Partagez | 
 

 the first time (kilal)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: the first time (kilal)   Sam 9 Juil - 15:42

une soirée comme une autre. il paraît. t'as dix-huit toi, maintenant, donc finalement, t'as plus la crainte d'être prise en flagrant délit de faire le trottoir. en quelques sortes, parce que tu t'en fichais déjà quand t'as commencé à tapiner là, dans les rues de Biarritz. ton mac était là, pour t'indiquer quoi faire, de quelle manière, et ainsi de suite. t'es une catin, tu te fais payer par des mecs qui veulent simplement utiliser ton corps comme ils veulent. c'est pour ça qu'ils se tournent vers toi, c'est pour ça que leur voiture s'arrête là, au bord du trottoir et qu'ils demandent le prix. c'est simple, c'est rapide, c'est comme ça. toi, t'attends qu'une voiture s'arrête devant toi, tu te pavanes, tu fais claquer tes talons et t'évites de penser à tout ça. tu te perds dans tes pensées, simplement, tu laisses ton esprit vagabonder à travers de multiples pensées que tu peux avoir. en ce moment, tu penses simplement au livre que tu es en train de lire quand t'es pas là, dans les rues en pleine nuit. t'aimes lire, t'aimes beaucoup trop lire, parce que tu peux te perdre dans des histoires que tu ne vivras jamais, dans des histoires qui ne seront jamais les tiennes. tu sais bien que tout ceci est illusoire, que tu n'auras jamais accès à ce genre de vie, d'aventures, toi, t'es pas née au bon endroit, toi t'es pas une petite fille comme les autres, t'es juste kiera, la prostituée du coin. tu te fais alors sortir de tes pensées par une voiture qui s'arrête devant toi, tu te baisses alors vers la vitre en attendant qu'elle veuille bien s'ouvrir. voilà, c'est le début de la soirée. voilà, c'est le début du travail. de ton travail. « bonsoir . » tu souffles doucement alors que la vitre s'ouvre à peine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the first time (kilal)   Lun 11 Juil - 22:52

Six mois d'absence.
Une inquiétude permanente.
Allait-revoir son imbécile de chat? Le canapé du salon qui tombait en lambeau? La baignoire en ivoire qui avait coûté bonbon? La cuisine d'été qu'il ne finirait probablement jamais? Rien n'était certain, tous les jours en partant au centre d'entraînement ou en mission, il avait les mains moites et le corps en sueur. Il aimait son travail, il l'aimait car il permettait aux autres de ne pas avoir à se sacrifier, il l'aimait parce que son père l’exerçait, mais il ne comprenait pas comment il pouvait se forcer à endurer tout cela. Il ne comprenait pas pourquoi, il endossait le rôle du soldat alors qu'il pourrait rester en sécurité ou presque chez lui, dans les bras de sa somptueuse femme. Sa femme qui lui manquait à chaque seconde, sa femme qui dans les coups durs était son point de repère, son pilier. Sa femme qui l'avait honteusement trahit après tout ce qu'ils avaient vécue. Comment avait-elle put? Il était fou d'elle depuis le lycée, il ferait n'importe quoi pour son bonheur, pour la combler, la satisfaire et voilà qu'elle le poignardait dans le dos. Solal s'installa lourdement à l'avant de sa voiture, il fit ronronner le moteur. Ses phalanges blanchirent quand il attrapa le volant avec une puissance indésirable. Il voulait retourner à l'intérieur et tuer le type qui avait osé poser les mains sur ce qui lui appartenait. La seule raison pour laquelle, il avait arrêté de frapper, c'est parce qu'elle lui avait demandé. Elle lui avait demandé et il s'était exécuté, comme il l'avait toujours fait. Il tapa du poing contre le tableau de bord et appuya son pieds sur l'accélérateur. Il voulait oublier les images qui lui martelait le crâne, il voulait se venger, jamais encore il n'avait ressentit une telle haine envers personne. Solal était quelqu'un de rationnel, de réfléchit, il agissait rarement sous le coup d'une impulsion dans des situations comme celle-là. Pourtant ce soir, le mot réflexion ne faisait plus partit de son vocabulaire. Il se retrouva sur la route de la sortie de Biarritz et il se demanda combien de temps, il allait encore rouler avant de tomber en panne ou d'avoir envie de s'arrêter. Puis, une silhouette sur le bas-côté attira son attention, des jambes longues, une robe couleur sang, des courbes à faire pâlir d'envie un ange, il ne lui en fallut pas plus pour se rabattre. Il serra les mains sur le volant se demandant s'il ne devait pas redémarrer en trombe, s'il ne faisait pas une terrible erreur et puis l'image de sa femme emboîtée avec cet autre homme lui revient en mémoire et il abaissa la vitre. « Bonsoir, dit-elle d'une voix suave. » Le ton est doux, il plaît immédiatement au jeune homme, c'est ce qu'il le fait pencher du mauvais côté. Il ne la salut pas, ce genre de chose c'est impersonnel, rapide, efficace. « C'est combien? il se contente de demander en déverrouillant la porte côté passager. »


Dernière édition par Solal Wellington le Mer 27 Juil - 22:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the first time (kilal)   Mar 19 Juil - 18:15

« C'est combien? il se contente de demander en déverrouillant la porte côté passager. » c'est tout ce qu'il sort alors que tu es là, penchée vers la fenêtre. tu le regardes droit dans les yeux, tu ne baisses pas ton regard, non, jamais, tu te contentes de l'observer quand tu entends la porte se déverrouiller. tu ne perds pas de temps, tu agrippes la poignet et tu ouvres la porte, simplement, avant de prendre place dans sa caisse. tu ne t'approches pas de trop, tu gardes tes distances même si tu n'as pas peur non, tu n'as plus peur depuis longtemps maintenant. tu poses simplement une de tes mains sur sa cuisse sans le perdre du regard. « ça dépend de ce que tu veux. » tu commences par dire alors, simplement, uniquement, sans pour autant détourner le regard. tu sens quelque chose d'étrange, tu sens que c'est un novice, qu'il n'a pas l'habitude, tu sens aussi qu'il est pas là par envie, c'est autre chose, oui, mais quelque chose que tu ne demanderas pas non, jamais, ce ne sont pas tes affaires et tu ne veux pas avoir de soucis non plus. sa vie privée, comme tu as la tienne, alors tu ne demandes pas et tu continues simplement dans ta lancée. « c'est 150€ pour coucher, 50€ la pipe, après ça dépend de ce que tu voudras que je fasse, de ce que tu attends de moi. » tu répètes, machinalement, comme tu en as trop l'habitude maintenant, ce n'est pas la première fois que tu tapines non, tu fais ça depuis un bon moment, depuis que tu as seize ans, tu en as maintenant dix-huit, t'es majeure oui, mais ta vie n'a en rien changé et tu sais pertinemment qu'elle ne changera jamais, tu finis par détourner le regard. « il y a un motel pas loin, si tu veux. » tu murmures, simplement, un simple souffle, parce que tu ne veux rien imposer, tu veux le laisser choisir, le laisser guider, toi, tu t'exécuteras simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the first time (kilal)   Jeu 21 Juil - 16:50

Il retient sa respiration quand elle pénètre dans l'habitacle de sa voiture, il inspire profondément et le regrette aussitôt. Il aime l'odeur de son parfum, il se demande soudain quel goût à sa peau, est-elle salée ou sucrée? Il se rend compte que ses pensées ne sont pas cohérentes avec ce qu'il désire vraiment : sa femme. Si, la soirée s'était passée normalement, alors il serait déjà entrain de lui faire l'amour à elle, parce que ça faisait bien trop longtemps qu'il n'en avait pas eu la chance, parce que c'était un besoin vital. Mais, tout ça avait prit un bien triste tournant, ce qui faisait que Solal se sentait obligé de la tromper, ça lui semblait nécessaire comme pour rétablir un juste milieu. Pour lui, reproduire le même acte que ça dulcinée lui permettrait de pardonner, il était pleinement conscient de l'absurdité de la chose, mais il ne pouvait pas s'empêcher de fonctionner comme cela. La rage et l’instinct le guidait. Il a l'impression qu'elle sait, qu'elle a comprit que c'était la première fois pour lui. Pourtant, elle ne demande rien, elle se contente de déblatérer son speech habituel d'une voix lasse, mais calme et posée. D'un coup, il culpabilise, peut-être n'a t-elle pas envie d'être là, dans cette bagnole, peut-être qu'on la force tous les jours à monter sur son morceau de trottoir et à se déhancher pour appâter la clientèle, il en a vu des reportages sur les catins qui pleuraient toutes les larmes de leur corps en rentrant chez elle, sur ces proxénètes qui faisaient du profit en abusant d'elle, il se demande s'il devrait pas s'arrêter, lui donnait quelques billets et lui demander de s'en aller, mais quelque chose l'empêche de franchir ce pas, de faire cette bonne action. Il en a envie maintenant, il la trouve belle avec ses cheveux qui lui tombent dans les yeux, il veut se montrer encore un petit peu égoïste. Il en a marre de la charité, du sacrifice, lui aussi veut ressentir le plaisir, l'adrénaline. Il conduit prudemment, les yeux rivés sur la route en direction d'un hôtel qu'il a déjà aperçu plusieurs fois en passant sur cette route. Puis, il se tourne vers la jeune femme pour répondre. « Et pour la nuit complète, c'est combien? »


Dernière édition par Solal Wellington le Mer 27 Juil - 22:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the first time (kilal)   Sam 23 Juil - 14:29

tu regardes le paysage de la nuit défilé, ce paysage qui se semble si calme, ce paysage qui semble si paisible. tu regardes les lampadaires, la lumière, tu regardes les bâtiments et les trottoirs en attendant simplement d'arriver au bon endroit. tu oses un regard vers lui, tu l'observes en douce alors qu'il semble bloqué sur la route. tu l'observes en silence. il est séduisant, il a du charme, il est ausis tendu, vraiment. « Et pour la nuit complète, c'est combien? » qu'il finit par dire, par couper court au silence en tournant son regard vers toi. tu hésites, quelques secondes, tu te demandes ce que tu peux répondre, tu sais combien c'est, tu sais ce que ton mac voudra, tu sais ce qu'il attendra d'une nuit complète. c'est minimum 400€ la nuit complète, tu le sais bien, mais ça n'arrive pas, tu ne le dis pas non. ça ne sort pas d'entre tes lèvres tu restes bloquées quelques seconde, ton esprit qui tourne en boucle. « 300€ » tu souffles uniquement, e premier. tu ne sais pas ce que tu fais, tu ne sais pas pourquoi tu baisses le prix si rapidement, si facilement, tu ne sais pas mais tu l'fais. c'est trop étrange. tu es étrange. « 300€, pour la nuit complète. » tu rajoutes, tu n'sais pas, peut être parce qu'il en a besoin, sûrement même. finalement, vous arrivez devant un hôtel et non un motel, il est plutôt correct, rien à voir avec les quelques lieux milieux que tu as pu voir. c'est vrai. tu descends quand il s'arrête, tu remets ta jupe en place, tu remets même ton haut en place histoire de paraître correct, de ne pas trop passer pour une pute, mais tu sais que c'est trop tard, pour ton apparence. alors tu le suis docilement, vers l'hôtel, tu t'exécutes, tu restes proches sans trop l'être, tu fais claquer tes talons. la nuit complète ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the first time (kilal)   Mer 27 Juil - 22:45

Il sent l'hésitation dans sa voix, elle est petite, mais elle est bien là. Il se risque à lui jeter un coup d’œil prêt à lui demander ce qui cloche, mais il se ravise au dernier moment conscient qu'il ne veut vraiment pas le savoir finalement. Et puis, il peut deviner que généralement ses clients ne lui demandent pas de passer la nuit complète avec elle, qu'ils se contentent d'une pipe ou d'une baise rapide dans la voiture. Sauf que Solal a besoin d'évacuer la frustration accumulée pendant ces six longs mois d'absence, il a besoin d'évacuer la colère qu'il ressent vis-à-vis du connard qui a osé se taper sa femme. Une, deux, ou même trois heures ne lui suffiront certainement pas. Ils arrivent à l'hôtel sans se dire un mot de plus, le brun descend de la voiture en premier dans le but de lui ouvrir la portière, mais quand il arrive à sa hauteur, la jeune femme est déjà dehors, il se souvient qu'il y a pas besoin d'être galant, juste de payer. Il ouvre la marche alors qu'elle le suit docilement à l'arrière, ses yeux vont de droite à gauche signe qu'elle ne connaît certainement pas l'endroit. A la réception, Solal ne sait pas comment présenter les choses, il se demande si on peut voir que la gamine derrière lui est une prostituée en lui jetant un regard, la réponse lui saute aux yeux : oui. Tout à coup, il se sent mal à l'aise, il est prêt à faire demi-tour, mais les images de la soirée le rappellent à l'ordre, l'oblige à continuer son petit manège. Froidement, il demande une chambre pour la nuit, une seule, même s'il ne sait pas encore s'il dormira avec elle. Le principe d'une catin, c'est de la baiser et de s'en aller, mais Solal ne se voit pas rentrer chez lui ou ramener la brune sur son trottoir. Ils prennent l'ascenseur, celui-ci est lent, l'atmosphère est tendue, il n'est ni enclin à la discussion, ni à la gentillesse, il veut obtenir ce pour quoi il est ici et noyer son chagrin dans l'alcool. La chambre n'est pas grande, elle est mitoyenne à une salle de bain moderne et bien agencée. C'est un endroit qui convient parfaitement à la situation, ça suffit pour ce qu'ils vont y faire. Le lit semble assez grand, les fenêtres assez petites, son réflexe c'est de fermer les rideaux. Bien que sa femme l'ait trompé, il ne tient pas à ce qu'elle apprenne ce que lui est en train de faire. Il se tourne vers la fille de joie encore plantée devant l'entrée. Face à face, ils s'observent jusqu'à ce que le garçon lui fasse signe de s'approcher de ses deux doigts. Il sait pas encore jusqu'où cette histoire le mènera, mais il est prêt à prendre le risque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the first time (kilal)   Jeu 28 Juil - 11:27

t'attends, sagement, docilement, un peu trop. tu attends, simplement. il demande une chambre, tu ne regardes personne. pas lui, dont tu ne connais rien. pas le type de l'hôtel, non, tu regardes un point fixe, dans un coin. t'as pas honte, non, plus maintenant, tu commences à t'habituer de ce genre de situation, mais tu n'es pas rassurée. vraiment pas. tu te demandes ce qu'il t'attend. tu essaies de comprendre ce qu'il t'attend surtout. un ascenseur, une ambiance à faire pâlir un mot. tu attends, encore. il est lent, il est étroit. tu doutes. simplement. il s'arrête, vous avancez, pas de regard, pas de mot, rien. vous avancez, un numéro de chambre, il déverrouille, tu le suis, uniquement, tu n'as rien d'autre à faire, de toute manière, alors tu entres après lui. tu observes la pièce, ça n'a rien à voir avec les motels, c'est plus .. spacieux, plus propre. ça sent bon, d'ailleurs, c'est ce que tu remarques en premier, c'est tout ce que tu remarques même. ça change. il ferme les rideaux, inconsciemment, peut-être, tu ne dis rien. tu le regardes, un léger moment. c'est tout ce que tu peux faire. tu devrais possiblement prendre les choses en main, peut-être parce qu'il est trop stressé, perdu, hésitant ? possible, mais tu attends encore, jusqu'à ce que d'un signe de main, il te demande de venir. tu t'exécutes, presque immédiatement, tu réduis la distance et tu t'approches de lui. tu plantes tes deux iris sur lui, tu affiches un léger sourire, qui se veut aguicheur, mais également rassurant. « qu'est-ce que tu veux, pour commencer. tu veux que je te serve un verre, tu sembles .. tendu. » tu dis, tu approches ta main, de son visage, tu la dévies, dans son cou, tu frôles sa peau, du bout des doigts, sagement, délicatement, sans le perdre du regard. « tu veux peut-être que j'enlève mes vêtements ? ou tu veux les enlever toi-même ? tu peux demander ce que tu veux. » tu le mets en confiance, t'essaies de le mettre en confiance en tout cas. c'est ça, tu t'offres, simplement, entièrement, totalement, tu t'offres pour qu'il prenne conscience. c'est à ça que tu sers, les mettre en confiance. « je m'appelle kiera. » tu finis par dire, peut-être qu'il a besoin d'un prénom. c'est le tien, le vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the first time (kilal)   Jeu 28 Juil - 15:06

Elle lui obéit sans poser de question, il l'observe toujours en silence ne sachant pas par quoi commencer, ne sachant pas où aller. Elle, elle le sait par contre. Elle lui sourit, mais ça ne lui fait aucun effet, il ne veut pas de faux-semblant. Il ne veut pas vraiment être là lui non plus, ils aimeraient tous les deux être ailleurs, mais quelque chose les a poussés ici, quelque chose qu'ils ne contrôlent pas. Ses doigts fins viennent caresser son cou, elle est douce, trop douce. Le coeur de Solal rate un battement alors qu'il tente vainement de garder le contrôle de lui-même. « Je m'appelle kiera. » Les mots qu'elle prononce bourdonnent à ses oreilles, il ferme les yeux, inspire profondément. « J'veux pas savoir ton nom. » Mais, c'est trop tard, le mal est fait. Maintenant, elle est gravée à jamais dans sa mémoire impossible de l'oublier. Il se rend bien compte qu'elle doit le prendre pour un salopard, mais il se rassure en se disant qu'elle a sûrement du voir pire. Il veut pas qu'elle retire ses vêtements alors il fait passer son tee-shirt au dessus de sa tête et le lance quelque part dans la pièce. Il s'approche d'un pas, le dernier qu'il peut faire, qui assurait une certaine distance. Il frôle sa peau sans le vouloir, il sent son souffle sur son torse, remarque à quel point, elle ne fait pas que semblait minuscule, elle l'est. Avec des gestes lents, il fait glisser ses mains le long de ses reins puis vient remonter son haut qui laissait déjà apercevoir un bout du paradis. Celui-ci rejoint le sien quelque part par terre. Il est plutôt content de voir qu'elle porte des sous-vêtements, il se demande si y'a que dans les films que les catins n'en portent jamais. Il admire sa peau nue, effleure le renflement juste au dessus de ses seins. Malgré sa douleur, il n'a plus envie d'être brutal, bestial et ça depuis qu'il sait qu'elle a un nom, qu'elle est quelqu'un, même si ce n'est probablement pas le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the first time (kilal)   Ven 29 Juil - 10:07

tu tentes, tu essaies de le mettre en confiance, tu essaies de l'apaiser, de lui montrer le marche à suivre. tu fais ce que tu peux pour ce nouveau client. « J'veux pas savoir ton nom. » qu'il dit en fermant les yeux. première erreur. tu mords ta lèvre. merde. t'as merdé. il voulait pas savoir. il voulait être ce type fantôme, ce type qui passe, qui paye, qui se soulage et qui ne revient jamais. tu as mal jugé, tu as mal fait, et tu t'en veux. il est froid, distant, sec, et toi, tu ne peux que comprendre. ça ne te blesse pas non, tu en as vu passer des pires, certains se montrant violent par les gestes plutôt que par les mots. tu finis par l'observer, tu veux t'excuser oui, mais les mots ne sortent pas. tu le vois, attraper son t-shirt, le relever, le passer par dessus sa tête avant de le jeter dans la pièce. tu le regardes, passionnée, absolument passionnée par les nombreux tatouages qui recouvrent sa peau. tu as l'impression de découvrir une sublime couverture, oui, la couverture d'un livre que tu as hâtes de feuilleter pour en apprendre le contenu; c'est magnifique. c'est sublime. il s'approche, tu retiens ton souffle. tu lèves la tête pour continuer de la regarder, tu la baisses de nouveau, pour observer sa peau tatouée. tu sens le premier contact, ses mains, imposantes, qui parcourent tes reins, qui remontent ton haut, habilement. tu ne bouges pas. tu le laisses faire. il finit par retirer ton haut. dentelles noires sur ton corps, il vient effleurer la naissance de tes sens, tu laisses doucement ta tête penchée, d'un côté, vers l'arrière. tu soupires. il est tendre. tu ne t'y attendais pas. non. vraiment pas. est-ce qu'il a peur de quoique ce soit ? tu as remarqué depuis le début, cette anneau, à son doigt, tu as remarqué, qu'il était marié. « fais c'que tu veux .. » tu souffles, sensuellement, pour lui faire comprendre, que t'es pas sa femme, que t'es une femme, que t'es à lui, pour la nuit complète et qu'il peut faire ce qu'il veut. toi, t'as envie de le toucher, oui, t'as envie de poser tes mains là, sur son tors,e bien bâti. athlétique, t'en es persuadé, il prend soin de lui. il a un charme fou, mais tu n'as pas l'droit de penser à ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the first time (kilal)   Ven 29 Juil - 15:45

Il aime qu'elle soit aussi réceptive, il sait pas si c'est de la comédie, mais tant qu'elle joue bien, il s'en contre-fou. Il caresse les courbes de sa poitrine, la naissance de sa clavicule, elle penche la tête, il la trouve magnifique. Il approche ses lèvres de sa bouche, son souffle effleure sa joue, de la voix, la plus douce qu'il puis prendre dans un moment pareil, il lui demande la permission. « Je peux t'embrasser, Kiera? » Ça lui faisait bizarre de prononcer son nom, un autre nom, depuis des années, il n'y en a qu'un qui franchit la porte de ses lippes quand le plaisir s'abat sur lui, mais pas ce soir, peut-être même plus jamais, il sait pas, il veut pas y réfléchir, y penser. « Fais c'que tu veux, elle murmure. » Solal gémit doucement, il adore le son de sa voix, il est content d'être tombée sur elle, elle n'est pas vulgaire, pas pressée, il se dit que lui aussi, il aurait pu trouver pire. Il prends le temps de la regarder avant de l'embrasser, les yeux clos, il dépose un baiser sur ses lèvres humides. C'est rapide, un baiser d'enfant. Les sourcils froncés, il se détache d'elle. Il fait tomber ses yeux sur ses mains tatoués, jette un œil à l'alliance qui orne son doigt, il la fait tourner, la retire, gêné qu'elle puisse penser qu'il trompe sa femme, alors qu'il l'aimait tant. Finalement, embrasser c'est trop intime, il préfère s'abstenir. Il soupire, remonte la bretelle du soutient gorge en dentelle noire qu'elle porte et qui était entrain de glisser sur son épaule nue. « Je crois qu'en fait, un verre me ferait du bien, il annonce. » Tout à coup, une pensée s'est immiscé dans son esprit. Il n'a fait l'amour qu'avec une seule femme dans sa vie, la même depuis plus de dix ans, est-il comme elle capable de tout ruiner par pur égoïsme? Il se fait sourire tout seul, la vraie question, c'est est-ce qu'il sera à la hauteur? Il pose sa bague sur la commode près du lit, puis s'approche de nouveau de la fille de joie, qui lui tend un verre plein.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the first time (kilal)   Ven 29 Juil - 16:04

« Je peux t'embrasser, Kiera? » c'est rare qu'ils te demandent la permission, oui, c'est rare qu'ils te demandent, les types. généralement, ils prennent, parce qu'ils payent, alors ils se contentent de prendre sans demander quoique ce soit. tu lui réponds simplement qu'il peut faire ce qu'il veut, ce qui en soit, est totalement vrai. il s'approche un peu plus après un temps de réflexion et finalement, ce sont ses lèvres que tu sens contre les tiennes. doux. tendre. étrange. soudain. spontané. vif, et si rapide, si éphémère. t'as pas l'habitude, de ce genre là. tu te surprends à apprécier. un peu trop. il se détache finalement, s'écarte, et tu le vois en train de retirer son alliance, tu ne bouges pas, tu attends, il n'a pas du aimer. non, évidemment que non, tu n'es pas sa femme, tu n'embrasses certainement pas comme elle, alors il doit être déçu. rien de plus. il revient vers toi, sa main qui se perd sur ton épaule, qui remet la bretelle en place, et ton coeur qui s'anime tandis qu'il te rhabille, en quelques sortes. « Je crois qu'en fait, un verre me ferait du bien, il annonce. » tu hoches la tête, et tu t'exécutes cette fois, tu t'enfuis vers ce mini-bar, pas loin, tu l'ouvres, et le froid qui en sort te fait un bien fou. il est étrange, il n'est pas comme les autres, il est différent, c'est indéniable mais le pire, c'est qu'il est perturbant, oui, il te perturbe. tu sers un verre, ça à l'odeur du whisky ? apparemment oui, tu lui apportes, docilement tandis qu'il pose son alliance là, sur la commode. « tiens » tu dis, il le prend, tu t'en ai pas servi, tu n'es pas très alcool, avec ton petit gabarit, tu ne tiens pas vraiment. puis, t'en as pas besoin. tes yeux se perdent sur son alliance, de nouveau. « si tu n'arrives, à me toucher, je peux comprendre. je peux te toucher, moi, si tu préfères. » tu dis, d'une voix douce, en croisant son regard, furtivement. tu ne sais pas sur quel pied danser avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the first time (kilal)   Ven 29 Juil - 16:43

Solal se sent incroyablement idiot d'avoir pensé que ce serait si simple, qu'il lui suffirait de vouloir pour pouvoir. La colère est retombée maintenant et il se retrouve comme un con devant une catin à moitié nue, un verre à la main. Il l'attrape, le boit d'un trait, le liquide lui brûle la gorge, il aurait préféré du rhum, mais c'est pas le moment de faire le difficile, il avale tout d'un coup, avec un peu de chance, ça fera vite effet, il hésite à lui en demander un autre, mais il veut pas passer pour un alcoolique non plus, alors il pose le verre près de la bague, il veut plus la voire celle-là, il ouvre l'un des tiroirs, la jette dedans, le claque. La colère revient, ça fait du bien, il avait peur qu'elle ait totalement disparue. « Si tu n'arrives, à me toucher, je peux comprendre. Je peux te toucher, moi, si tu préfères. » Elle est trop gentille, trop compréhensible, il lui semble qu'elle parle trop aussi, mais c'est sûrement son imagination, le stress, la gêne qui monte. L'atmosphère est tendue, trop tendue. Tout ce qu'il veut faire, c'est retirer ses fringues et la prendre sur le matelas, mais quelque chose l'en empêche. Sa conscience peut-être? Il se revoit encore gamin, paniqué à l'idée de rater sa première fois, il entend les paroles rassurantes de sa femme, il sent ses caresses, reçoit ses baisers, comme si c'était hier. Il en revient pas d'avoir encore de l'affection pour elle, après ce qu'elle lui a fait, mais ces choses-là, ont les comprends pas, jamais. Il ouvre les yeux, quand il se rend compte qu'ils étaient clos, il aborde une expression neutre, il arrive pas à sourire ce soir, même pour essayer de faire croire à la gamine que tout vas bien. « D'accord, touche-moi, il dit simplement. » De toute façon, il fera pas demi-tour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the first time (kilal)   Ven 29 Juil - 16:57

à ce point là, ce n'est plus tendu non, c'est carrément stressé, comme s'il regrettait, tu peux comprendre, après tout, t'en as déjà vu, vouloir, absolument vouloir, prêt à tout, sous la colère, pour finalement se rabattre, pour finalement changer d'avis et s'en aller. tu les as connu, tu peux le comprendre. une erreur de parcours, ou de jugement, ça arrive n'est-ce pas ? il boit son verre, d'une traite, le dépose sur la commode et finalement tu sursautes quand il claque le tiroir. tu ne t'y attendais pas. toi, tu le fixes, sagement, les yeux clos, tu ne sais plus quoi faire, il te faire perdre tes moyens alors que tu as l'habitude, après tout, tu es dans le milieu depuis plus de deux ans. t'en as vu des types passer ... mais des comme lui, non, vraiment pas. il finit par ouvrir les yeux, de nouveau, il te scrute. « D'accord, touche-moi » il concède, il accepte, tu hoches la tête, tu t'approches, tu prends le verre, tu vas le remplir de nouveau, et tu lui apportes, simplement. plus un mot, tu te contentes d'agir maintenant. tu t'approches ensuite de lui, tu viens déposer tes mains sur son torse sans croiser son regard. tu le frôles, du bout des doigts, tu te perds doucement, de ses épaules, à son ventre, tu passes comme ça. finalement, tu te hisses sur la pointe des pieds pour venir embrasser son épaule, délicatement, et descendre le long de son torse. il est grand, bien plus grand que toi, alors tu décides de l'asseoir. tu le pousses jusqu'au lit. il est dans l'obligation de s'asseoir. tu prends le relais, tu montes sur lui sans gêne, les jambes de chaque côté, tu poses ton fessier sur ses genoux, tu lui laisses le temps de comprendre ce qu'il se passe avant d'embrasser sa nuque de nouveau pendant que tes mains se perdent, sur ses épaules, sur son torse, ses bras, et descendent, petit à petit, vers cette zone sensible de son anatomie.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the first time (kilal)   Ven 29 Juil - 17:28

Ses mouvements sont lents, délicats, elle sait qu'il appréhende, elle l'accepte, elle juge pas. Surprit, il accepte le verre qu'elle lui tend à nouveau, celui-là, il le boit doucement, les yeux rivés sur elle. Quand, elle pose ses mains sur lui, il frissonne, il repose le verre avant de le faire tomber, il se laisse faire maintenant, plus de peur, plus de doute, juste de la détermination, de l'envie. Ses mains glissent le long de ses pectoraux, de son ventre, il voit dans son regard qu'elle avait envie de le toucher, il se demande si ça arrive souvent, elle lui embrasse les épaules, Solal adore ça, il se sent bien quand il a le contrôle, quand il est le plus grand, le plus fort, mais elle en décide autrement. Elle le pousse doucement et il se contente de reculer sans protester, ses tibias cognent le dessous du lit, ses fesses sont bientôt sur le matelas, les siennes sur ses genoux. Il voit qu'elle a l’habitude, que c'est son travail, elle s'y prends bien il a plus envie de s’arrêter ou de penser, il est prit dans le feu de l'action. Il ronronne presque quand ses doigts fins passent dans ses cheveux, lui massent le crâne. Il porte ses paumes à ses seins, lui rend ses caresses, ses baisers, mais seulement sur la peau cette fois, les lèvres peut-être une prochaine fois. Une prochaine fois..., ils ont pas encore commencés qu'il y pense déjà. Plénitude, solitude? Il sait pas. Il sait plus, ses mains s'aventurent vers le bas et il est perdu, ça fait longtemps, trop longtemps, il retient pas le gémissement qui s'échappe de sa gorge, de toute façon même s'il voulait, il pourrait pas. Il ouvre les yeux, ses iris sont rivés sur lui, il lui faut une seconde pour retrouver la parole, le fil des choses, alors qu'elle continue son manège plus bas. « T'arrêtes pas. » C'est tout ce qu'il peut dire, tout ce qu'il veut dire. T'arrête pas, jamais. C'est ce qui lui disait à elle, aussi, à sa femme, sa bien-aimée, mais c'est terminé maintenant autant l'oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the first time (kilal)   Ven 29 Juil - 18:50

tu montes sur lui, tu le touches, tout en douceur, et tu sens, tu vois, qu'il apprécie, les yeux clos, il te laisse faire, il te laisse diriger, il te laisse le débloquer en quelques sortes. tu dois juste trouver le moyen de lui donner envie, tu dois juste trouver le moyen de le persuader qu'il est libre de faire ce qu'il veut. autant partir que rester. autant s'emmêler ou se laisser faire. simplement. alors tu touches, tu caresses, lentement, sa peau, sa peau non tatouée, sa peau tatoué, tu restes subjuguée par cette peau. t'as l'impression qu'il est venu te raconter une histoire, son histoire, plus précisément, alors tu suis certaines lignes, de temps à autre, et tu continues, encore, plus bas, encore plus bas oui. il gémit, là, devant toi, et c'est ton corps qui se tord sous la puissance. ta respiration qui s'accélère tandis qu'il te touche également, ses mains sur ton buste, ses mains contre ta lingerie, ses mains, sur toi. il ouvre subitement les yeux, croisement de regards. tu attends, docilement, tout en descendant un peu plus tes mains, t'attends seulement son accord, un geste, quelque chose, qui t'indique de continuer, encore. « T'arrêtes pas. » qu'il souffle alors. un fin sourire qui se dessine sur tes lèvres alors que tu reprends, alors que tes gestes descendent. non, jamais, tu ne t'arrêteras pas, pas tant qu'il ne te de le demandera pas, et là, maintenant, tu n'as pas envie qu'il te demande, jamais. tu continues, tu t'écartes, légèrement, de manière à déboutonner son jean, consciencieusement. tu fais ça plutôt rapidement, finalement, et tu passes ta main, là, dedans, tu trouves son intimité, tu plaques ta main contre son caleçon, et tu presses, tu bouges, en douceur, pour sentir que ça lui fait du bien, pour sentir qu'il en veut encore, pour simplement sentir si c'est ça qu'il veut. t'as besoin de savoir. est-ce que tu dois te déshabiller ? est-ce que tu dois le déshabiller lui ? est-ce que tu dois tomber à genoux, là, devant lui, pour lui faire encore plus de bien ? tu n'sais pas, et tu n'es même pas sûr que lui non plus sache. alors, docilement, tu continues, parce que tu te souviens, il t'a dit que tu ne devais pas t'arrêter, alors tu ne t'arrêteras pas. tu descends lentement, tu te mets à genoux, devant lui, entre ses jambes, et tu viens descendre son pantalon, sans le perdre du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: the first time (kilal)   

Revenir en haut Aller en bas
 
the first time (kilal)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laughing Out Loud :: La vie en rose :: rps-
Sauter vers: