Partagez | 
 

  (milda) But you can't run from yourself, that's where it's difficult

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
member ◊ cute little coral

messages : 938 pseudo : lorelei sebasto cha or kusumitagraph' avatar + © : elisa sednaoui (by kusumitagraph')
âge : 29 y.o.
statut civil : freshly single ... her fiancee cheated on her so she threw him away
adresse : in Iraty for now ... alone
job/études : lawyer @ « Favre & Bazarov », she recently opened her office with her friend Lorelei Bazarov.
MessageSujet: (milda) But you can't run from yourself, that's where it's difficult   Jeu 25 Aoû - 16:48



But you can't run from yourself, that's where it's difficult

mino favre + matilda favre
milda


Une chose avait changé ces derniers temps. Enfin s’il n’y avait qu’une seule chose qui avait changé encore ça pourrait aller, mais non. Je marchais sans but dans la rue. D’ailleurs je ne devais pas marcher bien droit pour tout vous dire. Mais c’est un autre histoire. Histoire … que j m’en vais vous conter tout compte fait. Ca tient en un seul mot en fait : Mojito. Mon petit péché depuis que mon alcool préféré de base me rappelait trop cet enculé de Julian. Oui … Un mot … mais plusieurs fois. J’en suis à combien là? Sept? Je regarde ma montre. Putain il est déjà s’t’heure là! C’est pas possible. J’étais entrée dans le bar qu’à vingt heures pourtant merde. Samuel me connait trop, il a servi les verres sans attendre que je commande. Béni soit Samuel Aavik! Mon barman préféré, oh bien sûr après Mino mais ça n’avait rien à voir, Mino me laisserait pas boire comme ça. « Mino! » criais-je dans la rue déserte. Enfin déserte. Le pauvre chat qui n’avait rien demandé et dormait tranquillement sur sa poubelle fit un bond de deux mètres et s’enfuit toutes pattes dehors tout le monde veut devenir un cat!. Il est clair que l’alcool joue des tours à mon cerveau. A l’heure qu’il est d’ailleurs il doit surtout bien irriguer mon pauvre cerveau. Pourquoi je pensais à Mino tout d’un coup déjà? Ah oui … boire … alcool. J’étais dans un état second, et si je croisais quelqu’un que je connaissais il y avait fort à parier qu’il ne me reconnaîtrait pas! Oh non moi je suis la gentille avocate, bosseuse, porté famille, avec une bonne vie bien rangée. « Tout ça pour ça … » marmonnais-je en shootant malhabilement dans un caillou. Cela faisait un moment que j’avais pas vu Mino. Pas dpuis que Papa, Maman, Numa et Alessia étaient rentrés en Italie. J’avais pas eu l’occasion de lui dire pour Julian. Y’avait des choses plus importantes à faire avant. Mais … j’avais besoin de mon petit frère. Il allait raler. Je suis pas comme ça d’habitude. Mais je m suis laissé aller à des démons que je n’avais jusque là pas encore connues dans ma vie estudiantine. L’alcool, et l plaisir de sortir tous les soir. Et croyez moi, Madame Aspirine est mon amie ee matin. Cependant c’était bien parce que ça me permettait d’oublier quand je n’étais pas occupé au boulot. De ne pas me rendre compte que ça faisait déjà une semaine et demie que Julian n’habitait plus à la maison. Rien qu’à sa pensée je sentais ma mâchoire se crisper.

Sans m’en rendre vraiment compte -et vu mon degré d’alcool je ne me rendrais compte de ce tchi- mes pas m’avait menée devant l’immeuble ou mon cadet vivait. Je m’arrêtais devant ma porte et inspirais un coup avant de faire le digicode et d’entrer. Pourquoi? Dans quel but, aucune idée. Mino. C’était tout ce que j’avais dans la tête pour le moment. Dans l’ascenceur je me regardais un peu mieux. Oh oui on ne pourrait pas me connaitre. Jupe noire très courte, débardeur blanc, perfecto crème et une paire de bottes montantes. C’était pas mon genre. J’étais plutôt fille sage. A la mode, mais … sage. Je haussais les épaules et fis un au-revoir à mon reflet dans le miroir avant que la porte se referme devant le palier de chez Mino. Me mordillant légèrement la lèvre, je sonnais à la porte. Ouais … a cinq heure du mat …
(c) kusumitagraph' | lorelei sebasto cha






_________________
#bigsisteriswatchingyou

what doesn't kill you makes you stronger
They say “make love not war!”But I say “if you have to make war, Make sure to make time to make love in-between”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little coral

messages : 1239 pseudo : sweet pea avatar + © : Clayton Straker (sweet pea)
« D’façon je ne serais pas un bon exemple pour les jeunes. J’ai bien vu comment ils me regardaient frapper quand j’étais sobre, seulement, je ne veux pas qu’ils voient comme leur champion est devenu... »


âge : vingt-cinq ans
statut civil : c'est quoi l'amour au juste ? une belle connerie pour les filles célibataires devant leurs navets romantiques
adresse : #2015 milady w/ isaïse
job/études : se reprend en main, retourne à la salle de boxe pour retrouver son niveau de pro
clubs, associations : club de boxe
MessageSujet: Re: (milda) But you can't run from yourself, that's where it's difficult   Mer 7 Sep - 23:07

Mino, il est clairement pas d’humeur depuis quelques jours. Une semaine qu’il reprend ses marques, qu’il essaie de se dérouiller tant bien que mal, ce n’est pas évident. Le grand ténébreux pensait que reprendre c’était comme remonter sur un vélo après dix ans s’en en faire. mon cul, oui ! je referais bien le portait au connard qui a dit ses conneries ! A croire que la rentrée est pour lui aussi d’actualité. Qui revient après un long été de farniente. Quechi ! Il n’a pas remis les pieds dans la salle de boxe depuis l’incident Gaby. L’incident Gaby ? Vous vous demandez encore ce que c’est ? Vous n’étiez pas là au dernier épisode de la merdique vie de Mino ? Gaby, c’est sa meilleure amie, sa tatoueuse, la fille qu’il respectait le plus – enfin après les femmes de sa famille – enfin à tous ses mots ajoutait simplement le mon ex ! Parce que oui, Gaby, elle est partie. Elle est partie en ayant bien foutu la merde dans la vie de Mino. A croire qu’il n’avait pas une vie déjà assez merdique avant ça. Gaby, elle lui annonce qu’elle est enceinte de lui. Ah oui, dernier petit ajout, ils sont couchés une seule et unique fois, après le désastre de mariage de Gaby et de son mec Edouard, qui n’a pas eu la décence de venir à son propre mariage. Donc on résume, Gaby et lui couchent ensemble, deux mois et demi après, elle se pointe – après l’avoir ignoré – lui annonce qu’elle est en cloque et qu’il est le père. Min cherche pas à comprend, il assume tout. le soir où il passe pro, elle le plaque. Enfin, c’est la version officielle. La version officieuse, c’est qu’elle part après un rendez-vous à l’hôpital et depuis zéro nouvelle. C’était en avril tout ça. Début avril à fin juillet, Mino boit. Il boit des tonnes, il n’a pas le temps de décuver qu’il boit une nouvelle bouteille. Il a fallu le caractère de merde de sa colocataire – meilleure amie de son petit-frère – pour lui faire ouvrir les yeux. Ou peut-être qu’il a eu un putain de déclics. Depuis Aout, il touche plus à l’alcool et il se remet en forme. Un esprit sain dans un corps sain, ce n’est pas ce que dit la pub ? Il vient à peine d’être sevré, qu’il foule le pied de la salle de boxe. Il recommence tout à zéro. Il oublie son niveau et repart des basses. Il prend des dérouillés, il revient couvert de bleus, mais ça lui forge le caractère. Il reprend toute sa vie à zéro. Les journées sont longues, dures, éreintantes et quand il rentre, après une bonne douche et un repas pleins de protéines, il part se coucher, vider de toute énergies. Alors imaginer son état quand il se réveille en pleine nuit alors que quelqu’un tambourine à sa porte. Ce n’est pas Isaïse, c’est sûr. Elle a les clefs puis elle lui laisser un message comme quoi elle ne serait pas là pendant quelques jours. La petite s’inquiète pour lui, ça le fait rire. Seulement, ça le touche beaucoup, il commence à la supporter la petite. Il fixe son réveil. 5:00. Bordel ! Il se lève de son lit, ne juge pas bon d’enfiler un short sur son boxer. Il part vers la porte en boxeur et commence à grommeler tout en ouvrant la porte. « p’tain… il est cinq heure du mat’, qu’est ce que vous… » il pose enfin les yeux sur la personne qui ose le réveiller à une heure pareille. Il a du mal à la reconnaitre. « Tilda » Matilda Favre, sa grande sœur est la cause de son réveil. Il a eu du mal à la reconnaitre, car il n’a pas l’habitude de la voir vêtue de la sorte, enfin aussi peut vêtue. « Bordel, c’est quoi cette ten… » il se tait, il voit sa grande sœur tangué comme un marin sur son bateau, sauf qu’elle est pas en mer et qu’elle a pas de bateau ! Putain, voilà que sa grande sœur suit le mauvaise exemple de son frère, de lui !« tilta t’as picolée ? » Question con, a l’odeur et de la voir tanguer, la réponse est clairement oui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
(milda) But you can't run from yourself, that's where it's difficult
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laughing Out Loud :: Biarritz, France :: Saint-Charles, Phare, Larochefoucauld :: habitations-
Sauter vers: