Partagez | 
 

 (EVELEÏ) me claques pas la porte au nez ou tu le regretteras.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 610 pseudo : apy. avatar + © : a.kane + faith.



âge : 23 ans.
statut civil : elle pensait qu'elle serait bien, seule. puis il est parti, avec une autre. et elle a ressenti ce putain de vide, là, dans son coeur. puis y'a son voisin, aussi, qui s'est barré. ce mec qui la faisait rire, qui la faisait sourire, qui avait une gosse, adorable. c'était une perle. comme l'autre. mais tous les deux, ils sont partis. et y'a deux parties de son coeur, là, qui sont vides.
adresse : un p'tit truc miteux à pétricot. de toutes façon, elle y est jamais dans son appart, alors elle s'en fout.
job/études : elle vient d'avoir son diplôme d'avocate la brune, elle vient d'intégrer le cabinet de matilda, et elle est sur un projet. un gros projet.
clubs, associations : "favre & bazarov", cabinet d'avocat.
MessageSujet: (EVELEÏ) me claques pas la porte au nez ou tu le regretteras.   Mer 7 Sep - 18:40

elle prépare ses affaires. elle place ses dossiers, bien triés, dans son sac. ces dossiers qu'elle gardait chez elle, pour les étudier, pour trouver un faille, sans résultat. la seule manière de réussir à trouver ces failles, ce serait de parler au plus proche concerné : le suspect. son client, autrement dit. c'est que lo, elle est sérieuse, c'est que lo, elle bosse dur. la caféine et le sucre ont été ses meilleurs amis ces derniers jours. et la bière, aussi. lo, elle peut pas réfléchir sans une bonne bière. ou de la vodka, la vodka russe, la vodka que son plus ou moins père buvait. alors avant de partir, lo elle ingurgite une canette de bière, en même temps de se préparer. c'est pas officiel, elle bosse pas au bureau. d'ailleurs, on est dimanche, elle est pas censée bosser, mais elle est sûre d'une chose : ce gars, là, son client, evän, il sort pas, le dimanche. déjà qu'il est assigné à son quartier et qu'il doit aller chez les flics tous les quinze jours pour leur annoncer qu'il est encore dans le coin, qu'il a pas enlevé le bracelet qui orne gentiment sa jolie petite cheville, le gars allait pas sortir un dimanche, enfin, y'a pas grand chose à faire à st charles le dimanche. bref, en soit, elle est pas sur son trente et un la brune. mais après tout, c'est quoi être sur son trente et un, hein ? elle met pas souvent de robes ou de jupes la bazarov. elle préfère les jeans ou les shorts. aujourd'hui, elle a été cool, elle met un jean. c'est que si elle met un short, l'autre va la prendre pour une gamine pas sérieuse. alors autant mettre un jean. puis merde, elle s'en bat les couilles -elle en a pas, et alors ?- de comment s'habiller : l'important c'est de bosser sur ce putain de dossier qui lui trotte dans la tête depuis qu'elle est tombée dessus. alors jean retroussé ou non, chemise classe ou non, talons ou non -ouais si, faut pas qu'elle débarque avec son petit mètre soixante, où là il la prendra vraiment pour une pré-pubère-, chignon ou non, elle y va. il n'empêche qu'elle essaye d'être un peu classe. et ça l'angoisse. et si ce mec était vraiment un nouveau tueur en série, angoissant, muet et qui la regarderait avec des yeux qui sembleraient refléter des lames de rasoirs ? puis elle se ressaisit. si elle a prit son dossier, c'est qu'elle croyait en son innocence. il faut qu'elle continue d'y croire, jusqu'à la dernière minute, ou son premier procès, elle le gagnera pas, c'est sûr. alors elle souffle, et, après avoir englouti ses dernières gorgées de bière cul-sec -bah faut bien se donner du courage, hein ?-, elle s'empare de son sac pour sortir de son appartement -en levant les pieds, elle a pas rangé depuis deux semaines, c'est une décharge son truc- et le fermer. direction le domicile de son client. ses talons claquent sur les trottoirs, elle y va à pied, ça lui laisse le temps de réfléchir, de se préparer à cette rencontre à laquelle il ne s'attend pas du tout. qu'elle le dérange ou non, elle lui parlera et ils feront connaissance. qu'il le veuille ou non aussi, d'ailleurs. elle y arrive enfin, range son téléphone -et google map par la même occasion- dans la poche arrière de son pantalon. elle entre dans l'immeuble, cherche le numéro d'appartement du-dit evän blaise. déjà qui porte un nom comme ça ? c'est pas un nom de tueur en série. c'est un nom de gosse de quinze piges, jeune sapeur pompier qui fait le coq avec les filles. elle se dit ça pour se rassurer, mais au fond, le coeur de lo, il bat de plus en plus vite. si elle avait su que rencontrer son premier client -ouais et accessoirement un accusé de meurtre- lui ferait cet effet... bah elle aurait quand même fait avocate. parce que l'adrénaline, le coeur qui bat à mille à l'heure, les réflexions interminables, les nuits complètes de sommeil inexistantes, les débats, lo, elle aime. grande inspiration, quand elle trouve le numéro d'appartement. et son doigt s'appuie sur la sonnette à côté de la porte.

_________________

when I fell you caught up with me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 67 pseudo : sayuri avatar + © : nico tortorella + d.s.r


âge : 26 piges
statut civil : en couple avec le célibat et les coup d'un soir aussi. c'est hyper fun hein. mais coeur réservé à une belle brune, il ne le sait juste pas encore.
adresse : t'aimerais bien savoir hein ?
job/études : au chômage depuis deux mois, sinon serveur
MessageSujet: Re: (EVELEÏ) me claques pas la porte au nez ou tu le regretteras.   Mer 7 Sep - 22:54

La musique résonne. Elle lui parvient aux oreilles si lointainement. Ouais, il a encore mal dormi. Il s'est inquiété pour rien. Fichues crises d'insomnies. Elles sont de plus en plus présentes. Elles sont de plus en plus dures. Il n'en a jamais eu d'aussi forte que depuis deux mois. Il lui arrive de fermer l'oeil qu'une heure ou deux, puis de repartir. Alors il s'installe dans un coin de son appartement et il fixe le mur. Ce dernier qui s'est retrouvé après une crise de colère avec des trous. Il a tout rafistolé comme il pouvait, puis il a repeint dessus. Et depuis y a ses dessins qui ont prit possession de ce côté là. Ouais, des symboles, des phrases. Il aime bien ça, il passe la plupart de son temps a faire des croquis. Vu qu'il peut pas sortir bah...c'est toujours mieux que rien. Monter sur le toît de l'immeuble ? Il doit le faire très tard. Sinon c'est mord. Des personnes avaient déjà appelé la police pensant qu'il allait se suicider. Situation particulièrement embarrassante. Il a dû expliquer des dizaines de fois que non, il allait pas se donner la mort. Et encore moins sur cet immeuble qu'il haît tant. Il haît ces résidents, il haît son bracelet électronique, il haît ces murs, il haît sa vie. Mais ce n'est pas une assez bonne raison pour se tuer. Evän il en a marre, il en a tellement marre de devoir toujours resté enfermé. Même si des fois il a le droit de sortir un peu ce n'est jamais bien loin. Il en peut plus, il va finir par devenir fou. Ou bien est ce déjà le cas. La caféine ne l'aide pas, non, c'est vraiment pas un bon moyen pour se détendre. Ca lui file des effets secondaires, mais sans doute pas le manque de sommeil. Ca l'aide a tenir ouais, mais sans plus. Ouais, c'est bizarre. Il le sait.
Les mains sur la tête il se met a réfléchir. Il va finir par moisir en prison, il en est quasiment certain désormais. Il refuse. Il refuse d'y croire, pourtant il sent qu'il va y passer. Et limite le fait qu'il aura sans doute des rapports intimes avec les détenus n'est pas la chose qu'il le dérange le plus – taré ? Non, juste réaliste – c'est vraiment le fait d'être enfermé. Et ce, pour des années. Les bouteilles s'entassent dans une poubelle, il n'arrête pas de boire, pour se détendre comme il dit. Mais il n'y arrive pas, alors il boit. Et vu que ce crétin tiens très bien la bière, il n'en finit pas de boire. La dernière fois qu'il a essayé de ramener une fille ici, ça s'est terminé sur le canapé bien entendu, car ils étaient dans le noir et c'est allé vite. Puis le lendemain, aux premières lueurs du jour, quand elle s'est rendue compte de son petit appartement et du bordel qui régnait. Elle s'est cassée sans demander quoique ce soit. D'façons Evän s'en fout de ses plans d'un soir, c'est juste pour passer le temps. Ca lui permet de s'amuser un peu et de partager du bon temps avec une personne. La plupart du temps il ne connaît même pas leur prénom. Il a du mal a retenir des prénoms, même de ses 'potes'. C'est toujours compliqué. Tout est compliqué avec lui. Et puis sur cette musique de fond, la sonnerie retenti. Il aime pas ça d'avance. Attrapant ce qu'il trouve pour s'habiller ( ouais, accueillir quelqu'un torse poil c'est pas un truc très aimable, encore moins si il tombe sur un agent de police ) et faisant un coup rapide de rangement, il s'approche de la porte. Jetant un œil au Judas, il se rends rapidement compte que ce n'est pas la police. Non. Il ne sait pas qui c'est, sans doute une fille qu'il a ramené un soir, il se souvient plus de son prénom ni de sa tête, c'est normal. « Vous êtes ? » Ouais, le tout derrière sa porte. Il veut pas ouvrir. Sauf si c'est un cas extrême.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 610 pseudo : apy. avatar + © : a.kane + faith.



âge : 23 ans.
statut civil : elle pensait qu'elle serait bien, seule. puis il est parti, avec une autre. et elle a ressenti ce putain de vide, là, dans son coeur. puis y'a son voisin, aussi, qui s'est barré. ce mec qui la faisait rire, qui la faisait sourire, qui avait une gosse, adorable. c'était une perle. comme l'autre. mais tous les deux, ils sont partis. et y'a deux parties de son coeur, là, qui sont vides.
adresse : un p'tit truc miteux à pétricot. de toutes façon, elle y est jamais dans son appart, alors elle s'en fout.
job/études : elle vient d'avoir son diplôme d'avocate la brune, elle vient d'intégrer le cabinet de matilda, et elle est sur un projet. un gros projet.
clubs, associations : "favre & bazarov", cabinet d'avocat.
MessageSujet: Re: (EVELEÏ) me claques pas la porte au nez ou tu le regretteras.   Ven 9 Sep - 20:51

elle attend pas longtemps. ou si, peut-être qu'elle attend longtemps, enfin, ça dépens de quel point de vue on est. si on se met du point de vu de celui à qui appartient cet appartement : elle n'attend pas longtemps. si au contraire, on se met de son point de vue à elle... elle attend. et tout le monde sait que loreleï n'a aucune patience. que c'est une des raisons pour lesquelles elle ne veut pas de gosse ou d'animal de compagnie autre qu'un putain de serpent qui bouffe son putain de rat -petite dédicace à fleur dans le ventre de chou.-. et c'est qu'elle s'impatience, la brune, à entendre l'autre derrière la porte, qui bouge des trucs, mais qui lui ouvre pas. quant à son teint porcelaine, il vire pivoine quand elle entend sa voix, mais qu'elle ne voit pas sa tête dans l’encadrure de la porte. comment ça, il n'ouvre pas ? comment ça, il ne fait que répondre, et par une question en plus ! et, à mieux observer, c'est pas tant pivoine que ça. c'est plus une salade de tomates. jaunes, vertes, rouges -bleus-. elle cligne des yeux. le « Vous êtes ? » d'evän la fait halluciner, la petite brune. et quand elle répond, son ton est clair, froid, un brin ironique. mais elle veut pas qu'il se foute de sa gueule, ce gars. elle veut pas qu'il la prenne pour bien moins que ce qu'elle est. ce qui doit être le cas. mais elle montre qu'elle est là, qu'elle a de la voix, qu'elle peut avoir de la poigne aussi. qu'elle est loreleï, et qu'elle se laissera pas marcher sur les pieds par son premier client. « la pute que vous avez pas payé pour s'occuper de vous et qui va pas pouvoir bosser sur votre dossier pour vous faire éviter la taule derrière une porte close. » l'appréhension de ces quelques dernières minutes ? lo, elle l'a oublié. lo elle voit qu'une tête -qu'elle a vu qu'en photo en passant- à qui elle foutrait bien un pain s'il lui ouvre pas tout de suite la porte. elle jette un regard noir à l'oeil de la porte, pendant que les muscles de sa mâchoire fine se contractent. blaise avait bien dû regarder par là, après tout.

_________________

when I fell you caught up with me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 67 pseudo : sayuri avatar + © : nico tortorella + d.s.r


âge : 26 piges
statut civil : en couple avec le célibat et les coup d'un soir aussi. c'est hyper fun hein. mais coeur réservé à une belle brune, il ne le sait juste pas encore.
adresse : t'aimerais bien savoir hein ?
job/études : au chômage depuis deux mois, sinon serveur
MessageSujet: Re: (EVELEÏ) me claques pas la porte au nez ou tu le regretteras.   Lun 12 Sep - 22:34

Il n'a pas envie. Tellement pas envie qu'il commence même à penser à un plan de secours si besoin, ouais, si la demoiselle ne se bouge pas de son paillasson, il va sortir par la fenêtre. Il sait escalader, il peut très bien redescendre. L'avantage d'avoir fait le mur pendant une bonne période de son adolescence, il a apprit comme ça. Depuis c'est pratique. Là...il hésite. Vraiment. Il n'a pas envie de voir du monde, encore moins une de ses anciennes conquêtes. Ce n'est juste pas possible. Pourquoi ? Parce que bordel, il a pas envie. La dernière fois qu'il a accepté qu'une d'elle entre, elle s'est jetée sur lui. Littéralement hein. Il s'est retrouvé a lui donner un coup de lampe pour qu'elle dégage et qu'elle arrête de le mordre. Une furie. En repensant à cette scène il en ri maintenant, mais sur le moment c'était beaucoup moins ça. Il aime bien quand des filles lui saute dessus, mais pas de cette manière. C'était plutôt compliqué cette fois ci...m'enfin bref. Les mains sur les tempes il attends. Il a toujours sût se montrer patient. Enfin, c'est un grand mot. La dernière fois qu'il a essayé de l'être il s'est retrouvé à briser les doigts d'un mec qui cherchait des noises à son groupe. Il a de la patience, seulement quand il veut quelque chose. Seulement quand il faut traquer quelque chose. Ou quelqu'un. Il a été intelligemment patient une fois, pendant des mois. Il voulait sortir avec une fille plus vieille que lui quand il était ado, il a réussi. Passé outre les ' tire toi gamin ' , ou ' tu es trop jeune...je suis désolée, c'est pas possible' il a tout de même réussi. Il l'a mise dans son lit et en plus de cela, il a réussi a la maintenir vers lui pendant des mois. Il peut vraiment se montrer patient pour ce qu'il veut vraiment...mais vu la situation il a surtout envie que ça se termine vite fait bien fait, briser des doigts c'est pas bien compliqué. Et puis la demoiselle prends la parole. Un rictus se place sur ses lèvres pendant quelques instants. Une pute. Voilà ce qui lui irait bien comme surnom. Il attend quelques instants, la faire patienter vu le ton de sa voix doit l'agacer énormément, alors il prends ce plaisir là. Il ose jouer avec le feu, mais c'est ce qu'il aime Evän. Et puis au bout de quelques minutes, il finit par ouvrir. « Généralement je ne paye pas les putes, elles me payent. Alors j'aimerais bien du liquide si possible, je n'accepte pas les carte bleues ou les chèques. Et je peux éventuellement vous faire un crédit si besoin. » Un ton détaché sortit de sa bouche, il est serein. Dévisageant rapidement la nouvelle venue, il fait un premier constat. Vu le tas de paperasses qu'elle a avec elle, elle vient sans doute pour quelque chose d'important. Elle ne doit pas être bien âgée, elle ferait presque gamine. Ça fait rapidement le rapprochement dans sa tête. Oh. Voici celle qui va le défendre. Un soupir s'échappe, il s'attendait a quelque chose d'un peu mieux mais il fera avec. « Bon et bien oubliez ce que j'ai dis sur l'argent mademoiselle. » un sourire angélique s'installant sur ses lèvres « Je n'ai pas envie de finir en taule pour pédophilie.». Non sans façon, même si d'accord, elle est pas moche. Non, dès qu'on la voit on a pas envie de se purifier les yeux à l'eau de javel.

_________________

Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 610 pseudo : apy. avatar + © : a.kane + faith.



âge : 23 ans.
statut civil : elle pensait qu'elle serait bien, seule. puis il est parti, avec une autre. et elle a ressenti ce putain de vide, là, dans son coeur. puis y'a son voisin, aussi, qui s'est barré. ce mec qui la faisait rire, qui la faisait sourire, qui avait une gosse, adorable. c'était une perle. comme l'autre. mais tous les deux, ils sont partis. et y'a deux parties de son coeur, là, qui sont vides.
adresse : un p'tit truc miteux à pétricot. de toutes façon, elle y est jamais dans son appart, alors elle s'en fout.
job/études : elle vient d'avoir son diplôme d'avocate la brune, elle vient d'intégrer le cabinet de matilda, et elle est sur un projet. un gros projet.
clubs, associations : "favre & bazarov", cabinet d'avocat.
MessageSujet: Re: (EVELEÏ) me claques pas la porte au nez ou tu le regretteras.   Mar 13 Sep - 19:24

si on dit que lo et la patience ça fait un, personne nous croira. parce que c'est vrai. lo et la patience, ça fait tout sauf un. ça fait deux, dix, cent, mille, dix mille. tout. sauf. un. alors les secondes, elle les voit passer. limite qu'elle pourrait pas compter les millisecondes entre celles-ci, mais elle a pas envie de se prendre la tête à aller vite lo, elle veut entrer dans ce putain d'appartement pour faire son putain de boulot qu'elle a mis cinq ans à bosser comme une folle pour avoir son putain de diplôme. diplôme qui, contre toute attentes, n'est pas affiché, encadré, vitré dans son appartement, nan. c'est dans celui d'aaron. juste pour l'emmerder. puis chez aaron, en fait, c'est un peu chez elle aussi. elle y bouffe, elle y boit, elle s'y échoue comme une baleine quand elle boit, ou quand elle boit pas aussi, en fait. et cet appartement est mille fois mieux rangé que le sien. alors autant dire que c'est un plaisir d'y aller. rectification, chez aaron, c'est chez loreleï. il n'empêche qu'on s'écarte du sujet initial, qui est cet enfoiré d'evän blaise -c'est qu'elle le connait pas et qu'elle le traite déjà, bah c'est bien comme premier contact avec son premier client ça- qui ne lui ouvre pas la porte. ah, si, pardon, il attendait, histoire de bien rigoler, sans doutes, pour pouvoir lui ouvrir après. et avec le sourire angélique qui s'affiche sur le visage du brun, lo elle a qu'une envie, c'est de lui péter les dents une par une. « Généralement je ne paye pas les putes, elles me payent. Alors j'aimerais bien du liquide si possible, je n'accepte pas les carte bleues ou les chèques. Et je peux éventuellement vous faire un crédit si besoin. » elle plisse les yeux. ah, c'est comme ça, donc ? elle relève, elle prend en compte, elle retient, et elle entre. elle parle pas nan, elle se retient, elle laisse mijoter, et elle sourit, ironique, hypocrite. lo, c'est une hypocrite. lo, elle sait très bien jouer l'hypocrite. autant qu'elle sait jouer la gentille. là, elle cache l'hypocrite qu'elle est derrière un sourire sympa, à la limite du même que l'autre avait sur sa gueule d'ange. oui, gueule d'ange, elle peut pas le nier la brune. elle se fraye un chemin, frôle le presque trentenaire -eh oh, c'est dans quatre ans- parce que c'est pas comme si y'avait beaucoup de place pour rentrer -et parce que le provoquer va être une nouvelle passion étant donné qu'il s'y amuse fortement aussi- et en arrive à trouver un endroit où poser ses affaires. la lumière qu'il est -ironie- semble avoir découvert la raison de la venue de la brune. et accessoirement aussi son identité, c'est cool, ça. alors elle sourit un peu, elle se moque, secoue la tête, négativement. « mais c'est que t'es une lumière toi, bien ouéj. » elle joue, la bazarov, elle insiste sur sa manière de parler, fait gamine, fait "la meuf" comme ces gamines du lycée parlent actuellement. elle les a entendu, elle en rigole, mais elle sait jouer, loreleï. « du coup j'en conclus que tu te considères comme un hustler, mon mignon. ou peut-être que t'en es un, vraiment ? ça m'étonnerais pas, au chômage depuis deux mois, t'as bien dû trouver un moyen de rester dans le coin tout en gagnant du fric. » elle sort ses papiers, les étale sur la table. tout ce qu'elle sait sur lui, c'est là. et elle en connait un rayon. tout ce qu'il y avait dans les registres, la ville où il habitait, ce qu'il a pu faire dans sa jeunesse -parce que faut pas croire, c'est noté tout ça, quelque part, même si c'est sans grands détails-, ses parents -ou du moins sa mère-... tout ce qui a pu être enregistré, un jour, elle l'a. elle se retourne une fois que les dossiers sont étendus, une main sur la hanche, l'autre sur la table, silhouette légèrement inclinée, elle observe evän. de haut en bas, elle prend son temps. « ah et tu seras mignon, on vouvoie pas les gamines, hein ?» loreleï, elle tutoie tout le monde. loreleï, elle se gêne pas. en fait, elle se gêne pour rien la brune. elle a pas honte, elle ose tout. alors tutoyer son client, elle s'en fout. il a que deux ans de plus qu'elle, après tout, enfin, deux ans et demis.

_________________

when I fell you caught up with me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 67 pseudo : sayuri avatar + © : nico tortorella + d.s.r


âge : 26 piges
statut civil : en couple avec le célibat et les coup d'un soir aussi. c'est hyper fun hein. mais coeur réservé à une belle brune, il ne le sait juste pas encore.
adresse : t'aimerais bien savoir hein ?
job/études : au chômage depuis deux mois, sinon serveur
MessageSujet: Re: (EVELEÏ) me claques pas la porte au nez ou tu le regretteras.   Mar 13 Sep - 22:05

Il aurait jamais dû lui ouvrir. Non jamais. Il s'est rendu trop tard qu'elle allait être vraiment très chiante. Il l'avait rapidement remarqué bien entendu, mais là. C'était juste jouissif de la voir poireauter pendant trois plombes sur son pallier, il se délectait de son impatience. Maintenant il va devoir subir cette personne. Et il a déjà envie de se faire un petit verre de rhum. « Ouais je sais, on m'a souvent dis ça, j'éclaire plusieurs personnes.» Une sorte de dérivée d'un sourire sarcastique et taquin se glisse sur les lèvres. Ouais, il va vraiment pas l'aimer l'autre gamine. « Rooh déjà un petit surnom, comme c'est adorable.» Il a envie de la voir dégager mais il se retient de la mettre dehors, ça serait dommage hein. Virer votre propre avocate. Mais zen. Respire Evän. Puis il les voit, ces papiers étendus sur sa table. Il aime pas ça, non, il aime pas. C'est de mauvais souvenirs, instinctivement il croise les bras, ne laissant rien apparaître sur ses traits. Il n'aime pas, surtout pas quand on voit quelques photos. Non, il aime pas. Vraiment pas. Bordel. Ça fait longtemps qu'il n'avait pas regardé ça, ouais, même quand les policiers ont voulu lui tirer les vers du nez.Si y avait pas cette garce en face de lui il aurait déjà paniqué. Doucement il avance vers sa table, glissant ses doigts sur le bord de cette dernière. Ouais, il regarde la silhouette un peu courbée de son avocate. Après quelques instants il tourne la tête vers elle et prends la parole. « Ca se voit que t'es jamais allée sortie plus loin que ton cabinet. Je te vouvoie car je ne te connais pas. 'Fin t'es chou mais moi au moins j'ai un minimum de politesse, gamine. » Un léger sourire – même pas sarcastique ni rien cette fois-ci -, accompagné d'une rotation parfaite du corps. Ouais, il se repousse de la table et de son avocate, allant jusqu'à son frigo pour ça. « Bon je devrais pas faire ça, mais tu veux un truc a boire ? Et t'es gentille, mais tu dis rien à tes parents hein. J'ai pas envie d'avoir affaire à eux, merci.» Ouais, c'est une gamine. Une gamine qui risque de l'emmener en taule en plus. Il sait pas trop si ça vaut le coup d'essayer de se sauver ou non. Il ferait mieux de plonger directement non ? 'Fin. Voilà.

_________________

Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 610 pseudo : apy. avatar + © : a.kane + faith.



âge : 23 ans.
statut civil : elle pensait qu'elle serait bien, seule. puis il est parti, avec une autre. et elle a ressenti ce putain de vide, là, dans son coeur. puis y'a son voisin, aussi, qui s'est barré. ce mec qui la faisait rire, qui la faisait sourire, qui avait une gosse, adorable. c'était une perle. comme l'autre. mais tous les deux, ils sont partis. et y'a deux parties de son coeur, là, qui sont vides.
adresse : un p'tit truc miteux à pétricot. de toutes façon, elle y est jamais dans son appart, alors elle s'en fout.
job/études : elle vient d'avoir son diplôme d'avocate la brune, elle vient d'intégrer le cabinet de matilda, et elle est sur un projet. un gros projet.
clubs, associations : "favre & bazarov", cabinet d'avocat.
MessageSujet: Re: (EVELEÏ) me claques pas la porte au nez ou tu le regretteras.   Mer 28 Sep - 18:12

les réponses du brun, elles la font sourire la lo. elle sait qu'elle va pas l'aimer, ce mec. elle a du pif, pour les gens qu'elle va pas aimer. ce gars, c'est un chieur, un chieur à l'état pure, un chieur qu'à péter l'échelle pour évaluer son niveau de chieuritude tellement c'était haut. mais au final, lo, elle sait que ce gars elle l'aime pas, parce qu'elle sent qu'il lui ressemble beaucoup. qu'il a la même répartie qu'elle. qu'il les mêmes réactions. lo, elle le sait, mais elle l'avoue pas trop. pourtant elle sait que les gens qui sont comme elle, elle les déteste. cherchez pas la logique, y'en a aucune. elle parle du vouvoiement, qu'elle supporte pas. parce qu'après tout, elle est plus jeune que lui, parce qu'après tout, ils sont tous les deux jeunes, parce qu'après tout, ce gars, elle aurait pu le rencontrer en soirée. elle voit pas l’intérêt de le vouvoyer. et encore une fois, la brune, elle aime pas ça. « Ca se voit que t'es jamais allée sortie plus loin que ton cabinet. Je te vouvoie car je ne te connais pas. 'Fin t'es chou mais moi au moins j'ai un minimum de politesse, gamine. » moue faussement compréhensive sur le visage, elle acquiesce, regarde autours d'elle. elle exagère, au final, elle se moque surtout. qu'est-ce qu'elle en a a foutre qu'il soit poli ? son boulot à loreleï c'est de l'empêcher d'aller en taule, et même si perdre est actuellement très tentant histoire de foutre un bon coup là où il faut à l'égo du blaise, lo, elle est bien décidée à gagner. parce que lo, elle abandonne jamais, quoi qu'il arrive, elle est là pour gagner. elle hausse donc les épaules, elle s'en fout, elle prend pas en compte les paroles d'evän, elle jette un oeil à ses premières notes, aux dossiers. elle se mord les lèvres, elle continue de réfléchir, alors qu'elle cogite déjà depuis des nuits et des jours entiers. « Bon je devrais pas faire ça, mais tu veux un truc a boire ? Et t'es gentille, mais tu dis rien à tes parents hein. J'ai pas envie d'avoir affaire à eux, merci.» il la sort de ses pensées. un sourire se forme sur les lèvres pulpeuses de la brune et d'un coup d'oeil elle voit qu'evän ne peut pas voir la manière dont elle est satisfaite, à ce moment précis. « ça c'est ce que j’appelle la politesse. si t'as des bières j'veux bien, sauf si t'as une mauvaise marque, j'prend que de bonne. » elle veut faire chier, alors elle y va à fond, au final, elle s'en tape lo, café, bière, verre de vodka, rhum ou tequila, peu lui importe à la brune. même un verre d'eau, ça lui irait. mais pas question de faire croire à evän qu'elle peut être normale : il l'a fait chier, elle va lui rendre la pareil sans aucun remord. « bon, c'est pas tout mais moi j'suis là pour faire mon boulot et même si te faire aller en taule est assez tentant actuellement bon but c'est pas de perdre, alors tu vas être sympa et tu vas répondre à mes questions parce que ces questions, l'est noté que t'y a pas répondu quand les keufs t'ont coffrés et gardés.» subtile, oui. elle s'installe et attend qu'evän revienne, prenant son crayon et son cahier de note. « c'était qui ce gars, pour toi ? à part un ami d'où tu viens. pourquoi lui ? il s'est passé quoi ?» elle fronce les sourcils. les dossiers sur evän peuvent être complets, comme sembler avoir des trous, ici et là. il avait un casier, et y'a un truc qu'à été effacé, qu'est sorti du système, sur lequel la brune elle arrive pas à mettre la main.

_________________

when I fell you caught up with me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (EVELEÏ) me claques pas la porte au nez ou tu le regretteras.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(EVELEÏ) me claques pas la porte au nez ou tu le regretteras.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laughing Out Loud :: Biarritz, France :: Saint-Charles, Phare, Larochefoucauld :: habitations-
Sauter vers: