Partagez | 
 

 ARAMIS + (please don't go while i need you so much)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 115 pseudo : cupcake avatar + © : cameron monaghan + alcaline


âge : 22 ans, dont pas mal de conneries.
statut civil : en couple ? on peut dire ça, oui.
job/études : il enchaîne les petits boulots
MessageSujet: ARAMIS + (please don't go while i need you so much)   Mar 23 Aoû - 12:29

• je n'en reviens pas. non, je n'en reviens pas qu'elle ait pu me faire ça. qu'elle m'ait caché que j'allais être père, qu'elle m'ait fait un gosse dans le dos. j'avais toute ma confiance en elle, j'étais prêt à tout lui donner. mais pas ça. pas pour ça. pour ça il me fallait encore un peu de temps, doucement. je ne voulais pas donner à ce gosse la vie infernale que moi j'ai eu, avec un père drogué et colérique, un père qui peut passer du meilleur au pire en un sms. je ne veux pas risquer de l'abandonner parce que je suis parti trop loin, je ne veux pas le faire souffrir parce que j'ai soudainement replongé dans la mutilation. elle ne me semble pas comprendre ce que c'est. elle ne me semble pas comprendre la gravité de la situation. et surtout, je ne sais pas si je pourrais avoir pleinement confiance en elle un jour, de nouveau. je ne lui ai pas dit d'avorter. elle me l'a dit. elle voulait ce gosse. elle le veut. je le sais, je le sens. elle sera une mère merveilleuse pour lui. je n'en doute pas un seul instant. et je sais qu'elle sera assez forte pour l'élever. elle trouvera certainement un homme mieux, plus fort, plus sain, un qui lui fera oublier le monstre que je suis. parce que même si je lui en veux, tout est de ma faute. c'est de ma faute si elle pleure, si elle se sent seule et blessée. je viens de lui briser le cœur et je ne m'en suis jamais autant voulu. je suis la pire personne qui existe sur terre. le plus égoïste des hommes. pour mon propre bien-être je viens de briser la famille qu'on aurait pu avoir. et si ça se passe mal ? si elle a une grossesse difficile ? elle se retrouvera seule, sans la personne qu'elle aime pour la soutenir.
• j'ai les mains qui tremblent. il me faut... je sais ce qu'il me faut. je crois que je ne suis plus avec elle, alors au diable ma promesse. je mérite bien de souffrir. un peu, beaucoup. mes cicatrices me démangent, appellent à être rouvertes. c'est la seule chose qui pourra me soulager un peu. je ne veux pas plonger dans la drogue. l'ecstasy ne me fera rien et je ne veux pas me piquer. et ma cloison nasale est dans un tel état que je n'ose pas l'empirer. il vaut mieux que je m'en tienne à ça. je suis tellement une loque, de toute manière, je suis tellement un... un déchet humain, un pur cliché mélodramatique, que c'est tout ce que je mérite. je suis incapable de protéger les autres. je suis incapable de faire le bien autour de moi, juste de leur faire croire à un bonheur illusoire, avant d'écraser tous leurs rêves sous mon talon. je ne comprends pas pourquoi ils essaient toujours de me remonter le moral. pourquoi ils me répètent sans cesse que c'est faux, alors que c'est vrai. ils le savent. ils feraient mieux de partir, tous, avant que je ne leur fasse trop de mal. maïa aurait mieux fait de partir ce jour où je lui ai tout avoué. elle aurait mieux fait d'avoir peur du monstre que je suis. mes ongles se plantent dans la paume de mes mains, tandis que j'entre dans l'auberge. je dois ressembler à rien, avec mes yeux rouges d'avoir pleuré comme un damné sur le chemin qui m'a mené jusqu'ici, mes mains qui tremblent et mon allure débraillée. je toque à la porte d'aramis, et j'entre. ce n'est pas fermé, je le sais. j'ai besoin de ma pochette. peu importe ce qu'il en dit, il ne me fera pas changer d'avis. je ne veux même pas faire ça ici. je vais probablement aller à la plage pour faire ça tranquillement, et ensuite tremper mes blessures dans l'eau salée, quand la douleur sera vraiment insupportable. il est dos à moi. mais je vois très bien ce qu'il fait. ses valises. « q-quoi ?! » je m'exclame, sans savoir dire quoi d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 273 pseudo : apy. avatar + © : sean grace.
âge : 20 piges, c'est un bon âge pour crever.
statut civil : célibataire, pas trop le choix, t'as pas envie de refiler ta merde à un autre, même s'il y a quelqu'un...
adresse : une chambre à l'hôpital, tu sais pas encore pour combien de temps. mais sinon, saint charles, maison 002, dans l'auberge.
job/études : survivre. et caissier, à l'accueil du zoo.
MessageSujet: Re: ARAMIS + (please don't go while i need you so much)   Dim 28 Aoû - 4:43

pourquoi partir ? t'en a aucune idée. tu sais juste que c'est la seule solution. tu dois te barrer de là, et personne pourra t'en empêcher. tu peux plus être un poids, tu peux plus dire oui, dire non, rien savoir. tu peux pas faire de mal, comme ça, autours de toi, en acceptant un jour puis en refusant la même chose le lendemain. c'est pas possible. et puis, t'as pu ces médocs. t'as pu ces trucs qui te rendaient bien, que l'hôpital t'avait passé, que tu finisses le traitement. t'es sûr que ces trucs là, ça te foutais dans un état second, ouais c'est sûr. ça te laissait pas voir la réalité, ça te foutais bien, et c'est tout ce que t'en retiens. sauf que t'as pas le fric pour reprendre ces merdes qui te foutais bien. t'as plus un rond, en fait. alors tu dois partir, tant qu'il est temps, tant que tu vois pas jude, tant que tu vois pas lys. tu dois partir avant de redevenir ignoble, comme avant. avant de redevenir cet enfoiré, cet enflure qui voit que sa pomme et qui en a rien à foutre des autres. parce qu'au final, tu sais que t'es pas comme ça, hein. ouais, tu sais que t'es pas méchant, que t'es pas tant un con que ça. alors tu préfères partir, et qu'on retienne de toi le gars qui était redevenu sympa plutôt que ce gars qui change d'humeur comme de caleçon. sauf que t'avais pas prévu la visite de jude, tu t'étais pas dis qu'il reviendrait, pour récupérer sa pochette, sans doutes. tu t'es pas dis que connaissant ton meilleur pote, il pouvait débarquer n'importe quand, à n'importe quelle heure, et que valait mieux que tu le tiennes éloigner. nan, parce que ça te vient pas à l'esprit quand tu plies bagages, quand tu fuis. la première fois que t'avais fuis, personne t'avais interrompu. tes parents, ils bossaient, ils te voyaient pas. et t'étais parti avant qu'ils rentrent. là, c'est pas pareil, pourtant t'aurais pensé que ça se passerait tout aussi bien. mais c'était voir trop beau, voir trop grand. « q-quoi ?! » c'est là que tu te retournes, parce que tu l'avais pas entendu rentrer, c'est qu'il était discret le rouquin. t'es surpris, tu caches pas tes valises de suite, et même quand tu te rend compte qu'il est bien là, tu vois pas l’intérêt de planquer tes valises. il a vu, ça servira a rien de le prendre pour une espèce de con. alors tu soupires, tu trouves juste à soupirer. « tu devais t'en douter. » c'est tout ce que tu trouves à dire. et tu sais ce qui t'attend. mais t'es trop con pour trouver les bons mots. les bons mots à dire à jude. les bons mots à dire tout court.

_________________
absente du 9/07 au 13/08, merci de me taguer dans les sujets ou les rps où je dois répondre I love you
Code:
@"aramis d'albon"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 115 pseudo : cupcake avatar + © : cameron monaghan + alcaline


âge : 22 ans, dont pas mal de conneries.
statut civil : en couple ? on peut dire ça, oui.
job/études : il enchaîne les petits boulots
MessageSujet: Re: ARAMIS + (please don't go while i need you so much)   Dim 4 Sep - 2:00

• je les vois ces putains de valises, mais je suis pas sûr de comprendre ce que ça veut dire. ou du moins de comprendre le sens complet de cette phrase muette. je suis déjà pris dans ma torpeur de dévalorisation, j'ai les mains qui tremblent du besoin de me faire mal, alors je comprends pas pourquoi i y a ces valises. il me regarde, il ne cherche même pas à les cacher. il assume. il assume le fait qu'il est en train de m'abandonner. il me dit que j'aurais dû m'en douter. alors le feu qui court dans mes veines double de puissance et de destruction. et je hurle. « tu avais promis ! » j'ai encore des larmes au coin des yeux et elles roulent le long de mes joues. il m'avait promis qu'il partirait pas. qu'il ne me laisserait pas. mais il l'avait fait. ou du moins il était sur le point de le faire. il va partir, il ne va plus jamais revenir, il va me laisser là, tout seul, en proie à tous mes démons. comme s'il n'avait pas compris. est-ce que c'est moi ? est-ce que c'est à cause de moi qu'il s'en va ? parce que je n'étais pas assez là pour lui ? il me semblait lui avoir tout donné, tout ce que je pouvais. avoir été là quand il avait besoin de moi. mais il fallait croire que j'avais loupé quelque chose. que j'avais raté un truc dans notre relation, un tournant, comme dans celle avec maïa. je rate tout de toute façon. j'arrive à rien. je mérite ce qu'il m'arrive, j mérite de souffrir.
• et je ne devrais pas avoir le droit de faire ma victime comme ça, de me faire passer pour un martyr alors que je suis responsable. mais les responsabilités c'est pas mon truc. et je suis comme un drogué en manque. je sais que je ne mérite pas ce soulagement, que je ne suis qu'une loque, qu'un déchet humain, mais j'en ai besoin, et je le ferais, parce que je suis un immonde égoïste. j'ai besoin de voir le sang couler, les brûlures ne suffiront pas. « tu sais quoi ? je veux même pas savoir. ce que je vois me suffit. donne-moi ma pochette et laisse-moi partir. » je ne veux pas e savoir plus. mon cerveau se chargera d'inventer le reste. je veux juste aller quelque part, avec ma pochette, me planter, et rouvrir quelques cicatrices. et pouvoir me soigner, lorsque je serais satisfait, lorsque j'estimerais m'être assez puni de ma vilenie pour le moment. je serre les poings. parce que je ne veux pas lui montrer à quel point tout ça me touche. j'ai pas besoin de sa pitié. c'est bon. je préfère qu'il s'en aille en m'en voulant pour une raison ou une autre, même si je ne vois laquelle ça peut être. je préfère ça, plutôt qu'il reste juste par pitié. je la vois la pochette de là où elle est. j'entre dans la chambre, attrape l'objet et ressors en claquant violemment la porte. ce que j'ai vu me suffit amplement. qu'il essaie pas de me rattraper ou de m'empêcher de faire ça, j'ai pas non plus besoin de ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 273 pseudo : apy. avatar + © : sean grace.
âge : 20 piges, c'est un bon âge pour crever.
statut civil : célibataire, pas trop le choix, t'as pas envie de refiler ta merde à un autre, même s'il y a quelqu'un...
adresse : une chambre à l'hôpital, tu sais pas encore pour combien de temps. mais sinon, saint charles, maison 002, dans l'auberge.
job/études : survivre. et caissier, à l'accueil du zoo.
MessageSujet: Re: ARAMIS + (please don't go while i need you so much)   Ven 28 Oct - 12:58

ouais aramis, il a raison jude. t'avais promis. mais t'honores jamais t'es promesses. t'es pas ce genre là. t'avais promis à adélie d'être toujours là pour elle, et t'as pas été là quand elle est tombée de cet escalier, t'as pas été là parce que t'as embrassé son mec. alors tu peux pas honorer les promesses. même à jude. tu vois les larmes couler sur ses joues trop pâles. pourquoi il est venu ? pourquoi il est là ? pour ses instruments ? pour l'herbe ? ou pour te voir ? pourquoi il est venu sans prévenir ? il aurait pu prévenir. quoique jude il est pas du genre à prévenir, lui non plus. il prévient pas quand il va se faire mal, il prévient pas. t'avais promis, aramis. qu'est-ce que tu peux dire à ça ? qu'est-ce que tu peux dire à une promesse que t'honores pas, même pour ton meilleur ami ? même pour ton frère ? tu peux rien dire. t'es pas assez fort pour dire. t'as aucune valeur. t'as aucun honneur. t'es qu'un lâche, et jude l'a pas compris. s'il l'avait comprit, il t'en voudrait pas, il te laisserai te barrer, c'est sûr. « tu sais quoi ? je veux même pas savoir. ce que je vois me suffit. donne-moi ma pochette et laisse-moi partir. » tu t'humectes les lèvres. sa pochette. ouais, c'était sûr qu'il venait pour elle. tu regardes ta chambre. tu tournes la tête. tu cherches où tu la mise. en fait, tu sais exactement où tu l'a mise. enfin, savais. parce que tu l'a changée de place, pour faire ta valise, parce que tu l'a mise en évidence. si tu l'avais pas mise là, jude il l'aurait pas vue, jude il serait pas en train de la prendre, là, et jude, il serait pas en train de partir. et là tu t'en veux. parce que t'aimes pas quand jude se fait du mal, parce que tu l'engueule, parce que tu veux pas, parce qu'il mérite autre chose sur ses bras que des cicatrices, parce qu'il a maïa qui est là, mais qui partira si il continue. pourtant jude ça l'empêche pas de jouer avec ses lames, de jouer avec cette putain de pochette, et ça te met hors de toi. mais qu'est-ce que tu peux dire, toi, qui va te barrer, qui prévoyait pas d'en parler, qui pensait juste à l'abandonner, comme à abandonner tout le monde... ? la porte claque, tu scille pas. visage neutre, blasé, tu bouges pas. puis tu vas vers ta fenêtre. pas lent. tu vois la rue. et tu vois jude. hors de lui. et tu vois jude. qui marche vite. et tu vois jude. qui marche de travers. et tu vois jude, qu'en peut plus. alors tu craques. t'es en retard, tu l'es toujours. et y'a cette larme qui coule sur ta joue, qui passe sur tes traits trop fins, trop maigres. et qui va perler au bas de ton menton, pour s'écraser sur le sol, légèrement. alors t'y va. tu dévales les escaliers, tu sors de l'auberge, tu rejoins jude de l'autre côté de la rue. cette scène, elle équivaudrait à la scène dramatique d'un film romantique. sauf que jude, c'est pas ton mec, c'est ton frère. une voiture passe, à quelques centimètres à peine de toi. elle klaxonne. un signe de main, non, de doigt. ouais, tu lui fais un doigt au con dans sa voiture, même si pour le coup, le con c'est toi. mais tu t'en fout, tu vas rejoindre jude, parce que jude en plus il s'est retourné, et il te regarde maintenant. alors tu restes où t'es, sur le côté de la route. les bras ballants, tu le regardes dans les yeux. « j'pouvais pas te prévenir, jude. tu m'aurais empêché de partir. et je dois partir... » voix basse, tu sais pas s'il t'a entendu. y'a pas un bruit dans la rue. alors peut-être que si. mais t'es pas sûr, t'es jamais sûr, tu sais même pas si c'que tu dis, c'est vraiment vrai. comme si t'y croyait pas toi même. pourtant, c'est ce que tu ressentais.

_________________
absente du 9/07 au 13/08, merci de me taguer dans les sujets ou les rps où je dois répondre I love you
Code:
@"aramis d'albon"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ARAMIS + (please don't go while i need you so much)   

Revenir en haut Aller en bas
 
ARAMIS + (please don't go while i need you so much)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laughing Out Loud :: others :: Flashback-
Sauter vers: