Partagez | 
 

 OLI + (it's where our demons hide)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 115 pseudo : cupcake. <3 avatar + © : lua perez + arcadie


âge : 23 ans. j'ai quatre ans pour devenir une star du rock. la mort par overdose elle, elle est déjà prévue
statut civil : il est mort et hélène, hélène et la mort m'ouvrent grand leur bras, et je m'y jette avec dévotion
adresse : à l'hôpital, dans le coma après une overdose
job/études : plus grand chose
MessageSujet: OLI + (it's where our demons hide)   Mer 14 Sep - 20:40

• j'ai froid. froid. jusque dans les os. je transpire, et j'ai peur, j'ai l'impression que tout le monde est sur le point de m'attaquer. j'ai déjà vomi ce matin, et je sai sque je ne pourrais que cracher de la bile. de toute manière ce n'es pas comme si j'étais capable d'avaler quoi que ce soit d'autre. ça ne m'était pas arrivé depuis un moment. pas depuis la fin du sevrage à l'hôpital. mais zak m'avait prévenu de toute manière. ça pourrait recommencer. même si je ne suis plus dépendante physiquement, mon cerveau va me donner l'illusion de l'être encore, en provoquant toutes ces sensations que je connaissais par cœur avant mon overdose. j'essaie de me calmer. je n'ai plus de livres, ça fait un moment que je ne suis pas retournée à la librairie indépendante dans laquelle j'allais avant quand je voulais des bouquins. j'y suis allée juste après ma sortie de l'hosto, mais chaque fois que j'avais envie de reprendre une seringue ou dès que je sentais ce vide en moi se creuser, je lisais. je n'ai pas réussi à reprendre ma bonne vieille vitesse de lecture, assez impressionnante pour les autres, ni ma concentration sans défaut, mais presque deux ans d'héroïne, ça fait des trous comme des boules de glace dans la cervelle. c'est frustrant mais c'est comme ça. j'essaie de cacher mes tremblements du mieux que je peux, mes mains enfoncées dans les poches. mes cheveux rouges sont dégueulasses. je m'approche d'oli. oli qui a une sale gueule. en temps normal, je me serais inquiétée. mais je ne suis pas dans mon état normal.
• oli, quand je l'ai vu à ma sortie de l'hosto, j'ai vu des signes qui ne trompent pas. je sais ce que c'est, j'en ai vu plein des drogués, et je me suis vue dans un miroir un paquet de fois. alors je peux vous dire qu'il est drogué aussi. mais il n'a pas de marques de seringue sur les bras, et je ne l'ai jamais vu saigner du nez de toutes les fois où je suis revenue ici. certainement qu'il prend des cachetons. j'ai longtemps cru qu'on ne pouvait être accro qu'avec des injections -ce qui ne m'a pas empêché de commencer directement comme ça, vous me direz. « oli ? j-j'pourrais avoir un.. un livre steplaît ? j'men fous lequel. juste de... de quoi lire. » je sors mon portefeuille, et là je ne peux plus cacher que je tremble. alors je baisse la voix. je ne veux pas qu'il s'inquiète trop. je ne veux pas qu'il pense que je ne vais pas bien ou quoi. enfin, si. c'est le cas. « non, tu sais quoi... oublies.. je... jsuis en pleine crise de manque, oli, et y a personne à la maison, et je me sens pas d'aller dans une de ces putain de ruelles dans cet état là... et je vais pas tenir comme ça... » c'est presque une supplication au final. je veux qu'il m'accompagne. je veux qu'il vienne avec moi, le temps que je l'achète une dose et une seringue aussi. je n'en ai plus chez moi. si az en avait vu une dans son appartement, il aurait crisé et j'en aurais entendu parler pendant des jours. alors je n'en ai plus. et je sais que je ne tiendrais pas. je savais de toute façon, que cette résolution ne tiendrait pas très longtemps. il faut pas croire. une fois, après la première grosse crise de manque que j'ai subi, j'ai essayé d'arrêter. j'ai pas tenu plus d'une journée. là j'ai besoin de quelque chose. j'ai l'impression que mon estomac se tord et j'ai froid, j'ai tellement froid. « je gèle, oli... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 814 pseudo : luminescence. avatar + © : troye sivan, luminescence.


âge : vingt ans
statut civil : rempli d'amour dans un corps vide
adresse : pétricot
job/études : libraire
MessageSujet: Re: OLI + (it's where our demons hide)   Ven 16 Sep - 21:13

Tes journées sont interminables. Tu as l'impression de n'être qu'un zombie depuis la mort de ta soeur Mattie. Elle te manque et plus que ça, elle a creusé un véritable fossé dans ton âme qui n'est à présent uniquement comblé de noirceur, de manque, de peur, de crise, de solitude, de tous ces sentiments que tu détestes et que tu peines plus que tout à écarter. Tu n'arrives pas à faire ton deuil, tu n'arrives pas à tourner la page, tu n'arrives pas à sourire, ou du moins pas à 100%. Tu essaies de faire du mieux que tu peux, en tout cas pour lui, pour ton beau brun qui fait lui aussi tout ce qu'il peut pour te soutenir au mieux mais tu as cette tendance à t'autodestruction. Inconsciemment, tu t'interdis d'être heureux, tu ne peux pas l'être sans ta deuxième moitié, ta jumelle à côté de toi, ça te pense tellement inconcevable. Mais Mattie n'est plus là, Mattie est morte et tu te trouves tout seul à présent. Tu as beau être entouré, tu as beau être aimé par un être incroyable, tu te sens sans cesse seul, comme si une part de toi est morte dans la même foulée. Alors, plus que jamais tu as sombré. Plus que jamais tu avales tes pilules, tu veux oublier, tu veux ne pas y penser, il ne se passe plus une seconde sans que tu sois légèrement déconnecté. Tu ne supportes pas d'être clean, tu ne supportes pas de trop réfléchir. C'est d'ailleurs l'une des raisons qui te poussent à te rendre tous les jours à la librairie, juste pour penser à autre chose, juste pour ne pas trop peser sur ton Suliac non plus qui ne peut décidément pas vous porter tous les deux à bout de bras. Tu refuses d'être un poids pour lui, tu refuses qu'il souffre de ton état même si tu sais qu'il en souffre quand même car tu n'es clairement pas le Oli de d'habitude... certainement qu'il ne reviendra jamais d'ailleurs, ça te semble inconcevable.

Perdu dans des pensées totalement incohérentes et heureusement pour toi dénudées de sens, tu remarques à peine qu'on s'approche de toi pour te parler. Une demoiselle aux cheveux flamboyant, te demande de l'aide. Tu la reconnais directement, c'est la seule personne que tu connais avec de tels cheveux, c'est Sio. Ça fait un moment que tu ne l'as plus vu, elle t'avait parlé d'une cure mais tu n'en es plus sûr. Dans tous les cas, ça n'a pas franchement l'air d'avoir très bien fonctionné puisqu'elle tremble rien qu'en tenant son porte-monnaie entre ses mains. Son truc c'est les injections, la drogue dure, un bien plus haut level que le tien. Tu t'es toujours limité à ton oxy, pour toi, c'est un peu "on ne change pas une équipe qui gagne" mais tu crèves d'envie d'un truc plus fort en ce moment. Tu ronges ton frein. Tu te convaincs tous les jours que c'est VRAIMENT pas bon pour toi et que tu sais que tu ne pourras jamais t'arrêter après y avoir goûté ne serais-ce qu'une seule fois. Tu la regarde et tu te vois un peu en elle, elle est en manque c'est clair et t'as envie de l'aider mais la partie encore réveillé de ton cerveau tente de faire dans le raisonnable. « Tu es sûre de toi ?... je croyais que tu étais ok maintenant... » mais t'attends pas vraiment une réponse, tu sais que c'est vint quand on est en crise. Et t'es le mieux placer pour savoir qu'on n'est jamais totalement clean, on est simplement qu'un ex-drogué qui lutte sans cesse contre un démon qu'il n'a pas vraiment envie de repousser. Tu es déjà en train de retourner dans l'arrière boutique pour prévenir ton oncle que tu termines plus rapidement, feintant l'envie d'aller te reposer. En ce moment, vu ton état, il n'ose pas te contredire tu es du coup plutôt libre sur tes horaires ce qui est plutôt arrangeant dans ce cas là. Il te faut à peine deux-trois minutes pour changer de t-shirt enfiler un sweat et rejoindre Sio toujours dans la librairie. « Bon allons-y avant que mon cerveau ne se réveille de trop et me fasse changer d'avis... »

_________________

my happy little pill
take me away dry my eyes bring colour to my skies. my sweet little pill tame my hunger light within numb my skin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 115 pseudo : cupcake. <3 avatar + © : lua perez + arcadie


âge : 23 ans. j'ai quatre ans pour devenir une star du rock. la mort par overdose elle, elle est déjà prévue
statut civil : il est mort et hélène, hélène et la mort m'ouvrent grand leur bras, et je m'y jette avec dévotion
adresse : à l'hôpital, dans le coma après une overdose
job/études : plus grand chose
MessageSujet: Re: OLI + (it's where our demons hide)   Ven 16 Sep - 22:37

• plus ça va et plus je me rends compte qu'il ne va vraiment pas bien. qu'il est franchement absent, comme s'il se payait un putain de trip. c'est dangereux ça, il pourrait tomber, d'un coup, même sans faire une overdose.mais je ne suis personne pour juger, je me piquais bien avant d'aller bosser. il me demande si je suis sûre. mais je n'ai qu'à le regarder pour qu'il aille dans l'arrière-boutique. au final on est jamais vraiment clean. pas longtemps. sauf si on est courageux. et pas un seul jour dans ma vie je ne l'ai été. je ne sais pas souffrir, je ne sais pas prendre sur moi, je ne sais tout simplement pas attendre que ça passe. j'ai besoin d'une dose, là, maintenant tout de suite. et puis il y avait quelque chose dans ses yeux. de l'envie. de l'envie, et je le comprends. de ce que j'ai pu voir, il n'en est pas aux injections, il n'en est qu'aux cachetons, alors... oui, c'est pas le même effet. et s'il va aussi bien qu'il le laisse paraître, alors je ne peux que comprendre son besoin de plus. et je ne suis personne pour l'en empêcher s'il le veut. planer avec quelqu'un c'est toujours tellement plus rassurant, c'est toujours tellement moins morbide que se faire sa dose seule dans les toilettes pourries d'un quelconque bar mal fréquenté. se piquer avec un autre, c'est pas pareil, c'est presque encore récréatif, et pas tellement nécessaire. on oublie plus vite le manque qui a précédé. on communique, dans le cas de certaines drogues, ou alors on reste juste à comater l'un près de l'autre, jusqu'à s'endormir. je n'arrive pas à dormir en ce moment. j'ai souvent de crises en pleine nuit, et puis j'ai cette désagréable impression de solitude et de culpabilité, ancrée au fond de mon cœur. et je n'arrive vraiment pas à passer au-delà. c'est de ma faute si kiera a disparu du jour au lendemain et que personne ne l'a jamais vue. c'est de ma faute si azel s'est inquiété tout le temps. c'est de ma faute si mes parents me détestent. c'est ce que je me dis, toutes les nuits. et vous comprendrez que ça n'a jamais vraiment aidé à dormir.
• il revient, un sweat sur le dos, qui me donne envie de se blottir dans ses bras juste pour avoir un peu moins froid. mais je sais que ça ne fonctionnera pas. je peux mettre autant d'épaisseurs de vêtements et de couvertures que je veux, je ne cesse jamais vraiment de grelotter, que lorsque la crise est finie. mais elle est trop grosse aujourd'hui pour que je puisse attendre. azel n'est pas à la maison, il n'y a personne, je suis tranquille. libre de faire ce que je veux. et ce que je veux, c'est me came. me camer pour oublier que je ne suis qu'une salope égoïste. me camer pour oublier que je vais probablement entraîner quelqu'un avec moi là-dedans. mais après tout, je ne connais pas vraiment oli. et puis il faut dire que je ne suis personne pour lui faire la morale. s'il veut en prendre, il en prendra. il n'est certainement pas idiot, et je suis sûre qu'il sait à quel point c'est dangereux et addictif. j'en suis la preuve vivante. mais je suis lâche. alors je ne le dissuaderai pas d'en prendre s'il est sûr de son choix. du moment qu'il laisse les effets de son cachet s'estomper, je ne veux pas assister à un accident. j'ai eu ma dose de morts et de disparitions. vraiment. « on y va. » je marche avec lui dans le rues, en essayant de ne pas frissonner au moindre courant d'air. je tremble. des fois ça semble presque s'arrêter, pour reprendre plus fort. et c'est sans parler des crampes d'estomac, qui se font de plus en plus intenses. insupportables. je veux juste me rouler en boule, avec ma seringue dans le bras et attendre mon flash. je veux juste redevenir comme avant. au moins, je n'avais pas à supporter ce manque bien longtemps. au moins, j'avais encore tout mon équilibre, au moins je me sentais en vie. là, j'ai juste l'impression d'être une ancienne junkie qui ne tiendra pas. je les reconnais, les dealers, au coin de la rue. les anciens colocataires de mon ancien dealer. je pose ma main sur le bras d'oli. « tu me laisses faire d'accord ? je reviens dans une minute. est-ce que... est-ce que t'en v-veux aussi ? t'as f-franchement pas l'air bien, et je sais ce que c'est et je sai spas trop quoi faire d'autre pour toi, alors bon... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 814 pseudo : luminescence. avatar + © : troye sivan, luminescence.


âge : vingt ans
statut civil : rempli d'amour dans un corps vide
adresse : pétricot
job/études : libraire
MessageSujet: Re: OLI + (it's where our demons hide)   Dim 18 Sep - 22:23

Le pire dans tout ça, c'est que tu as parfaitement conscience que ce que tu t'apprêtes à faire est mal. Pas seulement dans le sens que tu quittes ton boulot pour aller mieux aider ton amie à se droguer non mais aussi dans le sens où tu sais parfaitement qu'elle risque de t'en proposer et que tu ne seras pas capable de dire non. Tu ne pourras pas car tes cachets ils te font plus autant d'effet qu'avant, tu dois en prendre énormément pour en ressentir réellement les effets. Et que t'en as marre de te sentir seulement un peu mou et endormi. Tu veux plus, tu as besoin de plus. C'est pour ça que tu as à moitié hésité à l'accompagner. Mais tu n'as pas eu à réfléchir bien longtemps avant d'aller te changer derrière et à revenir quelques minutes plus tard.

Ça te fait bizarre de ne pas reprendre un cachet tandis que tu sens les effets des antidouleurs se dissiper peu à peu tandis que tu marches dans les rues avec Siobhàn. Tu es en train de te créer plus ou moins volontairement un manque. Celui qui te poussera à passer à plus fort alors que ton cerveau en est encore à te dire "non". Toutes les pensées que tu tentes d'écarter plus que tout en ces moments sont en train de te revenir en plein dans la face, ça te rend mal et tu maudis tes cachets qui ne sont pas foutus de tenir plus de deux heures maintenant. Mais tu essaies de penser à autre chose, à ce que tu vois, à Sio, à Suli... mais c'est pire de penser à lui alors que tu t'apprêtes à faire un truc qu'il ne tolérait sûrement pas. Mais c'est plus fort que toi et tu es bien stupide d'avoir osé imaginer une seule seconde pouvoir t'en sortir sans drogue. Sio s'arrête dans un coin de rue ce qui te tire un peu de tes pensées et tu regardes les mecs un peu plus loin. Tu ne les as jamais vu. Ton dealer à toi c'est un bisounours à côté d'eux, ils te font limite flippé et tu es plutôt content que Sio te propose d'aller leur parler elle. T'aurais pas su de toute manière... tu ne sais pas ce que tu veux, tu veux juste plus, plus fort. Tu sors ton porte-monnaie et en retire quelques billets que tu lui glisses dans la main, tu sais plus ou moins combien ça coûte, tu en as parlé avec ton dealer quand il t'a proposé de passer à plus fort et tu t'es toujours baladé plus ou moins avec cette somme sur toi. « Oui... s'il te plait... » que tu souffles comme si tu craignais qu'on t'entende. Tu la regardes s'éloigner vers les gars et tu te rends compte que tu ne regrettes pas. Pas du tout, au contraire tu te réjouis, tu te réjouis d'être soulagé, de ne plus penser, de pouvoir t'évader vraiment depuis que ta soeur est morte, depuis que tu as perdu le contrôle de ta vie.

_________________

my happy little pill
take me away dry my eyes bring colour to my skies. my sweet little pill tame my hunger light within numb my skin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 115 pseudo : cupcake. <3 avatar + © : lua perez + arcadie


âge : 23 ans. j'ai quatre ans pour devenir une star du rock. la mort par overdose elle, elle est déjà prévue
statut civil : il est mort et hélène, hélène et la mort m'ouvrent grand leur bras, et je m'y jette avec dévotion
adresse : à l'hôpital, dans le coma après une overdose
job/études : plus grand chose
MessageSujet: Re: OLI + (it's where our demons hide)   Sam 1 Oct - 22:04

• je sais que je devrais me sentir coupable de ce que je fais. je sais que je devrais m’en vouloir. il a l’air tellement gentil, tellement innocent, en apparence, je sais que je devrais me rendre compte que ce n’est pas une bonne idée. mais je suis une drogue, l’opposé de mère théresa. la seule chose qui m’intéresse, là, tout de suite, c’est la perspective d’avoir ma dose, de pouvoir planer, et d’avoir quelqu’un avec qui le faire, des fois que ça tourne mal. rien n’est plus important que ça, au moment présent, tandis que je marche, accrochée au maigre bras du jeune homme. j’ai froid, j’ai terriblement froid, et il n’y a rien qui pourrait améliorer ça. il faut soit attendre que ça passe, soit reprendre une dose. là, vraiment, franchement, je n’ai pas le choix. j’ai passé pire que ça, pourtant. j’ai passé la fièvre, les douleurs à s’en cogner la tête contre les murs, les journées à rester prostrée incapable de faire le moindre geste. mais là, je ne sais pas. le fait que je sache que c’est juste dans ma tête, c’est pire. parce que contre tout ce qui est physique, il y a des médicaments de substitution pour aider. mais là, non. il n’y a rien. juste notre volonté. et je n’ai jamais vraiment voulu arrêter. j’y ai été forcée. comme pour beaucoup de choses au final. alors je marche, sans ressentir le moindre poids, vers cette ruelle où je sais que je les trouverai.
• je les reconnais du premier coup d’œil, ces deux silhouettes sèches et nerveuses, ces corps de toxico. et pourtant, il ne faut pas s’y méprendre. ils ont de la force. je le sais. même si je ne suis pas vraiment une référence en matière de muscles. oli accepte ma proposition, et je hoche la tête, avant de marcher en direction des deux dealers. je peux sentir l’odeur de ces petits cristaux légèrement gris de là. les anciennes marques de piqûre me grattent. j’ai besoin, j’ai terriblement besoin e me piquer. je ne sais pas ce qi arrivera si je ne le fais as, probablement rien. pourtant j’ai l’impression que je vais mourir si je n’ai pas ma dose maintenant. leurs sourires mauvais se dessinent sur leurs lèvres des chacals. je sens leurs regards sur mon corps, partout, qui s’immiscent sous mon tshirt. pourtant aucun des deux ne me touche. pas même un effleurement sur ma joue ou une caresse sur mes cheveux rouges, comme ils pouvaient le faire avant. ils finissent, après quelques mots de ma part, par me donner deux sachets , et une seringue. et un petit sourire, tandis qu’ils me demandent u peu moins que le prix habituel. cadeau pour mon retour. je ne m’attarde pas plus longtemps. je sais qu’ils finiront par ce que je les rembourse. d’une façon ou d’une autre. mais je préfère ne pas y penser maintenant. de toute façon, c’est à peine si ça effleure mon esprit malade d’être sain.
• je marche avec oli près de moi. avec son visage d’ange et ses beaux yeux bleus, je n’ai pas envie que quelqu’un vienne nous faire chier. je ne suis pas d’humeur, mais pas non plus en état d’être efficace pour faire quoi que ce soit pour le défendre. e ne me fais pas vraiment de soucis pour moi. ça doit pas être bien difficile de voir que je ne suis pas là pour ça. si je veux du fric, je m’en ferais d’une autre façon. et puis ils avaient l’habitude de me voir traîner par là, avant, et j’ai mes anciennes fringues de droguées. je sais bien que j’aurais dû les jeter, pour tirer un trait sur ça. mais est-ce que je le voulais vraiment ? je ramène oli jusqu’à chez moi. y a personne, je le sais. et heureusement d’ailleurs. je lui fais signe de s’asseoir à la cuisine, et je sors la seringue. « je te pique en premier, comme ça, pas de risques que tu te chopes quoi que ce soit. ce sera juste moi. » je n’ai pas envie, en effet, d’être coupable du fait qu’il se chope le sida, ou je ne sais quelle merde. moi c’est pas grave. j’ai passé ce cap, maintenant. il est loin le temps où je prenais soin de tout bien filtrer et où je ne passais jamais mes seringues. je fouille dans mes affaires et trouve un filtre, survivant de la fouille à laquelle j’avais eu droit chez moi, pour être sûrs que je me désintoxique bien. raté. je le visse à l’embout de la seringue, tranche un citron en deux, et fais chauffer toute la poudre. les gestes me reviennent automatiquement. comme si je n’avais jamais arrêté. je retire ma ceinture, retiens mon pantalon de tomber de mes hanches, et la serre autour du bras du brun. « je te fais ça à la saignée du coude, au cas où a te fait une marque, t’auras qu’à dire que tu t’es cogné. » je ne sais pas comment je fais pour tenir la seringue entre mes doigts sans trop trembler, mais je le fais. parce que je sais, certainement, que c’est là. que ça va venir. je lui en injecte la moitié, retire la ceinture, la met à mon propre bras déjà trop marqué, et injecte le reste dans mes veines. le paradis. enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 814 pseudo : luminescence. avatar + © : troye sivan, luminescence.


âge : vingt ans
statut civil : rempli d'amour dans un corps vide
adresse : pétricot
job/études : libraire
MessageSujet: Re: OLI + (it's where our demons hide)   Mer 19 Oct - 22:35

Là tout de suite dans la ruelle tu ne penses plus qu'à une chose. À la merveille que Sio allait vous ramener. Toute raison est partie dès le moment où tu as mis les pieds dans cette ruelle. T'en crèves d'envie et dans un sens ça te dégoûte. Tu ne cesses de prier pour que Suliac ne t'en veuilles pas trop pour ton écart. Ça date la dernière fois que tu as prié, il fut un temps où tu étais croyant comme tes parents. Mais tu arrêtes de croire à une foutue présence divine après la fausse mort de ta soeur, ton coming out, le claquage de porte de tes parents et ta décente en enfer. Qui aurait cru encore à Dieu après toutes ses emmerdes sérieusement ? Ton amie revient après quelque temps et tu marches à côté d'elle en silence. Tu te demandes où est-ce qu'elle va vous emmener, même si tu n'attends plus que ça, tu n'aimerais pas le faire n'importe où. T'es plutôt rassuré quand vous arrivez chez elle. Vous serez tranquille là. En toute discrétion pour s'évader un peu. Tu t'exécutes sans rien dire quand elle te demande de te mettre à la table de la cuisine et tu regardes ses gestes avec beaucoup d'intérêt, de manière à pouvoir répéter les gestes une prochaine fois. Tu hausses les épaules quand elle dit vouloir te faire passer avant « Tu ne chopperas rien avec moi... je suis clean. » tu as fait des tests après ta petite escapade dans le monde des prostitués et c'est sûrement pas Suliac qui t'aurait refiler quelque chose. Mais tu lui es reconnaissant de te faire passer avant tout de même, tu tiens à rester clean tout de malgré tout. Tu es assez impressionné par son expérience, tu n'aurais jamais deviné qu'il y avait une telle préparation. Tu es content de ne pas faire ça seul pour une première fois. Elle s'approche de toi et tu lui tends ton bras tandis qu'elle serre une ceinture autour de ton bras. Tu regardes ses doigts te piquer avec précision, t'as à peine le temps de te dire que tu es content qu'elle n'ait pas raté la veine avant de sentir déjà les effets de la drogue sur toi. C'est presque instantané. Tu n'as plus mal plus du tout, tu flottes littéralement et t'es tellement bien que tu pousses même un petit gémissement en te laissant glisser plus confortablement sur la chaise. Ça n'a totalement rien avoir avec tes ridicules cachets. Tu regardes Sio en face de toi visiblement ravi d'avoir retrouvé son vieil ami tu souris un peu au ralentit, totalement à l'ouest « Merci... » que tu murmures. Tu fermes les yeux et apprécies ton envole.

_________________

my happy little pill
take me away dry my eyes bring colour to my skies. my sweet little pill tame my hunger light within numb my skin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: OLI + (it's where our demons hide)   

Revenir en haut Aller en bas
 
OLI + (it's where our demons hide)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laughing Out Loud :: Biarritz, France :: Centre ville, Port Vieux-
Sauter vers: