Partagez | 
 

 toc, toc, toc... Qui est là ? (mon voisin adoré)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: toc, toc, toc... Qui est là ? (mon voisin adoré)   Ven 22 Juil - 19:22

Comme tous les jours depuis presque trois semaines maintenant, j'étais tranquillement assise devant mon post de télévision avec Iceberg couché à mes côtés. Depuis mon emménagement dans ce petit appartement et surtout depuis que j'avais découvert que j'étais peut-être enceinte, je ne sortais plus. Du moins quasiment plus, vu que j'étais quand même obligée de sortir pour faire des provisions et pour promener mon chien. Mais j'évitais de sortir quand tout le monde se trouvait dans les rues, préférant les balades nocturnes ou en début de matinée. Même mon portable restait en stand-by, je ne répondais quasiment plus aux appels et que de temps en temps en sms de mes amis. Le plus étonnant, c'était que ce nouveau mode de vie me plaisait de plus en plus, même si je savais que je ne pourrais pas vivre ainsi éternellement. L'argent n'allait pas entré comme par magie sur mon compte en banque et mes économies étaient bientôt épuisées, ce qui voulait dire que je devrais reprendre les cours de yoga. Peut-être que j'allais arrêter les cours en plein air et donner plutôt des cours privés. Vu mon métier, c'était possible et j'étais donc en pleine réflexion. Alors que je prenais une enième poignée de chips devant une série totalement stupide, la sonnette de ma porte d'entrée retentit. J'arrêtais donc mon geste, guettant le moindre mouvement de la personne qui se trouvait derrière la porte. Comme à son habitude, mon chien se trouvait déjà debout, espérant que j'ouvre la porte. Malheureusement pour moi, je n'allais pas pouvoir me cacher, vu que j'avais mis le son de la télé assez fort. Je me levais donc en poussant un soupir, tout en observant ma tenue. Un T-shirt beaucoup trop grand pour moi et c'était tout. Enfin, j'avais bien entendu mis des sous-vêtements, mais c'était un détail. Je m'attendais à voir un de mes amis, une de ces personnes qui m'avaient déjà envoyé plusieurs messages et auxquels je n'avais jamais répondu. J'ouvris donc finalement ma porte, me préparant déjà à renvoyer la personne se trouvant derrière. Sauf que ma bouche resta ouverte quand mon regard tomba sur un jeune homme à moitié nu, avec une serviette autour de la taille. Son visage me disait quelque chose, mais je ne pouvais plus savoir où je l'avais déjà vu. Mon regard parcouru sa tenue quelques instants, avant de le regarder une nouvelle fois dans les yeux. Hum oui, je peux t'aider ? Question totalement bête, mais je n'avais rien trouvé d'autre à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: toc, toc, toc... Qui est là ? (mon voisin adoré)   Ven 22 Juil - 21:56

le réveil sonne comme tous les matins à l’aube. Le jour pointe à peine son nez et voilà, que le jeune marseillais sort de son lit. Les gens le prendraient surement pour un fou s’ils savaient qu’il n’a rien de prévu pour la journée. Seulement, le jeune homme est un être à part, il ne fait rien comme tout le monde. Se levait quand la noirceur d’une nuit endiablée laisse place à la douceur d’un jour nouveau est un moment qu’Enok aime. Munit de son appareil photo, il se dirige vers le toit. Une fois à l’extérieur, il inspire à pleins poumons l’air iodé qui arrive de l’océan. Ce n’est pas la même chose que Marseille, c’est différent, c’est un endroit qu’il apprécie, qui l’inspire. Il reste deux bonnes heures sur le toit du nouvel immeuble qui l’abrite depuis quelques jours. Enok avait pris une décision importante la semaine auparavant. La colocation n’était plus possible, il ne supportait plus le naturiste et s’était rendu compte qu’il était pris pour un âne. Il payait les trois/quart de la location. Il avait claqué la porte sur un coup de tête et était tombé rapidement sur ce petit appartement. Par chance, le propriétaire appréciait son travail et lui avait accordé la location. Une chance de cocu ! Enfin faudrait-il qu’il y ait une fille dans sa vie monotone. Puis quel genre de femme apprécierait que son copain prenne des photos parfois suggestives de clientes ? On gagne de l’argent comme on peut, malheureusement ! « Putain…c’est froid » il s’écarte rapidement du jet glacial qui sort du pommeau de douche. Bordel, qu’est ce qui se passe encore ? Déjà la veille la chaudière avait eu de signe de faiblesse et il n’avait pas jugé bon d’appeler un dépanneur. Seulement, aujourd’hui, dimanche, tout était fermé et il ne pouvait pas se permettre de payer le double du tarif. Il ne peut définitivement pas se doucher à l’eau froide, il aime trop son confort et son corps serait presque allergique à l’eau froide ! Au culot, il va toquer à la porte qui se trouve en face de chez lui. Il ne sait pas qui vit là, il ne connait pas grand monde ici. Il serait presque du genre asocial. Il toque et la porte ne met pas longtemps à s’ouvrir. « Hum oui, je peux t’aider ? » Il détaille la blonde qui se situe dans l’encadrement de la porte. Sa voisine est dans le même accoutrement que lui, enfin, elle n’est pas grandement habillé quoi. Il caresse du regard la créature qui se trouve en face de lui. Elle lui est familière, seulement, il n’est pas là pour ça. Il tousse un peu, se passe une main dans la nuque, un brin gêné, l’autre tient fermement sa serviette, il a bien vu le chien faire de l’œil à ce bout de tissus. « Heu oui… désolé pour la tenue, mais j’ai plus d’eau chaude ! » C’est une très bonne entrée en matière, mais après, tu veux lui demander quoi ? « est-ce que ça te dérangerais si je prends quelques instants de ton eau ? » il lui sourit un peu timidement, il espère sincère qu’elle ne lui claquera pas la porte au nez. Il juge bon d’ajouter « enfin, je sais que ça peut paraître un peu étrange de se retrouver nez à nez avec un inconnu qui demande d’utiliser sa douche. Rassure toi, je ne suis pas un pervers ou un truc du genre. Je ne supporte pas l’eau froide. » Bravo Enok, tu n’as jamais autant parlé de ta vie, toi qui te contente habituellement de simples phrases. Est-ce qu’elle acceptera ta demande ?



Dernière édition par Enok Fournier le Sam 23 Juil - 15:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: toc, toc, toc... Qui est là ? (mon voisin adoré)   Ven 22 Juil - 22:41

Dès que mon regard c'était déposé sur le jeune homme ayant simplement une serviette autour de sa taille, je savais que je le connaissais, sauf que je ne pouvais plus savoir de où. Bon déjà, je devinais que c'était un de mes voisins, parce que je me doutais bien qu'il ne ferait pas toute la ville pour venir sonner à ma porte. Donc, je pouvais en déduire que je l'avais certainement croisés dans les couloirs lors d'une de mes rares sorties. Où alors je l'ai rencontrés encore plus tôt, quand j'avais envie une vie sociale. Rien que d'essayer de savoir de où je le connaissais me donner mal à la tête. Bêtement, je lui demandais ce qu'il voulait, parce que je me doutais bien qu'il venait pas se présenter, surtout dans une telle tenue. Au même instant, j'entendis un bruit que je connaissais très bien dans mon dos ; Iceberg commençant de s'impatienter. Non pas pour sortir faire un tour, mais parce qu'il avait vu la serviette du jeune homme. Un léger gémissement s'échappa d'entre mes lèvres pendant que je priais pour qu'il ne lui saute pas dessus. Je ne savais pas pourquoi, mais depuis toujours, les serviettes mouillées et lui, c'était une grande histoire d'amour. J'avais vraiment tout essayé pour lui enlever cette mauvaise habitude, mais rien n'y était arrivée. C'était pour ça que je ne sortais plus de ma salle de bain avec une simple serviette, parce que je savais qu'en moins de deux secondes, je me retrouvais toute nue au milieu de mon salon. J'essayais donc de le repousser du pieds, en espérant qu'il comprenne qu'on ne pouvait pas toujours faire ce qu'on voulait, surtout avec des inconnus. En même temps, le jeune homme me demanda s'il pouvait terminer sa douche dans ma salle de bain, parce que sa chaudière l'avait apparemment lâché. Un petit sourire naquit une nouvelle fois sur mes lèvres et je me retirai devant la porte pour qu'il puisse entrer. Cela m'arrivais souvent de devoir terminer ma douche avec de l'eau froide, il était donc hors de question qu'il doive faire la même chose que moi. Bien sûr que tu peux. Je comprends que c'est pas agréable. Et malheureusement pour toi, ça ne risque pas d'être la dernière fois que ta chaudière te lâche. Au moment où je me retirai assez pour le laisser passer, je sentis un courant d'air vers mes pieds et un petit cri s'échappa d'entre mes lèvres quand je compris que mon cher chien venait de laisser aller sa pulsion. Avant même que j'ai eu le temps de faire le moindre mouvement, le jeune homme se retrouva en tenue d'Adam sur le palier de ma porte. Mon regard parcouru rapidement son corps, bien dessiné, je devais l'avouer à mon chien qui repartais se coucher avec son trophée dans la gueule. Oh non, non, non !! Je suis vraiment désolé, c'est... C'est une manie chez lui, il ne peut pas s'en empêcher. Sans vraiment réaliser ce que je faisais, je lui pris la main pour l'entrainer dans mon appartement, avant qu'un voisin décide de sortir de son logement et d’apercevoir le jeune gomme dans sa plus simple tenue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: toc, toc, toc... Qui est là ? (mon voisin adoré)   Sam 23 Juil - 16:51

cette chevelure blonde lui est familière, ainsi que ses grandes iris. Enok est en train de se creuser la tête pour savoir où il la déjà vu, parce ce qu’une chose est sûre pour lui, c’est qu’il a déjà vu sa voisine ailleurs qu’ici. Ça ne fait qu’une semaine qu’il est là et il n’a pas mis les pieds dehors. Enfin à part aller sur le toit et se faire livrer des plats, il n’est pas encore sortie à l’extérieur, puis il ne croise pas grand monde pendant ses sorties nocturnes. Il se creuse la tête, lui qui a pourtant une excellente mémoire. Il ne met pas longtemps à se souvenir. Il se rappel cette soirée, il y a quelques semaines, des verres partagés, des mots échangés et leurs corps emmêlés. S’il se souvient bien, elle porte le doux prénom de Sacha. Seulement, elle n’a pas l’air de le reconnaître, enfin, il est possible qu’avec tout l’alcool qu’ils avaient ingérer ce soir-là, la soirée est été un trou noir pour elle. Enok va pas s’en offusqué. Il n’est pas ce genre de mec qui se croit inoubliable ou qui fait la gueule parce qu’une meuf se rappel pas de l’intimité qu’ils sont eu. Ce n’est pas qu’il s’en fou, mais il ne va pas se prendre la tête pour ce genre de broutilles. Ce sont des détails futiles ! « Bien sûr que tu peux. Je comprends que ce n’est pas agréable. Et malheureusement pour toi, ça ne risque pas d'être la dernière fois que ta chaudière te lâche. » Alors comme ça, il risque de prendre plusieurs fois des douches froides ?! Il aurait peut-être mieux fait de se renseigner avant de signer. Il aurait dû faire du porte à porte le petit. Il appellera surement le proprio le lendemain, pour son confort, il ne peut pas prendre de douche froide et encore moins venir taper à la porte de sa voisine. Ce qui devait arriver arriva. Enok voit le chien fonçait sur lui quand sa propriétaire ouvre un peu plus largement. Il n’a pas le temps de resserré son emprise sur le linge que le chien a déjà tiré dessus. Ni une, ni deux, le marseillais est nu comme un vers dans le couloir de la résidence. « Oh non, non, non !! Je suis vraiment désolé, c'est... C'est une manie chez lui, il ne peut pas s'en empêcher. » Il se retrouve comme un con, les deux mains sur ses parties. Il est loin d’être pudique. Il prend parfois – quand les clientes sont d’accords – ses photographies alors qu’il torse nu. Le studio où il bosse est parfois surchauffé et il n’est pas à l’aise dans ses vêtements. Oui, il est peut-être un peu étrange l’Enok. Puis son corps ne l’a jamais déranger, il est né comme ça, alors il n’a pas à le détester. Puis si ça dérange les autres, qu’ils le préviennent, il se rhabillera. Il ne se prend pas la tête. Il vit au jour, le jour dans sa bulle, dans sa coquille. Il laisse peu de personnes l’atteindre. Parce qu’il sait que donner de l’importance ou de l’amour à une personne, c’est courir le risque de souffrir et de tomber dans la noirceur. Il a donné de l’importance à sa mère, elle l’a abandonné. Il a aimé son père, il est mort. Il ne se permet plus rien, mais au fond de lui, il se sent seul. Bien qu’il affirme qu’il aime sa solitude, c’est totalement faux. « Hé, c’est pas grave. Enfin, c’est plus à moi d’être désolé, j’me retrouve à poil chez ma voisine » ajoute-t-il une fois qu’il est en sécurité à l’intérieur de l’appartement, toujours une main sur son sexe, pour pas la gênée. Il reste quand même bien élevé dans une telle situation. « je serai pour une prochaine fois qu’il ne faut pas que je débarque en serviette chez toi au risque de finir nu ! » il sourit doucement pour rendre la situation un peu moins gênante pour elle. il ne pense pas revenir chez elle en serviette. S’il doit revenir, ça sera surement un peu plus vêtu. « est-ce que je peux te demander d’aller chez moi et de récupère quelques fringues ? Enfin, je ne pense pas que ça soit une bonne idée de tenter ton chien une seconde fois ? je sais que j’abuse de ta gentillesse et que je t’en demander un peu trop… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: toc, toc, toc... Qui est là ? (mon voisin adoré)   Sam 23 Juil - 23:28

Plus je le regardais et plus mon esprit était certain que je l'avais déjà où, mais vraiment je ne voyais pas où j'avais pu le rencontrer. Surtout qu'un tel mâle, j'étais certaine que je m'en serais rappelé. J'aurais pu le lui demander tout simplement, mais j'avais l'impression d'avoir l'air bête de poser une telle question. Peut-être que si je continuais de réfléchir, j'allais trouver toute seule la réponse, comme une grande fille. Le sujet principal arriva bientôt entre nous. Il voulait terminer sa douche vu que sa chaudière avait décidé de s'arrêter et bien entendu, je ne pouvais pas le lui refuser. Combien de fois j'avais hurlée dans ma douche parce que ma chaudière me faisait le même coup ? Tellement souvent que je ne les comptais même plus. Tout en voulant le laisser passer, j'essayais vainement de retenir mon chien qui avait une mauvaise manie, celle de voler les serviette, surtout les humides et ne me demander pas pourquoi, parce que je ne pourrais vraiment pas vous répondre. Personne n'avait pu me donner la réponse et je ne risquai de jamais en trouver. Et malheureusement pour moi, ce que je redoutais tant arriva et sans que j'ai eu le temps de le prévenir, mon cher voisin se retrouva nu comme un ver sur le pas de ma porte. Heureusement que je n'étais pas le genre de fille à être choquée pour un rien, parce que là, j'aurais été servie. Bon, j'étais quand même très mal à l'aise, mais je réussis quand même à l'attirer à l'intérieur, parce que je n'avais pas envie que notre voisin grincheux puisse trouver un nouveau sujet de conversation. Déjà qu'il n'aimait pas les jeunes, alors là il aurait été servis. Heureusement pour moi, le jeune homme le pris à la rigolade, ce qui me soulagea grandement, parce qu'il aurait été dans ses droits de me crier dessus. Un petit sourire naquit donc sur mes lèvres alors que je lui lâchais enfin la main. Franchement tu n'y peux rien. J'aurais du te prévenir dès le départ que mon chien n'était pas normal. Je tournais légèrement la tête pour fusiller Iceberg du regard, alors que celui-ci était entrain de nous regarder avec un petit air innocent, comme s'il n'avait rien fait. C'était un désastre ce chien quand il s'y mettait. Un petit rire s'échappa d'entre mes lèvres alors que mon regard se reposait sur mon voisin, sans avoir fait un petit détour par son corps, ben oui fallait en profiter tant que je le pouvais encore. Parce que dans peu de temps, il allait être habillé et je ne pourrais plus autant bien appréciée la vue. Oui bien sur que je peux aller te chercher de quoi t'habiller. Tu veux quelque chose en particulier ou je prends ce qui me tombe sous la main ? Sa allait être une première pour moi. Aller chercher des vêtements pour un jeune homme que je ne connais quasiment pas. Mais bon, il fallait bien une première à tout dans la vie et puis au moins je savais qu'en allant dans son appartement toute seule, j'allais pas finir bâillonnée et attachée dans un coin. Ma salle de bain, elle est au fond du couloir et prend ton temps hein. Par contre niveau shampoing et produits de douche, je n'ai pas grand chose, mais j'espère que ça te conviendra. Sinon je peux aussi prendre les tiens, si t'as pas envie de sortir la fille. Je le regardais avec un grand sourire, oubliant presque dans quelle tenue il se trouvait en face de moi. J'aurais pu être plis gênée que ça, j'aurais du l'être même et pourtant j'avais l'impression que c'était presque normale qu'il soit dans cette tenue en face de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: toc, toc, toc... Qui est là ? (mon voisin adoré)   Dim 24 Juil - 19:32

Enok observe rapidement les lieux, pas qu’il soit d’une nature curieuse, mais c’est un tic chez lui. Il aime savoir où sont les possibles sorties de secours. Un rappel constant de son enfance. Il observe tout, analyse chaque chose. La seule personne qui est au courant de son adolescence est aujourd’hui six pieds sous terre. Il n’aime pas évoquer cette partie de son histoire. C’est d’ailleurs pour ça qu’aujourd’hui, il est à Biarritz. Il avait la possibilité de rester dans son quartier à Marseille, mais il avait voulu fuir sa vie. Il y a une zone de noirceur dans sa vie, une partie dont il n’est pas fier, une chose dont il aimerait énormément tourné la page. La chaleur qui entourait sa main se disperse. Il constate que la jeune femme a retiré sa main de la sienne. Son contact était presque réconfortant, très abaissant. « Franchement tu n'y peux rien. J'aurais dû te prévenir dès le départ que mon chien n'était pas normal. » Il se serait bien approcher d’elle et aurait posé un de ses grandes paluches sur son épaule pour la rassurer, voir la prendre dans ses bras, mais sa tenue- ou son inexistence tenue – l’en empêche. Le photographe se contente simplement de sourire, pas un simple sourire, le sourire. Vous savez ce sourire qui réchauffe les cœurs, un sourire franc et sincère. Elle n’y peut rien elle si son chien aime les serviettes mouillé et que justement il toque à sa porte dans cette même tenue tentatrice. Son chien est tranquillement installer avec son « Oui bien sûr que je peux aller te chercher de quoi t'habiller. Tu veux quelque chose en particulier ou je prends ce qui me tombe sous la main ? » Cette fille est une perle, il ne l’a connait pas si bien que ça, mais elle accepte sans rechigner de l’aider. Il espérait qu’après cette douche cela ne serait pas la dernière fois qu’il aurait l’occasion de la voir. Déjà que la première fois n’était qu’un trou noir pour elle. La seconde rencontre était épique, il se trouvait nu dans son appartement sans arrière-pensées. « prend ce qui te tombe sous la main. Par contre, ne fait pas attention au désordre, j’ai emménagé il y a peu. » Enok est un brin maniaque, enfin, il aime que son appartement soit ordonné. Là, c’est le contraire, c’est le chao totale. Les nouveaux meubles arrivent à compte-goutte. Il était plus important pour lui d’installer son coin bureau/studio pour pouvoir continuer sa vie professionnel. « Ma salle de bain, elle est au fond du couloir et prend ton temps hein. Par contre niveau shampoing et produits de douche, je n'ai pas grand-chose, mais j'espère que ça te conviendra. Sinon je peux aussi prendre les tiens, si t'as pas envie de sentir la fille. » Il écoute les indications et rit doucement quand elle lui fait remarquer qu’avec ses produits, il sentira probablement la fille. Il n’a rien de prévu aujourd’hui, il s’en fou un peu de l’odeur qu’il portera. Les détails sont toujours aussi futiles pour lui ! Sentir la fraise ou la noix de coco est bien, il s’enfiche. Lui, ce qui l’importe c’est une bonne douche chaude. « non, c’est bon te prend pas la tête pour les produits, je me contenterais de ce que tu as. Puis ton odeur est loin d’être désagréable, bien au contraire » il lui sourit un peu plus, il a la banane depuis qu’elle l’a fait rentrer chez lui. à croire, qu’il connait cette fille depuis toujours et que pour eux, c’est pas dérangeant qu’il soit nu dans son appartement « te formalise pas, tu peux rentrer dans ta salle de bain si je suis encore sous la douche, je suis pas du genre pudique. » Pour appuyer ses mots, il enlevé ses mains qui protégeaient son sexe et se retourne pour aller vers la salle de bain. La jolie petite blonde connaitra un peu plus en détail son voisin, bien plus que les autres du palier, mais il s’en fiche. Ils se sont déjà vus nus, mais ça, elle ne s’en souvient pas. De plus, il a bien vu et senti qu’elle n’avait pas l’air gêné de le voir dans son plus simple appareil, ça rend la situation normale ! il se dirige donc vers la salle de bain, passe la porte et entre enfin dans la douche. L’eau chaude arrive rapidement en contact avec son corps. « putain, ça fait du bien… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: toc, toc, toc... Qui est là ? (mon voisin adoré)   Lun 25 Juil - 9:48

Vraiment, j'avais eu de la chance que se soit un voisin sexy qui frappe à ma porte et pas un de ces vieux grincheux qui vivent au même étage. Mon regard se promenait de temps en temps sur son corps dénudé et vu comment il se tenait, la situation ne le dérangeait pas plus qu'à moi et c'était tant mieux. A cet instant, j'en voulais qu'à moitié à mon cher chien qui était en train de faire son innocent depuis son panier. Il faut dire que grâce à lui, je pouvais voir l'intégralité de mon voisin et ce n'était pas pour me déplaire. Tout était si naturel entre nous que s'en était très étonnant, parce que normalement dans une telle situation, au moins l'un des des deux auraient du être gênés. Et je ne savais pas vraiment pourquoi, mais j'avais la nette impression que nous nous étions déjà retrouvés dans une situation un peu semblable. Non pas la situation de maintenant, mais une où nous étions déjà face à face dans très peu de vêtements. Je ne m'en souvenais pas précisément, mais c'était une de ses intuitions qui ne nous quitte pas quand on déjà vécu quelque chose. Le fait qu'il m'ai demandé d'aller chercher de quoi se vêtir dans son logement faisait monter en moi une petite point d'adrénaline. J'aimais bien découvrir les logements des personnes avec qui je discutais, parce que pour moi leur lieu de vie montrait réellement leur personnalité. J'allais donc découvrir son antre et sa remarque sur le désordre me fit éclater de rire. Oh ne t'en fais pas, le désordre ne me dérange pas, vu que je suis loin d'être une fée du logis. Je lui montrai rapidement mon appartement de la main, parce que c'était la strict vérité. Je n'aimais pas faire le ménage et pour moi avoir un peu de désordre montrait que l'appartement était vivant. Je remis quelques mèches de mes cheveux en place et sa petite remarque sur mon odeur me fit monter le rouge aux joues, sans que je ne puisse rien y faire. Vu ce qu'il venait de me dire, on se connaissait déjà, parce que sinon il n'aurait jamais pu dire une telle chose. Je baissais quelques instants les yeux sur mes pieds, n'ayant pas vraiment l'habitude de tels compliments. Et bien au moins tu vas pas râler toute la journée, c'est un bon point. Donc fais toi plaisir sur les senteurs hein. Un petit sourire sur le coin des lèvres, je laissais un nouveau petit rire s'échapper d'entre mes lèvres en le voyant enlever sa main qui cachait son sexe pour se rendre dans ma salle de bain. Il avait le don de me faire rire et c'était rare chez la gente masculine. En seulement quelques pas, je me retrouvais donc chez lui et mon regard parcouru le petit appartement qui ressemblait comme deux gouttes d'eau, enfin pas dans la décorations, mais dans la disposition des pièces. Je n'eus donc pas de mal à trouver sa chambre et je pris rapidement un t-shirt, un caleçon et un jeans qui je trouvais allait très bien ensemble. Une fois de retour dans mon logement, je repris sa serviette des griffes d'Iceberg, parce que s'il pensait pouvoir le garder comme trophée, c'était loupé. A mon tour, j'entrai dans la salle de bain et je l'observai quelques instants sous le jet d'eau, avec une grande envie d'aller le rejoindre, comme si mon corps connaissait déjà ce qui allait se passer si je me laissais aller. Et voilà monsieur. J'espère que la tenue te conviendra. Je déposai ses affaires sur le lavabo, me demandant si une fois sa douche terminée, il allait resté encore un moment me tenir compagnie ou s'il allait retourner chez lui vaquer à ses occupations.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: toc, toc, toc... Qui est là ? (mon voisin adoré)   Lun 25 Juil - 17:48

Une drôle de situation qu’ils sont en train de vivre. A les voir aussi à l’aise, on ne pensait pas qu’ils se connaissent depuis dix minutes. Le courant passe bien entre eux. Pas de gênes. Pas de regard qui se détourne. Bien au contraire, il apprécie encore plus cette étrange connexion qu’il y a entre eux. Parce que oui, il y a un truc entre eux. Il ne serait pas à poil sans être gêné dans l’appartement d’une parfaite inconnu sans éprouver le besoin de se vêtir. Il n’est pas pudique comme il le dit, mais il a quand même des réserves. Par exemple, quand il est chez Naïs, il ne se trimballe pas nu chez elle. Une fois que l’affaire est faite, il se rhabille aussi sec. Pourtant, la surfeuse, il la connait depuis sa plus tendre enfance. C’est peut-être une espèce de muse pour lui, mais il n’y a pas cette étrange connexion qui fait que Sacha est étrangement attirante. Il ne l’a vu que deux fois – en comptant celle là – mais il a une étrange sensation qui nait doucement dans son bas ventre. Non, je vous vois venir, il n’a pas encore d’érection ! C’est le calme plat pour le moment les amis. « Et bien au moins tu vas pas râler toute la journée, c'est un bon point. Donc fais toi plaisir sur les senteurs hein. » Il sourit bêtement, comme un bien heureux, cette fille doit être vraiment spécial ! Enok n’est pas du genre à sourire facilement, il cache ses émotions derrière un visage froid. Il ne comprend pas ce qui se passe. Il ne comprend pas comment il peut se sentir aussi bien avec sa voisine qu’il connait peu. Il connait que son prénom et son corps. Il est sous la douche, il profite de l’eau chaude. C’est une bénédiction pour lui. Quelques minutes plus tard, il entend la porte de la salle de bain s’ouvrir. Il se retrouve est aperçoit sa douce voisine le reluque. Alors, elle aime le spectacle ! Un sourire s’affiche sur son visage. « Et voilà monsieur. J'espère que la tenue te conviendra. » de toutes façons, tous ses fringues sont similaires donc qu’importe ce qu’elle lui a pris, ça lui ira parfaitement. « Je te fais confiance et merci beaucoup Sacha ?! » il tente le diable. Enok ne sait pas si c’est vraiment le bon prénom. Il n’est pas du genre à se tromper, quand il parle, ce n’est pas pour rien. Depuis qu’il a vu son visage, qu’il se rappel de ce qui se cache sous ce t-shirt trop grand, il essai de ce souvenir de son prénom. Lui demandait aurait été peut-être plus simple, mais Enok est comme ça, il faut qu’il creuse au plus profond de ses méninges. « je voudrais pas qu’à cause de moi, tu n’es plus d’eau chaud. Tu peux te joindre à moi. Je me sentirais coupable si tu tombes malade à cause de moi » sans avertir, il sort de la douche qui coulent encore. Il s’approche d’elle et retire ce grand t-shirt qui gâche le spectacle de son corps « enfin tu n’as plus vraiment le choix maintenant » il l’attrape par la main et l’entraine avec lui sous la douche. Ce stupide sourire ne l’a pas quitté depuis qu’il est ici.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: toc, toc, toc... Qui est là ? (mon voisin adoré)   Lun 25 Juil - 20:11

Si je disais à quelqu'un que je me sentais à l'aise avec une personne que je ne connais quasiment pas, on me prendrait certainement pour une folle. Normalement à se date de la rencontre, la gêne est encore bien présente entre les deux personnes mais pas là. Entre mon voisin et moi, le feeling est tout de suite passé et le fait que je me sente si à l'aise en sa compagnie est certainement aussi du au fait que je suis certaine d'avoir déjà passé un agréable moment en sa compagnie. Mon cerveau s'en rappelle que partiellement, mais mon corps me le crie, donc je peux que le croire. Je ne fais pas long dans son logement, n'ayant pas envie qu'Iceberg s'attaque une seconde fois à lui. Enfin, attaquer est un bien grand mot, vu qu'il s'intéresse simplement à la serviette et non à la personne en elle-même. D'ailleurs, je ne peux pas qualifier mon chien comme un chien de garde, parce qu'il serait certainement le premier à aller se cacher si on venait me cambrioler. Ses vêtements en main, je retourne bien vite dans mon appartement et plus précisément dans la salle de bain, parce que je n'allais quand même pas le faire sortir de ma salle de bain nu comme un ver. Pour une fois depuis bien longtemps, je laissais mes hormones guider mes envies et pendant qu'il se douchait, je pris le temps de l'observer, essayant encore une fois de savoir où je l'avais déjà vu. En entendant son prénom s'échapper d'entre ses lèvres, je fus légèrement troublée, mes lèvres s’entrouvrirent légèrement mais aucun son n'en sortis. Je n'avais pas souvenir de lui avoir dit mon prénom, mais je me dis qu'il avait du le lire sur ma porte d'entrée, comme j'avais lu le sien sur sa propre porte. Un petit sourire vint rapidement prendre place sur mon visage. C'est bien ça. Et toi... C'est Neko ?! Ce n'était pas vraiment une question mais plutôt une affirmation et en le prononçant à une voix, une sorte de petit frisson parcouru mon corps, comme si je l'avais déjà prononcé dans le passé et que mon cerveau mettait enfin les informations à jour. Alors que je m'apprêtai à sortir pour le laisser terminer sa douche tranquillement, je fus surprise de l'entendre me proposer de le rejoindre et de le voir à peine quelques millièmes de secondes après sortir de l'eau pour me retirer mon t-shirt. Je le laissai faire sans dire un mot, comme si c'était tout à fait normal ce qui était entrain de se passer entre nous. Une fois sous le jet d'eau chaude, je laissais un petit rire s'échapper d'entre mes lèvres. Effectivement, maintenant je peux pas dire non. Mon regard le parcouru quelques instants, avant qu'il se repose enfin sur son visage, un visage que je prends le temps de détailler. Mes doigts se déposèrent rapidement sur son torse pour jouer avec un restant de gel douche qui n'était pas partis alors qu'il se trouvait encore sous le jet. J'avais la nette impression que tout était naturel, que j'avais déjà touché son corps plus d'une fois. Un petit sourire était toujours présent sur mon visage et je devais avouer que cela faisait plusieurs semaines que je n'avais pas autant souris et je ne comprenais pas comment il réussissait cet exploit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: toc, toc, toc... Qui est là ? (mon voisin adoré)   Mar 26 Juil - 12:42

Elle est présente dans la salle de bain et ne semble pas décidé à la quitter. Le sourire qu’aborde Enok depuis qu’il est en sa présence n’a pas du tout faiblit. Il est toujours présent et ça ne risque pas de changer quand la jeune femme ballait d’un regard doux son corps dénudé et ruisselant de gouttes. Il rit doucement quand il voit la surprise se peindre sur le visage de la blonde. Elle était étonnée qu’il connaisse son prénom. Pourtant, il n’avait pas fait attention au patronyme qui se trouver sur sa porte. « C'est bien ça. Et toi... C'est Neko ?! » Neko ? Il rit une nouvelle fois. Bordel, il n’a jamais autant rit de sa vie en une seule journée. Secoue la tête. « tu as les bonnes lettres, mais pas dans le bon sens. Je suis quand même ravi que tu te souviens de mon prénom après cette folle nuit. » Nuit où elle n’avait pas eu de mal avec son prénom. Non, elle l’avait clairement bien articulé sous les caresses tentatrices du jeune homme. Si l’alcool délie les langues, il délie aussi les gens. Il n’avait pas eu du mal à aller l’abordé. Lui qui était un grand timide au fond, un solitaire, il avait vu cette douce aura qu’il y avait autour d’elle et il s’était dirigé vers sa propriétaire. Il avait remarqué qu’elle n’était pas dans un état normal, il lui avait tenu compagnie une bonne partie de la nuit et l’avait doucement installé contre son corps, essayant tant bien que mal de l’apaiser. Une chose en entrainant une autre, leurs lèvres étaient entrées en collision, leurs mains partaient en exploration sur le corps inconnu de l’autre. Un instant de lucidité et ils s’étaient trouvés une chambre libre à l’étage. Il n’est pas pudique, mais il ne veut pas faire participer les autres. Une fois l’intimité découverte, leurs corps s’étaient emmêlés à la perfection. La nuit avait été trop courte, le lendemain la jeune femme était encore dans les vapes, il avait alors une la galanterie d’appeler un taxi qui l’avait ramené à son logement. Logement qui n’était pas à cet adresse, sinon il aurait fait tilt depuis longtemps. Il n’aurait pas attendu aujourd’hui pour toquer à sa porte. Histoire de chaudière ou pas ! Enok y avait repensait souvent en trois semaines, c’était une étrange sensation qui le prenait quand il repensait à cette nuit sans lendemain. Sans autres informations qu’un prénom et le souvenir d’un corps. Sacha avait chamboulé le marseillais qui ne comprenait pas ce qui se passait en lui. « Ce n’est pas Neko, mais Enok… » il peu à pleine aisance parcourir ce corps qui se présente à lui. C’est exactement le même. Sa mémoire ne lui a jamais fait défaut et il en a la preuve encore aujourd’hui. Elle est magnifique. Il sait de quoi il parle, c’est un artiste après tout. « Effectivement, maintenant je peux pas dire non. » il frisonne quand elle pose ses doigts sur son torse. Ce touché est agréable, divin. Il le transcende. « je vois bien que tu as dû mal à te souvenir » qu’il ajoute, parce qu’il a bien vu qu’elle essai de savoir d’où elle le connait. Enok lui éclairci alors les idées. « on a fini dans le même lit, il y a trois semaines, après une soirée un peu trop arrosée. » son regard se porte alors sur ses lèvres tentatrices. Il pose ses doigts sur sa joue et caresse sa peau doucement. Son pouce caresse ses lèvres, il plante son regard dans le sien avant d’ajouter « Est-ce que je peux ? » autant lui demander. Autant qu’elle soit consentante et totalement sobre cette fois-ci. Elle peut s’éloigner, il ne l’en empêchera pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: toc, toc, toc... Qui est là ? (mon voisin adoré)   Mar 26 Juil - 18:15

Cette sensation de bien être que j'éprouvais en sa compagnie était un sentiment que je n'avais pas ressentie depuis bien longtemps et cela faisait un bien fou. Mon regard se promena dans ma salle de bain durant quelques instants. C'était la première fois qu'une personne entrait dans mon petit univers. Depuis mon emménagement dans ce logement, je n'avais invité personne, je vivais un peu recluse mais cela ne me dérangeait pas plus que ça. En entendant mon prénom sortir d'entre ses lèvres, je fus légèrement surprise vu son sourire, cela avait du se voir sur mon visage. Heureusement pour moi, j'avais eu la bonne idée de regarder son prénom avant d'entrer dans son appartement, un prénom que j'avais déjà entendu et surtout prononcé, j'en étais certaine, du moins mon corps en était certain. Malheureusement pour moi, son prénom n'était pas tout à fait juste, comme il me le fit rapidement remarqué. Je sentis le rouge me monter aux joues et je me mordillais légèrement la lèvre, un peu honteuse de ma gaffe. J'avais les bonne lettres certes, mais j'aurais préféré le prononcer correctement, Oups oui, désolé... Je suis pas douée pour les prénoms. Je risque de mélanger les lettres plus d'une fois. Alors que j'avais un peu envie d'aller me cacher pour cette faute stupide, il sortit de la douche pour m'y emmener sans que j'ai le temps de refuser. Alors que je promenai mon regard sur son corps très bien sculpté, je devais l'avouer, il me rafraîchit la mémoire. Je ne m'étais donc pas trompée, je l'avais bel et bien déjà rencontré par le passé et ce n'était pas si vieux que ça. Je me sentais vraiment mais vraiment très bête de ne pas m'être souvenu entièrement de lui. Je baissais quelques instants le regard, ayant une nouvelle fois envie de m'enfuir. Il était gentil de m'avoir rafraîchit la mémoire et j'espérais vraiment qu'il l'ait fait sans vouloir se moquer de moi. Mais pour le peu que je le connaissais, je me doutais bien que c'était par gentillesse. Maintenant que tu me le dis... Tu as raison. Je suis vraiment désolé d'avoir eu ce trou noir. Tu m'as vu lors d'une soirée bien trop arrosée. En tant normal je ne bois pas autant et surtout que je me souviens des personnes que je rencontre. Une chose était certaine, si mon esprit ne s'en était pas souvenu, mon corps lui, s'en était très bien souvenu vu comment il réagit dès qu'Enok me touche. Je repose lentement mon regard dans le sien et en sentant ses doigts sur ma joue, un nouveau petit sourire naquit sur mes lèvres. Je n'avais vraiment plus l'habitude qu'un homme se comporte ainsi avec moi et je savais que je pourrai très vite m'y habituer. En l'entendant me demander la permission pour m'embrasser, un petit rire s'échappa d'entre mes lèvres. Vraiment, c'était la première fois qu'on me posait une telle question et à la place de lui répondre, je vins simplement déposer mes lèvres sur les siennes. C'était aussi une bonne réponse non ? Mes doigts quand à eux, remontèrent dans sa chevelure et j'avais l'impression qu'ils savaient exactement quoi faire ou où se positionner. Au bout de quelques secondes, ma tête recula de quelques millimètres pour que nous puissions tous les deux reprendre nos souffles. La réponse te convient ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: toc, toc, toc... Qui est là ? (mon voisin adoré)   Mar 26 Juil - 22:09

Oups oui, désolé... Je suis pas douée pour les prénoms. Je risque de mélanger les lettres plus d'une fois. » il sourit tendrement. Il a l’habitude que l’on écorche son prénom. Un prénom pas très français, un prénom qui lui vient de sa mère, de ses origines scandinaves. Un douloureux souvenir constant d’une mère absente. Il souffre, il a mal, mais il vit avec. Il ne le montre pas, il n’en parle pas, il se renferme sur Peut-être qu’un jour, il aura la chance de retrouver sa génitrice à l’angle d’une rue. Par hasard, pas un mot ne serait échangé et ils repartiraient chacun de leur côte. Il sera soulagé de la savoir en vie, mais ne voudra pas la connaitre. Elle l’a abandonné, elle n’a pas le droit de vouloir revenir dans sa vie. De revenir comme si de rien n’était. Non, il ne veut plus d’elle dans sa vie. Il a juste le besoin de la savoir en vie. Enok ne sait pas où elle a disparu après l’avoir lâchement abandonné dans le hall de ce centre commercial. Elle ne semblait pas avoir une vie passionnante, une vie intéressante. Elle était passive, étrange ! Parfois, il l’entendait parler une langue qu’il ne comprenait pas, une langue dure ! il se collait contre la paroi du mur, pour essayer de comprendre, mais en vient. « ne t’excuse pas, je n’ai pas un prénom commun et encore moins français. Tu risques de mélanger les lettres plus d’une fois ? Donc ça veut dire que j’ai la chance de te revoir ? » il y a donc espoir que cette seconde rencontre ne soit pas la dernière ? Elle souhaite le revoir. Il se sent étrangement bien en sa présence. C’est la première fois qu’il ressent ça. Son palpitant bat à un rythme qu’il ne lui connaissait pas. Devrait-il consulté ? Peut-être. Surement ! Est-ce qu’il est malade ? il hausse les épaules. Peut-être que c’est normal au final, mais il est si inexpérimenté sur les relations entre un homme et une femme. Le sexe, il connait, il le pratique, mais le reste, les sentiments, l’affection, il en est totalement inconnu. Il n’a pas eu d’amour, il n’a pas eu d’affection par son père. Il se l’interdit, de peur de perdre une personne. Seulement la bombe Sacha décide d’exploser comme ça sans prévenir, alors qu’il ne s’y attend pas, alors qu’il ne la connait pas. « Maintenant que tu me le dis... Tu as raison. Je suis vraiment désolé d'avoir eu ce trou noir. Tu m'as vu lors d'une soirée bien trop arrosée. En temps normal je ne bois pas autant et surtout que je me souviens des personnes que je rencontre » il caresse doucement son visage. Elle lui a déjà dit ça, elle s’était excusé d’être dans un état pitoyable « tu me l’as dit ce soir-là. Tu m’as dit que tu n’étais pas bien, tu ne m’as pas dit ce que tu avais. Puis on s’est embrassés et toutes les bonnes intentions que j’avais ont disparu. » elle s’approche de lui et prend possession de ses lèvres, en guise de réponse. Ses mains filent instinctivement dans ses cheveux bruns. Sa main reste sur son visage, continuant de la caresser du bout des doigts. «La réponse te convient ?» il fait la moue. Bien sûr qu’elle lui convient, mais il ne peut pas s’arrêter su ça. Pas sur un simple baiser et repartir s’habiller. Si elle lui permet, il a besoin de bien plus que ça. il ne sait pas exactement, mais il a besoin de plus. De tellement plus. « non, je crois que je n’ai pas bien comprit. » Il se moque d’être nu, d’elle encore en sous-vêtement. Il glisse une main sur sa hanche et l’approche de lui. Il bloque son dos avec la même main. L’autre caresse avec précaution son visage et il approche ses lèvres une fois de plus des siennes. Il ne va plus dans la retenue, il a faim de ses lèvres et à besoin de se nourrir maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: toc, toc, toc... Qui est là ? (mon voisin adoré)   Mar 26 Juil - 22:44

En tant normal j'ai une bonne mémoire et pourtant les prénoms je n'arrivais pas à les retenir. A croire que mon cerveau avait décidé qu'il fallait qu'une information sur les gens ne passent pas et que c'était les prénoms. Il y a des fois où cela pouvait être très arrangeant mais dans d'autres circonstances c'étaient agaçant. A cet instant, je me jurai que j'allais tout faire pour retenir son prénom, qui à me faire un post it que je me collerai sur le front. Ne pas le retenir une fois pouvait passer une fois mais par la suite, cela serait très étrange et vraiment pas sympathique de ma part. Je réalisais que je venais presque de lui avouer que j'avais envie de le revoir et c'était très étonnant venant de moi. J'étais une demoiselle qui aimait faire des rencontres, mais l'avouer devant un jeune homme nu comme un ver n'était pas dans mes habitudes. Je réfléchis quelques instants à sa question, me demandant si c'était vraiment ce que j'avais envie. Est-ce que j'avais vraiment envie de le revoir et d'apprendre à le connaître ? Sans savoir pourquoi, oui je pouvais l'affirmer. Et bien pourquoi pas ? Enfin si cela te dérange pas qu'à chaque fois j'écorche ton prénom. Je prenais ça à la rigolade mais en vrai cela m'agaçait vraiment et j'avais presque envie de me mettre des claques. Franchement, comment j'avais fais pour mélanger les lettres de son prénom alors que je venais tout juste de le lire. Plus les minutes passaient et plus Enok m'étonnait. Il avait une très bonne mémoire et j'étais presque gênée qu'il me remémore la soirée autant bien, alors que pour moi c'était le trou noir. Je me jurais que c'était la dernière fois que je touchais à une goutte d'alcool. Maintenant je voulais me rappeler de chaque soirée passée à l'extérieur ou même chez moi. Je t'ai dis tout ça ? Et bien, l'alcool m'aide à parler, même si je ne suis pas entrée dans les détails. T'as eu du courage de m'écouter parler. Un petit rire s'échappa d'entre mes lèvres avant que celles-ci se plaquent contre celle de mon voisin pour répondre tout simplement à sa question. Tout était tellement naturel entre nous, que s'en était presque déconcertant. Heureusement, je faisais une totale confiance en mon corps, vu que celui-ci savait exactement comment agir en sa compagnie. Une fois ce premier baiser échangé, je plongeai quelques instants mon regard dans le sien et sa réponse me fit doucement sourire. Il était plein de surprise et j'adorais ça. Un petit jeu de séduction c'était mis entre nous et étonnement je prenais plaisir à y jouer, surtout que j'apprenais à le connaître pour la seconde fois et cette fois-ci je comptais bien me rappeler de chaque instant. Nos lèvres s'unirent rapidement pour un nouveau baiser. En plus de nos lèvres sceller, nos corps se collèrent l'un à l'autre et chaque parcelle de mon corps s’électrisa, comme s'il attendait déjà avec impatience de la suite. J'avais l'impression que mon corps le réclamait entièrement et cela me faisait presque peur, parce que cela faisait bien longtemps que je n'avais pas ressentis ça. Mes doigts descendirent lentement sur son dos où j'en dessinais chaque muscle pour tout ancrer dans mon petit cerveau. Cette fois-ci, j'étais totalement trempée à cause de l'eau, tout comme lui mais cela m'étais bien égal, j'avais l'impression d'être transportée dans un autre monde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: toc, toc, toc... Qui est là ? (mon voisin adoré)   Mer 3 Aoû - 17:31

« Et bien pourquoi pas ? Enfin si cela te dérange pas qu'à chaque fois j'écorche ton prénom. » Le déranger qu’elle écorche son prénom ? Ça ne semble pas le déranger plus que ça. Bien au contraire, il appréciait même. Il a ce sentiment étrange qui se forme en lui ! Celui qu’il préférerait la revoir et qu’elle écorche son prénom des centaines de fois dans la journée à celui de ne plus la voir. Il n’a jamais ressenti se genre de chose avant. Même pas avec Naïs. Parfois, il avait l’impression de ne pas avoir de cœur, d’être un insensible, d’être froid ! Être là, près d’elle, ressentir ça, il adore ce sentiment, il aime se sentir humain, normal. « ça ne me dérange absolument pas. » il sourit comme un idiot. La revoir. Encore et encore. Ça le plait tellement. Il aime cette idée. « Je t'ai dis tout ça ? Et bien, l'alcool m'aide à parler, même si je ne suis pas entrée dans les détails. T'as eu du courage de m'écouter parler. » il hoche la tête, à quoi bon lui répondre ? Il est un peu trop occupé à la détailler du regard. Ils s’embrassent par deux fois. une fois à cause d’elle, une fois à cause de lui. Il n’ose pas un premier temps laisser ses mains glissaient sur ses courbes, il a trop peur que cela ne soit qu’un mauvais rêves. Seulement, elle le touche, elle le caresse, elle essaie de se souvenir et là, c’est la fin. La fin de sa torture mentale, la fin de ses bonnes manières. Sacha anime un feu étrange en lui, de la sentir si proche, de sentir sa chaleur se buter à la sien, de ses mains qui le parcourt, il se laisse petit à petit défaillir. Il succombe. Il coule, il se noie doucement. Le temps de la séduction est révolu, le temps de se perdre dans son corps débute. Il laisse ses mains effleurer ce corps qu’elles ne connaissent pas tant que ça et pourtant, il a l’impression de l’avoir parcouru des centaines de fois. Après des minutes qui lui paraissent interminable, il retire les dernières barrières qui lui bloquent le passage. Une main se presse au creux de ses reins, l’approchant dangereusement de sa virilité qui se réveil, qui s’anime en sentant sa chaire contre la sienne. Son autre main libre taquine doucement sa poitrine, ses bouts de doigts caressent son ventre, sa peau douce. Ses lèvres affamées prennent possession de ses seins offerts. Sa main libre descente doucement vers le sud, avant de plongeait vers sa féminité. Il la caresse, la chatouille, la titille, l’affole. Son souffle s’emballe, ses lèvres mordent la chair tendre de son épaule. Après tant de tentation, d’attente, il ne tient plus, il glisse ses deux mains sous ses fesses, la soulève, pivote et la plaque contre la paroi de la douche « en espérant que tu te souviennes de celle-là… » il n’est pas moqueur, il n’est pas frustré, il est juste lui. Des mots qu’il n’a pas eu le temps d’analyser. En un coup de rein, il pénètre enfin en elle. Une langoureuse danse commence alors. Il prend son temps, il se perd, il aime quand ce n’est pas brutal, quand ce n’est pas animal. Il aime ressentir les choses, que sa partenaire prenne autant de plaisir que lui. S’il voulait d’une baisse rapide, il airait voir une de ses filles qui trainent en soirée, ivre mort et qui attende de se faire sauter à l’arrière d’une bagnole. Non, il n’est pas comme ça. […] Il est allongé sur le lit de Sacha en train de jouer avec ses longs cheveux blonds. Il est soudainement interrompu de sa rêverie par le son de son téléphone fixe. Il reconnaitrait ce son entre mille. Il se redresse alors sur un coude, presse ses lèvres sur celle de la blonde. Se dirige vers la porte et avant d’ouvrir la porte, il la regarde derrière lui « j’espère qu’il y aura encore d’autre prochaine fois. » il revient vers elle, prend possession de ses lèvres pour un baiser ardent. Il a cette impression que ça sera peut-être la dernière fois. Espérons que tu ne te trompes pas Enok ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: toc, toc, toc... Qui est là ? (mon voisin adoré)   

Revenir en haut Aller en bas
 
toc, toc, toc... Qui est là ? (mon voisin adoré)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laughing Out Loud :: La vie en rose :: rps-
Sauter vers: