Partagez | 
 

 then it all went wrong (alex)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 151 pseudo : may. avatar + © : harry styles. (pandora)


âge : 19 ans.
statut civil : célibataire, mais pas vraiment, c'est compliqué.
adresse : maison 15, braou.
job/études : prostitué/escot-boy.
MessageSujet: then it all went wrong (alex)   Lun 29 Aoû - 19:21

**mature.

then it all went wrong
ALEXANDRE & THESEE

Quand il arrive devant le club, il est déjà tard. Plus tard qu'en général. Il a trop traîné, il le sait bien, mais ça va, il a encore le temps de trouver des clients, de faire une bonne nuit, de retourner chez Alexandre. Tout va bien se passer, il n'y a pas de raison que ça se passe mal. De toute façon, Thésée a le sourire, pour une fois, il va travailler avec le sourire. Il a hâte d'y être, il a hâte que ce soit terminé, qu'il puisse retourner chez Alex. Alex, Alex, Alex, toute sa vie tourne autour d'Alexandre désormais. Et ça lui convient parfaitement, il ne voudrait pas que ce soit autrement. Là, devant la boîte, il y a du monde, et Thésée a confiance. Il sait que même si ce soir sera un peu différent, si ce ne sera pas aussi habituel, aussi quotidien, ça va aller. Ca va toujours. Ce n'est pas une petite heure qui change quelque chose au business de Thésée. Le sexe, ça se vend toute la nuit. Il y a quelques types qui lui demandent une pipe, et ça va, c'est déjà ça. Ca l'arrangerait bien qu'on veuille de lui pour la nuit, car de toute façon le type finira par le foutre dehors bien avant le lever du soleil. Il ne voudra pas avoir à passer la nuit entière avec Thésée. Alors il pourra retourner chez Alexandre. Comme promis. Il reste posté à l'arrière du club, comme toujours, là où on le trouve quand on le cherche. Il balaye des yeux les groupes de fumeurs, essaye de capter quelques regards, mais tout le monde semble avoir bien bu et ne rien remarquer à part leurs amis qui leur parlent en agitant les bras. Il ne reconnait personne, même pas le confort d'un visage familier vers lequel il aurait pu aller en se disant qu'il y avait une possibilité de finir a nuit avec. Personne. Au final, il arrive à attirer l'attention d'un inconnu, et le type s'approche. Il a l'air propre, avec un sourire sur le visage et le look de quelqu'un qui a de l'argent. C'est un bon plan, et Thésée lui sourit en retour. Il hoche la tête, répond d'un "oui" délicat quand le type lui demande s'il est dispo pour la nuit. L'inconnu retourne chercher ses affaires dans le club, et Thésée attend sagement pendant cinq petites minutes, un sourire sur le visage. Il ne pense même pas à ça, à comment il est arrivé à sourire comme un idiot parce qu'un inconnu veut bien le baiser et le payer pour ça. Mais il n'est pas encore trop tard, et peut-être qu'il ne sera pas à l'appartement pour l'heure prévue, mais maintenant que les choses sont claires avec Alex, il espère que celui-ci comprendra s'il a une heure de retard. Puis, en plus de cela, il va pouvoir demander à téléphoner à Ben, le prévenir qu'il passe la nuit avec un client, ce qui le couvrira jusqu'au lendemain matin et lui donnera un peu plus de temps avec Alexandre. C'est parfait. Quand le mec revient, ils vont vers sa voiture, s'y installent, et le trajet est presque silencieux. Le gars semble avoir envie de faire les présentations rapidement. Il s'appelle Thomas, il est en vacances ici. Il pose sa main sur la cuisse de Thésée, l'autre gardant sa place sur le volant. Il ne cesse de sourire. Ils arrivent devant un hotel, et Thésée n'écoute pas trop ce qui se dit entre le réceptionniste et Thomas. Puis ils se retrouvent dans la chambre, et ça se voit qu'ils ne sont là que pour une nuit, que ce n'est pas la chambre que Thomas fréquente, celle où il dort pendant son séjour. C'est une chambre vide de tout objet personnel, juste pour ce soir. Thomas lui offre un verre, s'en sert un, puis c'est le moment. Son client paye à Thésée la première moitié, comme ça a été décidé, promettant les 150 euros qui restent pour plus tard, pour après. Une moitié avant, une moitié après. Ca fonctionne comme ça. Et avec les calculs de Thésée, il aura juste assez. En général, il essaye de prévoir une petite marge, mais ce soir, c'est exceptionnel. Il veut juste retrouver Alexandre. Il demande à Thomas s'il peut utiliser le téléphone, pour prévenir son employeur qu'il a du travail pour toute la nuit. Thomas le laisse faire, et quand c'est fini, ils passent aux choses sérieuses. Il se colle à Thésée, le saisit, le pousse sur le lit et le surplombe de son corps. Il demande si pour ces trois cent euros, il peut faire ce qu'il veut. Thésée souffle un oui, habitué à la question mais ne l'aimant pas pour autant. Si jusque là Thomas paraissait presque charmant, il se referme à ce moment, dès qu'ils commencent. Il ordonne à Thésée de se taire et de faire ce qu'il dit, il se déshabille sans perdre de temps, chaque mouvement calculé, efficace. Fait de même avec Thésée. Ils se retrouvent nus et cette absence de sentimentalisme convient à Thésée. C'est clinique, c'est simple, mathématique. Comme ça, il ne se perd pas. Les gestes de Thomas sont précis, Thésée a juste besoin de faire, pas de réfléchir. Juste obéir. Il n'est pas de ceux qui se collent à lui, qui lui murmurent des choses à l'oreille en s'imaginant qu'ils sont avec l'homme de leur vie. C'est très bien comme ça, se dit Thésée. Il a les poignets attachés aux barreaux de la tête de lit, et ce n'est pas plus mal, au moins comme ça il n'a pas besoin de réfléchir à quoi faire de ses mains. Ca lui convient. Quand Thomas se place sur son torse, met son sexe devant son visage et lui ordonne ce qu'il doit faire dans une commande contenant un seul et unique mot, Thésée s'exécute et le prend en bouche. Il fait ce que l'autre lui demande, puis quand Thomas en a assez, il s'extrait d'entre les lèvres de Thésée, et il redescent, passe sa main sur le sexe de Thésée, joue avec rapidement sans s'y attarder, et il se concentre bien vite sur son entrée. Thomas ne joue pas avec, ne cherche pas à l'exciter, il se lubrifie les doigts et le prépare rapidement, puis enfile un préservatif et le pénètre.

C'est impersonnel, il n'y a aucun lien entre eux, Thomas le regarde à peine. Ca permet à Thésée de garder les yeux vers le plafond et de se perdre dans ses pensées pendant que l'autre s'enfonce en lui brutalement, sa peau claquant sur celle de Thésée. Thomas fait durer l'acte, et Thésée aurait aimé que ça reste ainsi, mais au bout d'un moment, son client se souvient qu'ils sont deux. Il pose ses mains sur Thésée, ignore son sexe à moitié dur, glisse ses paumes vers sa gorge et serre. Thésée ne s'y est pas préparé, mais il connaît ce jeu, alors il ne panique pas. Il tousse quand la prise se desserre, reprend son air, ça recommence. Les mains restent plus longtemps, et le coups de bassin de Thomas ne cessent pas. Il répète l'opération quelques fois, mettant parfois des coups plus forts, comme pour arracher quelque chose de la part de Thésée qui reste muet comme on le lui a demandé. Ses mains fermées sur la gorge de Thésée, Thomas se penche pour lui chuchoter dans l'oreille "je les préfère quand ils pleurent" et les types sadiques ne sont rien d'inattendu ou de surprenant pour Thésée, mais pour le coup, il s'est enfermé dans sa bulle et pleurer, il ne sait pas s'il va y arriver. C'est une demande qu'on lui a déjà faite, ça fait partie du best of, de la collection de trucs que certains aiment. Thésée ne juge pas, il n'a pas d'avis, pour lui c'est comme le parfum d'un gâteau qu'on commanderait à un pâtissier, ça fait partie des services proposés, des options disponibles. Thésée essaye. Il essaye de revenir, de sortir de l'état catatonique dans lequel il s'est laissé plonger, mais c'est difficile. Faire semblant de pleurer serait idiot et ça ne plairait pas à Thomas. Il décide de se mordre la langue, fort, jusqu'au sang, mais la douleur n'est pas assez forte pour le faire pleurer. Au final, Thomas s'acharne, il va plus fort, Thésée gémit face à la douleur, mais les larmes ne viennent pas. Quand Thomas atteint l'orgasme, les yeux de Thésée sont à peine rouges, et Thomas sort de lui en lui disant avec déception qu'il s'attendait à mieux. Thésée ne sait pas quoi dire, comment réagir, ça n'est jamais arrivé. Peut-être parce qu'il est toujours concentré, toujours préoccupé par son travail uniquement, jamais en retard, toujours chaque détail de calculé, et ce soir, le plus important c'était Alexandre. Il en paye le prix maintenant. Il est partagé, on lui a dit de se taire, il ne sait pas s'il peut parler. Il dit à Thomas qu'ils peuvent refaire, recommencer, qu'il sera mieux cette fois-ci. Il redit qu'il peut faire tout ce qu'il veut, que s'il a envie d'autre chose, Thésée peut. C'est peut-être trop suppliant. Thomas le regarde avec un petit sourire alors qu'il se rhabille, Thésée toujours nu et attaché sur le lit. Thomas s'approche en faisant non de la tête, puis sa main s'abat violemment sur la tempe de Thésée. Quand il reprend conscience, il est seul, toujours nu, au même endroit, mais Thomas a au moins pris la peine de le détacher avant de partir. Il commence à faire jour dehors, et Thésée se redresse doucement, passe ses mains sur ses poignets irrités parle frottement. Sa tête lui fait un mal fou. Il ne cherche pas à comprendre ce qui s'est passé, pas encore. Il se lève doucement et enfile ses vêtements. Thésée regarde autour de lui, et la chambre est bel et bien vide, pas de Thomas, ses affaires ayant disparu avec lui. Il ne réalise qu'en plongeant sa main dans la poche de son jean, quand ses doigts se referment sur trois billets de cinquante... seulement. Il panique de suite, se souvient de comment les choses se sont passées. Il vérifie dans la poche de sa veste, là où il a l'argent de son début de soirée, et non, il ne trouve pas ce qui lui manque. Il fait toute la chambre, mais Thomas n'a rien laissé. Il a assommé Thésée, est parti, et maintenant il lui manque cent-cinquante euros. Cette fois, il se met à pleurer. Ca vient instantanément, de grosses larmes, des pleurs hideux. Il se laisse tomber sur le lit, s'y assied et met sa tête entre ses mains pour vider son corps de ces pleurs. Quand enfin il a fini, il se lève et sèche le reste de larmes, puis il s'en va sans regarder derrière lui. Ben va le tuer. Il va le tuer. Il se souvient subitement que c'était chez Alexandre qu'il était supposé aller, après cette nuit. Ca le rassure à peine, ça veut dire qu'il n'a pas besoin de faire face à Ben tout de suite, qu'il peut d'abord revoir Alexandre avant de subir sa punition. Mais alors qu'il fait de son mieux pour rester calme, assis dans le bus, le visage contre la vitre, il réalise qu'Alex a du l'attendre toute la nuit, qu'il va falloir expliquer, qu'Alex s'est inquiété. Merde. Thésée n'est plus tout seul, et ça marche dans les deux sens. Il n'a pas le droit de faire ça à Alex, et il ne le comprend que maintenant. Il sort du bus, marche rapidement, se presse jusqu'au moment où il arrive devant la porte. Il toque, se précipite pour cogner contre la porte. Rien. Il essaye encore. Rien. Il passe plus de cinq minutes à toquer, attendre, et toquer. Puis il comprend qu'Alexandre n'est pas là, et Thésée s'adosse contre la porte, se laisse doucement glisser jusqu'à se retrouver assis parterre. Il n'a plus qu'à attendre. Les yeux rouges, fixés sur le mur d'en-face, à essayer de ne pas penser. Une larme coule sur sa joue, il la laisse descendre et l'essuie avec sa manche. Il ne sait pas ce qu'il va faire, il attend juste qu'Alex arrive, assis devant sa porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 148 pseudo : Maev20 avatar + © : Louis Tomlinson +smmg
âge : 22 ans
statut civil : Célibataire
MessageSujet: Re: then it all went wrong (alex)   Mar 30 Aoû - 22:06

Plus de deux heures. Plus de deux heures que j’erre dans les rues de Biarritz à ta recherche, le coeur meurtri. Il est six heure du matin et je n’ai pas dormi de la nuit, autant dire que je ressemble aux zombies de la série The Walking Dead. Une horreur. Je t’ai attendu désespérément pendant deux heures chez moi, tournant en rond dès que j’ai compris que tu ne serais pas à l’heure. Mais je n’ai pas pu rester tranquille et j’avais besoin de partir à ta recherche alors que mon cœur se faisait de nouveau transpercer par la lame de la douleur. 

Je craignais le pire, en même temps rien n’était là pour me rassurer. Le silence qui avait défilé après deux heures du matin, heure à laquelle tu aurais dû être là. Cette sensation que rien ne se passerait comme prévu, et la peur du pire, qui me faisait envisager tout et n’importe quoi. Un cocktail détonnant, rien pour rester raisonnable en fin de compte. Je tourne dans toutes les rues de Biarritz, avec la difficulté de ne pas savoir où chercher, parce que tu m’as laissé aucun indice. Être dans l’indifférence, ça fait vite retomber du petit nuage sur lequel j’étais. MArcher m’aide aussi à réfléchir, à savoir si je serais capable de supporter tout ça, de ne pas savoir comment tu vas être après ta journée de ‘travail’, être dans l’incertitude totale, et je ne suis même pas certain que tu envisages quelque chose de sérieux avec moi, même si je suis prêt, pour toi, à faire abstraction de certains de mes principes, parce que j’ai non seulement besoin de toi dans ma vie mais aussi envie de t’avoir dans ma vie.


Après un dernier tour voué à l’échec et qui laisse mon cœur saigné de douleur, je décide de regagner mon appartement. Peut-être qu’au final tu es resté chez toi, peut-être que tu t’es rendu compte que c’était voué à l’échec avant même d’essayer, ce que je dément totalement, si on y met du sien, on peut arriver à faire l’impossible, j’en suis convaincu, et j’en suis la preuve vivante, j’aurais pu rester enfermé dans ma dépression sans même vouloir en sortir. En plus tu ne me facilites pas la tâche. Les épaules voutés par le poids de la tristesse et de la douleur, j’approche de l’immeuble où se situe mon appartement .La journée va être terrible. Je suis tellement dans mes pensées que je ne remarque même pas la silhouette à l’entrée de mon appartement. Je marche comme un fantôme sans faire attention à ce qu’il y a autour de  moi !

_________________
I have kissed honey lips, Felt the healing finger tips. It burn like a fire, This burning desire. I have spoke with tongue of angels, I have held the hand of the devil. It was warm in the night, I was cold as a stone. But I still haven't found what I'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 151 pseudo : may. avatar + © : harry styles. (pandora)


âge : 19 ans.
statut civil : célibataire, mais pas vraiment, c'est compliqué.
adresse : maison 15, braou.
job/études : prostitué/escot-boy.
MessageSujet: Re: then it all went wrong (alex)   Jeu 1 Sep - 23:06

Alexandre va lui en vouloir. Thésée se l'imagine, en train d'attendre, de voir sa montre dépasser les deux heures du matin, l'heure qu'il lui avait donné avant de partir, celle à laquelle il aurait du être là. Il s'imagine Alexandre, en train de peu à peu se poser des questions, s'inquiéter. Il était déjà inquiet à la simple idée de le laisser partir, mais ne pas le voir revenir. Thésée s'en veut. Puis il a peur que malgré les promesses, Alex réalise que tout ça est bien trop compliqué, trop fatiguant. Qu'il n'a pas envie de passer sa vie à s'inquiéter, et à partager Thésée avec le reste de la ville. Que c'est mieux de tout oublier maintenant, de ne plus se revoir. Après tout ce qui s'est déjà passé, Thésée n'arrive toujours pas à accepter qu'Alex puisse choisir d'être là, promettre de ne pas le laisser, de ne pas s'enfuir. Il lui faudra plus qu'une soirée, plus qu'une seule nuit, pour s'y faire, pour comprendre et accepter cette idée. Pendant tout son trajet, il ne fait que penser à Alexandre, à la force qu'il devra avoir pour lui expliquer clairement qu'il n'a pas fait exprès, qu'il aurait vraiment voulu être là. Il arrive devant l'immeuble, et au moins, penser à ça le distrait un peu d'un autre problème, celui des billets manquants dans sa poche. Une fois devant la porte de l'appartement, il toque plusieurs fois, en vain. Il attend un peu, se dit qu'Alex est peut-être endormi. Peut-être qu'il l'a entendu mais qu'il lui faut un peu de temps pour sortir de son lit, enfiler des vêtements. Mais personne ne vient. Il essaye encore. Plusieurs fois, mais rien. Il ne réfléchit pas, il se laisse juste glisser vers le sol pour s'asseoir là, devant la porte. De toute façon, Alexandre finira bien par passer par là. S'il est de sortie, il reviendra. S'il est à l'intérieur, il sera forcé de sortir à un moment ou un autre. Thésée a le temps pour attendre. Il ne sait pas ce qui est pire, rentrer avec trop peu d'argent, ou ne pas rentrer. Il peut laisser traîner, il peut attendre. Assis là, il laisse un peu Alexandre de côté, dans un coin de ses pensées, et il se retrouve à nouveau à repenser à ce qui s'est passé cette nuit. Thomas était déçu, il était déçu, il a frappé Thésée, et il est parti sans payer la seconde moitié parce que Thésée ne le méritait pas. Recroquevillé là, il trouve un moyen de se blâmer, de s'assurer que c'est de sa faute. Ca n'est jamais arrivé avant. Jamais. Il essuie la larme qui vient de couler sur son visage, et c'est en retirant sa main de devant ses yeux qu'il le voit arriver. Alexandre est à quelques mètres à peine. Dès que Thésée le voit, il se lève d'un coup, avance vers lui et jette ses bras autour de son cou avec un sanglot qu'il n'est pas capable de retenir. Il s'en veut de chialer, il en a marre de chialer. Il serre Alex contre lui et enfouit son visage dans son cou. Après un long moment, quand il pense avoir tiré à peu près tout le réconfort dont il avait besoin, il se détache d'Alexandre. Il garde ses bras autour de lui, de peur qu'il s'en aille, mais il se décolle de façon à pouvoir voir son visage. Il est pâle, il n'a pas l'air d'avoir fermé l'oeil, et bien sûr que ça inquiète Thésée. Mais avant de se soucier de ça, il veut juste s'excuser, essayer de s'expliquer, se faire pardonner. Il n'est jamais sûr de la réaction qu'il obtiendra. Si Alexandre est prêt à comprendre, s'il sait que Thésée ne le fait pas exprès. Arriver sans cesse en retard comme ça. Ou s'il commence à en avoir assez, s'il est sur le point de lui dire de partir, de le laisser tranquille, de le laisser avoir sa vie sans avoir à s'en faire. « J'ai été retenu, je suis désolé, j'étais avec un client, je suis venu dès que j'ai pu » il lui dit, se précipitant sur ses mots. Il regarde Alexandre droit dans les yeux, il laisse une de ses mains s'aventurer sur son visage, sur sa joue. Il essaye de trouver la réponse à la question qu'il n'a pas posée. Il cherche à voir si Alex va le repousser, s'il est en colère, s'il va lui dire que son travail n'excuse rien, que ça ne lui donne pas le droit de disparaître et de revenir pour se jeter ainsi dans ses bras. « Tu m'en veux ? » il finit par demander, les yeux dans ceux d'Alexandre. C'est une question claire, nette, précise. Mais ce matin, il a trop peur de ce qui est approximatif, il n'a pas la tête à ça. Il est fatigué, épuisé même, il a des centaines de problèmes, il veut qu'au moins ça, ce soit simple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 148 pseudo : Maev20 avatar + © : Louis Tomlinson +smmg
âge : 22 ans
statut civil : Célibataire
MessageSujet: Re: then it all went wrong (alex)   Lun 5 Sep - 22:04

Je ne sais même pas ce que je dois penser, mon cerveau est en mode off. Je suis incapable de réfléchir de manière rationnelle. Lorsque j’ai vu l’heure défilée j’ai perdu toute notion de rationalité. J’étais sorti à ta recherche dans l’espoir de te retrouver mais aussi par besoin de prendre l’air pour parvenir à réfléchir. Parce que cette situation va de nouveau se produire, j’en suis intimement convaincu. Est-ce que je dois tout arrêter avant que ça n’aille pas trop loin ? mais est-ce que je suis vraiment capable de ça ? Je ne le pense pas. Parce que si je suis vraiment attaché à toi, le lien qui me lie à toi est aussi indispensable. J’ai besoin de toi pour avancer dans la vie et surtout pour garder la tête hors de l’eau. Mais l’angoisse qui m’a saisi quand je ne t’ai pas vu revenir est plus que présente, et surtout loin d’être objective. Parce que tu m’avais prévenu et que j’étais d’accord avec ça, alors je ne devrais pas m’inquiéter. Mais c’est plus fort que moi, alors que je déambule dans les rues à ta recherche. J’ai besoin de me rassurer quand à ton état, alors revenir vain de cette déambulation, ça ne m’apaise pas, loin de là. Surtout que c’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin, peu de chance de trouver. Mais le pire c’est de m’imaginer que je ne te reverrais plus jamais. C’est presque tremblant que je reprends le chemin de mon appartement, perdu, désorienté. La sensation est encore pire que ce que j’ai ressenti en perdant celui que je considérais comme l’homme de ma vie. Une sensation de vide, de creux tellement douloureux qu’il broie mon cœur. Mais au milieu de ça il y a aussi l’espoir, que tu reviennes sain et sauf, qu’il y a plus de peur que de mal. C’est insidieux, et surtout ça me torture l’esprit. Parce que ça alimente l’incertitude. Et ce n’est pas bon de rester dans le flou complet. Je monte les marches comme un automate. Je ne fais pas attention aux alentours. Ni même au fait qu’il y ait quelqu’un sur mon palier. Ca pourrait être n’importe qui qui désire m’attaquer qu’il y arriverait avec une facilité déconcertante. Je suis tellement dans un état second que le dernier de mes soucis est ma protection. Au final, ma propre sécurité est bien négligée par rapport à la peur de te perdre. Celle-ci me pousse à faire des choses inconsidérées. Mais qui est là pour s’en soucier ? Qui s’inquiéterait vraiment du sort qui m’est réservé ? Si tu n’es plus là alors il n’y a plus personne pour réellement se soucier de moi. Je soupire doucement en montant la dernière marche. Mais je n’ai pas le temps de remarquer que tu es là que je me fais prendre au piège entre deux bras paniqués. Le temps d’atterrir et je sens ton odeur qui remplit mes narines. Une, deux respirations et je ferme les yeux avant de t’entourer de mes bras tremblants. Je me sens revivre simplement parce que tu es tout contre moi. Je caresse tendrement ton dos le temps que tu te calmes et que je me calme aussi. J’étouffe un sanglot, je tente de faire en sorte que tu ne le ressentes pas car je ne veux pas t’accabler encore plus. Je reste comme ça, te serrant de plus en plus dans mes bras. Je frissonne en sentant ton visage dans mon cou. Je remonte une main dans ta nuque, glissant mes doigts dans tes boucles. Je me détends visiblement, rassuré de voir que tu es là, et que tu sembles aller bien, enfin du mieux que l’on peut aller dans cette situation. Je glisse mes bras autour de tes hanches, je laisse mes yeux te scanner de la tête au pied. Une fois que je m’étais assuré que tu allais bien, la question de savoir pourquoi tu n’es arrivé que maintenant. Mieux vaut que je me la pose plus tard. Maintenant je dois simplement profiter de cette nuit écourtée en ta présence. Je soupire doucement penchant la tête sur le côté, attendant que tu parles. Je n’avais pas confiance en ma voix qui peut se révéler tremblante. Et puis la fatigue s’abat sur moi après cette nuit à errer dans les rues de Biarritz. Je suis bien incapable de dire quelque chose de censé. Je fronce mes sourcil avant d’hocher la tête. « D’accord. Tu vas bien ? » Je soupire de nouveau en penchant la tête tout contre ta main avant de déposer mes lèvres dans ta paume. Je me rends enfin compte que l’on est toujours sur le palier, à la vue de tous. « Ne restons pas ici, rentrons » J’attrape ta main et lie nos doigts ensemble avant d’ouvrir notre porte. À peine celle-ci fermé que tu me poses la question qui semble te troubler au plus haut point. Je nous dirige vers le canapé « je ne peux pas nier que je t’en ai voulu quand je ne t’ai pas vu arriver. Mais ça a vite laissé place à la peur de te perdre. Je ne pourrais pas le supporter, je le sais vraiment maintenant. » je porte une main à ta joue plantant mon regard dans le tien.

_________________
I have kissed honey lips, Felt the healing finger tips. It burn like a fire, This burning desire. I have spoke with tongue of angels, I have held the hand of the devil. It was warm in the night, I was cold as a stone. But I still haven't found what I'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 151 pseudo : may. avatar + © : harry styles. (pandora)


âge : 19 ans.
statut civil : célibataire, mais pas vraiment, c'est compliqué.
adresse : maison 15, braou.
job/études : prostitué/escot-boy.
MessageSujet: Re: then it all went wrong (alex)   Sam 10 Sep - 15:28

Dès qu'il voit Alexandre, il se lève. Il ne réfléchit même pas, il ne se dit pas qu'il devrait rester en retrait, qu'il devrait d'abord s'expliquer, qu'il devrait attendre une autorisation. Il ne se pose pas de questions, il va chercher ce qu'il lui faut sans même imaginer qu'Alex ne voudrait plus de lui à cet instant. Il ne s'imagine pas qu'il pourrait le repousser, qu'il n'a pas le droit à ce câlin, qu'il ne peut pas exiger cela comme ça, après avoir disparu et sans expliquer à Alex ce qui est arrivé. Il se jette dans ses bras, le serre fort contre lui et ne le lâche plus. Son visage vient trouver sa place au creux de son cou. Il y a un moment de suspens, quelques secondes qui s'étirent dangereusement, pendant lesquelles Thésée ne sent rien. Alexandre ne réagit pas, pas de suite. Mais après quelques secondes, ses bras prennent place autour du corps de Thésée. Sa main caresse son dos, ses bras le serrent contre lui. Thésée n'avait jamais pensé qu'une étreinte puisse faire tant de bien, que le contact avec un autre corps puisse faire tant de bien. Avant, il vivait sans trop d'affection, sans trop d'amour. Ses parents l'aimaient probablement, mais ils ne le montraient pas vraiment. Ils étaient toujours occupés à autre chose, lui glissaient quelques mots d'affection avant de repartir vivre leur vie, lui offraient des cadeaux superbes qui ne voulaient rien dire eux non plus. Et maintenant, le seul amour qu'il reçoit, c'est celui d'Alexandre. Ses bras enveloppent son corps à la perfection, comme si son corps avait été fait pour ça, pour être là contre celui d'Alex, entre ses bras. C'est rassurant, c'est apaisant. C'est exactement ce qu'il lui faut. La main qui remonte dans sa nuque, ses cheveux. Enfin, Thésée s'éloigne, il se décolle peu à peu, garde ses bras autour d'Alexandre, mais fait en sorte de le regarder, de voir son visage. Il s'excuse, il explique. Il ne rentre pas dans les détails, loin de là, il ne dit pas qu'il a eu du mal à trouver, que ses petites habitudes ont été un peu chamboulées, qu'il s'est retrouvé assommé, inconscient, et ne s'est réveillé que ce matin. Il n'explique rien, en fait. Dit simplement qu'il a été retenu par son client, ce que Alexandre aurait très bien pu comprendre tout seul. Mais ce n'est pas le moment de raconter tout ça, il a besoin de savoir d'abord. Savoir si Alexandre veut bien le pardonner, s'il veut toujours de lui, ou si ça lui suffit. « D’accord. Tu vas bien ? » il répond, et Thésée respire un peu mieux tout à coup, mais il ne veut pas se faire trop d'espoir non plus. Il hoche la tête, regarde Alexandre glisser ses lèvres dans sa main. « Ne restons pas ici, rentrons » il dit alors. Il prend Thésée par la main, glisse ses doigts entre les siens, et l'emmène à l'intérieur. A peine la porte refermée, Thésée lui pose la question. Il a besoin de savoir, être fixé. Parfois, les câlins et la douceur ça ne suffit pas. Il a besoin de clarté, qu'on lui dise les choses comme elles sont. Alexandre le guide vers le canapé, là où ils étaient encore quelques heures plus tôt. « je ne peux pas nier que je t’en ai voulu quand je ne t’ai pas vu arriver. Mais ça a vite laissé place à la peur de te perdre. Je ne pourrais pas le supporter, je le sais vraiment maintenant. » Thésée ne sait pas s'il a le droit de faire ça, de forcer Alexandre à vivre comme ça. Parce que s'ils continuent à se voir, à être eux, comme ils sont, s'ils continuent comme ça et se laissent embarquer dans ce qu'ils éprouvent l'un pour l'autre... ça ne cessera pas. Thésée devra partir, disparaîtra de cette façon continuellement. Les imprévus n'arrêteront pas de lui tomber dessus. Peut-être qu'Alex n'a pas compris cela, peut-être qu'il pense que ça ne durera pas, que c'était exceptionnel. Alors Thésée ne sait pas s'il a le droit, vraiment. Si c'est juste de s'accrocher et de forcer Alexandre à subir ces montagnes russes émotionnelles. S'il peut vraiment lui infliger ça, l'incertitude à si haut point. Ne jamais être sûr que Thésée serait encore là le lendemain. Ne jamais être sûr de rien. « Je... je sais que c'est pas juste... t'obliger à ça... » il commença doucement en s'asseyant sur le canapé. « J'ai pas choisi cette vie, et tout ça va pas changer tu sais mais si je fais tout comme il faut, il devrait rien m'arriver de grave » il ajoute, levant un regard plein d'espoir vers Alexandre. Bien sûr qu'il essaye de le convaincre, il essaye d'être honnête, de dire les choses comme elles sont, mais de lui faire comprendre que ce n'est pas si grave. C'est compliqué, bordélique, inconfortable, mais c'est vivable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 148 pseudo : Maev20 avatar + © : Louis Tomlinson +smmg
âge : 22 ans
statut civil : Célibataire
MessageSujet: Re: then it all went wrong (alex)   Mar 13 Sep - 11:15

Même si je sais que je devrais te repousser, certainement me mettre en colère. Mais je ne peux pas, parce que l’angoisse est encore trop forte. Alors il faut le temps qu’elle redescende. Peut-être qu’après j’aurais besoin d’explications, mais je suis tellement soulagé de te revoir que je suis dans un état second. Je suis incapable de réfléchir correctement. Alors tandis que je sens la chaleur de ton corps et ton étreinte plutôt étouffante, comme si tu avais compris mon mal-être mais aussi que tu avais besoin d’être rassuré. Je soupire doucement, immobile, ne sachant pas encore comment réagir, vraiment. Même si je sais qu’au bout je finirais par te pardonner, est-ce que je dois le faire maintenant ? Après quelques secondes de tergiversions, je finis par entourer ton corps de mes bras. Je commençais déjà à me calmer, et je n’étais pas vraiment quelqu’un de rancunier. Et on avait déjà bien assez souffert tous les deux comme ça ce soir. Je souffle de soulagement en enfouissant ma tête dans ton cou. On se soutenait mutuellement. Alors je pourrais rester pendant des heures dans tes bras sans rien dire, juste rester comme cela et profiter de tes bras autour de moi. Je dépose mes lèvres sur ton cou, geste innocent, là pour te rassurer. Parce que je me sentais quelque peu démunis face à toi, je ne savais pas trop comment réagir. Je ne sais pas combien de temps il ne se passe avant que l’on ne s’écarte de l’autre pour reprendre un peu nos esprits et surtout pour entrer dans notre appartement. Je ne sais pas trop si tu es d’accord pour qu’il y ait des effusions en public. Après tout je ne sais même ce que je suis réellement pour toi, ce qu’on est réellement. Mes mains se retrouve sur tes hanches, je les resserre pour ne pas que tu t’échappes. Je te laisse t’expliquer mais je sais déjà que tu es tout pardonné. Je ne te tire pas les vers du nez, persuadé que tu te refermerais si jamais j’insistais un peu trop. Et puis c’est ton choix si tu ne veux pas me dire ce qui s’est passé, et de toute manière je ne suis pas certain de vouloir le savoir vraiment. Je sais que tu me diras ce que tu veux en temps souhaité, comme tu m’as laissé le faire avec Emilien, tu ne m’as jamais jugé, tu as simplement écouté. Tu es d’ailleurs le premier, en dehors des psys à le faire sans aucun jugement, et je t’en suis reconnaissant. Je scanne quand même ton corps, à la recherche de la moindre douleur, mais rien. Alors je glisse nos doigts ensemble, ne voulant plus te lâcher maintenant que tu es revenu. Je te tire dans mon appartement, où l’on sera plus à notre aise pour parler. Ce que tu sembles apprécier, puisque j’ai à peine le temps de fermer la porte que tu me demandes si je t’en ai voulu. Question qui mérite quelques réflexions quand même. Le temps de m’asseoir dans mon canapé que je sais déjà ce que je vais répondre, ce n’est pas tellement compliqué en même temps. Je te dis simplement les choses comme je les ai vécues. Sans broder autour. Après tout je te dois bien la vérité. Mais je te vois te fermer légèrement, ça me fait froncer les sourcils. Je commençais sérieusement à craindre le pire, mais je ne sais pas si j’ai raison ou pas. Quand je dis que j’ai besoin de toi, je suis également prêt à tout supporter. Même la part d’incertitude qui t’accompagne, cette part sombre, que j’ai également. Je ne suis plus vraiment le même depuis que j’ai perdu mon petit ami, enfin mon ex. Même si cela ressemble à de la lâcheté. Mais c’est juste que je me suis attaché à toi bien plus que prévu. Et alors que je ne voulais me lier à personne, tu as su percer la carapace que je m’étais construite. Au final c’est peut-être moi qui m’accroche un peu plus à toi que le contraire. Au final on se fait probablement du bien l’un à l’autre. Et il ne faut pas chercher plus compliqué que cela. Pendant longtemps je me suis compliqué la vie, à rendre heureux mon petit ami, à avoir une vie la plus confortable qui soit : et où cela m’a mené ? À rien du tout ! je fronce de nouveau les sourcils « Thésée… Mais… tu ne m’obliges à rien justement ! » Je secoue la tête. « Je.. J’ai choisi ce que tu es… Je ne vais pas te changer, tout ce que je veux, c’est qu’il ne t’arrive rien, c’est tout. » je penche un peu la tête sur le côté avant de m’approcher de toi. Je pose mes lèvres sur les tiennes. Un baiser doux, une caresse sur les lèvres. Mes mains encadrent ton visage et mon corps se rapproche doucement. Je relâche tes lèvres et pose mon front tout contre le tien. Je reste comme ça. « Tu veux aller t’allonger ? » je sais que moi je ne dormirais pas, je n’en ressens pas le besoin et il y a eu trop d’émotions pour que je trouve le sommeil.

_________________
I have kissed honey lips, Felt the healing finger tips. It burn like a fire, This burning desire. I have spoke with tongue of angels, I have held the hand of the devil. It was warm in the night, I was cold as a stone. But I still haven't found what I'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 151 pseudo : may. avatar + © : harry styles. (pandora)


âge : 19 ans.
statut civil : célibataire, mais pas vraiment, c'est compliqué.
adresse : maison 15, braou.
job/études : prostitué/escot-boy.
MessageSujet: Re: then it all went wrong (alex)   Mer 21 Sep - 19:07

Il n'essaye pas de trouver des excuses parce qu'il n'en a pas vraiment, parce que pour une fois il sait bien que ce n'est pas sa faute. Peut-être que si, d'une certaine façon, peut-être que s'il était parti un peu plus tôt la veille, s'il avait pu avoir ses clients habituels, il ne se serait pas retrouvé là, avec ce type. Mais le reste, ça ne dépendait pas de lui. Alors non, il ne va pas essayer de mentir non plus, parce qu'il n'a pas le droit de faire ça, parce que Alexandre sait la vérité maintenant, et que les secrets, ce n'est plus d'actualité. Mais il ne sait pas par où commencer, qu'est-ce qu'il doit dire ou taire. Il explique qu'il a fait comme il a pu, tout simplement, parce que c'est la vérité. Dès qu'il s'est réveillé, il est venu. Il n'aurait pas pu être là avant. Alexandre accepte ses excuses, il laisse entrer Thésée qui s'installe sur le canapé en continuant de demander pardon. Parce que ce n'est pas juste tout ça. Il a envie de tellement de choses avec Alexandre, il ne sait même pas quel mot utiliser pour décrire tout ça, mais il y a tout une montagne de trucs indescriptibles qu'il a envie de faire avec Alexandre. Le problème, c'est que la plupart des choses dont il a envie avec lui, il n'a pas le droit de les avoir. Il a une vie un peu compliquée qui ne lui appartient pas vraiment, et Alexandre n'est pas supposé exister dans cette vie-là. Pourtant, il est bien là, Thésée lui a créé une petite place, et maintenant il est là. Ca ne veut pas dire que ses problèmes sont résolus, au contraire. Et il sait en plus qu'il n'est pas le seul, qu'Alex aussi a envie de beaucoup de choses, surement, et que Thésée ne pourra jamais les lui donner. Alors il s'excuse encore, pour tout ça, parce qu'il sait que Alexandre n'aurait jamais choisi ça. Peut-être que s'il avait su dès le début, il ne se serait pas attaché à Thésée, il n'aurait pas pris la peine d'essayer. Il aurait eu raison. Alors Thésée lui explique quand même, que c'est pas génial, c'est même assez pourri, que ce sera compliqué, mais qu'il ne compte pas abandonner, qu'il ne va pas laisser tomber Alex. Ou plutôt qu'il fera de son mieux pour ne pas l'abandonner. Et en même temps, il lui avoue dans ces sous-entendus que ce qu'il a avec Alex, il a envie que ça dure, que ça vive, que ce soit encore là dans le futur. Il veut un futur. « Thésée… Mais… tu ne m’obliges à rien justement ! Je.. J’ai choisi ce que tu es… Je ne vais pas te changer, tout ce que je veux, c’est qu’il ne t’arrive rien, c’est tout. » lui répond Alexandre, et si le début de tout ça le fait sourire doucement, les derniers mots font mal, parce que c'est inévitable, il arrivera quelque chose. Il finit toujours par arriver quelque chose. Si seulement Alexandre pouvait concevoir ça. OU alors, il vaut peut-être mieux qu'il reste ignorant, parce que sinon, il pourrait décider de partir. C'est un baiser qui coupe les pensées de Thésée, les lèvres d'Alex contre les siennes qui le rassurent. Son corps un peu plus près, et quand le baiser prend fin, le front d'Alex reste collé au sien. « Tu veux aller t’allonger ? » il demande. Thésée a dormi, il a trop dormi même, il a dormi tranquillement et paisiblement, comme il n'a pas dormi depuis longtemps, et il a été incapable d'éviter ça. Alors, il ne pense pas qu'il arrivera à continuer sa nuit, mais l'idée d'aller se coucher, de profiter encore un peu, ça lui convient. « Si tu viens avec moi » il répond après avoir hoché la tête, puis se lève, et va dans la chambre avec Alexandre pour s'allonger sur le lit après avoir retiré ses chaussures. Il ne se glisse pas sous la couette, préfère rester là un moment à fixer le plafond. Tout à coup, il est de nouveau dans ses pensées, mais il ne devrait pas. Il devrait éviter ça, et pourtant, il faut bien qu'il en parle. Avec ce qui s'est passé cette nuit, il ne peut pas cacher ça à Alex. Même si le secret pourrait tenir ce matin, il serait vite amené à se poser des questions. Puis Thésée ne sait pas, il n'a aucune idée de ce qui va se passer. Il devrait prévenir Alexandre, c'est mieux. C'est mieux de le prévenir, plutôt que de ne rien dire et le laisser s'inquiéter à nouveau. « Il s'est passé quelque chose » il dit doucement, en fixant toujours le plafond. « Mon client cette nuit, il m'a pas payé la seconde moitié » Thésée jette un regard vers Alexandre, juste pour voir, pour vérifier qu'il est bien là, qu'il l'écoute. « Alors je sais pas quand on se reverra, parce qu'il me manque beaucoup d'argent, et il va pas laisser passer ça » il termine. Ce n'est pas dans ses habitudes de laiser passer quoique ce soit, parfois il se laisse même aller quand il n'y a pas de raison, pour soulager ses nerfs. Alors Thésée ne sait pas, il préfère ne pas penser, ne pas imaginer ce qui se passera lorsqu'il rentrera. Pour l'instant, Ben ne se pose sans doute pas de questions. Thésée l'a appelé la veille pour lui dire qu'il serait de retour que le lendemain, il n'a pas dit à quelle heure. Alors non, ce n'est pas le fait qu'il rentre tard qui dérangera Ben, mais ce sera l'argent manquant. Thésée se mord la lèvre, n'ose pas regarder en direction d'Alexandre. Il sait bien que ça doit le décevoir, tout ça, que ce n'est pas ce qu'il aurait voulu. Il est tellement désolé pour tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 148 pseudo : Maev20 avatar + © : Louis Tomlinson +smmg
âge : 22 ans
statut civil : Célibataire
MessageSujet: Re: then it all went wrong (alex)   Lun 26 Sep - 16:12

J’apprécie ta franchise, du moins ce que j’en crois qu’il en est. Tu sembles sincère, et je n’ai besoin que de ça pour être heureux, et de toi, tout simplement, je ne demandais pas grand chose. Parce que si on demandait trop, la déception n’en était que plus grande, je l’avais appris à mes dépens. Maintenant je faisais attention de ne pas trop m’investir dans quelque chose de concret et de sérieux. Pourtant j’en prenais le chemin avec Thésée, malgré quelques précautions. Il est vrai que notre situation est assez instable en ce moment. Je ne peux pas dire que l’on partait tous les deux sur une base solide, mais peut-être que ça peut marcher. Du moment que l’on ne se ment pas à tout va. C’est peut-être pour ça que je ne t’en veux pas trop alors que tu reviens après une nuit sans que je ne sache vraiment où tu étais. Mais tu n’essayais pas vraiment d’embellir la vérité. Après tout ça ne sers pas vraiment à grand chose, si ce n’est qu’à me faire plus douter de la vérité si tu continues de me mentir. Et puis j’ai le libre arbitre de ma vie, je peux décider de ce que je veux. Mes parents n’osent plus vraiment intervenir dans ma vie depuis la perte d’Emilien, et je suis persuadé qu’ils ne cautionneraient pas le choix de vie vers lequel je m’oriente inexorablement. Mais c’est ma vie, et je sais qu’ils respecteront cela, même s’ils sont en désaccord avec mes choix de vie. Pour le moment je me contentais simplement de ce que tu acceptais de me donner. Même si je devais pour cela endurer quelques jours de frustration. Mais on dit toujours que l’on ferait n’importe quoi par amour, même si je ne suis pas encore prêt à le crier sur tous les toits. Et je devais rester avec l’idée que peut-être ça ne marcherait pas entre nous, et ne pas me précipiter dans cette histoire peut-être sans lendemain. Mais tu ne sembles pas vouloir partir, ce qui me fait sourire, et me rassure. Finalement je m’angoisse peut-être pour rien. Et que je devais voir le bon côté des choses, c’est qu’on essaie de construire des choses malgré la situation plus que fragile. Ça me donnait encore plus envie de te protéger, que personne ne te fasse du mal, même si je sais que c’est me bercer d’illusions que de croire ça. Mais je ne peux pas m’empêcher de le demander, même s’il n’y a pas vraiment de conviction dans ma voix, comme si je savais que c’est inévitable. Mais le plus tard possible, ce serait bien. Mais je préfère éviter la question, pas besoin d’évoquer ça ce soir, on a déjà assez donné dans les émotions fortes pour le restant de la nuit, là, même si la fatigue ne se faisait pas ressentir, je me sentais à plat, et n’avais envie que d’une seule chose c’est de m’allonger et de ne plus penser à rien. Pour couper mes pensées mais aussi les tiennes, il n’y a rien de mieux qu’un baiser, le contact physique avait toujours eu un effet bénéfique sur ma personne. Je me rapproche de toi, enivré par la chaleur de ton corps. Je reste tout contre toi avant de te suggérer d’aller t’allonger. Je ne me sens pas plus fatigué que ça,, mais j’avoue qu’un bon lit n’est pas de refus. Je finis par hocher positivement la tête « Bien sûr , même si je ne vais pas dormir, la nuit est pratiquement terminé pour moi… Mais j’avoue que je ne suis pas contre de m’allonger un peu. » je finis par me lever et m’étirer avant de me diriger dans ta chambre en ta compagnie. Je retire mes chaussures et mon tee-shirt avant de me glisser à tes côtés. J’hésite pendant quelques secondes avant de venir poser ma tête sur ta poitrine laissant mon bras au travers de ton torse. Je laisse le silence nous cueillir et les secondes s’écouler tranquillement. Je m’amuse avec ton tee-shirt, appréciant ce moment de tranquillité. Mais tu finis par briser ce moment de tranquillité, par une nouvelle discussion qui va certainement mal se terminer. Je finis par me tendre alors que tu m’avouer qu’il s’était effectivement passé quelque chose. Mais je suis patient et j’attends tes explications. Peut-être que mes pires craintes se réaliserait plus vite que prévu. Je soupire, je comprends vite qu’il se passera encore des choses. Mais je ne vois pas comment t’aider, je n’ai pas vraiment d’argent. Je redresse ma tête pour te regarder. Je mordille ma lèvre inférieure tout en posant mon menton sur ton torse. « Tu lui dois combien ? » Je fronce les sourcils en attendant ta réponse. Peut-être que je pourrais te passer ma dernière recette que j’ai reçu au bar, mais je ne sais pas si ce sera suffisant, peut-être que oui. Mais bon, cela dépend de toi. Je glisse ma main sur ton torse « Je pourrais peut-être… enfin, je sais pas… te donner le reste si ça peut t’éviter les ennuis ? » Je hausse un sourcil en me mordant la lèvre inférieure. Bien sûr si ça ne marche pas, je m’inquièterais de te voir partir, même si je sais que je n’ai pas le choix… « Et si tu restes ici ? » Je ne réfléchis pas, mais à peine les paroles prononcées, je sais que c’est idiot. « Non, laisse tomber c’est idiot… » je me laisse retomber sur le dos, regardant intensément le plafond.

_________________
I have kissed honey lips, Felt the healing finger tips. It burn like a fire, This burning desire. I have spoke with tongue of angels, I have held the hand of the devil. It was warm in the night, I was cold as a stone. But I still haven't found what I'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 151 pseudo : may. avatar + © : harry styles. (pandora)


âge : 19 ans.
statut civil : célibataire, mais pas vraiment, c'est compliqué.
adresse : maison 15, braou.
job/études : prostitué/escot-boy.
MessageSujet: Re: then it all went wrong (alex)   Ven 14 Oct - 17:26

Il ne sait pas trop ce que ça peut être, un couple. Surement que quelque part, quand les choses prennent forme, il faut faire en sorte que deux vies se rejoignent, que le rythme soit le même, s'arranger chacun avec soi-même pour être disponible, s'adapter. Certainement que quand on décide d'être "ensemble" il faut faire de la place à l'autre, changer certaines habitudes, ouvrir les journées pour avoir du temps à donner et... Thésée imagine que ça doit être ça dans tous les couples, et il ne sait pas pourquoi soudain il pense à l'idée de couple, parce qu'il est loin de savoir si oui ou non ce qu'il a avec Alexandre peut être comparé à ça. Mais peut-être bien que ça lui plairait, que ce soit comme ça. Alors, pour l'instant, il va prendre le risque de comparer cela à ce que ça pourrait être, un couple. Et il n'est pas très informé sur ce sujet, mais il se doute que dans tous les couples, cela se passe un peu de cette façon. Alors lui aussi, il devrait essayer de faire des efforts, de faire de la place pour Alexandre. Mais ce n'est pas très facile, parce qu'il n'est pas maître de sa propre vie, parce qu'il y a Ben, et que Ben ne peut pas disparaître. C'est vrai, Ben le dit souvent, il est toujours là, sera toujours là. A n'importe quel moment, il est là pour surveiller Thésée. Il ne s'en ira pas, il ne laissera pas Thésée tout seul, il sera toujours là. Et c'est une présence pesante, qui fait peur, et parfois, dans les pires moments... c'est une présence réconfortante. Parce que savoir que Ben est là, qu'il dirige, ça laisse Thésée s'évader un peu, et se dire que tout ça, ce n'est vraiment pas de sa faute. Lui, il fait juste ce qu'il doit faire, mais les décisions, elles ne lui appartiennent pas. Il n'est pas responsable. Et tout va très bien. Sauf que Alexandre, et tout ce qui va avec Alexandre, ce n'est pas le domaine de Ben. C'est quelque chose qui appartient à Thésée, et à lui uniquement. Alors il ne peut pas se rassurer en se disant qu'il n'a pas besoin de réfléchir. Au contraire. Cette fois-ci, il commande, et c'est tellement énorme tout à coup qu'il a peur de se perdre. Il s'excuse, parce qu'il n'est pas sûr de comment gérer tout ça, comment arranger sa vie autour d'Alexandre, comment ne pas être égoïste. Et Alexandre le rassure, lui dit qu'il l'a choisi comme il est, et lui propose de s'allonger. Thésée veut bien s'allonger, mais il ne veut pas être seul. Il a envie et besoin d'Alexandre maintenant, aussi longtemps que possible. Il faudra bien qu'il quitte cet appartement dans la journée, à un moment, et il voulait profiter. « Bien sûr , même si je ne vais pas dormir, la nuit est pratiquement terminé pour moi… Mais j’avoue que je ne suis pas contre de m’allonger un peu. » il répond. Ca lui convient à Thésée, lui non plus, il ne dormira pas. Il a déjà eu une nuit trop longue, et avec tout ce qu'il a dans la tête, il ne risque pas de dormir maintenant. Il s'allonge simplement sur le lit, et Alexandre le rejoint, pose sa tête sur sa poitrine. Thésée est à peine conscient de cela, alors qu'il se perd dans ses propres pensées une fois de plus. Il finit par parler, par larguer la bombe, sans avoir vraiment réfléchi, mais parce qu'il avait besoin que ça sorte, surtout. Parce qu'il veut être honnête avec Alex, maintenant, il veut tout lui dire. Il ne veut pas utiliser de mots trop violents, de mots qui font peur, il ne veut pas dire les choses trop franchement, alors il tente de passer par un autre chemin, de faire comprendre les choses à Alexandre sans les lui dire. Par exemple, il ne dit pas que quand il rentrera et n'aura pas tout ce qu'il doit à Ben, celui-ci l'attrapera par les cheveux et le traînera dans un endroit de la maison qui lui convient sur l'instant, peut-être le salon, ou une des chambres, et il commencera à frapper Thésée. Et quand il aura fini son petit échauffement, certainement qu'il lui arrachera ses vêtements, et continuera, fera d'autres choses encore plus cruelles. Il n'ira probablement pas assez loin pour que les dommages soient irréversibles, il s'arrêtera juste avant. Puis surement qu'il enfermera Thésée nu et en sang dans une petite pièce froide et obscure, et le laissera là aussi longtemps qu'il lui plaira. Alors voilà, Thésée ne sait pas trop quand il reverra Alexandre, il ne sait pas si sa punition durera une nuit ou une semaine. Mais en tous cas, il finit par ça, par lui dire qu'il va être puni, et qu'il ne sait pas quand ils se reverront. Alexandre ne s'énerve pas, ne panique pas, ne part pas, et heureusement. Thésée lui en est si reconnaissant. Il le regarde juste. « Tu lui dois combien ? » il demande, l'air pensif, avec sa main qui glisse un peu sur le torse de Thésée. Il ne répond pas de suite, laisse à Alexandre le temps d'ajouter. « Je pourrais peut-être… enfin, je sais pas… te donner le reste si ça peut t’éviter les ennuis ? » Cent-cinquante euros, c'est énorme comme somme. La moitié d'une nuit de travail. Ca ne lui est jamais arrivé à Thésée, de rentrer avec autant d'argent manquant. Au début, quand Ben a commencé à l'envoyer dehors, il ne lui demandait pas autant, et les premières nuits, avant que Thésée ne prenne ses marques, il lui manquait parfois quelques dizaines d'euros. Parce qu'il n'avait pas su convaincre ce tout dernier client qu'il avait aussi envie d'une fellation. Et Ben l'avait puni, pas trop sévèrement au final, mais assez à l'époque pour que Thésée comprenne qu'il n'avait pas le droit à l'erreur. « 150 » il dit après un silence. Et il ne sait pas, il n'a pas trop envie de penser à la proposition d'Alexandre, parce que c'est si généreux, mais Thésée ne veut pas s'attacher à ça parce que... peut-être bien qu'Alex ne peut pas se le permettre. « Je... Je pourrai pas te rendre cet argent, et je veux pas te mettre dans ce genre de situation, ce serait pas bien... il vaut mieux pas » il dit ensuite, pour dissuader Alexandre, la gorge serrée. C'est une réponse qui lui fait mal, parce qu'il sait très bien qu'il se condamne lui-même, qu'il a une porte de secours et qu'il ne la prend pas. Il est à peu près conscient de ce qu'il fait, mais il sait que c'est mieux comme ça. « Et si tu restes ici ? » dit soudain Alexandre, et Thésée n'a même pas le temps de lui dire que non, il ne peut pas, parce qu'Alex poursuit. « Non, laisse tomber c’est idiot… » Et il retombe sur le matelas, la chaleur de son corps à moitié sur celui de Thésée disparaissant en même temps. Thésée, il se mord la lèvre. Il ne sait pas quoi lui dire, parce que non ce n'est pas idiot, jamais il ne penserait qu'Alex dit des choses idiotes... mais c'est vrai que c'est impossible. Il ne sait pas si ça clôt la conversation, ou du moins ce sujet là, si ça veut dire que cette idée est complètement oubliée et qu'il ne faut plus en parler, alors il reste un moment silencieux. « J'aimerais tellement » dit finalement Thésée. « Mais ça ferait que retarder les conséquences, et ça sera pire si j'attends, alors... » il poursuit. Parce que rester pour retrouver Ben demain, ce serait encore pire, ce serait terrible. « Il finit toujours par avoir ce qu'il veut, de toute façon » termine Thésée. Parce que quoiqu'il arrive, Ben finira toujours par le retrouver. S'il décide de ne plus retourner là-bas, de fuir en quelque sorte, de se rebeller, Ben le retrouvera et le traînera jusqu'à la maison. Peu importe comment il s'y prend, Thésée ne pourra pas lui échapper. Sauf s'il reste enfermé ici pour toujours, sans jamais mettre les pieds dehors, et même... Peut-être que Ben sait qu'Alexandre existe, peut-être qu'il pourrait trouver cet appartement et venir y chercher Thésée. Il ne peut pas se sauver, c'est impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: then it all went wrong (alex)   

Revenir en haut Aller en bas
 
then it all went wrong (alex)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laughing Out Loud :: Biarritz, France :: Saint-Martin, Chelitz, Pétricot :: habitations-
Sauter vers: