Partagez | 
 

 I need your love (Oliac)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
member ◊ cute little coral

messages : 1103 pseudo : Squirowl. / Maev20 avatar + © : Connor Franta ©hope21


âge : 22 ans
statut civil : Totalement épris d'un bouclé à la tête de bébé
adresse : 121, pétricot
job/études : Secrétaire médical
MessageSujet: Re: I need your love (Oliac)   Ven 29 Juil - 18:45


Cover your eyes, the devil inside
Oliac



On a tous les deux été d’une certaine manière égoïste, alors je ne t’en veux pas une seule seconde. Mais ça n’a jamais empêché notre amour d’être réel, et de ne pas être porté seulement sur le physique, en tout cas ce n’était pas mon cas. Mais j’étais pratiquement persuadé de la même chose pour toi, enfin jusqu’à cette journée. Elle en aura fait des dégâts cette journée, décidément. Mais dès que j’ai posé les yeux sur toi, j’ai su que j’étais foutu, dans le sens que tu as balayé tous mes exs, ce qui n’était pas plus mal, mais j’en venais à imaginer ce qu’était la vie si on était ensemble. De fait la réalité était encore meilleur que tout ce que j’avais espéré. Et puis, notre début de relation a été quand même fortement basé sur tes problèmes. Alors oui, j’étais bien plus inquiet pour ton bonheur que par ma petite personne. C’était un peu mon ode de fonctionnement, de s’occuper des autres avant même mes propres besoins. C’était un peu ma manière de me protéger. Mais j’ai été foutu avec toi dès le premier regard. Je sais que je suis de nouveau tombé dans la spirale infernale de l’amour. Et ça fait tout aussi mal que les deux premières fois, voire même plus parce que j’étais vraiment persuadé que tu étais le bon. Et je le suis encore aujourd’hui. Au fond de moi je sais que cette certitude ne me quittera jamais. Et que je serais vraiment prêt à souffrir encore pour toi. Mais tout avait volé en éclat lors de notre première vrai dispute. Elle avait un goût amer, parce qu’elle avait causé notre séparation et que j’étais une véritable loque, incapable de m’en remettre. Parce que le doute qui m’avait assailli ne m’avait pas quitté. Je sais que d’un côté j’ai totalement faux, que tout ce que tu as fait pour moi tu l’as fais par amour, et de l’aitre côté, j’ai tellement l’impression d’avoir raison. Je suis totalement perdu. Alors que m’éloigne après cette confession, je sens ta main enserrer mon poignet. La déclaration est tellement spontanée, empli de ces sentiments que j’attendais tellement, que mon coeur se gonfle d’amour. Je ne peux que rester et me traiter d’idiot d’avoir douté. J’en ai les larmes aux yeux. Et je te prends dans mes bras, profitant de sentir ton corps contre le mien. J’ai enfin l’impression de pouvoir respirer, de redevenir vivant. Je caresse ton dos alors que j’entends tes sanglots redoubler. Je me retiens moi-même d’éclater en sanglots. Je laisse néanmoins mes larmes coulaient toutes seules. J’embrasse tes cheveux, et passe une main dedans. Je te serre contre moi de sorte à ce que tu ne puisses même pas t’enfuir. Je ferme les yeux avant d’enfouir également ma tête dans ton cou. Je me sens tellement soulagé de t’avoir confié cela, je me rend compte que je ne pouvais garder ça pour toi, que c’était malsain. J’ai vraiment besoin de toi pour panser ces blessures. Tu m’étouffes presque mais je ne dis rien, heureux de ressentir ça, mieux que le vide qui a emplit ma vie après mon départ de ton appartement. Je glisse mes bras autour de tes hanches. « Je suis là. » Je glisse mes mains tout le long de ton dos, avant de légèrement me décaler pour t’embrasser. Pour retrouver la douceur et le goût sucré de tes lèvres. Je resserre mon emprise alors que je me perds dans ce baiser. MEs doigts se serrent tout contre ta peau, serrant ton tee-shirt. Je n’ai plus envie de lâcher tes lèvres désormais. Je veux que tu me prennes tout mon souffle. Mon coeur s’emballe et c’est tellement bon ! J’ai tellement l’impression de revivre après avoir été un zombie depuis que j’ai fermé la porte de ton appartement. Je glisse une main sur ta joue pour essuyer tes larmes. Je m’écarte juste pour reprendre mon souffle. J’embrasse ton visage alors que tu te remets à sourire. « Je préfère te voir sourire. » Enfin, je ne suis pas mieux de mon côté. J’enfouis ma tête dans ton cou, je voulais m’enivrer de ton odeur, profiter de tout ce que j’ai manqué. Je secoue la tête pour te contredire. Bien sûr que je suis fautif. Je t’ai quand même caché des choses… « Tu n’aurais rien dû du tout. Je n’ai jamais dit ça à personne. Et tu avais déjà assez de problèmes comme ça en plus de devoir t’occuper des miens. Je ne t’en veux vraiment pas pour ça. Je suis idiot d’avoir douté de toi. » Je m’enfonce dans tes bras, j’ai besoin de sentir ton étreinte. Du peu de force que j’ai, je t’amène à cheval au-dessus de moi, à califourchon. Je voulais sentir tout ton corps contre moi,me sentir en sécurité. Je frissonne en sentant ta caresse dans mes cheveux. « On est deux idiots, bébé. Je ne veux plus te quitter, plus jamais. » Je frissonne ensuite à tes mots, tu avais fait tellement plus que ce que j’avais besoin. Comment j’avais pu douter ? « Moi aussi je t’aime. Olivier Roy. » Je redresse mon visage. « Je crois que je suis malade, et que j’aurais besoin de compagnie. » Je souris doucement. « Je crois que je ne peux plus vivre sans toi. Que m’as-tu fait ? » Je souris doucement, te serrant contre moi.

© ACIDBRAIN

_________________
we're meant to be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 814 pseudo : luminescence. avatar + © : troye sivan, luminescence.


âge : vingt ans
statut civil : rempli d'amour dans un corps vide
adresse : pétricot
job/études : libraire
MessageSujet: Re: I need your love (Oliac)   Mer 10 Aoû - 21:45

and i'm standin' by the tv with my beanie low
i'll be over here
Son corps contre le tien te fait un bien fou. Ça t'avais manqué, le fait d'avoir des bras autour de soir, d'avoir sa chaleur, son odeur... ça te fait aussi pleurer un peu plus fort, mais c'est un mal pour un bien, tu as besoin d'évacuer toutes ses émotions qui débordent en toi. Tu le serres fort contre toi, sûrement que tu l'étouffes un peu mais là tout de suite t'as presque envie de te fondre en lui pour être le plus proche possible et il ne semble pas s'en plaindre. Il t'embrasse et ça vient calmer tes sanglots d'un seul coup. Comme si on avait rendu le jouet à un gamin capricieux. On t'avait pas rendu de jouet mais ton Suli... c'est tout aussi précieux à tes yeux de grand gamin. Ce baiser fait rebattre ton coeur et ça en est presque douloureux mais tu te sens revivre, ressusciter presque. Le manque de souffle vous sépare mais tu restes avec un petit sourire sur les lèvres qui n'échappe pas à Suliac qui couvre ton visage de baiser. Malgré tout, tu t'excuses, tu te sens tellement coupable de ne pas avoir pris plus soin de lui, de l'avoir plus écouté ses problèmes. Même si il n'est pas du genre à avouer les choses comme ça, tu aurais dû insister. Comme pour son "accident" la fois où il s'est retrouvé à l'hôpital après ce que tu supposes être une bagarre. Il n'a jamais voulu t'en parler... même si tu te doutes de ce qu'il s'est passé, tu aurais dû insister. Passer ses problèmes avant les tiens. Parce qu'ils sont à tes yeux tout aussi important que les tiens, si ce n'est même plus car il touche ta moitié. « Ce n'est pas parce que j'ai des soucis que tu n'dois pas m'en parler Suli... tu n'aurais pas dû me le cacher et j'aurai dû faire plus attention à toi... » tu sens qu'il te déplace pour te mettre à califourchon sur lui, tu sens qu'il est faible aussi, alors tu l'aides, allant volontiers dans cette position et te foutant bien royalement si ce contact rapproché pourrait gêner l'oeil d'un client un peu trop voyeur. Tu te cales tout contre lui dans ses bras ne laissant pas un millimètre d'espace entre vous deux et tu lui caresses gentiment les cheveux, t'as l'impression de les redécouvrir... pourtant ce n'est que des cheveux mais t'aimes ça. T'aimes quand on te le fait mais tu aimes aussi le faire, surtout à Suli. Tu ne peux qu'acquiser quand il vous traite d'idiot. Vous êtes tous les deux fautifs. Il ne devrait pas te cacher des choses et toi tu devrais faire plus attention à lui. Mais tu te sens bien plus responsable quoiqu'il en dise. Tu frémis quand il t'avoue ses sentiments et qu'il prononce ton prénom en entier. Tu détestes ton prénom. C'est vieux, c'est moche, c'est un arbre. D'où le fait que tout le monde t'appelle Oli. Mais dans la bouche de ceux que tu aimes il donne l'impression d'être différent... rien que parce que c'est quelqu'un que tu aimes qu'il le prononce tu en viendrais à l'aimer à ton tour. Mattie l'utilise souvent, Suliac aussi semble si mettre. Et ça te fait bizarre, mais t'apprécies. Tu réponds à son sourire et tu ris même vaguement à ses paroles mais ton rire te semble lointain, presque comme si ce n'était pas le tien. « Chai paaas... » t'essaie de lui répondre mais ta bouche ne semble plus vraiment connecté à ton cerveau, t'arrives même pas à terminer ta phrase. Ta vision se floutte et tu te focalises plus que sur les yeux de Suliac essayant de tenir le dessus sur la drogue. Tu sais que t'en as pas trop pris... mais juste un trop grosse dose. Ça revient presque au même sauf que tu as juste un peu abusé, l'overdose est encore loin, mais ça t'engourdie. Tu es même plus capable de penser. Les émotions et l'adrénaline à laisser place à l'engourdissement des médicaments qui t'achèvent complètement et t'essaie de batailler vainement. Pour être encore un peu mentalement avec lui mais il te reste plus beaucoup de mental « J'veux qu'tu... rentres chez... moi... » ta tête tombe lourdement sur son épaule et ça te donne l'impression d'avoir ton cerveau qui fait du ping pong dans ta boîte crânienne mais de manière agréable. « Désolé... » que tu chuchotes doucement, tu sais qu'il comprendra. Il sait que t'a honte de ce que tu es. Un drogué. Qui a rechuté qui plus est et qui est en train de se laisser tomber dans les vapes dans les bras de son petit ami avec qui il vient tout juste de se reconciler. Mais tu essaies de te battre contre la puissance des médicaments sans y arriver, tu te laisses glisser dans l'inconscience là où tu ne peux même plus réfléchir ni même sentir quoique ce soit. Coupé de tout l'inconscience c'est un peu comme être mort mais toujours en vie. Y a un temps où tu aimais cet état, maintenant tu préfères largement être éveillé pour continuer à profiter des bras de celui que tu aimes.
Code by Silver Lungs

_________________

my happy little pill
take me away dry my eyes bring colour to my skies. my sweet little pill tame my hunger light within numb my skin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little coral

messages : 1103 pseudo : Squirowl. / Maev20 avatar + © : Connor Franta ©hope21


âge : 22 ans
statut civil : Totalement épris d'un bouclé à la tête de bébé
adresse : 121, pétricot
job/études : Secrétaire médical
MessageSujet: Re: I need your love (Oliac)   Mar 23 Aoû - 13:34


Cover your eyes, the devil inside
Oliac



J’attendais ça depuis que j’avais fermé la porte de ton appartement après cette dispute qui n’aurait jamais dû avoir lieu. J’étais heureux de te ressentir dans mes bras, de sentir la chaleur de ton corps tout contre le mien. Mais de nous deux, je ne sais pas qui tient l’autre dans ses bras. Le manque que je ressentais brouillait tout mon jugement. Tu m’avais tellement manqué que j’avais besoin de te sentir au plus profond de moi. Et surtout de retrouver le goût de tes lèvres. Ce baiser me retourne les entrailles, le cerveau et le coeur. Je ferme les yeux, parce que je n’ai pas besoin de voir pour ressentir. Toute la douleur que j’ai pu ressentir ces derniers temps s’envolent avec ce moment. J’ai tellement peur que tu t’envoles que je ne te lâche pas une seule seconde. Mes mains s’accrochent à ton corps. Je rattrape le temps perdu, je goûte ta peau, je reprends mes marques. Mes doigts redécouvrent ce corps que je n’ai pas oublié et qui a hanté mes nuits, agrémentant le manque chaque jour. J’ai presque envie de te frapper en entendant tes excuses qui n’ont pas lieu d’être. Au contraire c’est moi qui devrait m’excuser encore et encore. Jamais je n’aurais dû te cacher des choses, et pas que par rapport à Mattie. Mais aussi par rapport à moi. Mais notre relation était tellement nouvelle, tu étais vraiment intéressé par ma personne et pas seulement pour mon physique ou pour le plaisir que je pouvais procurer. C’était totalement nouveau pour moi, et malgré mon assurance, je n’en menais pas large. Parce que tu chamboulais tout dans ma vie, tu balayais toutes les incertitudes que j’ai sur l’amour, et je commençais vraiment à y croire ! Le fait que l’on est allé pas plus loin que des calins appuyés veut dire beaucoup pour moi. Je secoue la tête. « C’est pas ta faute. Et ne dis pas le contraire, ce qui s’est passé avec Mattie est bien plus important que tout. » Je glisse mes bras autour de ta taille avant d’enfouir m tête dans ton cou, me soûlant de ton odeur. J’occultais tout ce qui était autour de nous, je m’en foutais royalement de ce que l’on pouvait penser de nous. Je lâche un soupir de satisfaction en sentant tes doigts dans l’épaisseur de mes cheveux. Je ferme les yeux et commencent à me détendre malgré l’épuisement que je ressens. Je me laisse complètement aller dans tes bras. Je souris amèrement en pensant au temps que l’on a perdu tous les deux en agissant comme des idiots complets. Parce que notre relation est bien plus évidente que toutes celles que j’ai eu, et je ne peu pas, et ne veux pas, te perdre. Parce que tu es bien plus important que tout ce que je peux laisser paraître. Je ne veux plus que tu doutes sur mes sentiments. Je veux te le dire tous les jours, de toutes mes manières qui existent.Ne plus que tu doutes, jamais. Je ne comprends pas que tu n’aimes pas ton prénom que, personnellement, j’adore. C’est une première pour moi de l’utiliser, juste pour donner plus de force à ma déclaration. Je fronce les sourcil, perdant un peu de mon sourire. tu n’allais vraiment pas bien, et je me sentais fautif de ta rechute, et il y a de quoi. Je hausse le sourcil droit « J’comprends rien, tu manges du yaourt ? » Je fais une tentative d’humour pour cacher mon inquiétude. Je fronce les sourcils « Oli ? » Je m’accroche à ton tee-shirt ne te lâchant pas du regard. Je soupire, aucune intention de te lacher maintenant, je ne te laisserais plus tomber. Je ne ferais pas deux fois la même erreur. Je me rends compte de tout ce que je t’apportais, ta rechute veut dire beaucoup pour moi. Jamais je n’aurais dû douter de tes sentiments, tu m’avais lancé tellement de signaux mais j’étais aveugle, incapable de voir tout ça, tellement on s’est joué de moi dans le passé. « Je ne te lâches plus, plus maintenant. J’ai trop besoin de toi, Oli. » Je glisse ma main dans tes cheveux pour te garder tout contre moi. Je dépose un baiser sur ta tempe. Je resserre simplement mon emprise en guise de réponse. Tu n’as pas à t’en vouloir, jamais je ne te jugerais méchamment. C’est moi qui n’a pas été là pour t’aider alors que je te l’ai promis, j’ai simplement failli à ma promesse. Je glisse ma main sur ton visage. « Reste avec moi Oli, j’ai pas la force de te soutenir, s’il te plaît, fais ça pour moi, bébé… » JE te supplie, l’inquiétude prenant le dessus. Je te berce tel un enfant, posant mes lèvres dans ton cou. Je lutte contre mes paupières qui se font lourdes, contre ce sommeil si tentateur. « Il faut qu’on rentre, bébé, ne restons pas là. » car même si je m’en fous, je n’ai pas envie d’être le centre d’une curiosité malsaine, mais surtout que toi, tu ne sois pas embêté.


© ACIDBRAIN

_________________
we're meant to be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 814 pseudo : luminescence. avatar + © : troye sivan, luminescence.


âge : vingt ans
statut civil : rempli d'amour dans un corps vide
adresse : pétricot
job/études : libraire
MessageSujet: Re: I need your love (Oliac)   Lun 29 Aoû - 22:03

and i'm standin' by the tv with my beanie low
i'll be over here
Prendre de la drogue t'as toujours paru bizarre en un sens. Physiquement tout ton corps devient lourd, tu perds des forces et tes membres finissent juste pas tomber mollement tel un corps endormit. Mais mentalement tu flottes complètement, tu as l'impression d'être léger, d'être débarrassé de tous tes traquas et de n'être plus qu'une âme. Sans corps ni même conscience. C'est comme si tu dormais. Mais en restant tout de même connecter à ce qui t'entoure. Tu ressens encore plus ou moins ce qu'il se passe autour de toi mais ça ne t'affecte pas. Tu entends Suliac s'inquiéter pour toi, te demandant de rester avec lui qu'il n'a pas la force de te supporter. Le pauvre... tu as beau ne pas être franchement massif tu ne dois pas être un poids plume pour un homme affaibli tel qu'il l'est. Mais tu entends une autre voix entrer en scène. Celle de ton oncle. Il propose à ton petit ami de te porter jusqu'au canapé de l'arrière boutique, ce qui est une très bonne idée. Tu es totalement out, inconscient tu ne pourrais même pas bouger le petit doigt. Puis Suli est trop fatiguée pour te trainé jusqu'à chez toi. Tu n'as pas très bien capter si il a accepté ou non mais tu sens ton corps vaguement bouger pour finalement reposer allongé sur du mou alors tu supposes que oui. Tu aimerais tellement être conscient pour lui parler mais tu es bien loin... tu espères juste que Suliac prendra le temps de se reposer lui aussi pendant que tu te tapes un tripe sous médicament.
Code by Silver Lungs

_________________

my happy little pill
take me away dry my eyes bring colour to my skies. my sweet little pill tame my hunger light within numb my skin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I need your love (Oliac)   

Revenir en haut Aller en bas
 
I need your love (Oliac)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laughing Out Loud :: La vie en rose :: rps-
Sauter vers: