Partagez | 
 

 Drug, narcotic, blood and mutual support ~ Jude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
member ◊ cute little nemo

messages : 174 pseudo : Evanae / Cass avatar + © : Adam Gallagher (angel dust)


âge : 23 ans
statut civil : Lié à Aydan, son amoureux, son petit-ami et son fiancé
adresse : N°0349, Milady
job/études : Barman et guitariste des Shining
MessageSujet: Drug, narcotic, blood and mutual support ~ Jude   Mer 5 Oct - 13:46


Jude & Gabriel

Un jeudi soir classique à Biarritz. Une soirée de boulot jusque deux heures du matin. Tu passe tes mains dans tes cheveux avant d'enfoncer ton éternel bonnet dessus. Habitude que tu garde lorsque tu travaille de nuit. Pour ne pas frissonner mais aussi comme une protection. Les écouteurs sur les oreilles, tu prends tranquillement le chemin jusque ton appartement. Mais il fait plutôt bon ce soir alors tu fais le détour pour marcher le long de la plage, cramant une cigarette. Tu t'arrête contre un des murets à regarder la lune éclairer l'océan qui se déplace calmement. Ils annonçaient des vagues les lendemains. Peut-être que tu te lèveras pour aller surfer. Cela fait longtemps que tu n'as plus surfer. Depuis ton accident à vrai dire. En même temps, la rééducation à été longue et tes troubles de mouvements étaient encore assez présent récemment, t'empêchant de pratiquer ton passe-temps. Tu finis ta cigarette avant de reprendre ton chemin. La ville est calme le soir et quoi que l'on puisse dire des villes la nuit, celle-ci n'est pas si terrible que cela, tu n'as jamais eût d'ennuis jusqu'à aujourd'hui.

La porte de l’immeuble est un peu entre ouverte. Ce qui est rare, en générale elle est toujours fermée, la vieille dame du premier étage se sent plus rassurer quand les autres habitants la ferme. Alors chacun a accepté sa demande à toujours vérifier derrière soit que la porte ne soit pas ouverte. Tu rentre doucement et en silence, n'allumant pas la lumière tout de suite. Bon, normalement il ne devrait pas y avoir de problème mais quelque chose au fond de toi te dit que ce n'est pas le cas. Qu'un truc cloche. Et pour preuve, tu entends un peu de bruit venant du renfoncement sous les escaliers. Tu t'en approche doucement pour voir une silhouette, tu appuis alors sur l'éclairage, dévoilant alors un jeune homme roulé en boule là, dans ce coin. Il a pas l'air dans son assiette mais son reniflement certain te mets la puce à l'oreille. T'en as déjà entendu parlé de ce genre de personne, qui se réfugie dans les entrées d'immeubles pour se droguer en toute tranquillité.

Tu soupire avant de t'accroupir et tape quelques mots sur ton téléphone avant de secouer le garçon et de mettre l'écran face à lui. Tu devrais pas rester là, certains voisins vont appeler la police s'ils te trouvent. Tu ne sais pas s'il a bien tout lu alors tu reprend le téléphone pour taper autre chose. Tu ne sais pas ce qui te passe par la tête mais l'éclat dans ses yeux... On aurait dit le tiens après l'accident. On dirait le tiens actuellement. J'habite au dernier, et j'ai un canapé de libre. Tu venais clairement de lui proposer de venir se droguer gentiment chez toi. Enfin, il avait plutôt l'air d'avoir fini de se droguer mais il ne pouvait pas le laisser stone, ici, tout seul, et dans le froid aussi. Surtout qu'il avait l'air encore assez lucide.

copyright acidbrain

_________________
Je t'aime tellement mais je préfère vivre le coeur brisé que tu faire subir les conséquences et ma vie. Tu mérite tellement mieux que moi, moi je suis juste destiné à t'aimer dans l'ombre et te laisser partir. Et pourtant, tu es ma vie. Tu es ma moitié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
staff ◊ cute little pearl

messages : 115 pseudo : cupcake avatar + © : cameron monaghan + alcaline


âge : 22 ans, dont pas mal de conneries.
statut civil : en couple ? on peut dire ça, oui.
job/études : il enchaîne les petits boulots
MessageSujet: Re: Drug, narcotic, blood and mutual support ~ Jude   Dim 16 Oct - 1:36

[justfiy]• je ne ressemblais pas à grand chose. mes cheveux roux qui étaient si flamboyants étaient devenus ternes, et mes yeux se faisaient délavés. il fallait le dire, j'étais devenu un fantôme, qui ne se nourrissait que d'alcool, de drogue, et de blessures en tous genres. mes poignets étaient invisibles, cachés par des bandages maladroits. avez-vous déjà essayé de vous bander le poignet droit, alors que vous n'êtes pas gaucher ? c'est bien plus facile de tenir une lame de rasoir, je vous le dis. ou même un briquet. je suis exactement tout ce qu'était ma mère, une loque incapable de s'occuper correctement de qui que ce soit, incapable de faire le moindre bien aux personnes de son entourage, une personne toxique et égoïste. je pense au malheur de maïa, et de cet enfant, qu'elle voulait tant, cet enfant pour lequel je sentais déjà tout son amour. mais je n'ai pas été capable de faire les choses bien. il a fallu que je merde, une fois de plus. il a fallu que je rate même ce que j'avais de plus beau, ce qui me semblait intouchable. et je me répétais ça, tous les soirs, dès que j'étais seul avec ma pochette ouverte devant moi. c'est ce que je me répète, quand, les mains tremblantes de manque, de ce si grand besoin de me blesser, de détruire cette peau que je déteste, d'accentuer le carnage que je suis, dedans et dehors, j'attrape une lame, ou un briquet ou quoique ce soit. il y en a plein, sur mes bras, sur mes cuisses, sur mes flancs. j'ai même attaqué les mollets. je ne ressemble vraiment plus à rien. non, je ne suis plus rien. pas comme si j'avais été quelqu'un un jour de toute manière. je n'ai jamais été que cette loque pitoyable.
• le genre de personne qui repère les portes ouvertes des immeubles, petit tube en plastique en main, pour s'y engouffrer, s'y terrer dans le noir, un instant. le genre qui se fait dégager à coups de menaces d'appeler les flics. le genre que j'ai toujours refusé de devenir. mais on ne peut échapper pour toujours à sa nature paraît-il et ça s'est vérifié une fois de plus. je suis là, dans ce renfoncement sous l'escalier. je me demande toujours comment ça se fait que je ne sois pas encore un junkie. peut être parce que je change trop souvent de genre de came ? j'en sais rien. mais ça ne durera pas éternellement, je sens déjà parfois ce besoin de sniffer une ligne ou deux. ça faisait longtemps que je ne l'avais pas fait. mes saignements de nez -depuis ma deuxième tentative de suicide- s'étaient enfin calmés, mais ils ont repris. c'est bien plus rapide comme ça, et puis c'est moins dangereux que de se piquer, même si tout aussi addictif. je n'ai pas vu aramis depuis un moment. je ne sais pas ce qu'il penserait de moi s'il me croisait. je ne suis pas sûr qu'il me reconnaisse non plus. j'ai maigri, je ne regarde plus les gens dans les yeux, tant j'ai honte de ce que j'ai fait, et de ce que je suis. j'incarne tous les défauts de cette société. je suis le pire de l'humanité. faible, lâche, malade, fou, et plein de haine. si j'avais un quelconque talent en dessin, et que je devais réaliser un autoportrait ce serait une marée noire. toxique, noir et collant. il n'y a pas de meilleure description, aucune ne serait aussi réaliste et crue. je sors mon téléphone, ma carte d'identité, et trace une ligne imparfaite. je n'ai pas de paille, pas grave. elle m'appelle cette ligne. je la sniffe, puis j'en fais une deuxième que j'inspire tout aussi rapidement. mais soudain la lumière s'allume. je penche la tête, et distingue une silhouette, celle d'un jeune homme, de mon âge à peu près. il s'approche en tapant sur son téléphone. peut être qu'il ne veut pas faire trop de bruit pour ne pas réveiller les voisins ? j'ai à peine le temps de lire qu'il le reprend pour taper autre chose. il me dit qu'il habite au dernier et qu'il a un canapé, et vraiment vu l'état dans lequel je suis, ça m'ira parfaitement bien. je me relève, n'oubliant pas la pochette en cuir noire qui ne me quitte jamais, et je hoche la tête. je n'essaie pas de parler, je ne veux pas que les flics débarquent. je le suis, simplement. je murmure juste un merci.
[/justify]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
member ◊ cute little nemo

messages : 174 pseudo : Evanae / Cass avatar + © : Adam Gallagher (angel dust)


âge : 23 ans
statut civil : Lié à Aydan, son amoureux, son petit-ami et son fiancé
adresse : N°0349, Milady
job/études : Barman et guitariste des Shining
MessageSujet: Re: Drug, narcotic, blood and mutual support ~ Jude   Mar 18 Oct - 0:40


Jude & Gabriel

Une fois dans ton appartement, tu allumes quelques lumières de la grande pièce à vivre. Tu pose ton sac sur la table et amène ton invité vers l'intérieur de ton chez toi. Tu ne sais pas vraiment ce qui t'as prit de faire entrer un parfait inconnu dans ton domaine à une heure si avancée de la nuit. Et encore plus, un drogué. En vrai tu n'as pas tellement réfléchis, t'as simplement été prit d'une impulsion mais aussi... C'était son regard sur le moment. Reflétant le tiens. Exactement le même regard, celui d'un mec paumé dans sa vie, qui sombre sans rien pour le retenir. Toi t'avais Aydan, maintenant que tu as rompu, tu ne l'as plus vraiment alors tu sombre sans vraiment te raccrocher.

Tu sors la tablette de ton sac et tape rapidement des mots en le faisant aller vers la partie salon, lui permettant de s'asseoir sur le canapé tout en lui tendant l'appareil de technologie pour qu'il puisse lire. S'il est encore capable de lire et pas trop camé. Installe-toi au salon. Tu reprends ton ami quotidien pour retaper d'autres mots, ignorant son regard sur toi et tu lui montre. C'est rare que tu t'exprime aussi facilement par écrit avec quelqu'un, avant tout, il a le moment de gêne où la personne se rend compte que tu ne peux pas parler. Mais pas ce soir. Ce soir, tu sens que tu n'as pas à cacher tes problèmes. Tu veux boire un truc ? De l'eau ? Tu commence à t'éloigner vers la cuisine, rangeant ta veste et tes chaussures dans le placard de l'entrée avant de revenir pour prendre deux verre et remplir une carafe d'eau fraîche. Tu dépose le tout sur la table basse où tu t’assois également pour servir les deux verres. Tu lui en tends un avec un sourire, te disant sur le moment que tu ne connais pas son nom. Tu le lui demande alors par écrit, notant le tiens au passage. Comment tu t'appelles ? Moi c'est Gabriel. Tu le regarde boire son verre d'eau et tu en fais de même avant de te lever. Tu montre le balcon d'un signe de la main avant d'écrire quelques mots, une recommandation que tu fais et une demande. Parce qu'après tout, cela reste chez toi et don tes règles. Si tu veux fumer y a un balcon avec un cendrier. Ton cendrier. Pour les rares fois où tu fumes. Parce que n'étant pas un vrai fumeur tu ne veux pas de cette odeur dans ton appartement. Tu commence à partir vers la chambre d'amis pour en ramener un oreiller et une couverture que tu pose à côté du canapé. Tu doute que ton invité soit en état de repartir chez lui ce soir. Tu le laisse un peu tranquille avant d'aller dans ta propre chambre pour enfiler un tee-shirt et un bas de training avec lesquels tu dors habituellement.Tu reviens dans la pièce principale pour te resservir un verre et quand tu bois tu sens ton haut remonter et un frisons de fraîcheur courir sur ta peau et une légère brûlure du frais sur tes cicatrices. Tu t'empresse de remettre ton vêtement en rougissant, un peu gêné. Tu ne sais pas si ton invité à eût le temps de voir tes coupures. Tu gratte ton avant-bras par réflexe et reprends la tablette que tu as déposé sur la table, engageant de nouveau la discussion pour couper le malaise qui t'envahit. Et juste, enlever tes chaussures ? S'il te plaît ? Tu avance vers la baie vitrée sans le regarder attendant qu'il s'adresse à toi. D'avoir eût tes marques à vue d'un autre, tu sens le besoin d'en faire de nouvelles. Mais pour ça tu dois attendre que ton invité soit endormit pour avoir la tranquillité et la sûreté de ne pas être surpris. Avec lenteur tu finis par te tourner vers lui pour le regarder franchement, essayant de comprendre pourquoi tu as l'impression de te retrouver en lui alors que vous semblez tout deux si différents. Et en plus, tu ne le connais même pas.

copyright acidbrain

_________________
Je t'aime tellement mais je préfère vivre le coeur brisé que tu faire subir les conséquences et ma vie. Tu mérite tellement mieux que moi, moi je suis juste destiné à t'aimer dans l'ombre et te laisser partir. Et pourtant, tu es ma vie. Tu es ma moitié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Drug, narcotic, blood and mutual support ~ Jude   

Revenir en haut Aller en bas
 
Drug, narcotic, blood and mutual support ~ Jude
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laughing Out Loud :: Biarritz, France :: Milady, Colline, Beaurivage :: habitations-
Sauter vers: