Partagez | 
 

 elina&solal — à la folie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: elina&solal — à la folie.    Ven 12 Aoû - 18:27

t'es planqué dans ta voiture entrain de chialer toutes les larmes de ton corps,
t'es comme un gamin qui aurait fait une bêtise sauf que t'as vingt-neuf ans maintenant et qu'il faudrait peut-être que tu te mettes à assumer tes responsabilités. T'es un soldat toi, pas un lâche. Pourtant, juste avant d'arriver chez toi, tu t'es garé à deux pâtés de maisons et t'as éteint le moteur, il t'a pas fallu plus de cinq minutes pour te mettre à pleurer, par contre, il t'en a fallu vingt pour que tu commences à te calmer. Tu te regardes dans le rétroviseur, un coup d’œil rapide parce que tu te fais honte, t'as pas les yeux rouges, c'est déjà ça. T'approches ton tee-shirt de ton nez, mais rien à signaler, tu portes pas le parfum de la catin que tu viens de baiser, ce parfum tu le connais par cœur, mais tu peux pas te permettre de le garder sur toi quand tu rentres à la maison. T'as pris deux douches avant de repartir de ton hôtel et tu l'avais déjà renvoyé elle, pour être certain qu'il y aurait pas de soucis, tu pouvais pas te permettre que chez toi, ta femme se doute de quelque chose, vous aviez déjà bien trop de problèmes comme ça, une trahison de plus ou une trahison de moins n'y changerait malheureusement rien. Cet après-midi, tu t'en veux, parce que t'as menti à ta bien-aimée, t'aimerais lui dire la vérité, c'est même ton vœu le plus cher, mais t'oses pas, t'y arrives pas, t'es coincé et tu sais pas comment te sortir de là. Au téléphone, t'as annoncé ton arrivée pour dix-neuf heures, quatre mois que t'étais partie pour le travail et quand t'es revenue à quatorze heures, t'as préféré allez voir ta pute plutôt que la femme qui t'aime, tu te détestes. T'as bien raison. Mais maintenant faut que t'arrêtes de pleurer, tu te gares à ta place attribuée et tu remercies le ciel qu'elle t'attende pas au pas de la porte comme elle le fait parfois, t'as encore une minute rien que pour toi. Tu toques pas, la porte est ouverte et puis c'est ton chez toi. Quand tu pénètres dans le couloir, c'est l'odeur de la sauce bolognaise qui te frappe en premier, un demi-sourire t'échappes, parce que tu sais exactement quel plat ta femme est entrain de préparer. Tu te vêtis de ton masque d'homme parfait, parce que tu peux pas te permettre qu'elle pose des questions, tu serais pas y répondre de toute façon. Tu poses tes affaires dans le hall d'entrée et tu te diriges jusqu'à la cuisine, elle est dos à toi entrain de fredonner et de cuisiner en même temps, l'image te fait chaud au cœur, d'un coup tu te souviens pas pourquoi t'as besoin de quelqu'un pour te satisfaire alors tu là elle. Tu t'approches doucement apparemment, elle t'a pas entendu arrivé. Tu l’enlaces par derrière, ça l'a fait sursauter, ton sourire s’agrandit. « Salut toi, tu murmures à son oreille. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: elina&solal — à la folie.    Ven 12 Aoû - 23:53

Ton homme, celui que tu pensais tiens pour l'éternité. Déjà quatre mois qu'il s'était envolé, une fois de plus. Le temps était bien long sans lui, tu avais hâte de le retrouver. Même des années après, chaque séparation était douloureuse, l'habitude n'y changeait rien, tu redoutais toujours cet instant où il t'annonçait qu'il te laissais pour plusieurs semaines. Tu avais fait l'erreur d'avoir trouvé de la compagnie ailleurs, du réconfort, de l'évasion mais ça n'avait pas le même goût qu'avec Solal. Jamais rien ne serait comparable. Depuis qu'il a appris, t'as l'impression de passer ton temps à te surpasser, à redoubler d'efforts pour sauver les meubles. Tu l'aimes Solal, et après tout s'il est resté c'est bien que lui aussi. Ce soir il rentre enfin, pour dix neuf heures, c'est tard mais tu n'es pas vraiment étonnée. T'as envie de lui faire plaisir, qu'il rentre et qu'il soit heureux de te retrouver. Qu'il n'ai plus envie de te quitter. La fin de journée approche, tu as soigneusement dressé la table, rien n'est laissé au hasard, pas même le menu de ce soir. Son repas préféré, tu sais qu'il sera ravi rien qu'en découvrant l'odeur qui embaumera la cuisine. Pour autant, tu portes le parfum qu'il t'a offert, parce que tu ne comptes pas garder l'odeur de la cuisine sur toi tout le long de la soirée. T'as enfilé une jolie robe, celle qu'il préfère. Tes cheveux ondulent librement sur tes épaules et tes lèvres ont cette couleur rosée, prêtes à le faire craquer. Tu t'actives parce qu'il ne devrait plus trop tarder. La musique tourne en fond et tu fredonnes cet air que tu connais par cœur. Soudainement, tu sursautes parce que ses bras t'enlacent alors que tu n'as rien entendu, ni la porte, ni la voiture. Tout proche de ton visage, tu frissonnes lorsqu'il murmure à ton oreille. « Oh, bonsoir mon amour. ». Ton sourire s'élargit et ton corps se détend contre le sien. Tu laisses ta tête venir se poser au creux de son épaule le temps de quelques secondes. T'aimes quand il te surprend, quand il est derrière toi à t'enlacer tendrement. Seulement, c'est ses lèvres que tu rêves de goûter alors tu déposes la cuillère sur le plan de travail et tu te retournes sans briser votre étreinte. Tes yeux viennent admirer les siens qui t'avaient semblé si loin puis tu n'attends plus et viens approcher sa bouche pour échanger un tendre baiser. Ta main se glisse derrière sa nuque et ton corps vient se coller au sien. « Installe toi, je m'occupe de tout ce soir. », dis-tu doucement en te séparant de tes lèvres. Tu ne veux pas le décevoir, plus jamais. « Et surtout de toi. », oses-tu ajouter avec un brin de malice. Il t'avais manqué Solal, tu comptais bien rattraper le temps perdu. « Tu veux aller te changer, prendre une douche ? ». C'était lui qui choisissait le programme, tu avais fait en sorte que tout soit en ordre, le repas ne tarderait pas non plus à être à point.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: elina&solal — à la folie.    Sam 13 Aoû - 23:59

Elle se presse contre toi et tu te sens instantanément à ta place, cette maison ça ne serait pas ton chez toi, si ta femme ni vivait pas, si son parfum n'imprégnait pas les pièces, si ses trousses d'objets loufoques ne débordaient pas des placards, si le lit ne portait pas de plaid à fleurs roses, si elle n'avait pas accroché des photos de vous sur tous les murs du salon ou repeint l'une des pièces entièrement en rose. Tu te sentirais bien seul, tu poserais ton sac, ton frigo serait vide, ta maison silencieuse, tu t’ennuierais, t'aurais personne avec qui parler et puis même si t'avais quelqu'un ça ne serait pas elle. Des fois, tu t'imagines vivre une vie de famille avec Kiera, mais l'idée te plaît pas vraiment, elle semble absurde, insensée, ta femme c'est Elina. C'est près d'elle que tu mourras, personne ni quoi que ce soit ne devrait pouvoir changer ça. Tu fais remonter tes mains le long de ses bras, glisser tes lèvres sur sa nuque, t'inspires les effluves de son shampoing, elle t'a manqué, tellement. Finalement, elle se tourne pour te faire face, les premières minutes entres vous sont toujours pleines de tendresse, c'est après que ça se gâte que les souvenirs resurgissent, que vous regardez dans les yeux devient difficile. Là, tu l'observes sans jamais penser une seule fois à ce que vous avez vécut, tu lui rends son baiser sans te poser de question, tu ne penses plus à rien, t'es de nouveau amoureux, comme quand t'avais quinze ans, comme la première fois que tu l'as aperçu. « Installe toi, je m'occupe de tout ce soir. Et surtout de toi, dit-elle de sa voix suave. » « Vraiment? t'oses demander en souriant. » Tu t'assois sur la chaise derrière toi, tu retires ta veste, à chaque fois que tu reviens, t'as l'impression que quelque chose à changer par ici, t'es presque certain qu'il n'y avait pas cette plante là-bas dans le coin ou cette photo sur le plan de travail, mais tu dis rien, parce que ce serait comme rappeler ton absence et tout ce à quoi tu veux qu'elle pense, c'est ton arrivé, ton retour, y'a que ça qui compte au final. « Tu veux aller te changer, prendre une douche ? elle te demande. » Ton sourire s'élargit, tu lui attrape la main pour qu'elle se rapproche de toi, ton front se pose sur son ventre, tu déposes un baiser au niveau de son nombril. Elle est petite, t'adore ça, t'as toujours aimé ça. « Seulement si tu viens avec moi, tu murmures enjôleur. » C'est toujours comme ça, le désir monte, t'as soudainement envie d'elle et puis quand vient le moment de passer aux choses sérieuses, t'as le visage de ce type qui te revient et t'es même plus capable de la regarder, généralement tu t'excuses et tu quittes la pièce, tu dors sur le canapé après, parce que partager le même lit te semble indécent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: elina&solal — à la folie.    Dim 14 Aoû - 12:32

Ses lèvres sur ta nuque éveillent tes sens, ton désir lui aussi s'élève doucement au creux de ton ventre. Tu ne peux t'empêcher de résister bien longtemps avant de lui faire face. « Tu m'as manqué.. », oses-tu lui souffler tout timidement. C'est sincère et pourtant tu as parfois peur qu'il en doute. Tu ne sais pas pour combien de temps il est là, comme toujours tu ne sais jamais le temps que vous avez devant vous, avant qu'il ne disparaisse à nouveau, que l'on ai besoin de lui à l'autre bout du monde. Tu refuses de perdre une minute, préférant profiter pleinement de sa présence. Il t'embrasse lui aussi, comme si rien n'avait changé, comme si rien ne le tourmentait. Il semble enchanté de voir que tu as pensé à lui, que tu veuilles prendre soin de lui dès son retour. Tu hoches la tête en lui souriant tandis qu'il retire sa veste et prend place sur l'une des chaises se trouvant dans la cuisine. Tu te retournes un instant, lui laissant une vue sur ton dos dénudé, le temps d'éteindre le gaz, histoire d'être plus tranquille. Ton attention se porte à nouveau sur ton mari, tu lui proposes d'aller se rafraîchir en prenant une petite douche et il t'attrape par la main pour t’emmener vers lui. Sa bouche vient se déposer tendrement sur ton nombril et ce geste te fend le cœur à chaque fois. Tu ne sais même pas comment il peut ne pas y penser. Il y a un temps où sous ce petit ventre tu abritais votre petite fille. Celle qui n'a pas eu la chance d'admirer le monde, et forcément lorsque tu penses à elle, tu penses au mois qui ont suivi. Rapidement, tu évinces ses pensées de ton esprit, ne tenant pas à gâcher vos retrouvailles. Désormais il est là, tout proche de toi alors tu décides d'en profiter tout simplement. Vous vous retrouvez, dans votre maison, comme à chaque fois ou presque. Avec le temps, tu en es presque venue à détester cette maison, plus souvent vide que pleine de gaieté. Lorsque Solal revient, tout va mieux, tu apprécies y vivre à ses côtés mais ces moments se font parfois si rares, précieux mais bien trop rares pour suffire à te combler chaque jour. Il accepte mais il pose une condition, il veut que tu l'accompagnes et tu n'hésites pas, tu en meurs d'envie. « Tes désirs sont des ordres. », avoues-tu dans un sourire avant de t'approcher de lui pour venir glisser tes mains en dessous du tissu recouvrant son torse. Tu effleures sa peau de tes mains douces avant de venir le caresser complètement. Tu l'incites à se lever de sa chaise pour que vos tendres échanges se poursuivent un peu plus loin.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: elina&solal — à la folie.    

Revenir en haut Aller en bas
 
elina&solal — à la folie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laughing Out Loud :: La vie en rose :: rps-
Sauter vers: