toujours est-il que quelqu'un sachant cuisiner l'impressionnera toujours.

"J'ai fait des lasagnes, pour ce midi, et puis du fondant au chocolat. je sais pas si t'aimes ça, alors, j'ai fait un p'tit peu plus de lasagnes que prévu. Faut pas réviser le ventre vide c'est très mauvais. et t'as pas la tête de quelqu'un qui mange le matin."

Le cerveau de Aaron sature à peu près à ce moment-là. Vient-il réellement d'entendre le groupe de mots "fondant au chocolat" dans la phrase du jeune homme brun ? Oui, il a bien entendu. Et Aaron vénère les fondants au chocolat. Les lasagnes aussi, mais les fondants bieeeeen plus. Plus que tout. Il échangerait même Lo' et les gars contre un fondant au chocolat -bon d'accord, ceci est peut-être une légère exagération. Il faudrait au moins un fondant pour chacun pour qu'il accepte. Donc cinq-. Il regarde Noé d'un air étrange, entre l'adulation, le "quel hasard a fait que tu aies décidé de faire mon gâteau préféré et de me l'amener ?", et la gourmandise. Personnellement je pense que ce mélange donne un peu la tête du chien qui s'est fait frapper par son maître à l'aide de son os -pour l'adulation, la gourmandise et la surprise m'voyez- et pas tellement celle du type qui est censé être séduisant, mais là tout de suite, Aaron n'en avait positivement rien à foutre.

"Oh mon dieu. Tu sais faire des fondants au chocolat, épouse-moi."

Il n'avait absolument pas réfléchi avant de sortir ça. C'était donc très spontané et probablement un peu étrange, mais qui êtes-vous pour juger, vils sacripants ? Exactement. Personne. S'il veut demander une personne en mariage pour sa cuisine -et ce même sans l'avoir goûtée. La cuisine j'entends, pas la personne. 'Fin dans le cas présent, la personne non plus il ne l'avait pas goûtée-, eh bien il a tous les droits. Il réalise tout de même que c'est peut-être un peu brutal comme demande. Et un peu tôt aussi, si on part du principe qu'ils ne sortent pas ensemble, mais c'est juste un léger détail. Il enchaîne donc immédiatement, histoire que Noé n'aie pas trooop le temps de percuter ce qu'il vient de dire et ne s'enfuie pas en courant, ce qui serait un poil contrariant -même si ça ferait plus de gâteau pour lui-.

"J'en déduis que tu sais cuisiner. C'est plutôt cool ça, j'en suis rigoureusement incapable perso. Enfin j'ai jamais mis le feu à ma cuisine, mais je me demande toujours comment c'est possible vu le niveau."

Il n'a pas besoin de se forcer pour parler avec Noé, contrairement à certains paris qui étaient relativement très chiants mais à qui il fallait bien parler. Lui, non, il ne se sentait pas contraint quand il lui parlait. Et c'était plutôt cool, parce que se coltiner un boulet ennuyant pendant des jours voire de longues semaines s'ils étaient durs à faire craquer, Aaron trouvait ça relativement insupportable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 94 pseudo : cupcake avatar + © : michael fjordbak + mischievous wink
âge : pas encore 20, ewi, c'est un jeunot.
statut civil : célibataire. enfin, avec un énorme crush. mais célibataire, c'est plus un statut, c'est un état, pour lui.
job/études : étudiant en physique chimie pour devenir prof, il bosse dans une boutique de comics le reste du temps.
MessageSujet: Re: AARON + (rencollaboration. rencard-collaboration. comme vous voudrez.)   Dim 10 Juil - 3:11

• il te demande en mariage et tu n'es pas tout à fait sûr de comprendre pourquoi. oh sur le principe tu n'es pas vraiment contre -même pas du tout- mai ça te semble un peu rapide. tu cherches ce qu'il peut y avoir là dessous, tu essaies d'additionner deux et deux. tu es intelligent et assez perspicace, pourtant, mais on parle là d'un être humain. pas d'une solution à l'odeur nauséabonde et à la couleur insolite. alors, évidemment, tu es perdu. de toute manière, il n'y a pas tellement de solutions qui pourraient expliquer cela. soit il te taquine -dans le cas où il aurait compris que tu as un faible pour lui, ce qui, soyons sérieux cinq minutes, n'est pas bien difficile-, soit il est sérieux, et donc plus bizarre que tu ne l'imaginais, mais tu ne juges pas hein, tu ne sais pas si avec ta dégaine habituelle, tu vaux bien mieux. ou bien, alors, il a dit spontanément et c'est une façon de parler. tu penches plutôt pour la première option. ce qui veut ainsi dire que tu rougis fortement, parce qu'il t'a percé à jour -beaucoup d'héroïsme dans cette phrase pour quelque chose que le premier pouilleux venu aurait pu faire, m'enfin-. et puis il explicite un peu cette phrase. alors au final, c'était l'option trois. et tu as encore rougi pour rien. il va te trouver ridicule et juste lassant à force, tu sais ? mais bon, je dis ça, je dis rien. il faudrait quand même que tu fasses quelque chose pour ça. vas voir un psy, suis un traitement, ce que tu veux, mais tu ne peux pas avoir presque vingt ans et rougir comme une collégienne, et vouloir être un minimum crédible quand tu repousses quelqu'un. 《 si tu veux essayer, moi je te force à rien, je pourrais t'apprendre à cuisiner. c'est drôle quand même, que le petit génie de la physique chimie que tu es, qui arrive à louper les cours et à garder des super notes, n'arrive pas à faire la cuisine. faut regarder la recette comme un tp en fait. et en plus c'est à toi de deviner les réactions chimiques qui donnent le résultat espéré. moi, j'adore, muis ça me fait réviser, tout en me détendant.》 tu te rends soudainement compte que tu as beaucoup parlé d'un coup. tu parles trop de toute façon. alors tu clos juste ta tirade par un 《 sinon je peux aussi tout simplement t'emmener des tupperware comme je fais avec quelques potes.》 en haussant les épaules.
• tu regardes autour de toi. l'appartement est plutôt grand pour un appart' d'étudiant célibataire de moins de vingt-cinq ans. quoique, célibataire, t'en sais rien. il y a quelque chose qui te perturbe par rapport au canapé. tu t'approches, glisse ta main entre les coussins, prêt à avertir aaron d'un quelconque défaut, trou ou perte de mousse. mais c'est de la dentelle que tu sens entre tes doigts. tu retires ta main et tu observes ton butin. un soutien gorge rouge vif recouvert de dentelle. ton visage prend une couleur plutôt proche de celle du vêtement et tu baisses les yeux. t'as l'impression de sentir ton coeur se briser. t'avais quand même l'impression qu'il te draguait, même si tu l'acceptais pas. c'était agréable. t'avais l'impression de te sentir apprécié. là, tu te rends compte que ce n'étaient que des taquineries, dans le but de te faire rougir. bah bien méchant. mais il ne voulait pas de quelque chose de sérieux, parce qu'il avait déjà une autre copine. 《 tu... tu de vrais lui r-rendre ça tu sais.. quand elles trouvent plus leur lingerie elles sont embêtantes après et elles accusent tout le monde. et se faire crier dessus par sa petite amie, ça ne doit pas être la chose la plus géniale au monde.》tu continues de fixer le sol, qui te semble bzaucoup mieux, beaucoup plus beau, beaucoup plus fixable. 《 si ça la dérange que je sois là, ta copine, c'est pas un souci, hein, je prends juste les livres que tu as trouvé à la bibliothèque pour bosser à la maison. je me débrouillerai tout seul.》 depuis que tu es arrivé, tu as l'impression de déranger. tu n'aurais jamais dû venir. c'était une très mauvaise idée. tu n'aueais jamais dû aller lui demander de l'aide. tu t'es toujours débrouillé tout seul, pourquoi ça changerait maintenant hm ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 14 pseudo : (toujours sans pseudo fixe, clocharde powa) avatar + © : Bjorn Buckley // Apy
âge : 24 ans
job/études : étudiant en fac de physique-chimie, dealer et fabriquant d'explosifs à ses heures perdues
MessageSujet: Re: AARON + (rencollaboration. rencard-collaboration. comme vous voudrez.)   Lun 1 Aoû - 1:19

Il rougit d'une manière excessivement adorable. Non, sérieusement, c'était vraiment hyper chou sa façon de rougir. Il y a des gens qui ressemblent vaguement à des tomates transgéniques trop mûres, et des gens à qui ça va bien. Et le jeune brun fait définitivement partie de la deuxième catégorie. Ça lui donne l'air vulnérable, plus que d'habitude. Ce qui pourrait presque le faire se sentir coupable d'agir comme ça avec lui alors qu'il sait parfaitement comment ça va se finir si il parvient à ses fins. Enfin, on ne se refait pas.

"Si tu veux essayer, moi je te force à rien, je pourrais t'apprendre à cuisiner. C'est drôle quand même, que le petit génie de la physique chimie que tu es, qui arrive à louper les cours et à garder des super notes, n'arrive pas à faire la cuisine. Faut regarder la recette comme un tp en fait. Et en plus c'est à toi de deviner les réactions chimiques qui donnent le résultat espéré. Moi, j'adore, puis ça me fait réviser, tout en me détendant."


Vision des choses intéressante s'il en est. Aaron n'a jamais été fichu de voir ça autrement que comme tâche particulièrement désagréable. Et autant il est parfaitement capable d'appliquer à la lettre un protocole d'expérience scientifique, autant les recettes de cuisine, non. C'est presque de l'ordre du surnaturel à ce stade. Soit il oublie quelque chose au niveau des ingrédients, soit il laisse le plat trop longtemps au four, soit ça foire pour une quelconque raison impossible à expliquer. La cuisine, le plus grand mystère de sa vie.

"Sinon je peux aussi tout simplement t'emmener des tupperware comme je fais avec quelques potes."

Instinct de mère poule donc. Oh, Aaron visualisait parfaitement la tête de Lo' ou des gars si il faisait mine de leur apporter à manger. Déjà ils rigoleraient. Et ensuite, si jamais ils se risquaient à manger, ils finiraient probablement à l'hôpital, mais ça c'est un détail.

"T'embêtes pas, jme débrouille avec le McDo ou la bouffe livrée. Jvais pas te prendre ton temps pour me faire à manger non plus. Mais si jamais t'as vraiment du temps à perdre et la patience nécessaire pour ça, ouais, tu peux toujours essayer de m'apprendre quelques trucs. En acceptant le fait que la probabilité que la totalité de la pièce brûle est quand même pas mal élevée."

Aaron était très sceptique à propos de la possibilité pour lui de réussir un plat, pour être honnête. En revanche, ça pouvait le rapprocher de Noé, ce qui était un très bon plan. Assez marrant et inhabituel, mais pourquoi pas. Il ne s'attendait pas franchement à quelque chose de facile et de normal en acceptant le pari de toute façon.

Quand il voit Noé se déplacer un peu dans l'appart, il ne peut s'empêcher de croiser les doigts. Faites qu'il ait bien fait le ménage et que rien de bizarre ne traîne dans un endroit quelconque à portée de vue, il n'était pas sûr de pouvoir expliquer la présence de certaines choses dans son appart. Du genre, le matos pour faire ses explosifs. Normalement tout est enfermé dans sa pièce réservée à cet usage, mais on ne sait jamais.

En revanche, il ne s'attendait pas franchement à ce que le jeune homme extirpe du canapé un soutien-gorge rouge flamboyant. C'est le léger inconvénient à faire des galipettes avec une fille sexy en diable un peu n'importe quand, on ne sait pas vraiment où les vêtements atterrissent. Au moins, Vénus serait contente d'apprendre qu'il avait retrouvé son soutif -enfin, pas vraiment lui, mais ça revient au même résultat-. Quoique elle en a sûrement assez pour ne même pas s'apercevoir qu'il en manque un.

"Tu... tu de vrais lui r-rendre ça tu sais.. quand elles trouvent plus leur lingerie elles sont embêtantes après et elles accusent tout le monde. Et se faire crier dessus par sa petite amie, ça ne doit pas être la chose la plus géniale au monde."

Noé a l'air gêné. Mal à l'aise. Juste parce qu'il a trouvé un sous-vêtement et qu'il n'est pas à l'aise avec ce genre de choses, ou plus ? Son regard obstinément fixé sur le sol, l'infime lueur déçue dans ses prunelles et l'emploi du terme "petite amie" laisse présager un plus. Jalousie peut-être. Ce qui arrange bien Aaron, puisque ça veut dire que, définitivement, le jeune homme n'est pas aussi insensible à lui qu'il le prétend.

"Si ça la dérange que je sois là, ta copine, c'est pas un souci, hein, je prends juste les livres que tu as trouvé à la bibliothèque pour bosser à la maison. Je me débrouillerai tout seul."

Aaron s'approche de Noé, lui prend le vêtement en dentelle des mains, et se penche un peu pour le poser sur l'accoudoir du canapé. Frôlant ainsi -par inadvertance bien sûr- très légèrement le jeune homme. Il se redresse en ayant parfaitement conscience du fait que son corps est trop proche de celui de l'autre par rapport à la relation -à la limite de l'inexistence au niveau physique- qui les unit. Il sourit un peu en regardant Noé -en le dévisageant carrément-.

"Je n'ai pas de copine. C'est juste à une amie, elle a dû l'oublier la dernière fois qu'elle est venue."

Une amie avec un léger bonus plus ou moins régulièrement, certes. Mais ce n'était bien sûr pas la peine de préciser, il ne tenait pas à traumatiser le brun avec les détails de sa vie sexuelle.

"Et je t'assure que tu ne déranges pas. Du tout. Au contraire."

Il a parlé d'un ton légèrement plus bas, un sourire en coin toujours vissé sur ses lèvres. Noé aurait été quelqu'un de moins timide, Aaron l'aurait embrassé en ce moment précis. Mais avec lui, il n'était pas franchement sûr de l'accueil qu'il recevrait, et tout était encore trop fragile pour qu'il risque de le faire voler en éclat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 94 pseudo : cupcake avatar + © : michael fjordbak + mischievous wink
âge : pas encore 20, ewi, c'est un jeunot.
statut civil : célibataire. enfin, avec un énorme crush. mais célibataire, c'est plus un statut, c'est un état, pour lui.
job/études : étudiant en physique chimie pour devenir prof, il bosse dans une boutique de comics le reste du temps.
MessageSujet: Re: AARON + (rencollaboration. rencard-collaboration. comme vous voudrez.)   Sam 20 Aoû - 12:01

• il te dit que c'est juste à une amie et tu es vexé. mais oui, c'est ça, aaron, prends le pour un con, il s'en rendra pas compte. tu n'as jamais eu de copine, mais il tu as eu des amies, et même des amies très proches. pour autant, tu n'as jamais eu leur lingerie entre les coussins du canapé, pas même pour blaguer. peut-être aussi parce qu'elles t'appellent notre-dame-de-la-virginité-perpétuelle. certes. mais ça n'excuse pas le blond de te dire des trucs pareils. ou du moins de ne pas expliciter la chose. de toute façon, même si il t'avait dit que c'était juste un plan cul, t aurais été jaloux. oui, c'est complètement con, vu que c'est toi qui le repousse depuis le début, en inventant des excuses, ou en lui mentant ouvertement. comme quoi tu ne serais pas attiré par lui. foutaises, tiens. il s'approche de toi, et te prend la sous-vêtement des mains en te frôlant légèrement, faisant remonter des frissons et des décharges électriques jusque dans le creux de tes reins. oui, vraiment, le fait qu'il ne te plaise pas est un immense mensonge. il s'approche encore un peu, et tu luttes pour ne pas faire un pas en arrière. « distance de sécurité. espace personnel. on a déjà eu cette discussion aaron. » ouais, et pas qu'une fois. tu as toujours du mal avec les personnes qui envahissent ton espace personnel sans raison valable, et surtout sans te demander la permission. il faut que ça vienne de toi. là c'est très malaisant et tu ne peux pas t'empêcher de fixer tes converses dépareillées, comme toujours, pour éviter son regard un peu trop bleu.
• en fait tu as l'impression que tu ne feras jamais le poids. même s'il te dit que tu es le bienvenu. il y a quelque chose dans sa voix qui t'effraie un peu. la séductivité. non, ce mot n'existe pas, mais il reflète plutôt bien ce que tu penses. tu veux pas lui montrer qu'il te plaît, tu veux pas qu'il te voie comme ces filles qui sont toujours collées à lui en train de tout faire pour qu'il leur accorde ne serait-ce qu'un regard, et qui ensuite se mettent à glousser en se donnant de petits coups de coude. tu veux qu'il continue de te taquiner et de te faire rougir, même si tu détestes ça. que ça vienne de lui en fait. tu le repousses de l'équivalent d'un pas en appuyant ton index contre son torse musclé. mais avec ta force de chaton, faut dire qu'on a vu plus efficace. alors c'est toi qui recule de quelques pas. tu tentes de changer de sujet de conversation. oublier cette gêne. oublier le fait que tu as supplié mentalement pour qu'il t'embrasse. quoique tu aurais sûrement mimé l'indignation, et ça se serait mal passé. non, c'est mieux ainsi. « du coup pour les fondants, c'est ok, mais les lasagnes ça te convient aussi ? » oui, noé parle cuisine quand il ne trouve rien d'autre à dire. ou lance une anecdote qui semble tomber du ciel. un truc comme le nombre de bactéries contenues dans une cuillère à café de salive et donc le pourcentage de chances pour qu'une morsure d'humain « sain » s'infecte. la bouffe c'est toujours une meilleure idée bizarrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: AARON + (rencollaboration. rencard-collaboration. comme vous voudrez.)   

Revenir en haut Aller en bas
 
AARON + (rencollaboration. rencard-collaboration. comme vous voudrez.)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laughing Out Loud :: Biarritz, France :: Saint-Charles, Phare, Larochefoucauld :: habitations-
Sauter vers: