Partagez | 
 

 (Syllaby) always love you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 15 pseudo : Padawan avatar + © : Chloé Grace Moretz


Give me love like never before, 'Cause lately I've been craving more, and it's been a while but I still feel the same, maybe I should let you go


âge : 18 ans
statut civil : amoureuse de Sylas mais c'est compliqué.
job/études : violoncelliste en devenir (étudiante)
MessageSujet: (Syllaby) always love you   Dim 14 Aoû - 14:57

always love you
Sylas & Lullaby

J'étais assise chez moi et je regardai dans le vide. Mon chien, Dingo, dormait sur le sol et me regardait d'un air soucieux. Il est vrai que c'est rare de me retrouver comme ça. L'âme en peine. Mais que pouvais-je faire d'autre ? Certes, j'étais indécise. Indécise mon cul. J'avais voulu Sylas pendant cinq ans. Je l'ai finalement. Et je le jette. Voyez la logique mais rien n'est vrai. J'aimais Sylas. Je l'aime encore. Je l'aimerai sans doute toujours. Mais Judicaël m'a avertie de ce qui allait arriver. Mon frère, un sanguin viking de quasiment deux mètres de haut allait découvrir que je sortais avec son meilleur ami, un être chétif d'environ un mètre soixante-quinze. Ils allaient se battre. Charles allait gagner à coups sûrs et le groupe serait dissout. Plus rien. Il n'y aurait plus rien, par ma faute. Ce fut comme un éléctrochoc tant je pouvais voir la scène sous mes yeux. Tant, je pouvais ressentir la douleur par avance. J'avais donc pris un papier et un stylo pour commencer à écrire.

« Cher Sylas,
Je trouve cette formule un peu pompeuse mais je ne vois comment la tourner autrement. Lorsque tu liras cette lettre, il sera trop tard. Je ne parle pas de mon suicide mais de ma fuite. Encore tu dois te dire ? Et surtout te demander pourquoi... Vois-tu, bien que je t'aime du plus profond de mon cœur et comme je n'ai jamais aimé personne. Je dois mettre un terme à tout ça. Et je suis bien trop lâche pour le faire en face. Sans doute parce que je sais que j'aurai fini par changer d'avis. Alors que tout ceci me semblait être une bonne idée, un petit criquet m'a soufflé l'inverse. Vois-tu notre relation ne mènera à rien de bon. Je sais que je pourrais m'accommoder de notre différence d'âge, que tu ais eu plein de copines mais il y a une chose que je ne me pardonnerai jamais c'est l'implosion de votre groupe. Vous travaillez dessus depuis que vous êtes gosses et vous êtes tellement soudés. Comment Charles réagira-t-il lorsqu'il apprendra pour sa petite sœur et son meilleur ami ? Que va-t-il se passer à ton avis ? Boum. Implosion. Plus de groupe, plus rien. Et tu finiras par me le reprocher. Parce que la musique passe avant tout non ? Oui, la musique passe avant tout. Donc, je suis partie. Je ne te dirai pas où. Ça serait trop simple, n'est-ce pas ? Et tu m'oublieras. Comme j'ai dit à mon frère de le faire. Sale dramaqueen ado que je suis. J'ai rompu tout contact avec lui, je le fais également avec toi. Peut-être qu'on se reverra dans un futur sans doute pas si lointain et j'espère que tu auras suivi mon conseil. Je sais que pour moi, il me faudra du temps et j'y arriverai. Mais quoiqu'il en soit, ce qu'on a vécu je ne l'oublierai pas.
Je t'aime. Depuis toujours et sans doute à jamais.
Lulla. 
»

Quand j'y pense, cette lettre était un peu mélodramatique. J'aurai pu juste écrire, salut sur le bout de papier. Mon chien geint comme pour me rappeler son existence. Je me penche donc juste vers lui pour le caresser avant de constater qu'il avait sans doute envie de sortir. Et moi aussi. Depuis que je suis en France, je ne reste jamais longtemps en place. J'enfile donc mes spartiates et me colle mon chapeau sur la tête, lunettes de soleil sur le nez pour aller explorer les rues de Biarritz que je connaissais bien mal. Il faut dire que je suis ici depuis à peine un mois. Je sors mon téléphone pour coller mes écouteurs dans mes oreilles. Ne pas écouter ses messages. Ne pas écouter ses messages. Je lance ma playlist de Yoyo Ma pour attacher le bouvier bernois et sortir de l'appartement.

Il faisait extrêmement chaud en cette journée du mois d'aout. Alors, je commençai à flâner non sans montrer mon air mélancolique pour aller m'acheter une glace. Puis, accompagnée de Dingo, je partis m'asseoir sur le banc tandis que mon chien se posta devant moi comme pour me réclamer à manger. « Tu vas avoir du diabète si je t'en donne. » Je souris alors pour le caresser. On sait l'amour que j'ai pour mon chien, offert lors de mes quatorze ans. Je l'avais abandonné pour partir à New-York avec mon meilleur ami Chris pas cette fois-ci. Je me penche pour l'embrasser sur la truffe avant de lui donner le cornet. Après tout, c'est les vacances non ?






© Gasmask

_________________

Quand les mots ne suffisent plus. Parce que, à l'intérieur, quelque chose nous brûle, quelque chose qu'on ne peut pas dire. Qu'on n'arrive pas à dire. Quand la personne qui est en face de toi, au lieu de te donner la réponse que tu souhaiterais, te dit autre chose. Elle en dit plus. Elle en dit trop. Ce trop qui n'est rien. Qui ne sert à rien, mais qui fait deux fois plus mal. ©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 24 pseudo : vespertine (nawal) avatar + © : TBS, © January Blues, which witch.
qu'on crève d'une absence ou qu'on crève un abcès, c'est le poison qui coule.

âge : 25 ans
statut civil : célibataire.
adresse : une maison d'hôte, pour l'instant.
job/études : étudiant et bassiste en arrêt cœur brisé.
MessageSujet: Re: (Syllaby) always love you   Dim 14 Aoû - 23:31


always love you
tu t’es barrée comme ça, comme un homme à la mer. mais manque à mes côtés, oui l’univers entier.

La chambre d'hôte a quelque chose d'étouffant. Pas que tu n'apprécies pas les gens, au contraire, tu as toujours été très sociable. Mais tout semble trop en ce moment. Cliché de la rupture inattendue, t'es pas bien depuis qu'elle est partie. Pas bien du tout, ça s'est clairement remarqué à Londres. Tu n'as pas tenté de le cacher au groupe, à son frère, vos amis communs. Personne n'a rien dit, Charlie est sans doute encore dans le déni. A moins qu'il ne se soit lancé à ta poursuite afin de t'égorger maintenant qu'il a compris. Il aurait clairement le dessus sur toi, tu n'aurais aucune chance face à la montagne de muscles qu'est ton meilleur ami. Enfin, sans doute ne dois-tu plus trop compter sur ce titre de son côté. Mais, aux tiens, il le sera toujours. Il n'y a pas de raison que ça change, vous vous connaissez depuis toujours et cela fait depuis aussi longtemps qu'il est comme un frère pour toi. On ne t'enlèvera pas ça, c'est impossible. Tu ne pourrais lui en vouloir de te détester, même si ce serait forcément difficile à avaler. Tu dois t'occuper d'un Thomson à la fois, et pour l'instant ton attention est concentrée sur la cadette. Ta blondie, Raiponce. Comme quoi, tu as du mal avec les non, à croire que tu les prends pour des oui. Elle est partie, pour votre bien à tous soit-disant. Elle a eu peur. Peur de tout gâcher avec le groupe, peut de se mettre entre toi et eux. Mais tu l'aurais choisie elle. Tes sentiments ont peut-être mis du temps à t'apparaître clairement, mais ils sont bien là, tu les sens à chaque battement de ton cœur à présent meurtri. Il est sien, et c'est inexplicable, imprévu, mais c'est ainsi.

Il fallait que tu la croises. Tu comptais là-dessus, d'ailleurs. Tu es là depuis deux semaines, un peu plus sans doute, et tu attendais de la voir. Tu n'as rien d'autre à faire que de traîner dans la ville, de toutes manières. La bonne idée de partir sur un coup de tête dès que tu as su où elle se trouvait. Tes valises étaient déjà bouclées, il ne te manquait qu'une destination. Un peu fou, sans doute. Tu n'es pas particulièrement cartésien, surement pas rationnel. Tu préfères l'action, tu te poses les questions après coup. Cette fois pourtant, aucune question, pas même en atterrissant dans ce coin d'apparence paumé en comparaison de ta ville natale. Non, tu sais ce que tu viens chercher. Tu aperçois Lullaby sur un banc en compagnie de son chien, Dingo, et tu repenses à sa lettre. Tu l'as toujours, bien qu'elle soit à présent un peu chiffonnée. En effet, tout le long de ta première lecture, tu l'as serrée si fort entre tes doigts qu'elle s'est chiffonnée. Et tu l'as ensuite tellement relue qu'elle a fini par être quasiment illisible. Mais tu la gardes. Tu étais en colère, tu l'es toujours un peu. Tu détestes le fait qu'elle ne te l'ai pas dit en face, soit partie comme une voleuse après ce que vous avez vécu. Ce n'était pas à elle de décider si oui ou non il fallait mettre ta relation avec Charles et le groupe en danger, tu étais prêt à courir le risque. Et puis, maintenant, c'est fait. Plus de raison de s'inquièter. Tu t'approches et prends appuis sur le banc avant de sauter et de t'asseoir sur le dossier, baissant les yeux sur elle. « Tu me connais, je ne suis pas les conseils », lâches-tu, en anglais, plutôt soulagé de pouvoir enfin revenir à ta langue natale. Déjà, parce que cela te coûte bien moins d'efforts. Ensuite, car tu commences à en avoir assez des "vous n'êtes pas d'ici, n'est-ce pas ?" et autres "c'est un charmant accent". C'est gentil, mais dix fois par jour cela devient répétitif.

copyright acidbrain

_________________
mon amour est partie, elle a jeté mon âme à bouffer au néant, me laissant le cœur vide. elle a fait des fertiles, des averses l'aride. mais toujours à la fin on est seul au milieu des vagues de sanglots et du sel dans la gorge, et du sel sur la plaie de ce cœur tatoué à son nom que l'on crie au fond des verres de vin.
lula tu sais quand t’es pas là,
tu sais moi j’fais n’importe quoi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 15 pseudo : Padawan avatar + © : Chloé Grace Moretz


Give me love like never before, 'Cause lately I've been craving more, and it's been a while but I still feel the same, maybe I should let you go


âge : 18 ans
statut civil : amoureuse de Sylas mais c'est compliqué.
job/études : violoncelliste en devenir (étudiante)
MessageSujet: Re: (Syllaby) always love you   Lun 15 Aoû - 18:39

always love you
Sylas & Lullaby

Je savais que je ne serai pas prête de l'oublier. Que je l'aimerai encore pendant longtemps. A tout jamais ? Mon dieu que c'est niais. Et je suis loin d'être cliché. Je ne suis pas restée avachie dans la canapé à pleurer sur mon amour perdu. Je n'ai pas regardé des films débiles où la nana perd le mec à la fin. Non. Pourquoi ? Sans doute car j'ai déjà eu l'occasion d'adopter ce genre de comportements l'année dernière. Et qu'au final ça n'a servi à rien si ce n'est que je n'ai pas beaucoup dormi. Voire pas du tout. Je considère donc que c'est peine perdu. Je n'ai que dix-huit ans et je suis assez rationnelle pour comprendre même si Sylas était mon premier amour, il ne serait sans doute pas le même. En fait est-ce que je suis en train de me mentir à moi-même ? Oui sans aucun doute. Sans aucun doute. Mais il me restait toujours mon chien. Ce petit -bon d'accord gros- être qui m'accompagnait partout depuis un moment maintenant. Et je le bichonnai assez pour qu'il m'aime.

J'étais perdue dans mes pensées, assise sur le banc pour donner la glace que j'avais acheté à mon chien. De toute façon, j'avais perdu l'appétit. Mon téléphone n'arrêtait pas de sonner. Je fermai les yeux pour me masser les tempes. Charlie ou Sylas ? Je ne savais pas lequel des deux était le plus chiant. Je pris donc mon cellulaire pour l'éteindre. Qu'on arrête de me harceler. Puis, je reportai toute l'attention sur mon petit chien qui s'impatientait. J'étais en train de le caresser lorsqu'un inconnu sauta sur le banc et vint s'asseoir à mes côtés. Alors, je me tournai pour apercevoir... « Sylas ? » Je marquai un mouvement de recul pour le regarder. Ses beaux yeux marrons, ses cheveux châtain, son visage juvénile et pourtant plus âgé que moi. Mais que faisait-il là ? Sans pour autant répondre à sa tirade, je sortis alors mon téléphone de ma poche pour le rallumer. Qui avait craché le morceau ? Mes parents ? J'allais les tuer. Je quitte l'Angleterre pour la France afin d'éviter la dissolution du groupe, la fin de l'amitié entre mon frère et Sylas. Mais non, non, il m'a suivi. Il a fallu qu'il vienne jusqu'ici. Mais quel crétin. Je consulte donc un des messages vocaux de Charles. « Je vais tuer cet enfoiré. Ce sale traitre. » Yep. Je me lève alors, furieuse pour retenir de la gifler. Dingo se rend compte que Sylas est Sylas avant de lui faire la fête. « Espèce de crétin, lui hurlai-je dessus, t'as tout gâché pour une... pour une amourette de vacances. » Ce sont les termes précis de Jud', amourette de vacances. Sylas ne m'aimait pas. Il croyait m'aimer mais au fond, je serai comme toutes les filles qu'il avait fréquentées. Une passade.






© Gasmask

_________________

Quand les mots ne suffisent plus. Parce que, à l'intérieur, quelque chose nous brûle, quelque chose qu'on ne peut pas dire. Qu'on n'arrive pas à dire. Quand la personne qui est en face de toi, au lieu de te donner la réponse que tu souhaiterais, te dit autre chose. Elle en dit plus. Elle en dit trop. Ce trop qui n'est rien. Qui ne sert à rien, mais qui fait deux fois plus mal. ©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 24 pseudo : vespertine (nawal) avatar + © : TBS, © January Blues, which witch.
qu'on crève d'une absence ou qu'on crève un abcès, c'est le poison qui coule.

âge : 25 ans
statut civil : célibataire.
adresse : une maison d'hôte, pour l'instant.
job/études : étudiant et bassiste en arrêt cœur brisé.
MessageSujet: Re: (Syllaby) always love you   Mar 16 Aoû - 0:24


always love you
tu t’es barrée comme ça, comme un homme à la mer. mais manque à mes côtés, oui l’univers entier.

Tu es directement refroidi. Boum, douche froide. Elle n'a même pas l'air contente de te voir. Qu'elle n'ait pas répondu à tes messages et tes appels passe encore, elle tentait de couper les ponts, pour le bien de tous ou du moins elle pensait faire ce qui était le mieux. Le plus logique dans votre situation, ç'aurait été de vous séparer. Mais qui a dit que l'amour était logique ? A tes yeux, ça aurait de toutes manières fini par se savoir. Que ce soit l'une des amies de Lullaby qui lâche malencontreusement le morceau, ou vous qui ne vous montriez pas suffisamment discrets, ou encore Jud qui était le seul au courant et qui crache le morceau à Charlie pour une raison ou pour une autre. De toutes manières, si ça avait duré, et tu pensais sincèrement que ce serait le cas, vous auriez fini par devoir le lui annoncer. Maintenant, il sait. Il te déteste, mais il sait, alors disons que le problème est réglé. Tu comptais ainsi montrer à Lulla que tu as fait ton choix entre le groupe et elle, même si c'est une décision difficile pour toi. Tu n'as pas trop réfléchi, tu savais ce que tu voulais. Tu devais être le seul, parce qu'elle t'a attendu durant cinq ans et te rejette aujourd'hui.

Elle se lève vivement mais c'est Dingo qui capte ton attention en te sautant dessus. Tu n'as que peu de temps à lui accorder, le caressant doucement, avant de revenir à sa maîtresse qui te hurle dessus. Crétin, tout gâché, amourette de vacances. Merde, c'est de ta vie dont il est question, si tu voulais quitter le groupe, c'était ton choix. « C'est tout ce que ça te fait, Lullaby ? Je plaque tout pour te rejoindre parce que je tiens à toi, plus que tu ne le penses visiblement, et tu m'engueules ? Mais si tu veux je repars, au pire quoi, ton frère me tuera. Ce serait p'têtre pas plus mal, tu seras tranquille. » Tu te lèves, fourrant tes mains dans tes poches. « Une amourette de vacances. Je t'aime, ouais, je t'aime je pensais que tu l'avais compris. Mais c'est bon je rentre chez moi, trouve-toi un gentil français à présenter à ton frère, vous serez plus heureux. J'ai cru comprendre que t'arriverais à m'oublier. » Tu la plantes là, t'éloignant en balançant un coup de pied dans une pierre qui traîne là. Dégoûté, c'est le mot. Tu ne lui as pas laissé l'occasion d'en placer une entre tes deux tirades et ton départ. Tu n'as pas le cœur à l'entendre te faire des reproches, t'as fait tout ce chemin et patienté deux semaines avant de la voir pour quoi, repartir ? Visiblement.

copyright acidbrain

_________________
mon amour est partie, elle a jeté mon âme à bouffer au néant, me laissant le cœur vide. elle a fait des fertiles, des averses l'aride. mais toujours à la fin on est seul au milieu des vagues de sanglots et du sel dans la gorge, et du sel sur la plaie de ce cœur tatoué à son nom que l'on crie au fond des verres de vin.
lula tu sais quand t’es pas là,
tu sais moi j’fais n’importe quoi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 15 pseudo : Padawan avatar + © : Chloé Grace Moretz


Give me love like never before, 'Cause lately I've been craving more, and it's been a while but I still feel the same, maybe I should let you go


âge : 18 ans
statut civil : amoureuse de Sylas mais c'est compliqué.
job/études : violoncelliste en devenir (étudiante)
MessageSujet: Re: (Syllaby) always love you   Mar 16 Aoû - 0:51

always love you
Sylas & Lullaby

Dans quelle merde me suis-je embarquée ? Ma vie serait tellement simple si j'étais simplement restée amie avec Sylas. Justement parce que je ne voulais pas le perdre, je me suis mise avec lui. Je l'aimais. Au point de faire ce sacrifice. J'aurai dû écrire sur la lettre « NE ME SUIS PAS. » Mais désormais, il était là. Il était en face de moi et je luttai contre l'envie de me jeter dans ses bras mais les paroles de Jud' résonnaient dans ma tête. « S'il quitte le groupe pour toi, il t'en voudra toute ta vie. » J'étais la femme qui allait semer la discorde dans le groupe. Soeur du leader, amoureuse du bassiste. Jolie merde en vue. Et qu'est-ce que je pouvais y faire ? Qu'est-ce que je pouvais dire si ce n'est le laisser partir. Je pouvais lire dans ses yeux de la douleur lorsque je lui hurle dessus. Je peux le lire et mon cœur se serre un peu plus. Mais notre histoire est compromise. Jamais Charlie ne l'acceptera et on devra se cacher. Se cacher indéfiniment. Je le laisse me hurler dessus, j'encaisse. « Je plaque tout pour te rejoindre. » On dirait que je lui ai demandé quelque chose. Mais non, je suis partie justement pour qu'il évite de le faire. Je suis partie pour que tout le monde évite d'en souffrir. Que moi. Mais putain, il ne le voit pas ? Il ne voit pas ce que je fais ? Alors qu'il me connaît depuis ma naissance ? Il laisse les sentiments amoureux prendre le pas sur ses connaissances. J'ai fui l'Angleterre une fois pour éviter qu'il ne soit mal à l'aise avec moi. Je fuis de nouveau pour éviter que le groupe implose, pour éviter que cette belle amitié soit gâchée. Mais là j'ai juste l'impression que je suis une salope à ses yeux. Que je suis juste la pétasse qui a brisé son cœur. « J'ai cru comprendre que t'arriverais à m'oublier. » C'est le coup de trop. Il s'éloigne et je me laisse tomber à terre. Comme prise d'un sanglot incontrôlable, je mets ma main devant mon visage. Je tente de le réprimer et mon téléphone sonne. Ma mère. Elle me réprimande. Me dit de ne pas penser à Charlie. Ce que je fais trop souvent. Mais j'en suis incapable. Il a toujours été plus important que moi. Je raccroche avant d'avancer un peu plus dans le parc. Si seulement j'avais pris mon violoncelle mais à la place je n'ai que mon MP3. Alors, je m'allonge dans l'herbe, état catatonique. J'avais dit que je ne me laisserai pas crouler sous le chagrin mais je n'y arrive pas. Jouer la comédie. Me mentir à moi-même, j'en suis incapable. Je reste si longtemps dans le parc que le jour commence à décliner. Je suis là depuis le matin. Je n'ai pas remarqué que je souffrais de la faim. A vrai dire, je n'ai pas faim. Je n'ai même plus la force de bouger. Mon connard de frère avait donc réussi. Par son amour étouffant, il avait fini par m'asphyxier. Si bien que j'en mourrais lentement.





© Gasmask

_________________

Quand les mots ne suffisent plus. Parce que, à l'intérieur, quelque chose nous brûle, quelque chose qu'on ne peut pas dire. Qu'on n'arrive pas à dire. Quand la personne qui est en face de toi, au lieu de te donner la réponse que tu souhaiterais, te dit autre chose. Elle en dit plus. Elle en dit trop. Ce trop qui n'est rien. Qui ne sert à rien, mais qui fait deux fois plus mal. ©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 24 pseudo : vespertine (nawal) avatar + © : TBS, © January Blues, which witch.
qu'on crève d'une absence ou qu'on crève un abcès, c'est le poison qui coule.

âge : 25 ans
statut civil : célibataire.
adresse : une maison d'hôte, pour l'instant.
job/études : étudiant et bassiste en arrêt cœur brisé.
MessageSujet: Re: (Syllaby) always love you   Mar 16 Aoû - 1:50


always love you
tu t’es barrée comme ça, comme un homme à la mer. mais manque à mes côtés, oui l’univers entier.

Ses raisons sont évidentes, et tu sais pertinemment qu'elle veut te protéger, de Charlie, de la fin de votre groupe. Mais c'est trop tard. Charlie est au courant, il te déteste probablement ad vitam aeternam, et tu finiras par te faire à la perte de ton meilleur ami. Les potes avant les filles. La musique avant les filles. C'était un pour tous et tous pour un, de vrais mousquetaires ce groupe. Jude au piano, Charles à la guitare et au chant, toi à la basse, Sean à la batterie. Lullaby la mascotte. CSJS, nom banal composé de vos initiales, choisi à l'âge de quinze ans et plein de sens à vos yeux. Représentatif du fait que vous êtes soudés, des rocs. C'est terminé, tu t'es détaché de la bande, like a rolling stone. Ils se contenteront désormais de CSJ, il n'y a pas de retour en arrière. C'était effectivement la musique avant tout, votre musique, mais les choses changent et tu as pu constater que tes meilleurs amis au monde ne cherchaient pas forcément ton bien, mais la prospérité d'un groupe. Tout compte fait, tu n'étais peut-être pas fait pour ça, aussi impliqué te sois-tu montré. Ton bonheur passe avant une carrière dans la musique, tu n'as jamais cherché à décoller et à devenir connu, votre petite notoriété dans vos clubs habituels te plaisait. Faire vos vies de vos côtés te paraissait capital, mais visiblement te voir poursuivre tes études et commencer à t'épanouir niveau couple n'a plu à personne. C'est plutôt égoïste, tu ne les aurais jamais empêchés de se poser. Il était peut-être temps que vos chemins se séparent, même si c'est compliqué. Tu restes en contact avec Jude et Sean, ils ne t'en veulent pas vraiment, en tout cas pas pour les mêmes raisons que Charles, lui tu as dû bloquer son numéro histoire de ne plus recevoir de menaces de mort. Pour l'instant, tu te concentres sur Lulla, du moins c'est ce que tu as essayé de faire, le reste peut attendre. Tu es plutôt paumé, parce que tu ne veux pas repartir, tu refuses de retourner à ta vie londonienne et d'oublier. De toutes manières, tu as rencontré des gens ici, tu ne peux simplement reprendre l'avion dans l'autre sens et disparaître comme si tu n'avais jamais mis les pieds à Biarritz. Et puis, si tu rentres, Charlie t'attendra et tu en prendras plein la tronche. Non merci. D'un autre côté, tu ne vois pas quoi dire à Lulla. Elle t'a vu, elle sait pourquoi tu es là, et elle sait que son frère est au courant pour vous. Vous n'avez plus rien à perdre, tu ne comprends pas ce qui la retient. Tu as déjà quitté le groupe, tu ne pourrais y retourner même si tu en avais envie. Tu ne sais pas ce qu'il faut pour lui faire entendre raison, tu n'es pas dans sa tête et tu n'es pas doué pour les relations amoureuses.

Ton téléphone sonne, faisant retentir le début instrumental d'Aneurysm de Nirvana. Kat Thomson, tu décroches en espérant que son fils ne lui ait pas pris son téléphone afin de te hurler dessus. C'est bien elle au bout du fils, qui ne prend pas la peine de te saluer et attaque directement en te disant de convaincre sa fille d'arrêter de te repousser. Facile à dire. Kat t'a toujours adoré, Lulla et toi aviez sa bénédiction ainsi que celle de son époux, mais cela n'a pas suffit. « Elle ne veut plus de moi, Kat. Elle m'a surement aimé, mais soyons sérieux, elle a attendu cinq ans, ça passe ces trucs-là. De toutes manières, j'ai plaqué le groupe, elle le sait, il n'y a aucune raison pour qu'on ne soit plus ensemble si elle m'aime. Donc... » Elle te coupe la parole, presque en criant, comme excédée par vos comportements respectifs. Il est vrai que Lullaby et toi vous compliquez inutilement la vie. Après avoir discouru passionnément pendant une dizaine de minutes, Kat met fin à son monologue, t'embrasse et raccroche. Tous fous dans cette famille. Reste à retrouver la cadette, tu reviens donc sur tes pas après avoir erré sans but des heures durant. De toutes manières, ici, personne ne t'attend. Rien ni personne, ce doit être ça la liberté. C'est un peu solitaire, et ennuyeux, du coup. Tu te retrouves à nouveau dans le parc, où tu peux apercevoir Dingo qui aboie et court dans ta direction dès qu'il repère ton odeur. Tu souris, amusé, t'accroupissant afin d'accueillir l'animal qui fonce droit dans tes bras. Tu le caresses en évitant de te faire lécher le visage, avant de le faire asseoir pour te diriger vers Lulla. Elle est allongée dans l'herbe, on la croirait presque endormie les yeux ouverts. Tu t'assieds silencieusement face à elle, ton regard cherchant le sien.

copyright acidbrain

_________________
mon amour est partie, elle a jeté mon âme à bouffer au néant, me laissant le cœur vide. elle a fait des fertiles, des averses l'aride. mais toujours à la fin on est seul au milieu des vagues de sanglots et du sel dans la gorge, et du sel sur la plaie de ce cœur tatoué à son nom que l'on crie au fond des verres de vin.
lula tu sais quand t’es pas là,
tu sais moi j’fais n’importe quoi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 15 pseudo : Padawan avatar + © : Chloé Grace Moretz


Give me love like never before, 'Cause lately I've been craving more, and it's been a while but I still feel the same, maybe I should let you go


âge : 18 ans
statut civil : amoureuse de Sylas mais c'est compliqué.
job/études : violoncelliste en devenir (étudiante)
MessageSujet: Re: (Syllaby) always love you   Mar 16 Aoû - 2:43

always love you
Sylas & Lullaby

Je suis pitoyable. Je le sais. Si j'avais pu arrêter de respirer, je pense que je l'aurai fait. Cinq ans, j'avais passé cinq ans à l'attendre et rideau, rien, nada. J'étais partie. A nouveau. Charlie. Encore et toujours lui. Je sens les larmes qui coulent le long de mes joues, je sens mon chien qui se colle contre moi, semble inquiet. Dingo a toujours su quand maman n'était pas bien et il avait mal vécu mon absence pendant un an. J'avais été égoïste ce coup-là. Mais j'étais plus jeune. Tu parles d'un an. Et je suis tellement lâche que je ne parviens même pas à rester en place et à lui dire pourquoi je veux qu'on arrête. La musique a toujours été importante pour nous. Pour Charlie c'est secondaire car il s'agit d'un moyen d'attraper des filles. Pour Sylas et moi une manière de nous exprimer. A vrai dire mon violoncelle me manquait énormément à cet instant bien que je serai très mélancolique. Je soupire pour la cinquantième fois tandis que j'entends que Dingo s'en va en courant. Je ne prends même pas la peine de tourner la tête. Le ciel prend une couleur rosée et je trouve ça très joli. Je penche alors légèrement la tête sur le côté tandis que mon chien revient vers moi pour me mâchouiller la main. Je me relève alors pour... rencontrer ses beaux yeux bruns. Je reste stoïque, la bouche entrouverte. Je ne sais pas quoi faire ? Quoi dire ? Un combat fait rage dans ma tête. Etre heureuse mais briser des amitiés ou être malheureuse au détriment de ma vie. Mon regard se perd dans le vide tandis que le combat continue dans ma tête.

Puis sans crier gare, je me jette sur Sylas et il tombe à la renverse, moi aussi de lui. Je colle mes lèvres sur les siennes, spontanée dis donc. Il m'a manqué. Il va sans doute me repousser car je lui ai brisé le cœur en mille morceaux en partant. Mais je pense que nous sommes incapables de rester éloignés l'un de l'autre. Je romps alors le baiser à bout de souffle pour le regarder comme défoncée. « J'ai faim. » Traduction : je suis désolée. Est-ce que tu m'aimes encore ?




© Gasmask

_________________

Quand les mots ne suffisent plus. Parce que, à l'intérieur, quelque chose nous brûle, quelque chose qu'on ne peut pas dire. Qu'on n'arrive pas à dire. Quand la personne qui est en face de toi, au lieu de te donner la réponse que tu souhaiterais, te dit autre chose. Elle en dit plus. Elle en dit trop. Ce trop qui n'est rien. Qui ne sert à rien, mais qui fait deux fois plus mal. ©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 24 pseudo : vespertine (nawal) avatar + © : TBS, © January Blues, which witch.
qu'on crève d'une absence ou qu'on crève un abcès, c'est le poison qui coule.

âge : 25 ans
statut civil : célibataire.
adresse : une maison d'hôte, pour l'instant.
job/études : étudiant et bassiste en arrêt cœur brisé.
MessageSujet: Re: (Syllaby) always love you   Lun 29 Aoû - 2:16


always love you
tu t’es barrée comme ça, comme un homme à la mer. mais manque à mes côtés, oui l’univers entier.

Au pire, tu l'emmerdes Charlie, c'est tout. Jude aussi, avec ses conseils débiles selon lesquels tu ne devrais pas faire ça. Ce groupe, c'est autant grâce à toi qu'à eux qu'il a subsisté. C'était ton rêve, au même titre que le leur, si pas plus car tu t'y es investi par passion et non pour emballer des filles -but premier de ton... ancien meilleur ami. Il a bien vécu, ce groupe, durant dix ans. Une belle expérience, des rencontres, de la musique. Tu en es fier, l'avoir porté tout ce temps et partagé avec des mecs extraordinaires est ta plus grande réussite. Mais toutes les bonnes choses ont une fin, sans doute es-tu le seul à parvenir à l'accepter. Ou peut-être que toi seul possèdes une bonne raison de l'admettre: Lulla. Tu troques une aventure pour une autre, le rock londonien pour l'amour de ta blonde, en France.

J'ai faim. » Tu éclates de rire. Tu t'es laissé emporté par le baiser, peu importe qu'elle soit partie, t'ai repoussé, brisé le cœur -bien que ça, tu ne sois pas prêt à l'avouer tel quel. Tu es prêt à tout oublier, tourner la page. T'es pas très rancunier, en tout cas pas avec elle. « Promets-moi de ne plus jamais, jamais me faire ce coup-là. Et si un jour tu re-romps avec moi, je veux une conversation, pas une lettre. Laisse-moi une chance de t'en empêcher, la prochaine fois, mmh. » Tu lui décoches ton plus beau sourire, relevant légèrement la tête pour l'embrasser avant d'inverser les rôles, te retrouvant au dessus d'elle. « Je t'aime, Lulla. » Tu ne lui laisses pas le temps de répondre, te relevant brusquement et lui tendant la main histoire qu'elle fasse de même. « Tu as vraiment faim ? » Parce que, toi, oui.

copyright acidbrain

_________________
mon amour est partie, elle a jeté mon âme à bouffer au néant, me laissant le cœur vide. elle a fait des fertiles, des averses l'aride. mais toujours à la fin on est seul au milieu des vagues de sanglots et du sel dans la gorge, et du sel sur la plaie de ce cœur tatoué à son nom que l'on crie au fond des verres de vin.
lula tu sais quand t’es pas là,
tu sais moi j’fais n’importe quoi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (Syllaby) always love you   

Revenir en haut Aller en bas
 
(Syllaby) always love you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laughing Out Loud :: Biarritz, France :: Centre ville, Port Vieux :: jardin public-
Sauter vers: