Partagez | 
 

 hurt (veno)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: hurt (veno)   Jeu 28 Juil - 11:39

tu démarres, tu démarres, rapidement, pour te casser d'ici, tu t'en vas, loin, le plus loin possible de cette putain de maison. faut plus que tu remettes les pieds ici, faut plus que tu t'accroches non, faut plus que tu viennes. simplement, faut que t'arrêtes de la surveiller, de l'épier, faut que t'arrêtes d'intervenir dans sa vie, faut simplement que tu te détaches d'elle, finalement, mais est-ce si simple, mais est-ce que tu peux y arriver ? t'as besoin que oui, elle aussi, elle a besoin que tu disparaisses de son champ de vision. alors tu roules, vite, trop vite, beaucoup trop vite. t'en as rien à foutre, t'as qu'une envie, frapper. exterminer. t'as besoin de te défouler alors tu te rends sur iraty, dans votre entrepôt. à cette heure, il sera vite, à cette heure, tu pourras frapper contre le sac de boxe, à cette heure, tu pourras chasser tes démons, le temps d'un instant, juste le temps qu'il disparaisse. tu sais aussi de quoi t'as besoin, d'une ligne. une ligne blanche, parfaite, qui montera doucement dans ton cerveau. c'est ce que tu vas faire, c'est ce que tu comptes faire. tu arrives rapidement, évidemment, tu descends, tu marches. un pas après l'autre dans la nuit chaude. tu arrives finalement devant l'entrepôt. tu entres, tu fermes la porte, tu vas vers le fond, là où vous vous êtes installés, toi et le gang, là où personne ne vient, parce que c'est loin, excentré de tout. votre coin. sauf que t'entends de la musique. tu l'entends même parfaitement. tu sors ton arme, et tu avances à pas de loup. quand t'arrive dans la pièce, tu braques ton arme et c'est sur la métisse que tu tombes. vénus, en train de danser, vénus, là, au milieu de cet entrepôt. tu la regardes, elle te regarde, tu finis par ranger ton arme. « tu devrais pas être ici. » tu dis, tu lui craches. t'es froid, sec, distant, c'est pas le bon moment pour toi, non, pas le bon moment pour que t'aies une conversation censée avec qui que ce soit. alors tu fais l'tour, tu l'ignores, qu'elle continue de danser, c'est pas ton problème, même si elle n'a pas l'droit, toi, tu avances, tu fouilles, tu sais que t'en as lancé ici, un peu, alors tu la trouves la poudre, et tu t'installes sur une des tables. carte de crédit, tu commences ta ligne, en silence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 152 pseudo : cupcake avatar + © : ste bertram rose + ealitya
âge : 25 ans, et toutes tes dents
statut civil : célibataire, libertine. t'es un papillon qui ne sait pas où se poser. mais y a une fille arc-en-ciel dont t'es accro.
job/études : proxénète/prostituée parfois/membre du gang de bendo
MessageSujet: Re: hurt (veno)   Jeu 28 Juil - 15:10

• il y avait des soirs où tu te sentais mal. tu faisais ton boulot, comme tous les soirs, mais tu te demandais pourquoi tu continuais. pourquoi tu t'obstinais dans cette voie. tu te disais habituellement, quand tu te posais la question, que c'était la seule chose que tu savais faire. mais au fond tu savais que c'était faux. que c'était un prétexte. tu te sentais sale, ces soirs là. et tu avais ce besoin irrépressible de transformer tout ce maëlstrom d'émotions négatives en quelque chose. en quelque chose d'autre. avant tu avais la danse, pour faire contrepoids, pour te permettre de te défouler. tu donnais à tes mouvements un accent particulier, tes gestes chantaient. mais tu n'avais même plus ça. tu te redresses, et prends le fric que le type te tend. tu le ranges. tu arranges tes fringues, tu tires un peu sur ta jupe et tu retires ton foulard, que tu ranges dans ton sac. tu sais où tu vas aller. tu sais de quoi tu as besoin. tu passes chez toi, tu poses tes affaires. tu prends une douche -chose tellement inutile sachant que tu devras en reprendre une autre-, et tu enfiles tes vieilles fringues de danse, que tu as gardées, sans vraiment savoir pourquoi. tu attrapes ton sac de sport, dont le cuir peint en doré commence à se décoller, et tu y mets tes pointes, et d'autres chaussons, ainsi que te ton téléphone.
• tu sais très bien où tu veux aller. au qg du gang, à iraty. à cette heure-ci, ça t'étonnerait qu'il y aie qui que ce soit, et que quelqu'un te retrouve pour te faire la morale. tu mets la musique et tu commences à t'échauffer. tu aurais du peut-être faire un bandage là où tu as été blessée. mais tu n'y as pas pensé. tu avais besoin de danser, tes mains en tremblaient presque, comme une droguée qui a besoin de sa dose. tu cherches un instant dans ta playlist une chanson que tu aimes tout particulièrement. tu fermes les yeux. tu te concentres sur la sensation de tes pieds ancrés dans le sol, tu cherches à ressentir la gravité, l'attraction terrestre. tu te balances d'avant en arrière, tu respires calmement. ce n'est pas une pause. tu prends à apprécier pleinement la musique et à te laisser porter par elle. au bout d'un moment, tu rouvres les yeux. tu relances la mélodie depuis le début. et tu commences à danser. tes pieds nus glissent doucement sur le béton. tes bras suivent. tu prends le temps. tout doucement. tu te laisses porter par le piano. tu tournes. tu sautes. tu tombes à terre. tu roules. les yeux fermés. il n'y a pas de miroir, et c'est tant mieux. tu n'as personne à suivre, tu n'as pas à être en synchronisation avec qui que ce soit. il n'y a que toi. toi et ton cœur qui bat. toi qui ne pense plus. toi qui offre ton esprit à la danse. toi qui reprends possession de ton corps. qui réapprends à l'écouter, qui réapprends à t'en servir. tu le laisses parler pour toi. les mouvements sont glissants, saccadés, sensuels, violents. tu alternes tout, tu mélanges tout. ça ressemble à du contemporain, de loin, tu le sais. bien loin du classique, du ballet auquel tu avais été habituée.
• tu est coupée dans ton saut et tu retombes salement par terre, parce que quelqu'un est entrée. tu te sens menacée, alors quand tu relèves la tête et que tu écartes les mèches de devant tes yeux, tu vois bendo. il a la gueule des mauvais jours et il te crache que tu n'as rien à faire ici. peu importe. lui non plus, aux dernières nouvelles. si tu n'arrives pas à dormir, si tu ne parviens pas à arrêter complètement de danser, si tu souffres malgré tout, ça ne regarde que toi. et peu importe si tu te refais mal, tu ne vas pas être du genre à te plaindre. tu coupes la musique. tu bois un coup d'eau, et tu le regardes du coin de l'oeil, se faire une ligne. tu détestes le voir faire, mais tu ne dis rien, parce que ce ne sont pas tes oignons. tu reprend, sans musique, comptant dans ta tête, jusqu'à huit, avant de reprendre. tu répètes chaque enchaînement der mouvement jusqu'à ce qu'il soit gravé dans ton cerveau mais aussi dans tes muscles, sous ta peau. tu sens son regard dans ton dos, et tu sens son jugement. mais il ne dit rien non plus. sans cesser de danser, sans cesser de répéter, parce que tu as appris à faire deux choses à la fois, tu demandes, d'un ton tout aussi froid « il s'est passé quoi pour que tu ne sois même pas capable d'attendre de rentrer chez toi pour prendre ta came ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: hurt (veno)   Ven 29 Juil - 10:25

tu la surprends, là, en train de danser, tu l'informes, simplement, qu'elle devrait pas être ici. tellement pas, dans ces quartiers, dans iraty, seule. tu te souviens, l'avoir trouvé ici, tu te souviens, parfaitement. chaque détail. t'as eu peur pour elle ce jour là. tu veux effacer. tu veux oublier. tu t'enfermes, doucement, dans ta bulle, tu l'évites, son regard perçant, ses yeux de biches, tu te contentes de prendre ta poudre, t'installer à une table, et à la préparer. la musique résonne dans l'entrepôt, tandis qu'elle ne s'arrête pas de danser, qu'elle tourne encore et encore, dans tous les sens, ton regard qui se perd sur elle, un instant, parce qu'elle est douée vénus, vraiment, tu l'savais déjà. « il s'est passé quoi pour que tu ne sois même pas capable d'attendre de rentrer chez toi pour prendre ta came ? » tu ne réponds pas, tu gardes le silence. ce qu'il s'est passé ? t'as brisé le coeur d'alma. tu lui as fait l'amour, tu l'as vu pleurer de joir, tu l'as vu ressentir des sensations, là, dans ses jambes, puis tu l'as rejeté, parce que c'est mieux. pour elle. pour toi. pour vous. voilà, ce qu'il s'est passé. tu dis rien. tu alignes la poudre, tu te baisser, et déjà, tu la sniffes. elle se perd immédiatement dans ton esprit. tu sors ton arme, tu la déposes sur la table. tu essuies ton nez rageusement. tu te perds dans ta contemplation. faut que ça fasse effet, et vite. « ça te concerne pas. » tu dis, simplement, tu regardes tes poings, tu vois les traces encore, tu te souviens que plus tôt, tu tabassais ces types qui l'ont frappé. t'en as tué un, les autres, tu ne devrais plus les revoir. tu te lèves, tu retires ton t-shirt, tu le déposes sur la table aussi, et tu vas vers le sac de frappe. et tu commences. tu ne t'arrêtes pas. tu te défoules, t'en as besoin. tu frappes jusqu'à t'en épuiser, jusqu'à oublier la douleur, cette douleur que tu ne devrais pas ressentir. jamais. plus jamais. tu frappes de toutes tes forces. tu te fiches de t'abîmer les poings, c'est déjà fait ça, c'est déjà trop tard, avec le nombre de gueule que t'as frapper, que t'as tabasser, parfois à mort. t'es plus à ça près.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 152 pseudo : cupcake avatar + © : ste bertram rose + ealitya
âge : 25 ans, et toutes tes dents
statut civil : célibataire, libertine. t'es un papillon qui ne sait pas où se poser. mais y a une fille arc-en-ciel dont t'es accro.
job/études : proxénète/prostituée parfois/membre du gang de bendo
MessageSujet: Re: hurt (veno)   Sam 30 Juil - 10:44

• tu détestes quand quelqu'un se drogue devant toi, parce que ça te met toujours mal à l'aise. tu te sens en danger. tu ne sais pas ce que la personne, sous l'emprise des pilules ou de la poudre, pourra te faire. et tu détestes que les gens en face soient imprévisibles. mais tu continues de danser. parce que ces pirouettes infernales t'emmènent loin, très loin, comme eux. elles te permettent d'oublier tout ce qui se passe autour de toi. d'oublier que tu es très probablement en danger. d'oublier pourquoi tu es venue ici. d'oublier le sang que tu as remarqué sur les mains de bendo. pour une fois, juste pour un instant, tu ne vis que pour toi. ton existence n'est pas vouée au plaisir des autres. il te répond sèchement une fois de plus. tant pis. peu importe, tu sais qu'il finira par te le dire, si vraiment c'est important. tu sais qu'il finira par crever l'abcès, une fois qu'il aura sans aucun doute fini de se défouler sur le pauvre sac là-bas. ce même sac avec lequel il t'a entraînée à te battre. oh, oui, tu sais comment balancer un crochet, tu sais comment te défendre. mais la plupart du temps tu ne le fais pas. tu ne le dis pas. parfois, tu mens. tu lui dis que t'as essayé mais qu'ils étaient trop forts pour toi. en vrai, tout ce que tu espères, c'est qu'ils se lassent de te cogner. et surtout, qu'ils ne te violent pas. ça ne t'es jamais arrivé. même si c'était rude tu as eu cette chance. mais c'est toujours une de tes hantises, depuis que tu as été enfermée dans cet entrepôt, lors d'une de tes premières missions pour bendo.
• mais peu importe. tu répètes le port de bras, tu fermes les yeux, tu fermes ton esprit complètement. la musique s'ancre en toi. il n'y a que la chorégraphie qui traîne encore dans ta tête, tu l'as vidée de toutes tes pensées, positives comme négatives. tu ne veux pas penser, à rien. tu veux juste ressentir la terre sous tes pieds, et l'air qui se colle à ta peau, déjà ruisselante de sueur. tu fais une pause. tu le regardes cogner ce sac de toutes ses forces. tu arrêtes ta musique, tu t'assieds par terre et tu prends une barre chocolatée. ce qui est bien maintenant que tu ne fais plus de danse, c'est que tu peux plus ou moins manger ce que tu veux. même si tu es habituée maintenant à faire attention. personne ne voudrait d'une fille obèse, en plus de ça. mais tu peux te permettre ce genre de choses de temps en temps. alors qu'avant, c'était tout simplement hors de question. tu vois bien qu'il ne va pas bien. et tu n'aimes pas ça. mais s'il n'ouvre pas la bouche, tu ne peux rien pour lui. tu attends qu'il s'arrête et tu remarques ses blessures. c'est qu'à taper sans gants ni bandages, on se fait mal, et tu le sais bien. tu te relèves. tu remets ta musique et tu continues de danser. tu répètes cette chorégraphie que tu as inventée dans ta petite tête. tu n'as plus besoin de professeur maintenant. ça pourrait être un métier pour toi, ça, peut-être. tu n'aurais pas besoin de faire tous les mouvements. mais tu ne sais spas si tu en auras la force. de les voir danser en sachant que toi, tu ne pourras pas le faire entièrement.
• tu enchaînes les tours, pour t'entraîner. ta tête va plus vite que ton corps, toujours. tu as repéré un point dans le mur et tu ne le lâches pas des yeux, jusqu'au dernier moment. et dès que tu le peux tu le reprends. c'est comme ça qu'il faut faire pour garder l'équilibre. ta jambe qui ne te sert pas de support bat l'air dès que tu lances ta nouvelle pirouette, en un geste souple. mais soudainement une vive douleur te prend. ta jambe support, c'est celle où tu as été blessée. tu t'écroules par terre, déséquilibrée par cette pointe acérée, et tu les replies contre toi. tu ne pleures pas, tu as trop mal pour ça. tu te mords la lèvre, et tu essaies de la masser. tu grognes un peu « je me demande comment elle doit bien pouvoir faire la sœur de nino. » tu es loin de te douter que c'est elle qui met ton chef dans un état pareil. tu cognes un peu ta tête contre tes genoux. il faut que tu débloques tout ça. que tu fasses partir la douleur. tu avais espéré que c'était parti, ou du moins que la douleur avait diminué. mais il fallait croire que ce n'était pas le cas. pas du tout. et que c'était toujours aussi dangereux pour toi de danser. mais comment étais-tu censée faire sans ? ça avait ta raison de quitter ta famille, ton île. ça avait été ta motivation toute ta vie. et tu n'arrivais pas à enterrer ton rêve, pas en sachant à quel point tu avais été proche de réussir vraiment. tu regardes bendo du coin de l'oeil. « ça sert à rien de se faire mal. ça enlève pas les soucis. » il va finir par vraiment se blesser. tu rampes presque jusqu'à ton sac, et tu fouilles dedans. il te semble bien avoir des bandages là dedans. tu oses enfin regarder l'état de tes pieds, et ce n'est pas franchement très beau à voir. tu dois avoir au moins trois ampoules à chacun, et des bleus les maculent. tu as même des hématomes sous les ongles. tu soigneras tout ça chez toi, tu n'as rien d'autre que des bandes, que tu enroules autour de ta jambe blessée. « viens par là, jvais au moins tfaire un truc pour éviter que tu t'abîmes trop les mains. » que tu lui dis, avec un petit signe de tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: hurt (veno)   Mar 2 Aoû - 11:54

elle ne s'arrête plus de danser, tandis que toi, tu ne peux t'empêcher de frapper de plus en plus fort contre ce sac de frappe. tu en vises personne en particulier, si ce n'est toi. alors tu frappes, sans aucun arrêt, tu frappes encore et encore, tu suis le rythme de la musique, de temps à autre. tu ne peux t'empêcher d'avoir ces images d'alma tournant dans ton esprit. son corps que tu as découvert il y a encore quelques heures. ce corps que tu as embrassé, que tu as chéri, ce corps dont tu as pris le plus grand soin. putain, t'es perdu. tu frappes. un coup. deux coups. tu reprends ta respiration, et tu continues comme ça. tu balances tes poings comme si tu balançais la vie. « je me demande comment elle doit bien pouvoir faire la sœur de nino. » tu l'entends dire alors. tu stoppes tes coups, tu te retournes pour l'observer là, par terre, se massant la cheville. en temps normal, tu serais certainement venu voir ce qu'elle avait, tu l'aurais porté, t'aurais pris soin d'elle, mais qu'elle te parle d'alma, ça n'arrange certainement pas les choses. comme si elle savait que tu étais avec elle, comme si elle savait que tu étais dans cet état pour elle. tu frappes un coup, un nouveau tandis que tu sens tes phalanges souffrir. elles sont rouges, tu t'en fiches, t'as pas mal. pas physiquement non, c'est ton esprit qui est tourmenté. « ça sert à rien de se faire mal. ça enlève pas les soucis. » elle continue, dans son cheminement, tu grognes, légèrement, tu n'dis rien de plus, tu veux pas l'entendre, tu veux pas l'écouter. simplement. alors tu frappes, tu t'en fiches. tu te fais mal et alors ? tu sais que ça change rien, mais tu sais aussi que ça ne sera pas pire. « viens par là, jvais au moins tfaire un truc pour éviter que tu t'abîmes trop les mains. » qu'elle t'indique, tu la regardes, là, à côté de son sac, la cheville bandée, tu l'observes, tu secoues la tête. « trop tard. » tu réponds, uniquement, mauvaise humeur, mauvaise, fois, tu frappes encore quelques coups dans ton sac de frappe, tu t'exploses un peu plus les mains puis tu te stoppes et tu la regardes. « j'ai tué un type ce soir. » tu lui avoues alors, sans aucune émotion dans la voix. « un de ceux qui t'ont agressé. » tu continues. « les deux autres ne reviendront plus. » tu termines, tu viens regarder tes mains, tu soupires, tu t'approches d'elle et tu viens t'asseoir à ses côtés, presque trop docilement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 152 pseudo : cupcake avatar + © : ste bertram rose + ealitya
âge : 25 ans, et toutes tes dents
statut civil : célibataire, libertine. t'es un papillon qui ne sait pas où se poser. mais y a une fille arc-en-ciel dont t'es accro.
job/études : proxénète/prostituée parfois/membre du gang de bendo
MessageSujet: Re: hurt (veno)   Mer 3 Aoû - 8:18

• il répond pas à tes commentaires et tu vois dans la tension de ses muscles à quel point il est en colère. contre qui ? contre quoi ? aucune idée. si il ne te le dit pas tu sais que tu ne pourras pas deviner. il cogne encore plus fort. ses phalanges sont rouges, à vif. il ne faut pas qu'il continue. il y a autre chose que de la simple colère. il y a plus. et tu es incapable de comprendre quoi. tu essaies mais il est fermé. il ne te laisse rien voir. comme si tu étais en faute. comme si tu avais fait quelque chose de mal. mais pourtant tu savais que tu étais innocente. que tu n'avais rien fait de mal. ou alors c'était peut être ça ? il t'en voulait ptet parce que tu voulais prendre soin de lui ? il aurait préféré que tu le laisses dépérir ? il n'a alors toujours pas compris que le gang compte pour toi. et que chaque membre est important. même ce traître de nino. mais bendo c'est particulier parce que tu sais que tu lui dois beaucoup. énormément. alors merde tu peux pas le laisser comme ça. il arrête de frapper son sac un instant et il te balance qu'il a tué un des gars qui t'avait blessé et que les autres ne reviendraient pas de sitôt. tu as envie de le remercier mais y a une boule qui se forme dans ta gorge. tu ne sais pas pourquoi. mais ce manque d'émotion dans la voix de bendo présage autre chose. il finit par venir s'asseoir près de toi. ses poings sont en charpie. tu attrapes doucement sa main pour constater les dégâts d'un peu plus près. et tu lui réponds sur le même ton neutre 《 j'ai fait huit clients ce soir 》huit c'est beaucoup, même pour toi, d'autant qu'il n'y en a que deux qui voulaient une simple pipe. les autres voulaient plus. dans cette ruelle. tu le regardes dans les yeux 《 tu veux que je te donne une part du fric que je gagne avec le réseau ? 》parce que si c'est ça, y a pas de soucis, il n'avait qu'à te le dire. tu bandes doucement ses blessures, presque tendrement. tu ne veux pas qu'il souffre et tu sais que la cocaïne n'a aucun pouvoir anesthésiant. tu passes doucement le bout de tes doigts sur les siens avant de t'occuper de son autre main. 《 c'est pour ça que tu es en colère contre moi ? parce que je ne te donne pas de part ? 》tu as presque le ton d'une gamine qui ne comprend pas pourquoi son père lui gueule dessus. non. tu le regardes dans les yeux. tu poses doucement ta main sur sa joue 《 non, je crois que y a autre chose. dis-moi. 》
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: hurt (veno)   Mer 3 Aoû - 12:20

elle attrape tes mains, et tu la regardes faire, tu la regardes, simplement, sans un mot de plus. j'ai fait huit clients ce soir tu secoues la tête. c'est beaucoup. c'est trop. t'aimes pas ce qu'elle fait, t'approuve pas, elle pourrait arrêter, avec le fric que vous gagnez, elle pourrait arrêter, mais elle ne le fait pas; t'approuve pas, elle le sait. tu secoues alors ta tête pour lui faire comprendre avant de relever ton regard et de croiser le sien. tu veux que je te donne une part du fric que je gagne avec le réseau ? elle te demande alors, tu la fixes, pour savoir si elle est sérieuse, apparemment oui. tu ne réponds pas. elle bande ta bande, tu ne bouges pas non, tu attends. elle frôle tes doigts, tu fermes tes yeux, simplement. c'est pour ça que tu es en colère contre moi ? parce que je ne te donne pas de part ? t'aimerais lui répondre que non, tu aimerais le lui dire, tu sais pas comment lui dire; t'es déjà parti avec la poudre qui te montre à la tête. si tu parles, tu vas tout balancer. le silence semble la meilleure des solutions. elle agrippe ton autre main et commence à s'en occuper. une main qui se pose sur ta joue, et ton regard qui ne perd plus le sien. non, je crois que y a autre chose. dis-moi. qu'elle pourrait presque t'ordonner. tu secoues la tête, une nouvelle fois, tu récupères tes mains, tu les observes, distraitement. « j'ai vu Alma. » tu balances alors. comme ça. sans pression, sans introduction. rien. « je l'ai ramené chez elle. et j'ai fais une belle connerie. j'ai accepté de la toucher. j'allais .. et .. elle a ... » tu prends ton visage entre tes mains, t'es pas faible, t'es juste perdu. « fallait que j'parte, j'pouvais pas l'faire, j'lui ai demandé qu'elle me mette à la porte. que c'était mieux. elle trouvera un autre type mais .. putain, vénus. ça fait mal. » tu avoues finalement. tu retrouves son regard. « j'en ai rien à foutre de ton réseau. tu fais c'que tu veux, j'veux pas de part, t'as rien à voir dans .. dans ma colère. elle est seulement dirigée contre moi. » tu finis.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 152 pseudo : cupcake avatar + © : ste bertram rose + ealitya
âge : 25 ans, et toutes tes dents
statut civil : célibataire, libertine. t'es un papillon qui ne sait pas où se poser. mais y a une fille arc-en-ciel dont t'es accro.
job/études : proxénète/prostituée parfois/membre du gang de bendo
MessageSujet: Re: hurt (veno)   Mer 3 Aoû - 23:55

• tu as envie de lui hurler dessus. de l'insulter. de cogner son torse de tes maigres poings. de lui asséner une claque monumentale qui résonnerait dans tout l'entrepôt. elle l'avait donc accepté. elle lui avait donné toute sa confiance. et il était parti, il avait une fois de plus repoussé cette possibilite de vie meilleure, sereine et calme. mais il a l'air perdu. blessé. il te l'a dit, il souffre. alors tu passes ta main dans ses cheveux《je te comprends pas des fois bendo. elle t'a accepté, elle t'a laissé la toucher. tu aurais dû attendre. vous êtes tous les deux en train de souffrir.》tu parles doucement. tu ne veux pas qu'il s'énerve. parce que pour connaître les conséquences de quand il est hors de lui, tu ne veux pas en payer le prix. il te fait un peu peur des fois, même si tu ne le montres pas. même si tu ne lui dis rien. parce que tout le monde a peur de lui, et tu ne veux pas qu'il se sente seul au monde. tu cherches quelque chose qui pourrait l'aider. tu cherches comment tu pourrais soulager sa peine ou le convaincre que alma vaut bien la peine de prendre ces risques. mais tu ne vois qu'une seule chose. 《 tu... tu veux coucher avec moi ? tu pourras extérioriser ta colère c'est pas grave. comme ça, tu te blesseras pas. et ça va te crever, et tu pourras dormir un peu.》il en a tellement fait pour toi, tu peux bien lui accorder ce genre de faveur. et puis t'as l'habitude d'être utilisée. beaucoup de gars crient le prénom d'une autre pendant l'acte. c'est jamais très agréable, mais eux ça leur fait du bien. et c'est le but de ton métier. alors même si c'est dégradant au possible tu le feras pour bendo. tu n'aimes pas le voir aussi mal. et puis tu n'es plus à un gars près. même si celui là tu le feras pas payer. il manquerait plus que ça. qu'il garde son argent. tu caresses doucement ses mains bandées. tu ne veux pas lui faire mal, tu ne veux pas qu'il souffre physiquement. 《 j'aimerais bien te dire que ça va aller mieux. mais il va falloir du temps. parce que tu l'aimes quoique t'en dises. parce que quelques instants tu as eu son coeur entre les mains et tu as eu envie de le chérir et d'en prendre soin. et cette envie il va te falloir beaucoup de temps pour l'oublier.》il est pour toi ce qui se rapproche le plus d'un meilleur ami. même si tu ne te vois pas coller cette étiquette sur votre relation. mais tu te dois d'être parfaitement honnête avec lui. tu dois lui dire la vérité. qu'il comprenne ce qui s'est réellement passé dans son coeur. qu'il comprenne pourquoi il souffre. parce que tout son être crie alma mais qu'il se refuse toujours à être heureux ne serait ce qu'un peu avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: hurt (veno)   

Revenir en haut Aller en bas
 
hurt (veno)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laughing Out Loud :: La vie en rose :: rps-
Sauter vers: