Partagez | 
 

 FREY + (dessiner sans regarder car ce corps tu le connais par coeur)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Axel Colombier
member ◊ cute little nemo

messages : 14 pseudo : cupcake avatar + © : ash sexymest + riskin
âge : 23 piges, et oui mon gars je me fais vieux déjà
statut civil : amoureux dans le déni
job/études : je suis pâtissier et j'ai même une boutique en cebtre ville dont je suis très fier
MessageSujet: FREY + (dessiner sans regarder car ce corps tu le connais par coeur)   Sam 30 Juil - 23:02

• le problème d'avoir tout juste lancé sa boutique, c'est qu'elle n'est pas très connue, et donc il n'y a jamais la foule qu'on rêvait d'avoir. oh, je n désespère pas et je sais que si je me débrouille bien, avec le temps, ça finira par arriver. mais il faut lancer tout ce bazar en attendant. et il faut aussi payer le loyer de la maison, de la boutique, et tout le reste. et ce mois-ci, comme d'autres fois, c'est comme qui dirait un peu juste. je n'ai aucune facture de retard mais mon frigo personnel est aussi vide que mon porte-monnaie. or, je refuse de faire dealer ou quoi que ce soit d'autre, j'ai donc cherché un petit boulot qui ne me prendrait pas trop de temps. et je suis tombé, je ne sais comment, sur ça. un recrutement de mannequins pour les étudiants en art. alors, me voilà à me préparer our une séance de nu. je ne suis pas d'un naturel très pudique et je sais que d'une façon objective, je ne suis pas franchement laid, même si ce n'est pas moi qui irais me vanter. le prof me sourit, et arrange un peu mes cheveux, puis m'aide à prendre la pose qu'il désire. je suis ainsi face à la salle. et maintenant il n'y a plus qu'à attendre que les élèves entrent. je n'ai même pas demandé quel âge ils avaient. je m'en fous un peu à vrai dire. il n'y a que la perspective de pouvoir aller faire les courses ce soir qui m'intéresse. je regarde ces artistes en herbe s'installer, avec leurs grands cartons vert et noir, plein à craquer de feuilles de toutes les couleurs, certaines vierges, d'autres gribouillées. un peu comme leurs dégaines. certains sont tous propres, comme s'ils venaient de prendre une douche. et d'autres ont du plâtre dans les cheveux, des taches de peinture sur les mains, et sur leurs chaussures. au niveau vestimentaire beaucoup arborent le même look, un peu cliché, un peu marrant. et beaucoup rougissent en me voyant. je ne peux pas m'empêcher de sourire, même si ce n'est pas ce que le prof veut. ensuite je reprendrais mon air de statue de marbre. et tandis que je les détaille tous, je remarque une paire d'yeux surpris posés sur moi. oh. tiens. frey. je lui adresse un petit sourire en coin. on va s'amuser tiens, si il est là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frey Weiss
staff ◊ cute little pearl

messages : 103 pseudo : sleep.walking aka mallo avatar + © : matthew hitt, alaska


âge : vingt-deux ans
statut civil : célibataire
job/études : étudiant en art et prostitué
MessageSujet: Re: FREY + (dessiner sans regarder car ce corps tu le connais par coeur)   Dim 7 Aoû - 17:32

Ça fait quoi ? Une semaine, que tu n'as plus vu le jour ? Non, plutôt quelque chose comme cinq jours. Tu ne sais même plus quel jour il est, tu sais que tu aurais dû allé en cours un lundi matin mais qu'une insomnie artistique t'y a retenu dans la nuit de dimanche. Et depuis, tu n'es pas sorti. T'as passé tes journées et nuits à peindre. Des dizaines de ratés mais tu as finalement réussi à retransmettre ce que tu voulais vraiment le jeudi soir, juste à temps avant de rendre ce foutu travail. Tu fais toujours tout à la dernière, tu attends que les idées arrivent même si c'est à peine quelques heures avant que tu doives rendre ton oeuvre au professeur concerné. Et pourtant ils vous laissent en tout cas un bon mois pour le faire. Mais l'inspiration chez toi, c'n'est pas sur commande. Ça ne vient pas comme ça, en un claquement de doigts, comme pour certains de tes collègues de ta classe. Ça te prends du temps, il faut un élément déclencheur, un souvenir, un rêver, un objet, un événement dans l'une de tes journées... un corps, souvent ceux de tes clients. Ça peut venir n'importe quand sur n'importe quoi et tu sais que tu dois peindre tout de suite, avant que ton idée reparte aussi vite qu'elle est arrivée. Du coup ce matin, tu es plutôt fier d'arriver en cours avec ton cartable sous le bras. Tellement que tu ne remarques même pas qui est posté au milieu de la salle entourée par une bonne dizaine d'étudiants qui semblent visiblement bien apprécier la vue que le modèle pour votre cours de dessin de nu offre. Ton voisin de chaise te fait sortir de tes pensées en te donnant un petit coup de coude « Toi qui a un petit penchant pour les teub, j'suis sûr que lui il te fait bander. » dit-il en riant, bien obligé, tu te détournes pour regarder le modèle en question. Tu t'attendais à tout sauf à voir un de tes clients, et putain pas n'importe lequel, Axel, habillé de son plus simple appareil dans une position basique du dessin de nu. La surprise t'ôte littéralement les mots de la bouche ce qui ne vient que renforcer le rire de ton ami qui pense avoir raison. Le pire c'est qu'il a raison. « J'le savais ! Oublie pas, on est la pour dessiner par pour... 'fin j'veux même pas savoir ce que tu fais avec un mec enfaite. Dessine et c'est tout, ok ? » tu hôches bêtement la tête. Et t'assois d'une manière un peu trop robotique sur ta chaise tandis que tu captes le regard d'Axel. Oui. Dessiner. Simplement, dessiner. Frey, tu peux le faire ok ? Puis tu as un avantage non négligeable sur tous les autres... tu as plus que bien explorer le corps qui est exposé. Ce qui te fais légèrement rougir et sourire. Et côté entrejambe, on se passe de détails. Tu croises tes jambes, pose ton cartable comme sous-main, mais aussi dans le but de cacher un éventuel trop gros éveil de ta masculinité, et t'armes d'un feuille, d'une gomme et d'un crayon. Puis tu le regardes, tu le fixes un bon moment sans trop de raisons parce que tu le connais déjà par coeur son corps. Particulièrement les plus intimes... Ce n'est pas comme si il t'obsédait un peu, beaucoup, son corps et que tu t'amusais déjà à le dessiner. Mais disons surtout que tu profites un peu de la situation pour te rincer un peu l'oeil. Tu commences à poser quelques coups de crayon sur ta feuille blanche mais un détail t'ennuies. Axel, il est plus beau quand il bande. Mais ça tu ne peux pas franchement le crier au milieu de la classe. Quoique. Mais tu décides d'y aller plus subtilement, tu te poses sur ta chaise d'une manière qui donne l'impression que tu es en train de réfléchir et essaies de capter le regard du beau modèle. Tu souris d'un air pervers, mais tu te sens aussi rougir de ce que tu t'apprêtes à faire. Sans le lâcher du regard, tu te mordilles les lèvres, d'une manière bien suggestive. Balayant ton regard, sur tout son corps et ses tatouage et tu t'arrêtes particulièrement dans les environ de ses hanches. Puis tu finis par prendre ton crayon entre tes lèvres, le mordillant d'abord puis tu finis par le lécher. Ça te donne l'impression d'être dans un rôle d'une secrétaire cochonne mais quitte à le dessiner autant bien le dessiner non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Axel Colombier
member ◊ cute little nemo

messages : 14 pseudo : cupcake avatar + © : ash sexymest + riskin
âge : 23 piges, et oui mon gars je me fais vieux déjà
statut civil : amoureux dans le déni
job/études : je suis pâtissier et j'ai même une boutique en cebtre ville dont je suis très fier
MessageSujet: Re: FREY + (dessiner sans regarder car ce corps tu le connais par coeur)   Lun 8 Aoû - 22:42

• je le vois rougir un peu en croisant mon regard, et y a un autre gars qui lui parle. je ne sais pas ce qu'ils disent, mais ça a l'air amusant au vu de la tête du voisin de frey. dommage que je ne puisse pas entendre de là, vraiment. mais je n'ai pas de soucis à me faire, étant donné que le jeune homme ne m'a pas vraiment lâché du regard. le prof leur donne quelque consignes et je m'applique à garder la pose du mieux possible. j'ai commencé à prendre l'habitude, je sais comment faire pour ne pas déranger le étudiants sans me retrouver à avoir des crampes dans absolument tous mes muscles. ils sont tous penchés sur leurs feuilles, leurs yeux passent de la feuille à moi, et inversement. j'aurais presque envie de dire au beau brun qu'il n'a pas besoin de m'observer si longuement. faut dire que mon corps, c'est limite s'il le connaît pas par cœur, après l'avoir vu et exploré tant de fois. il a croisé ses jambes et posé son carton dessus, et je me demande, le temps d'un instant si ce n'est pas pour cacher e que je pense. je m'autorise un petit sourire satisfait. j'aime me dire que je lui fais envie, même si je suis très loin d'assumer pourquoi j'apprécie tant cette sensation, cette impression qu'il puisse ressentir du désir pour moi. réellement. parce que dans un contexte professionnel tel que celui qui encadre la plupart de nos entrevues, je ne peux jamais être sûr que les petits sons qu'il fait, qui sont si délectables soient vrais e pas juste simulés, par simple habitude. il bouge un peu et mes yeux se reportent sur lui de nouveau. il a collé son dos contre le dossier de la chaise, et il a cette moue pensive. j'esquisse un petit sourire en coin. sil 'y avait pas eu tous les autres étudiants, et si je n'étais pas censé ne pas le connaître du tout, je lui aurais dit qu'il n'a pas tellement besoin de m'étudier sous toutes les coutures. alors j'essaie de faire passer ça juste dans mon sourire. et il commence à mordiller son crayon, avec ses joues légèrement roses. et vous voyez je ne suis pas sûr que j'aurais réagi de la même façon si ça avait été quelqu'un d'autre. mais cette bouche aux lèvres pulpeuses, je sais quelles sensations elle peut me donner. et je m'en souviens. je sais exactement ce que ça donnerait si j'étais à la place de ce crayon sur lequel sa langue se pose délicatement. oh mon dieu. je dois me forcer à ne pas me mettre à rougir comme une fillette.

pourtant je ne sis pas gêné facilement. les gens peuvent me chauffer comme ça, habituellement, à part la réaction physique normale, ça ne me dérange pas. mais là je suis entouré d'une vingtaine d'étudiants sans aucun moyen de cacher ce léger désagrément. mais je ne peux pas m'empêcher de lui répondre. parce que je me dis qu'il y a une chance pour que ça se finisse de la meilleure des façons ensuite. alors, je lui offre mon plus beau sourire suggestif, et je me mordille la lèvre. je ne peux pas le cacher, de quelque manière que ce soit, qu'il me fait envie. vous voyez, ce gars, c'est un vrai fantasme à pattes. il a cet air innocent et doux et gentil, qu est déjà très attirant. mais en plus, vu les circonstances dans lesquelles je l'ai rencontré, je sais tout ce qu'il est capable de faire de son corps magnifique et j'adore en profiter. mais ce serait la première fois que ça arrive en dehors des moments où il fait le trottoir. le prof me rappelle à l'ordre, certainement parce que j'ai bougé un peu trop, alors je reprends ma pose, mes yeux toujours rivés sur lui. je le veux déjà et toute la salle doit être capable de le dire. il y a une fille au premier rang qui a l'air passablement gênée, alors je lui souris d'un air amical. il ne faut pas qu'elle le soit. ce n'est pas elle qui me fait cet effet là et je ne vais pas lui sauter dessus. c'est presque douloureux et physiquement gênant mais je ne peux franchement pas m'accorder un moment pour ça devant tout ce public. alors j'attends la moindre réaction de la part de l'artiste que je préfère dans cette salle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frey Weiss
staff ◊ cute little pearl

messages : 103 pseudo : sleep.walking aka mallo avatar + © : matthew hitt, alaska


âge : vingt-deux ans
statut civil : célibataire
job/études : étudiant en art et prostitué
MessageSujet: Re: FREY + (dessiner sans regarder car ce corps tu le connais par coeur)   Dim 21 Aoû - 21:56

Si ce matin on t'avait dit au réveil que tu allais te trouver le cul visser à une chaise à essayer par n'importe quel moyen à faire discrète bander ton meilleur client au milieu d'une salle remplie d'élève en train de le dessiner tu aurais très certainement éclater de rire. Mais le monde est bien fait. Et c'est ce que tu es actuellement en train de faire un sourire pervers sur les lèvres. Tu ne pensais pas que ça serait si simple de lui faire de l'effet mais visiblement il se souvient plus que bien ce que ta bouche est capable de lui faire. Tu as un sourire satisfait tandis que tu le vois se faire reprendre à l'ordre par ton professeur, visiblement pas vraiment gêné de bander devant une classe de jeune artiste mais tu te remets pas pour autant à dessiner. Ça ira vite pour toi, car tu connais vraiment son corps par coeur. Alors, tu profites pour le regarder simplement avec un sourire aux lèvres, t'as envie d'aller le voir de plus près. Ca serait mentir que de dire qu'il ne te donne pas envie là tout de suite. C'est chaud quand même. Axel, il arrive à te faire bander simplement en étant nu devant toi. Vivement que le cours se termine rapidement ! Après quelques minutes à le mater juste pour le plaisir, tu finis quand même par te mettre à dessiner... Sinon ton collègue de chaise va vraiment finir par croire que tu as fait une fixette sur le modèle.

Tu es en train de terminer quelques ombres sur ton dessin quand la sonnerie du bâtiment retentit. Votre prof vous laisse à peine le temps de signer votre dessin avant de vous l'arracher limite des mains. Ce qui ne manque pas d'en faire râler certain mais toi tu t'en fiches bien, t'avais fini bien longtemps avant la sonnerie. Même si il n'était pas franchement réussi... comment pourrait-il l'être dans une pose aussi superficiel ? C'est ce que tu n'aimes pas quand il y a des modèles en classe. C'est toujours des poses stupides qui ne conviennent pas du tout à la personne. Axel tu le dessinerais bien... mais pas devant une classe, dans un pose stupide. Plutôt genre... dans ton lit. Tu ranges rapidement tes affaires avant d'aller rejoindre Axel qui est en train d'aller se rhabiller dans un coin de la salle. « Plutôt impressionnant comme performance... je te pensais plus pudique cela dit... » tu lui souris amusé « ... et pas aussi réactif à un simple crayon ? » tu jettes un coup d'oeil à la salle ou il ne reste que quelque mou du genou, trainant un peu pour sortir, ton prof, il est déjà loin depuis longtemps. Tu en reviens à Axel mais surtout à la chose qui commence sérieusement à te gêné dans ton pantalon, même gay, tu restes un homme qui pense principalement à ce qu'il a entre les jambes. « Peut-être que... tu pourrais ne pas trop te rhabiller ? » chuchotes-tu rien que pour lui. « Ça serait bête de repartir en bandant... non ? » tu ne sais pas trop si tu dis plus ça pour lui ou pour toi mais dans tous les cas, ça ne fait aucun doute que c'est vrai. T'espères juste qu'il en a envie lui aussi... et que ça ne soit pas simplement une envie de temps en temps de se taper un prostitué. Bien que tu ne sois pas vraiment un "prostitué" là tout de suite, tu ne lui feras pas payé c'est évident. C'est juste... pour le plaisir d'être ensemble ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Axel Colombier
member ◊ cute little nemo

messages : 14 pseudo : cupcake avatar + © : ash sexymest + riskin
âge : 23 piges, et oui mon gars je me fais vieux déjà
statut civil : amoureux dans le déni
job/études : je suis pâtissier et j'ai même une boutique en cebtre ville dont je suis très fier
MessageSujet: Re: FREY + (dessiner sans regarder car ce corps tu le connais par coeur)   Sam 27 Aoû - 22:41

• c'est vrai que je réagis facilement ce matin. plus que normalement. parce que franchement là, j'ai la résistance d'un gosse, c'est assez ridicule. mais en même temps faut dire que vu comment je bosses en ce moment sur de nouvelles idées j'ai plus trop le temps de m'occuper de cette frustration. et puis, merde, axel, arrête de te trouver des excuses. c'est juste que c'est frey. c'est frey et son corps divin, ses lèvres charmeuses et tout ce qui fait de lui ce fantasme sur pattes. alors le fait qu'il m'observe, qu'il me regarde, qu'il joue avec moi, en dehors de ses heures de travail, je me sens important. j'aurais presque envie de me pavaner. et je ne pense même pas à la gêne que je devrais ressentir, à bander comme ça devant une classe entière. de toute manière, j'ai jamais vraiment été pudique, on m'en voudra pas. je sens son regard couler sur moi. il me mate longuement et j'ai presque peur qu'il rende feuille blanche. mais non. au bout d'un moment, il se met à dessiner. je sais que je ne pourrais pas voir ce que ça rend, et j'en suis presque triste en fin de compte. j'aimerais bien voir la façon dont il me voit, même si ça c'est juste une étude à rendre. lorsque la sonnerie retentit je me relève et je bouge lentement. très lentement. finalement je ne serais pas passé à côté des crampes et des douleurs musculaires. bon sang. une heure assis comme ça, dans cette pose superficielle et voilà que je peux à peine bouger. je rampe presque vers un coin de la salle, et je commence à me rhabiller.
• et peut-être qu'au fond de moi, tout au fond, j'espérais qu'il vienne. qu'il me rejoigne et qu'il vienne me parler. parce que si il y avait bien quelque chose qui était toujours en place, c'est bien ce que j'avais entre les jambes. et il est venu. avec son petit air à la fois satisfait et d'un autre côté presque hésitant. il salue ma performance et je ne peux m'empêcher de rire légèrement. « c'est pas le crayon qui m'fait bander, frey. vraiment pas. » oh que non. c'est ce gars, et ses yeux à se damner qui me fait cet effet de fou. et au vu de la légère déformation de son jean, il faut croire que c'est assez réciproque. j'aime ça. plus que je ne le devrais certainement, mais je ne peux pas m'en empêcher. il me propose de ne pas me rhabiller, pas entièrement, en un chuchotement. et bon sang les pensées indécentes se bousculent dans mon crâne. je souris et enfile juste un jean, histoire de pas avoir de soucis avec les mous du bulbe qui traînassent encore dans la salle. j'ai envie de l'embrasser, de me coller à lui, mais je ne peux pas, pas tant qu'ils seront toujours là. alors je pose simplement ma main sur la hanche de frey avec un petit sourire en coin. le genre de sourire qui, paraît-il, me donne l'air diablement sexy. presque autant que mes tatouages. « en effet. surtout quand j'ai un très beau mec à disposition. c'est que j'ai cru comprendre des promesses tout à l'heure, ce serait bête de les trahir sans le savoir hein ? » je le chauffe à mon tour. je ne veux pas que ça n'aille que dans un sens. c'est pas une passe, ça a rien à voir. c'est juste entre nous. c'est nouveau, aussi. différent. mais ça me plaît. je jette un œil aux deux mollassons, mon plus beau regard noir. si là je n'ai pas l'air d'un dealer ou je ne sais quel autre genre de mauvaise fréquentation, j'me fais moine. ce qui serait franchement embêtant pour frey, et pour moi aussi d'ailleurs. à peine la porte se ferme-t-elle que je souris de mon meilleur air de prédateur « ça y est. ils sont partis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frey Weiss
staff ◊ cute little pearl

messages : 103 pseudo : sleep.walking aka mallo avatar + © : matthew hitt, alaska


âge : vingt-deux ans
statut civil : célibataire
job/études : étudiant en art et prostitué
MessageSujet: Re: FREY + (dessiner sans regarder car ce corps tu le connais par coeur)   Mar 30 Aoû - 11:23

Heureusement pour toi que le cours ne dure qu'une petite heure... tu n'es pas trop sûr que tu aurais pu tenir encore plus longtemps en ayant un dieu grec comme modèle. Tu aurais fait un passage au toilette pour te soulager très certainement. Mais non, le cours est vite passé. Enfin vite et lentement en même temps, car quand on bande sérieusement on a généralement l'impression que ça fait depuis des heures. Il te faut peu de temps après la sonnerie pour rassembler tes affaires dans ton sac et aller le rejoindre. Lui laissant pas vraiment le temps de se rhabiller. Tu ne tiens pas à ce qu'il le fasse d'ailleurs. « C'est pas le crayon qui m'fait bander, Frey. Vraiment pas. » sa réplique te fait sourire d'un air pervers. Tu te doutes bien qu'il parle de toi mais t'as envie de le titiller un peu et de t'amuser « Ah non ? Alors, ça doit être le fait d'être à poil devant toute une classe j'imagine... tu as de drôle de fantasme mon cher. ». Il ne se rhabille que partiellement, certainement pour faire bonne image auprès des élèves qui prennent un peu trop leur temps pour sortir et il te lance ce sourire qui pourrait en faire fondre plus d'un et qui a l'effet d'une allumette sur une botte de foin sur toi. Tu te fais sérieusement violence pour pas lui sauter dessus damnant tes camarades de classe que tu vas bientôt finir par les pousser en dehors de la classe si ils continuent de trainer. Axel doit penser pareil que toi car il leur jette son plus noir regard, un qui te ferait limite flipper au passage si tu ne connaissais pas un tout petit peu l'homme. Tu ne le connais pas beaucoup, mis à part du sexe vous n'avez pas franchement pris le thé ensemble pour papoter tous les deux mais tu es au moins sûr d'une chose, c'est qu'il n'est pas méchant... enfin tu crois. La porte se referme enfin, vous laissant seul tous les deux ce qu'Axel ne manque pas de faire remarquer d'ailleurs. Ce qui te fait rire doucement. Tu n'attends pas une seconde pour te rapprocher de lui, te coller à lui, glissant tes mains d'abord sur ses hanches puis sur ses fesses directement à l'intérieur de son jean à moitié ouvert. Tu te mordilles la lèvre « Tu disais donc ? Des promesses ? Je n'ai fait que sucer un crayon personnellement... qu'est-ce que tu t'es imaginé ? » tu souris et viens déposer tes lèvres contre son cou lui mordillant doucement la peau. T'es pas décidé à lui donner ce qu'il veut tout de suite, tu as bien envie de le faire souffrir un peu avant. Tu relèves la tête et l'embrasse avec envie, oui tu crèves d'envie de lui mais tu te fais patienter un peu aussi. Ça va dans les deux sens ce petit jeu. « Tu t'es imaginé que c'était toi que je suçais mh ?... » tu chuchotes de manière perverse contre ses lèvres. Pauvre Axel... il y a des chances pour qu'il se fasse chauffer encore un bon bout de temps. Malgré tout tu as un petit doute sur ce que vous êtes en train de faire... tu espères qu'il n'imagine pas que tu fais ça uniquement pour son plaisir, comme un prostitué le ferai, mais bien pour les deux. Bien parce que... Axel il te laisse pas franchement indifférent. C'est un peu plus que ton client préféré... et tu te demandes si il y pense à cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Axel Colombier
member ◊ cute little nemo

messages : 14 pseudo : cupcake avatar + © : ash sexymest + riskin
âge : 23 piges, et oui mon gars je me fais vieux déjà
statut civil : amoureux dans le déni
job/études : je suis pâtissier et j'ai même une boutique en cebtre ville dont je suis très fier
MessageSujet: Re: FREY + (dessiner sans regarder car ce corps tu le connais par coeur)   Dim 4 Sep - 2:02

• il me taquine un peu et bon sang ce que je peux aimer ça. il insinue que j'ai des tendances exhibitionniste. c'est n'importe quoi. mais ça me fait rire un peu, parce que c'est amusant d'imaginer que ça pourrait être un fantasme. en tout cas ça ne fait pas partie des miens. « nan. je suis juste absolument pas pudique. non, mais c'est parce que tu vois, y avait un mec genre super canon pas loin, qui arrêtait pas de me chauffer, alors bon, j'étais un peu distrait tu vois. » j'observe l'effet plus qu'intéressant qu'a mon regard noir sur les autres élèves, qui ont tous pris la fuite. on me dit souvent que quand je les regarde comme ça, avec mes cheveux dans tous les sens et mes tatouages, je ressemble à un repris de justice, ou bien au genre de dealer assez violent, qui a déjà tué et qui n'hésitera pas à recommencer. c'est pour ça que pas mal de filles m'ont abordé, en pensant que j'étais ce genre de badboy, histoire d'approcher le danger. je trouve ça ridicule et dangereux, mais je ne suis personne pour le leur dire. avec frey, c'est pas pareil. avec frey, ça a commencé différemment. et c'est en train de prendre une drôle de route. parce qu'on commence à se voir en dehors de ses heures de boulot, parce que ce n'est pas ce que j'avais prévu à la base, si tant est que j'avais prévu quelque chose. mais franchement, maintenant que j'entends la porte qui claque d'avoir été lâchée trop tôt, j'm'en fous. je réfléchis pas vraiment à ce qui est en train de se passer. c'est différent, ouais. mais c'est pas grave. c'est tout autant agréable. autant que ces mains qui passent sur mes hanches, dans mon dos, et... dans mon jean ? elles reposent sagement sur mes fesses, mais je dois m'avouer étonné de l'audace du jeune homme. je le pensais plus timide en dehors de son travail. voilà qui me paraît très très intéressant. j'ai hâte d'exploiter ça.
• ses dents rencontrent mes lèvres et je dois retenir une petite plainte. ça ne fait pas vraiment mal c'est surtout diablement sexy, et ça me donne envie de lui sauter dessus. mais sa bouche s'éloigne déjà de moi pour continuer de déverser ce flot de paroles taquines, sur un ton presque ingénu. « oh, presque rien. j'ai failli comprendre que je te faisais envie, mais tu sais, j'ai dû me tromper. c'est vrai que c'est un geste machinal dépourvu de la moindre signification... » que je laisse échapper, dans un souffle, tandis qu'il trouve le chemin qui mène jusqu'à mon cou. le tatouage que j'ai là est nouveau, et donc la peau est plus sensible. et ce genre de frôlement envoie des décharges électriques jusque dans le creux de mes reins. il a décidé de me chauffer donc, jusqu'à ce que je n'en puisse plus. et le pire c'est qu'il va réussir. parce que je me connais. et je vais me laisser faire. néanmoins, s'il veut jouer à ce jeu là, on peut être deux et je peux très bien en faire de même. et il craquera avant moi, je peux vous le dire. il m'embrasse, enfin, avec envie, et je participe allègrement au baiser. je mourrais d'envie de goûter à ses lèvres. je le pousse contre la table la plus proche, et je lui mords un peu la lèvre. et il souffle ça contre mes lèvres, alors je souris. « ouais. et toi je suis sûr que tu t'es souvenu de comment je réagis quand tu le fais. mais mh... tu n'as tellement aucune idée de ce que ça ferait si on inversait les rôles... » ma voix est volontairement plus basse, je veux lui faire comprendre qu'il me fait envie, mais aussi que je veux qu'il prenne du plaisir dans ce qu'on va faire, peu importe ce que ça signifie vraiment au final.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frey Weiss
staff ◊ cute little pearl

messages : 103 pseudo : sleep.walking aka mallo avatar + © : matthew hitt, alaska


âge : vingt-deux ans
statut civil : célibataire
job/études : étudiant en art et prostitué
MessageSujet: Re: FREY + (dessiner sans regarder car ce corps tu le connais par coeur)   Lun 12 Sep - 17:29

Sa réponse ne manque pas de te faire rire. Oh tu le savais que c'était toi qui lui faisait de l'effet, ou du moins tu t'en doutais sérieusement puisqu'il te regardait. Mais c'est encore plus satisfaisant de l'entendre dire. Et tu ne peux que rougir légèrement quand il parle de toi comme d'un mec "super canon". Tu t'es jamais trouvé canon bien au contraire, les cicatrices des coups de ton père zèbre ton corps un peu partout et tu les détestes plus que tout. Ce qui te rend affreusement laid à tes yeux. Puis t'es maigre et pas franchement musclé. Et c'est sans parler de ta tête, pas vraiment roux mais pas blond non plus tu t'es souvent demandé qui voudrait bien d'un gars comme toi. Et pourtant, tu attires quand même du monde, enfin tu supposes, puisque tu as bien tout de même des clients dans ton lit et qu'Axel est là à te traiter de super canon. Tu n'as pas la même définition que lui du mot "canon". Pour toi il serait plutôt du genre... beau noiraud avec les cheveux mi-court, corps fin, peau pâle, avec des tatouages, yeux bleu qui peuvent vite virer au plus foncé si il le souhaite, gueule d'ange avec un côté rebelle... un peu comme le prince charmant que tu décides depuis bien longtemps maintenant. Un peu comme Axel en faite... Ouais Axel c'est ta définition du mot "canon".

À vrai dire, tu es toi même étonné de ton audace car. De un pour commencer, le Frey prostitué et le Frey étudiant n'ont quasiment rien en commun, tu es plutôt du genre timide et discret dans la vie, tandis que dans un lit c'est un peu différent, la timidité tu la laisses au placard quand il est question de trouver un moyen de remplir ton frigo. Et de deux... bah, tu n'es pas franchement habitué à coucher ailleurs que dans ton lit pour du fric. Tu as beau être habitué à Axel, ça te fait bizarre de te retrouver seul avec lui ici, dans cette classe. Mais tu as déjà tes mains sur ses fesses alors il est un peu tard pour y réfléchir une deuxième fois. C'est fait, tu t'es laissé pousser par ton envie de lui alors assume donc le fait d'être un peu dévergondé aujourd'hui. « oh, presque rien. j'ai failli comprendre que je te faisais envie, mais tu sais, j'ai dû me tromper. c'est vrai que c'est un geste machinal dépourvu de la moindre signification... » tu souris tandis que tu as ses lèvres sur son cou, chatouillant la peau de ce qu'il te semble être un nouveau tatouage, mais tu n'en es pas sûr, il en a tellement que tu ne sais plus vraiment lesquels tu as déjà eu l'occasion de détailler ou non. « C'était pas un geste dépourvu de signification... » chuchotes-tu contre sa peau « .. j'ai terriblement envie de toi oui... » tu récupères rapidement ses lèvres et il te rend ton baiser allègrement te poussant jusqu'à une table avant de te mordre la lèvre ce qui te fait gémir doucement. Tu souris d'abord mais sa réponse te faire prendre quelque couleur, tu rougis quand il parle d'inverser les rôles. C'est vrai qu'en général, c'est plutôt ton rôle à toi de mener la danse, dans la mesure où tu es censé apporter du plaisir à la personne qui te rend visite. Alors là, tu te sens un peu pris de court, tu rougis bêtement en le regardant « Ah ?... Heu non je l'imagine pas tellement non... » tu t'assois sur la table et récupère tes mains de son pantalon pour venir les glisser sur son torse déjà nu. Le caressant depuis ses épaules jusqu'à ses hanches t'attardant un peu sur celles-ci. « Je ne suis pas vraiment habitué à ce genre de... faveur on va dire. » tu l'attires tout contre toi et passe ses mains dans son dos tandis que tu laisses ta bouche glisser sur son torse, embrassant chaque tatouage que tu croises « Enfaite... je crois que je vais te laisser choisir... fais ce que tu veux de moi... » tu relèves la tête pour lui sourire. Oui, laisse-le mener la danse pour une fois, ça vous changera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Axel Colombier
member ◊ cute little nemo

messages : 14 pseudo : cupcake avatar + © : ash sexymest + riskin
âge : 23 piges, et oui mon gars je me fais vieux déjà
statut civil : amoureux dans le déni
job/études : je suis pâtissier et j'ai même une boutique en cebtre ville dont je suis très fier
MessageSujet: Re: FREY + (dessiner sans regarder car ce corps tu le connais par coeur)   Jeu 15 Sep - 13:30

• il a ses lèvres dans mon cou, qui caressent et s'attardent sur mes tatouages. il a cette façon très sensuelle de faire, mais je sens que quelque chose est différent. il prend son temps. et moi aussi. ce n'est pas juste histoire d'évacuer une quelconque frustration. c'est avec lui. et j'ai beau dire le contraire, c'est différent avec lui d'avec tous les autres gars. comme avec mon ex fiancée, au début. quand je lui mord un peu la lèvre, il gémit et bon sang, là, je sais que ce n'est pas simulé. et c'est beaucoup trop plaisant pour ma propre santé mentale. il est beau. il est même très beau, et je n'ai qu'une hâte, c'est de retirer son tshirt. mais pas de suite. pas maintenant. je veux être sûr qu'il sache où ça va nous mener. je veux qu'il comprenne que ce n'est pas comme d'habitude. je veux que mon plaisir vienne en partie du sien. je veux juste qu'il aime lui aussi ce qu'on va faire. et il rougit soudainement, en me disant que non, il n'imagine pas. je pose une main sur sa joue, et je l'embrasse, le plus tendrement possible. pour le mettre en confiance. et ça marche puisqu'il me dit de mener le jeu si j'en ai envie. ses mains glissent de mes épaules à mes hanches, en passant par mon torse, tandis que les miennes s'aventurent lentement sous son haut. il me sourit, avec ses yeux légèrement brillants, et je sens une vague déferler sur moi. je ne saurais pas nommer ce que c'est, mais c'est définitivement trop tendre et trop beau pour mon bien. « dis moi tes limites, d'accord ? si ça ne te plaît pas ce que je fais. je suis pas un client, là, c'est pas pareil. t'as le droit de pas être d'accord. »
• je retire le tshirt, devenu trop gênant dans mon exploration de son torse imberbe. et pour la première fois je remarque des choses qui ne m'avaient jamais frappé auparavant. les zébrures plus claires sur sa peau presque blanche. alors je les embrasse doucement, une par une, en remontant vers son visage. mes bras sont passés autour de sa taille, et je ne me rends même pas compte de comment j'agis avec lui. comme si j'étais son copain. et au final, ça va même plus loin. « c'tait qui le gars avec toi ? avec qui tu rigolais ? » que je marmonne contre son cou. je veux savoir. parce qu'il y a une différence entre faire le métier qu'il fait et avoir une vie sentimentale. il pourrait très bien avoir un copain, et dans ce cas là, il vaudrait mieux que je m'en aille. que je m'éclipse et qu'on se contente des moments professionnels. je suis jaloux, oui, absolument. [i]« vous aviez l'air vachement proches. » et je n'ai pas envie qu'ils le soient de trop. je n'ai pas envie qu'il aie quelqu'un d'autre. je n'ai pas envie que quelqu'un dans sa vie ne soit aussi spécial. je refuse d'accepter pourquoi et mon déni est tellement hypocrite... ou alors peut-être que c'est ce gars qui lui a fait toutes ces marques ? non. je ne pense pas. j'espère pas en tout cas. parce que sinon, je vous jure que ce type mourra très bientôt. « c'est pas lui qui t'a fait mal, hein ? » je ne veux pas savoir pourquoi il y a ces marques. s'il n'en parle pas, c'est certainement parce qu'il ne veut pas le faire. et je ne peux pas l'en blâmer. mais si c'est ce gars, ça change toute la donne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frey Weiss
staff ◊ cute little pearl

messages : 103 pseudo : sleep.walking aka mallo avatar + © : matthew hitt, alaska


âge : vingt-deux ans
statut civil : célibataire
job/études : étudiant en art et prostitué
MessageSujet: Re: FREY + (dessiner sans regarder car ce corps tu le connais par coeur)   Dim 18 Sep - 23:03

Tu hoches de la tête. Tu es content de voir que vous êtes sur la même longueur d'onde. Cette fois-ci elle est différente. Il n'y a pas de client, il n'y a pas de prostitué, il n'y a qu'Axel et Frey. Vous le faite pour vous deux, pour le plaisir des deux... et éventuellement pour l'attachement des deux aussi. Oui parce qu'Axel il ne te rend pas indifférent. Tu le sais mais t'essaie de ne pas trop y penser. Tu as peur que ça ne soit pas réciproque, que pour lui ça ne soit qu'une affaire de cul car au final c'est quand même comme ça que tout à commencer entre vous deux. Mais t'hésite quand même... tu ne sais pas trop et tu vois mal aller lui poser la question. Tu as envie de lui dire que tu n'as pas vraiment de limite, pour lui tu n'en auras jamais mais tu te contentes de lui répondre simplement « Oui... c'est juste que c'est différent et que je n'suis pas tellement habitué à tout ça... ».

Il te déshabille, te retirant ton t-shirt, il explore ton torse, d'abord avec ses mains puis avec ses lèvres embrassant ce que tu détestes plus que tout chez toi, tes cicatrices. Chaque baiser te fais l'effet d'une mini décharge électrique, pas qu'elles soient douloureuse mais tu es terriblement sensible sur presque chacune d'entre elles, ça te fait frissonner. Il a ses lèvres dans ton cou tandis qu'il te demande qui était le gars à côté de toi. Il te faut un moment pour comprendre où il veut en venir, pour situer le mec en question, de qui il parle. C'est un sujet trop sérieux pour en parler maintenant à ton goût mais tu lui réponds tout de même. « C'est mon meilleur ami... » tu réalises à peine qu'il laisse parler sa jalousie, c'est seulement quand il parle de votre promiscuité que ça te fait tilte « Oui... je le connais pratiquement depuis le premier jour où je suis arrivé ici... » tu le regardes d'un air suspicieux mais avec un sourire sur les lèvres « Axel... on n'a même pas couché encore ensemble que tu me fais déjà des crises de jalousie là ? » tu ris doucement et lui embrasse le coin des lèvres mais la suite te refroidie bien vite, encore mieux qu'une douche froide, y a pas pire tue l'amour que de parler de ça. « J'veux pas en parler. » que tu réponds sûrement bien trop froidement, non bien sûr que non que ce n'est pas lui mais tu as tout sauf envie d'en parler. Tu ne peux pas, c'est trop dur, c'est une plaie que tu n'as jamais pu refermer. Tu as tout sauf envie qu'on te prenne en pitié qu'on te sorte des "oh mon dieu mon pauvre" "mais et la police ? la protection de la jeunesse ?" t'en as entendu tellement mais ce que les gens ne comprennent pas c'est que en parler ne fait que rendre les choses pires encore. Tu as toujours dû garder le secret sur ton père sinon tu sais qu'il aurait été capable de te faire bien plus mal qu'avec sa ceinture. La mini crise de jalousie et ce rappel sur tes cicatrices t'a totalement refroidi tu as soudainement bien moins envie de lui, enfin si, mais tu es lunatique, ce n'est pas nouveau, mais parler de ce sujet en particulier ne te fait jamais du bien. Tu le repousses gentiment essayant vaguement de sourire « On n'devrait pas faire ça ici... » que tu sors comme excuse tandis que tu récupères ton t-shirt « J'aurai pas dû de te chauffer, j'aurai pas dû essayer d'aller plus loin que simple client à prostitué... je n'devrai pas trop m'attacher à toi non plus... » tu soupires, tu as toujours eu de la peine à faire confiance aux gens toujours peur d'être déçu et de souffrir plus que d'habitude. C'est pour ça que tu repousses les gens, que tu repousses Axel à cet instant. Parce que parler de tes mauvais souvenirs ne font jamais resurgir de bonnes choses en toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Axel Colombier
member ◊ cute little nemo

messages : 14 pseudo : cupcake avatar + © : ash sexymest + riskin
âge : 23 piges, et oui mon gars je me fais vieux déjà
statut civil : amoureux dans le déni
job/études : je suis pâtissier et j'ai même une boutique en cebtre ville dont je suis très fier
MessageSujet: Re: FREY + (dessiner sans regarder car ce corps tu le connais par coeur)   Ven 23 Sep - 5:07

Frey me dit qu'il n'a rien, qu'il n'a pas de problème, vraiment. Que c'est une simple question d'habitude. Et ça me tue au fond de moi que ce soit le cas. Qu'il n'aie pas l'habitude que quelqu'un prenne soin e lui. Parce que tout le monde mérite ça. Parce que tout le monde a droit à quelqu'un qui n'aie dans la tête que votre plaisir. Peu importe votre métier. Alors je l'embrasse, tendrement. Pour lui montrer qu'il peut avoir confiance. Et c'est le cas. Parce que à ce moment là, je fous mon déni au placard. A ce moment là, il n'y a que ce qu'il se passe à l'instant présent qui compte pour moi.

Je sens son amusement suite à ma mini-crise de jalousie. Et il a raison. C'est con parce qu'on est pas ensemble. C'est la première fois qu'on couche ensemble, alors je ne devrais pas régair comme ça. Ce n'est pas légitime. Mais c'est comme ça. Parce que je veux savoir à ce moment lâ, je veux savoir si ce qu'on partage là, il le partage avec quelqu'un d'autre. Je veux pouvoir deviner si c'est si spécial pour lui, autant que pour moi, ou si ce n'est juste qu'un à-côté, quelque chose d'imprévu mais d'agréable, de notre relation professionnelle. Et puis je suis curieux, au delà de cette jalousie déplacée. Je veux en savoir plus sur lui. Je veux qu'il devienne bien plus qu'un simple corps. Parce que je me rends compte tout à coup que malgré les nuits que nous avons partagé, je savais à peine qu'il était en école d'art. Je ne suis même pas tout à fait sûr de son âge. Je ne le connais presque pas et pourtant à ce moment là, dans l'euphorie de l'action, pris dans des espèces de brumes légères et confortables j'ai envie d'être le seul. J'ai envie que ce que l'on est en train de faire reste dans sa mémoire, que ça aie un peu de valeur pour lui. J'ai presque envie que ce soit le début de quelque chose de nouveau. Sur le moment j'ai peur que ce soit un reproche. Mais il y a son rire léger qui retentit dans la salle et ses lèvres au coin des miennes, alors je me dis que mon erreur de parcours est pardonnée. Mais tout ça disparaît rapidement, la bulle éclate d'un coup. Je ne sais pas ce que j'ai fait de mal, mais il se braque entièrement. Il devient froid, en le disant qu'il ne veut pas en parler. Je ne comprends pas. Stupidement, sur le coup, je cherche ce que j'ai bien pu faire qui lui a déplu. Son langage corporel a changé du tout au tout et je réfléchis, repassant mes propres mots dans ma tête. Je ne voulais pas cette réaction. C'était pile celle que je cherchais à éviter. Je voulais qu'il se sente en confiance. Rassuré. J'avais même fait exprès de juste demander si c'était son meilleur ami qui l'avait blessé pour qu'il puisse me répondre juste par oui ou non, ou qu'il puisse éluder la question. Je ne voulais pas le forcer à en parler, mais c'était l'impression qu'il avait eue. Il me repousse même un peu et je sais pas. Il y a quelque chose en moi qui se serre. Je reviens à la réalité. Je perds mon pseudo courage, les portes du placard se referment sur moi, et je baisse la tête. J'aurais pas dû parler de ça. J'aurais dû garder mes questions pour moi. Tout ça parce que j'avais envie de lui montrer que c'était spécial. Qu'il arrivait à me faire ressentir des choses. Mais c'est bien la preuve que si on avait une relation, elle ne serait pas durable. Deux hommes ne sont pas faits pour avoir ce genre de lien qui tient pendant des années. Deux hommes peuvent avoir du plaisir, passer des bons moments, mais pas être ensemble. Ça c'est simplement pas possible. Il se rhabille mais moi je n'en ai pas envie. J'ai toujours envie de lui, je veux toujours ses lèvres sur les miennes. Mais lui ne veut plus. Il ne veut plus rien de tout ça apparemment. Alors je m'assied sur le rebord de la table, et je le regarde enfiler son tshirt avec cette déception peinte sur les traits de mon visage. "Je suis pas assez bien c'est ça ?" Je dis pas ça pour qu'il aie pitié, je veux pas qu'il couche avec moi simplement par pitié. Mais je suis peut être pas assez spécial, pas assez différent des autres pour qu'il veuille quelque chose en dehors de nos nuits passées ensemble. "Ou alors t'as peut être quelqu'un. Je comprends, je t'en veux pas. C'était déplacé de ma part, toutes ces questions. Je voulais juste te connaître un peu plus, je voulais juste que ça nous permette de construire quelque chose d'autre. Et je voulais pas que tu te sentes forcé de m'en parler, c'est juste que... j'sais pas. Je voulais te dire que tu pouvais avoir confiance. Et puis si c'est quelqu'un qui te les a faites, je voulais aller lui casser la gueule pour avoir abîmé un si joli corps. Apparemment c'est pas la seule chose qui a été abîmée." Et peut être que c'est son petit ami qui lui a fait pareilles cicatrices. Peut être qu'il a un copain violent mais qu'il l'aime. Et le fait que je lui en parle lui a montré que là, dans ce cas précis, hors cadre professionnel, il est en train de le tromper. Et dans ce cas là je ne peux rien faire. Je ne peux même pas appeler qui que ce soit, parce que ce ne sont que des suppositions, et elles sont peut être fausses. Et je suis déçu. Parce que j'aurais aimé, parce que j'espérais qu'il se passe quelque chose. Parce que je voulais qu'il y aie un truc entre nous. Mais ce n'était pas possible. Pas si une personne prenait déjà la place dans son coeur. Surtout pas si la personne l'aime, dans le cas où ce ne serait pas son copain qui lui aie fait ça. Alors j'enfile mon t-shirt d'un air maussade. Je suis aussi frsutré d'avoir été chauffé pendant une heure entière pour qu'il ne se passe rien. Et je lâche juste en marmonnant "Moi je vois pas où est le problème dans tout ça. Pour une fois que ça me paraissait juste tout le bordel dans ma tête, pour une fois que je voulais bien que ce soit la première pierre à quelque chose, l'a fallu que je merde quelque part. Moi j'ai envie de m'attacher à toi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frey Weiss
staff ◊ cute little pearl

messages : 103 pseudo : sleep.walking aka mallo avatar + © : matthew hitt, alaska


âge : vingt-deux ans
statut civil : célibataire
job/études : étudiant en art et prostitué
MessageSujet: Re: FREY + (dessiner sans regarder car ce corps tu le connais par coeur)   Mar 4 Oct - 21:53

Très certainement qu'il ne l'a pas fait exprès. Il ne cherche pas à te blesser, ni à te faire du mal. Dans un coin de ta tête tu le sais. Mais rien que le fait d'évoquer tes cicatrices te retournent tous l'estomac, te ramène directement à quelques années en arrière dans ton ancienne maison à Munich, quand tu vivais encore avec ton père. Enfin, tu ne vivais pas vraiment, tu survivais plutôt. Les coups de ceinture, c'était devenu tous les jours. Il trouvait toujours un moyen pour que ça soit fait discrètement, souvent quand tes frères et soeurs n'étaient pas là et encore moins avec ta mère. Personne comme témoin, c'est fou ce que c'était lâche. Il avait une totale emprise sur toi. Il a commencé très jeune à te frapper, tu n'avais même pas encore cinq ans quand il s'y est mis. Mais depuis ce jour-là, tu as toujours eu une peur bleue de ton père. Avec les années, tu aurais pu lui tenir tête, quand il était bourré, tu étais sans aucun doute sûrement bien plus fort que lui. Mais dès qu'il débarquait avec sa ceinture, qu'il prenait toujours la peine d'essuyer après t'avoir saigné, tout ton corps se figeait, tu te renfermais dans une bulle où tu essayais du mieux que tu le pouvais de te couper de la douleur des coups. Incapable de te défendre, incapable de l'arrêter ni de réagir. Il était ton pire cauchemar. Et il l'est toujours.

C'est pour cette raison que tu réagis si brusquement à la remarque d'Axel. Car ça te ramène dans des souvenirs bien trop sombres, dans des choses que tu ne maîtrises pas et sous lesquelles tu es terriblement vulnérable. Et tu as toujours ce réflexe de vouloir te protéger, de ne le dire à personne car sinon "ça sera pire". Mais ce n'est plus le cas maintenant, il ne vit plus avec ta famille... du moins tu crois que c'est fini. Il s'assoit sur la table et regarde te rhabiller « Je suis pas assez bien c'est ça ? » tu le regardes surpris qu'il pense cela, comment il peut dire ça ? Se rend il compte qu'il parle à un mec qui se croit franchement en dessous de bien des gens ? Qui n'a pratiquement aucune confiance en lui si on fait exception à son habilité à être un plutôt bon coup. Axel il vaut bieeen plus que toi. Tu l'écoutes silencieusement, tu le laisses terminer sincèrement touché par ses paroles. Tu y es allé trop fort, tu t'en rends compte quand il parle. Mais c'est plus fort que toi. Ce sujet, tu ne veux pas en parler, ni avec un psy, ni avec ta famille, ni avec un ami... tu veux juste enfouir ces mauvais souvenirs au plus profond de toi pour ne plus jamais devoir y penser. Mais toi aussi tu voudrais construire quelque chose avec Axel, toi aussi t'as envie de t'attacher. Même si ça te fait peur, même si c'est nouveau. Tu veux qu'il devienne spécial pour toi. Il l'est déjà dans un sens, mais tu le veux encore plus. Tu t'approches de lui, lui prend les mains et te penche pour venir embrasser ses lèvres, légèrement, tendrement, comme un pardon. « Excuse-moi... je n'peux pas parler de ça sans me braquer... c'est juste tellement... dur... » tu baisses les yeux sur vos mains, tu lui caresses les doigts pensivement « C'est mon père... ça a commencé je sais pas... quand j'avais cinq ans... j'ai l'impression de n'avoir connu que ça dans ma vie... la peur de rentrer chez soi, de serrer les dents sous la douleur, de garder le secret pour ne pas aggraver mon cas... ça ne fait que peu de temps que je revis réellement... et encore. Même si les plaies sont cicatrisées sur mon corps, il y en a une énorme qui ne veut pas se refermer, celle psychologique. Je n'suis pas très équilibré comme mec tu sais... enfin, tu t'en doutes j'imagine... » tu le regardes et lui souris tristement « Et comment tu peux dire que tu n'es pas assez bien à un mec comme moi sérieusement ? T'es un million de fois mieux que moi Axel et va pas me dire le contraire. Par contre oui j'ai quelqu'un dans ma vie... » c'est plus fort que toi, tu as envie d'essayer de relever un peu l'ambiance, tu as un léger sourire narquois au coin des lèvres « Il s'appelle Prince Charmant et je le dessine depuis des années sous toutes les coutures... et va savoir pourquoi mais dès que je t'ai rencontré j'ai eu l'impression de voir son sosie ou son frère jumeau en carrément plus canon. J'ai halluciné... mais j'étais très content de l'avoir dans mon lit... même si c'était pas de la manière la plus glorieuse que ça soit. Mais peut-être qu'il y a moyen que ça change... je devrai aller demander au sosie si il est d'accord d'être un peu plus... que ça... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Axel Colombier
member ◊ cute little nemo

messages : 14 pseudo : cupcake avatar + © : ash sexymest + riskin
âge : 23 piges, et oui mon gars je me fais vieux déjà
statut civil : amoureux dans le déni
job/études : je suis pâtissier et j'ai même une boutique en cebtre ville dont je suis très fier
MessageSujet: Re: FREY + (dessiner sans regarder car ce corps tu le connais par coeur)   Dim 16 Oct - 1:38

• je le vois partir dans ses pensées, et je ne peux rien faire. je n’aurais tout simplement pas dû parler de ça. mais j’avais besoin de savoir, je veux en apprendre plus sur lui, je veux apprendre à le découvrir. je ne voulais même pas l’obliger à me dire quoi que ce soit sur les conditions, sur ce que c’était. je ne voulais pas le savoir s’il n’était pas prêt à me le dire. je voulais pas de ça, je voulais pas qu’il me repousse alors qu’on allait partager un moment aussi agréable, aussi spécial. il es dans sa bulle de souvenirs et je ne peux que le regarder de loin, sans vraiment trop savoir quoi faire. alors je reste là, à le regarder, sans rien faire, mon tshirt froissé enfilé à la hâte et certainement un peu de travers. il s’anime de nouveau, come un automate pour lequel on appuie sur le bouton. il vient vers moi, prend mes mains dans les siennes et m’embrasse légèrement, doucement. ça me fait comme la caresse d’une plume sur les lèvres. c’est tendre et ça a le goût des regrets, des excuses. c’est nouveau ça, pour moi. c’est la première fois qu’un homme m’embrasse comme ça. c’est la première fois que je sens cet agréable pincement au cœur. puis tout à coup, il se livre. il laisse tomber le mystère autour de ses cicatrices, il me révèle tout.
• et je bois chacune de ses paroles, l’écoutant dans un silence compréhensif. je ne vois pas tellement ce que je pourrais dire de constructif. quelque chose qu’il n’a pas entendu cent fois, ou quelque chose qu’il a envie de ne pas entendre. alors, tout simplement, je lui caresse la joue, du bout des doigts, et je l’embrasse tendrement à mon tour. comme j’embrassais ma fiancée avant de la lâcher en lui expliquant que je l’avais déjà trompée à de nombreuses reprises. sauf que là c’es différent. là, je veux vraiment être tendre avec lui. là, je veux lui montrer que je n’ai pas pitié. je veux lui montrer qu’il ne me dégoûte pas, loin de là. et que je ne le vois pas non plus comme un pauvre animal blesé en mal d’amour. il a ce petit sourire triste qui brise mon cœur. la lueur malicieuse de ses yeux est éteinte et ça m’est insupportable. ça pourrait presque me mettre en colère. « je suis là, maintenant. je suis très bon dans le rôle du pansement. enfin, j’espère que… que ça t’a fait du bien d’en parler un peu. » parce que c’était le but, aussi. qu’il se sente mieux. je ne veux as qu’il soit gêné par sn corps, quand il ne fait pas son métier. il n’a pas à en rougir. les cicatrices ne sont pas si visibles que ça, et puis elles lui apportent un certain charme, jusqu’à ce qu’on comprenne l’histoire qui les accompagne. pourtant, maintenant que je le sais, il n’en devient pas moins dégoutant, ou moins attirant. je ne saurais pas expliquer cette sensation étrange. mais je sais qu’elle ne s’envolera pas de sitôt.
• il me reprend sur ma question rhétorique, sur ma première phrase. il me demande comment je peux dire ça. et je me rends compte que si je ne le connais pas très bien, lui non plus. il ne sait rien de moi au final. il ne sait pas que je peux me transformer en l’enfer en une demi-seconde, et pour presque rien. que je peux transformer tout aussi vite ma maison en champ de bataille de la première guerre mondiale. il ne m’a jamais vu dans de tels états et je suis sûr que si c’était le cas, il s’enfuirait en courant, comme toute personne censée. il ne sait pas que je suis le fils d’un passeur de drogue, que ma mère lui était soumise, comme elle se soumettait à mes crises. et étrangement, je préfère ne pas lui en parler. on verra le moment venu, quand ce sera véritablement nécessaire. parce que là, il est en train de me dire qu’il a quelqu’un dans sa vie. je me fige complètement. et merde. je ne pourrais pas. je peux tromper, et je peux aller voir des prostitués en ayant presque aucun problème de conscience. mais coucher avec quelqu’un qui trompe son copain, je ne peux pas. « qui c’est ? » que je demande d’une toute petite voix un peu dépitée. alors il répond à ma question et même si je ne suis pas facilement gêné ou embarrassé, là c’est plus fort que moi. et me voilà en train de rougir, comme une collégienne de sixième, face à son crush qui entrera au lycée l’année prochaine. je n’aime pas ça, alors je baisse la tête pour me cacher.
•c’est pas une décision à prendre à la légère. c’est pas rien. c’est compliqué comme situation. lui qui est un prostitué -je refuse de lui demander d’arrêter de faire son métier, je ne suis pas sa mère ou son père non plus. il sait ce qu’il fait, il le fait consciencieusement, et tant qu’il sait faire la part des choses, je lui fais confiance-. et moi qui ne suis absolument pas sûr du bien-fondé de cette relation et de son potentiel de durabilité dans le temps. je pense toujours que deux hommes ne sont pas faits pour s’aimer longtemps et d’amour, mais plutôt de passions charnelles, presque violentes. c’est comme ça. ce n’est pas ce que je veux avec lui, et je vais essayer de me prouver que j’zi tort de penser une telle chose. je vais essayer d’y mettre du mien, même si je sais déjà que ce ne sera pas toujours facile. mais dans aucun couple ça n’est facile. « le… le sosie… dirait pas non. » soyons lucides cinq minutes, ça doit se voir à cinq mille bornes que j’ai des sentiments pour lui, même si je faisais jusqu’alors de mon mieux pour les refouler. mais la jalousie que j’ai ressenti e le voyant avec son meilleur ami, et tout ce genre de détails, ce sont des signes qui ne trompent pas. je ne dirais pas que je l’aime, pas encore, je ne le connais pas encore assez bien pour ça, mais en tout as, c’est bien parti pour. alors je l’embrasse de nouveau, tout aussi tendrement, comme pour sceller un pacte. en espérant que dans celui-ci il n’y a pas une clause qui dit que je vais perdre mon âme. c‘est que j’e ai encore besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: FREY + (dessiner sans regarder car ce corps tu le connais par coeur)   

Revenir en haut Aller en bas
 
FREY + (dessiner sans regarder car ce corps tu le connais par coeur)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laughing Out Loud :: Biarritz, France :: Saint-Martin, Chelitz, Pétricot :: université-
Sauter vers: