Partagez | 
 

 (joséphine) | un besoin de parler et pas de galipettes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 407 pseudo : toujours apy, mais au point où on en est, malo ça marche aussi. avatar + © : d. benjamin.



âge : vingt cinq piges.
statut civil : sentiments d'un jour mais il veut continuer à s'éclater. alors il ignore, et il continue de vivre avec cette idée qu'il va peut-être être père.
adresse : 0269 iraty avec la fratrie.
job/études : arnaqueur, arnacoeur, mais plus officiellement, une sorte de garde du corp pour les streap-teaseuses.
MessageSujet: (joséphine) | un besoin de parler et pas de galipettes.   Dim 12 Juin - 16:48

regarder le replay des matchs qui avaient eu lieu quand t'étais au boulot. t'étais pas trop foot, c'était pas tant ton truc que ça. mais regarder ce qu'il s'était passé, ça t'occupais. et tu pouvais limite pioncer, devant. là, t'étais étendu sur le canapé de l'appartement de la fratrie, un pied par terre, l'autre sur le canapé et jambe repliée, tête contre l'accoudoir en mousse et paquet de m&m's sur le bide en même temps que tu regardais un français foutre un but contre les roumains. tu devais avouer que le but était beau, mais à part ça, t'aimais pas le foot professionnel comme ça. le foot, t'y jouais quand t'étais gosse, pieds nus sur la plage avec tes potes, en maillot ou juste en pantalon. le foot, t'y jouais avec vénus quand vous vous emmerdiez, chez vous, vous vous faisiez des passes, parfois elle tirait plus fort, le ballon te dépassait, tu t'en foutais un peu, elle, ça lui faisais plaisir. aujourd'hui, c'est une routine de le regarder, mais tu t'y intéresse pas plus que ça, et que là t'es bien plus intéresse par ton m&m's vert cabossé et qui semblait siamois avec un autre, bleu. ton téléphone vibre sur la table à côté de toi, faisant trembler cette dernière et, te faisant sursauter par la même occasion, renversant le sachet jaune et faisant rouler les bonbons. heureusement que vous aviez pas d'animaux et que l'appartement était propre, hein. tu reprends ton souffle, surpris, et t'empares de ton téléphone pour regarder qui venait de t'envoyer un message : joséphine. joséphine qui te disait qu'elle passait chez toi, d'ici cinq minutes. qu'elle bossait pas aujourd'hui, et que donc son après-midi était libre. tu réagis pas tout de suite. puis tu te rend compte que cinq minutes c'est court, que tu t'es pas douché, que tu dois puer le chacal et que l'appartement est plein de m&m's et de tes fringues parce que t'avais rien rangé, et que t'étais clairement le plus bordélique des quatre, surtout quand ils te laissaient l'appartement en journée. alors tu prends un balais, tu t'en tape s'il est sale ou propre, plein de poussières et d’araignées et tu fous tous les petits bonbons au chocolat de couleur... sous le canapé. un gosse, putain, un gosse. tu passes par dessus le dossier de mousse, atterrit sur tes pieds, et cours pour prendre tous les fringues qui traînent. enfin, surtout les caleçons. tu les jette dans ton armoire, dans ta chambre, que tu fermes bien pour ne pas qu'on voit quoi que ce soit. tu te poses quelques instants, t'observes ta piaule : le lit est défait, tant pis, si joséphine est là pour ce que tu penses, vous le déferez bien vite. en soit, elle est pas dégueulasse. mais on dirait une chambre d'ado de quinze piges : des dvd et un pc portable sur le sol, des conneries un peu partout... m'enfin, c'était obligé que tu redeviennes un gosse, si tu revivais avec vénus et les deux aînés. comme au bon vieux temps. tu sors ton téléphone. elle arrive bientôt. très bientôt. tu fonces dans la salle de bain, te rincer, au moins, parce que ce matin en rentrant du boulot, t'étais trop crevé pour prendre ta douche, et tu t'étais endormi tout habillé en t'esclaffant simplement sur ton lit. une serviette, quelques fringues simples à enfiler et deux minutes top chrono. quand ça toque à la porte, tu viens juste d'enfiler ton t-shirt. ta braguette de pantalon est ouverte, tes cheveux encore mouillés, ton t-shirt mal mit... mais tu vas quand même ouvrir à la fliquette, parce que depuis le temps qu'elle est habituée avec toi, t'aurais très bien pu ne rien faire de tout ce que t'as fais. mais de toutes manières, si tu le faisais pas là, tu l'aurais jamais fait. et jupiter, mars, ou encore vénus, bah ils t'auraient égorgés s'ils avaient vu l'appart dans l'état dans lequel il était. « salut beauté, ça roule bien ? pas trop de malfrats ? » tu lances en lui ouvrant la porte, arborant ton plus beau sourire. joséphine, tu l'aimais pas. pas dans le sens amoureux du terme. vous aviez passés un deal tous les deux, elle s'occupait des affaires dans lesquelles tu trainais pour les enlever de ton casier, et toi, tu l'aidais à oublier ses journées de flic. ça faisait un petit moment que ça durait, maintenant. tu pourrais pas dire exactement, c'est pas comme si t'avais réellement la notion du temps. « ah, euh, ça te dérangerais de me rappeler que je dois pas oublier les m&m's sous le canapé, steup', quand tu partiras ? » tu demandes, une moue pensive sur le visage, pendant que tu la fait entrer. tu lui fait signe de prendre ses aises, de faire comme chez elle. elle connait, après tout. puis, en voyant sa mine déconcertée, tu lances. « ah, nan, t'inquiètes, c'est rien, j'comprendrais quand tu m'le diras. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 156 pseudo : lorelei sebasto cha avatar + © : margot robbie


âge : vingt six ans
statut civil : célibataire, son mc s'est tiré sans donner de nouvelles quand elle lui a annoncé qu'elle était enceinte.
adresse : à venir
job/études : lieutenant de police depuis cinq ans déjà
MessageSujet: Re: (joséphine) | un besoin de parler et pas de galipettes.   Sam 18 Juin - 0:02

un besoin de parler et pas de galipettes.
merphine

mon bras me faisait encore mal. c’était la blessure. ou du moins c’était ce que je me persuadais tous les jours. il n’étais pas question que j’arrêt quoi que ce soit à cause d’un soi-disant maladie qui était très rare en dessous de trente ans. oui je croyais toujours au mauvais diagnostic et j’envisageais même de prendre un second avis. mais un second avis impliquerait que je reconnaisse qu’il y avait un problème quand même, ce qui n’était pas le cas. le médecin m’avait appelée, mais j’avais jamais répondu, je refusais d’en entendre parler. mais cet enfant. assise à mon bureau dans le salon je posais une main sur mon ventre, j’en étais déjà à trois mois et un oeil averti pourrait le dire. j’essayais de dissimuler ça avec des trucs plus amples mais c’était pas toujours évident. que faire. en plus cet enfant je ne savais pas de qui il était … c’était con. mercure … ou vitali. vitali ou mercure … aucune idée. je pris dans mon sac à main mon téléphone et envoyais un message à mercure. je serais chez lui dans cinq minutes. j’avais besoin de me détendre, et pour ça mercure c’était le meilleur. je me levais me re-maquillais un peu après avoir passé une petite robe et je sortais de la maison. c’était tout con, c’était pas une histoire d’amour. c’était pas non plus qu’une histoire de fesses. c’était plus compliqué que ça. ou plus simple ça dépend des points de vue. c’était juste nous, on se prenait pas la tête, on vivait au jour le jour on prenait du bon temps, et surtout, on ne s’était rien promis. c’était le plus important.

en peu de temps je toquais à sa porte et il m’ouvrait.   « salut beauté, ça roule bien ? pas trop de malfrats ? » je souriais largement et hochais positivement de la tête bien qu’en fait ça ne soit pas la totale vérité. « salut toi. non ça coure pas les rues en ce moment » dis-je en faisant mine de bouder. « ah, euh, ça te dérangerais de me rappeler que je dois pas oublier les m&m's sous le canapé, steup', quand tu partiras ? » j’étais pour le moins surprise « ah, nan, t'inquiètes, c'est rien, j'comprendrais quand tu m'le diras. » je me mis à rire, c’était tout à fait lui quelque part ça. « j’essayerai d’y penser, d’accord.  »  dis-je en posant mon sac à terre avant de déposer mes mains sur son T-shirrt au niveau de l’encolure. « tu penses déjà à mon départ? » dis-je joueuse en arquant un sourcil amusée.
code kusumitagraph'

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 407 pseudo : toujours apy, mais au point où on en est, malo ça marche aussi. avatar + © : d. benjamin.



âge : vingt cinq piges.
statut civil : sentiments d'un jour mais il veut continuer à s'éclater. alors il ignore, et il continue de vivre avec cette idée qu'il va peut-être être père.
adresse : 0269 iraty avec la fratrie.
job/études : arnaqueur, arnacoeur, mais plus officiellement, une sorte de garde du corp pour les streap-teaseuses.
MessageSujet: Re: (joséphine) | un besoin de parler et pas de galipettes.   Sam 18 Juin - 0:37

elle était entrée, et c'est là que t'as pu remarqué la jolie robe qu'elle portait. simple, courte, mais qui allait bien à la blonde et a ses beaux yeux. faut dire que tu coucherais pas aussi souvent avec elle, si elle en valait pas le détour. joséphine elle était belle, elle était douce, elle était... attrayante. alors la voir faire une mine triste dans cette jolie robe, ça ne te donnait qu'une envie : lui enlever au plus vite. elle avait mit une robe pour qu'on puise facilement la déshabiller, non ? c'était ce que tu te disais toujours des femmes, en soirée. celles en pantalon, elles sont pas là pour finir au lit, ou alors il faut vraiment insister. celle en robe, par contre, c'est plus simple, c'est plus accessible. ça te permettais de faire un tri dans tes conquêtes, généralement. ça aidait pas mal, même si parfois t'avais quelques regrets. les filles faciles en soirée, c'était bien. au quotidien, ça devenait agaçant, c'est pour ça que celles-ci tu ne les voyais qu'une nuit. une simple nuit. joséphine devait être unique, parce que c'est celle que tu as vu le plus régulièrement depuis... depuis celle qui t'a amené à la métropole. elle te dit qu'elle y pensera. qu'elle essayera. alors si c'est essayer, c'est qu'elle a d'autres envies, pour l'instant. ses mains fines se posent sur ton t-shirt déjà mal placé. soit elle le faisait pour le remettre droit, soit pour te l'enlever. sous quoi tu regrettais d'avoir prit la peine d'en enfiler un. mais t'étais jamais sûr, surtout en ce moment, avec elle. « tu penses déjà à mon départ? » tu réponds à son sourire, mais le tiens se faire plus entendu, plus désireux. tu te rapproches d'elle, poses tes mains au bas de son dos vers les hanches avant de souffler. « t'as de la chance, l'appart' est tout à nous pendant quelques heures. alors à moins que tu le veuilles tu partiras pas avant ces quelques heures là. » t'avais aucune idée de si elle avait d'autres engagements. de si elle devait retourner voir son fiancé, ou copain, ou mari, tu savais pas trop en fait, comment l'appeler. t'avais jamais posé la question, elle venait pas pour que vous parliez de son copain qu'elle trompait, t'en sais rien, elle pouvait regretter au final la blonde, de faire ça. tu lèves la tête vers le plafond, fais mine de réfléchir avant de machinalement passer tes mains sur ses hanches et plutôt même sur son ventre. machinalement, en fait, pas tant que ça. ça faisait un moment que tu voyais qu'il se passait quelque chose avec son corps, un moment que tu te posais des questions. et là, cette après-midi, tu y avais pensé, très légèrement. et c'est comme si ton cerveau, cette partie qui contrôlait tes faits et gestes, avait décidée que tu irait vérifier par toi même ce qu'il se passait. tu sens un certain "bombage", enfin, c'est comme ça que tu l’appellerais. son ventre, autrement plat, était légèrement arrondit. juste assez pour que tu t'e rende compte en ayant les mains à la limite de ses hanches et de son ventre. tu regardes son ventre, ou plutôt, sa robe et tes mains, avant de redresser la tête vers celui de la blonde. sourcils froncés, sourire disparu. « dis moi que tu t'es lâchée sur le nutella. » tu t'arrêtes, avant de te corriger. « non, en fait, dis moi juste que tu viens de manger une excellente tartiflette que tu t'en es vraiment régalée et que tu t'es même resservie plusieurs fois. » si c'était ce que tu pensais, t'étais plus ou moins heureux. plus, parce que t'avais toujours voulu en avoir. moins, parce que de un, c'était pas sûr que ce soit le tien, de deux, vous n'étiez pas ensembles, t'as pas forcément envie d'être en couple avec elle, et que t'as pas envie que -si c'est le tien-  ses parents soient séparés et ne vivent même pas ensembles. le moins dominait en argument, mais actuellement, c'est le plus qui faisait boum dans ton coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 156 pseudo : lorelei sebasto cha avatar + © : margot robbie


âge : vingt six ans
statut civil : célibataire, son mc s'est tiré sans donner de nouvelles quand elle lui a annoncé qu'elle était enceinte.
adresse : à venir
job/études : lieutenant de police depuis cinq ans déjà
MessageSujet: Re: (joséphine) | un besoin de parler et pas de galipettes.   Sam 18 Juin - 0:59

un besoin de parler et pas de galipettes.
merphine

c’était calculé. même si à présent tout était plutôt rodé et ancré, c’était marrant aussi à quel point y’avait aucune envie d’avoir une relation, parce que ça ne nous intéressait pas. et puis aussi tout simplement parce que moi j’étais en couple. et à quel point ni lui ni moi n’étions dérangés par ça. c’était pas forcément habituel, ou peut être trop dans la population, on voit souvent des couples non-exclusifs, ou … des amants et maitresses. dans mon boulot j’en voyais souvent, les crimes passionnels, les violences ou disputes conjugales. pourtant ça se passait bien avec Vitali, mais j’avais l’impression qu’il y avait des choses que je ne pouvais pas lui dire. et pourtant ces choses je ne pouvais pas les dire non plus à Mercure. en fait nan, je ne saurais pas m’expliquer du tout pourquoi ou comment j’en suis venue à avoir un amant alors que je suis très heureuse en couple, que je l’aime, qu’il m’aime et que je n’ai pas à reprocher quoi que ce soit. c’est juste comme ça. au moins lui et moi étions clairs là dessus. mais sans ça, ça aurait pas duré longtemps je pense.

un grand sourire se dessinait sur mon visage quand je constatais qu’il avait du prendre une douche rapide. j’aurais du arriver à l’improviste et lui proposer une douche à deux dans ce cas là. je ne cherchais pas à comprendre pour les m&ms, c’était probablement un mystère qu’il ne pouvait que comprendre tout seul et je m’efforcerais de le li rappeler. qui sait, après tout c’était peut être une question de vie ou de mort! tranquillement je reprenais mes habitudes et postais mes mains sur son torse sans pour autant lui retirer le haut -pour l’instant du moins. « t'as de la chance, l'appart' est tout à nous pendant quelques heures. alors à moins que tu le veuilles tu partiras pas avant ces quelques heures là. » ses mains sur mes hanches me font frissonner mais m’arrachent un petit sourire équivoque. Oh non, j’avais pas l’intention de partir tout de suite et je ne manquais pas de le lui dire. « j’ai pas de plans prévus pour cet aprem. hormis être là, avec toi … » dis-je laissant faussement en suspens tout ce que ça impliquait bien entendu.

ses mains bougeaient un peu et je me collais un peu plus à lui alors que mes doigts fins serraient le tissu de son T-shirt incapable de me décider encore à le lui retirer. et puis ses mains passent sur mon ventre et je suis surprise. pas que ça soit inhabituel, mais ça fait écho à mes pensées plus tôt. au fait que je le cache. au fait que … « dis moi que tu t'es lâchée sur le nutella. » ses paroles me coupent dans mes pensées. il a les sourcils froncés et je soupire un peu. merde … forcément il fallait qu’il le remarque. « non, en fait, dis moi juste que tu viens de manger une excellente tartiflette que tu t'en es vraiment régalée et que tu t'es même resservie plusieurs fois. » je ne répondais pas. merde, je devais dire quelque chose peut être. putain fallait parler merde, Jo … je reculais un peu, m’éloignant de lui ce qui ne me ressemblait pas. mais mon visage était expressif, mon visage était trop expressif. je déglutis difficilement et baissais les yeux un peu honteuse. « ça fait trois mois … » lâchais-je du bout des lèvres. voilà, il savait.
code kusumitagraph'

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 407 pseudo : toujours apy, mais au point où on en est, malo ça marche aussi. avatar + © : d. benjamin.



âge : vingt cinq piges.
statut civil : sentiments d'un jour mais il veut continuer à s'éclater. alors il ignore, et il continue de vivre avec cette idée qu'il va peut-être être père.
adresse : 0269 iraty avec la fratrie.
job/études : arnaqueur, arnacoeur, mais plus officiellement, une sorte de garde du corp pour les streap-teaseuses.
MessageSujet: Re: (joséphine) | un besoin de parler et pas de galipettes.   Dim 19 Juin - 21:19

la belle blonde te dit qu'elle n'a rien prévu, et là, tu souris. parce que même si elle n'a rien dit d'explicite, tu sais ce que ça veut dire. et c'est mille fois plus intéressant que le foot, en sachant que tu connais déjà tous les résultats, grâce aux réseaux sociaux. mais quand tu réalises ce qu'il se passe, quand tu réalises que le ventre de joséphine s'est arrondit et que tu lui en fait part -d'une manière qui t'es plus ou moins propre : les allusions à la bouffe-, tu la sens tendue, surprise, prise au piège. toi, tes sourcils sont toujours froncés. toi, t'attends une réponse. toi, tu restes droit, le visage plus ou moins fermé, surpris. en vrai, tu flippes. t'as les boules de ce qu'elle va dire. si elle dit quelque chose, parce qu'elle s'éloigne de toi, elle fait quelques pas en arrière, et son expression... rien que son visage te montre que non, elle s'est pas lâchée sur la bouffe. et que c'que tu crains, bah ça arrive. elle baisse la tête, tu t'avances un peu, tu veux avoir une réponse. « ça fait trois mois … » tu te fige. trois mois. trois putains de mois. et t'avais pas remarqué ? puis vous deux... vous deux ça fait plus de trois mois. vous deux vous vous voyez régulièrement. dès que la tavennec en a envie, en fait. et que t'es dispo, accessoirement. toi à côté, elle t'empêche pas de voir d'autres nanas. vous avez rien ensembles. juste du sexe. alors elle, elle voit son copain, à côté. toi, tu vois d'autres meufs. ton coeur bat fort dans ta poitrine. ton coeur, tu l'entends raisonner dans ta tête. t'as envie de sourire, t'as envie d'être heureux, mais t'as aucune idée de s'il est de toi, s'il est de lui, si jo' va le garder, même si, si ça fait vraiment trois mois... le délais d'avortement est bloqué. tu te tiens au jus, toi, tu connais les choses concernant ça, la grossesse. ça t'as toujours intrigué, ça t'a toujours intéressé. quand t'étais avec la parisienne, t'attendais que ça. un gosse. pour te poser enfin. mais c'est jamais arrivé. pourtant, c'était pas limite si tu comptais pas les jours les plus adéquats pour concevoir. mais elle, c'était pas son trip. et aujourd'hui, t'as peur. parce que c'est pas ce que tu voulais, pour une gosse. parce que tu veux pas que ça rappelle ton enfance. même si, s'il se trouve que ce soit le tient... ce gosse, tu t'en occupera. tu s'ras présent. tu l'aimeras. tu seras pas absent, comme l'était ton père. mais ça, que ce soit le tien, t'en est pas sûr. et tu restes bloqué, depuis quelques minutes déjà maintenant. à réfléchir, à te poser des questions. à suer de surprise, d'anxiété. « il... tu... je ? » tu bégayes. elle doit pas avoir comprit ce que tu veux poser exactement comme question. alors tu reprends ton souffle, t'inspires profondément. « tu sais... de qui ? lui ? moi...? » t'espérais à la fois qu'il soit de lui. que ce gosse ait des parents qui s'aiment et en couple, avec une relation stable. mais d'un autre côté, maintenant, t'en avais envie. très envie. tu te mords les lèvres, tu scrutes le sol, et tu recules, tu vas t'appuyer contre le dossier du canapé. dans cet appart, c'est là que tu vas, il se passe quelque chose. tu sais pas pourquoi, mais c'est là. cet endroit exact. contre le dossier du canapé. là ou le lit de vénus, quand elle y est, pour lui parler. mais vénus, elle est pas là. là, y'a que joséphine, y'a que toi, et y'a que le canapé sous lequel y'a les m&m's. alors tu choisis le canapé.

_________________
absente du 9/07 au 13/08, merci de me taguer dans les sujets ou les rps où je dois répondre I love you
Code:
@"mercure ethet"



when you want something, take it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 156 pseudo : lorelei sebasto cha avatar + © : margot robbie


âge : vingt six ans
statut civil : célibataire, son mc s'est tiré sans donner de nouvelles quand elle lui a annoncé qu'elle était enceinte.
adresse : à venir
job/études : lieutenant de police depuis cinq ans déjà
MessageSujet: Re: (joséphine) | un besoin de parler et pas de galipettes.   Mar 21 Juin - 1:02

un besoin de parler et pas de galipettes.
merphine

oui j’étais bel et bien là pour une raison précise. pour la raison pour laquelle nous nous voyions, c’était pas bien compliqué. c’était justement parce qu’il n’y avait pas de complications que ça me plaisait autant d’ailleurs. au moins on n’avait pas d’attache, j’avais jamais attendu de compliments, de cadeaux et encore moins de « je t’aime » de sa part, alors oui lui et moi on s’était bien trouvés, il pouvait faire ce qu’il voulait et moi aussi. mais on se retrouvait occasionnellement pour des séances physiques agréables. je ne voulais pas prendre le temps de chercher pourquoi je voulais ça alors que j’étais en couple et heureuse de qui plus est. il y a des choses qui n’ont aucune explications et je voulais bien croire que celle ci était ainsi.

sauf que voila, les choses ne pouvaient pas rester simple bien longtemps pas vrai. oui j’étais enceinte. oui … ça faisait déjà trois mois et … il s’en rendait compte. j’avais plus la possibilité d’avorter. mais être enceinte dans ma condition était plus qu’inenvisageable. et ça, … ça il l’ignorait. et la joie qu’il avait sur le visage me faisait mal. parce que c’était pas possible. je m’étais embarquée dans une histoire compliquée … c’était pas possible, et j’étais déjà en déni de ma maladie, alors forcément, bizarrement, le médecin m’avait dit que c’était pour ça qu’on ne voyait pas plus que ça que j’étais enceinte. mais son regard. « il... tu... je ? » son bégaiement. comment lui voler ça. comment lui dire que l’embryon n’est peut être pas viable. « tu sais... de qui ? lui ? moi...? » je hoche négativement la tête. j’arrive pas à me réjouir d’être enceinte, et ça se voit. mon visage est très expressif, ou en l’occurence, inexpressif. je pose une main sur mon ventre. je ne suis pas sûre de vouloir savoir qui est le père justement. « non. je sais pas, je sais pas … » je m’approche de lui de nouveau et vais m’asseoir sur le canapé. « je sais pas quoi faire Mercure » je prend ma tête dans mes mains, je ne sais pas où ça va me mener, je savais que j’étais bien avec Vitali, mais j’étais bien aussi avec Mercure, dans cette absence de relation, cette liberté. « je sais même pas si je dois me réjouir ou pas. »
code kusumitagraph'

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 407 pseudo : toujours apy, mais au point où on en est, malo ça marche aussi. avatar + © : d. benjamin.



âge : vingt cinq piges.
statut civil : sentiments d'un jour mais il veut continuer à s'éclater. alors il ignore, et il continue de vivre avec cette idée qu'il va peut-être être père.
adresse : 0269 iraty avec la fratrie.
job/études : arnaqueur, arnacoeur, mais plus officiellement, une sorte de garde du corp pour les streap-teaseuses.
MessageSujet: Re: (joséphine) | un besoin de parler et pas de galipettes.   Jeu 23 Juin - 1:33

tu remarquais pas directement la peine sur le visage de jo'. tu voyais pas qu'elle se réjouissait pas autant que toi t'étais aux anges, même si, encore une fois, t'étais pas sûre du tout d'être le père. tu la regardais même pas, à vrai dire. t'imaginais juste un gosse, dans quelques mois, un gosse qui serait dans tes bras, un gosse qui rierait, et c'est tout ce que tu voyais. puis tu te demandais comment t'allais le dire à vénus, ça aussi. et à tes frères. parce que s'il s'avérait que c'était le tient... bah faudrait qu'ils soient au courant. t'entendais déjà les moqueries de vénus concernant cette situation, mais pour l'instant, la situation, tu l'oubliais. tu te dis que tu seras un modèle exemplaire, que tu feras pas de vague, que rien t'atteindra, que tu te trouvera un boulot stable, un boulot qui tient la route. mais au final, au moment venu, au moment de savoir s'il sera de toi ou s'il le sera jamais, tu sais pas si tu feras pas plutôt marche arrière. et là, tu commençais à te demander si joséphine te laissera le voir. si c'est le tien, si elle ne t'éloignera pas plutôt de lui. elle connait ton passé, elle voit ton casier dès que tu vas au poste, elle sait où t'en est, et elle voudra peut-être pas ça pour son enfant. sûrement qu'elle voudra qu'il ait un père qui l'élèvera et qui le verra tous les jours, un père qui n'aurait aucun passif. et tu te posais bien trop de question, et t'appréhendais beaucoup trop. alors que t'étais sûr de rien. et joséphine non plus, parce que joséphine elle te dit qu'elle sait pas. qu'elle en a aucune idée. et elle le répète. et c'est là que tu vois qu'elle a perdue ses moyens, un peu. c'est là que tu vois qu'elle est pas si heureuse que ça. et elle te le confirme, en allant s'asseoir sur le canapé, en prenant sa tête entre ses mains fines, l'air désespérée. « je sais pas quoi faire Mercure » tu tombes des nues. pour le coup, c'était pas à toi qu'il fallait demander quoi faire. parce que t'étais pas vraiment de très bon conseil. même carrément pas. puis, tu serais pas objectif. et tu voyais que la situation dans laquelle vous étiez -enfin, tu présume-, elle mettait mal joséphine. alors tu vas la rejoindre, tu plaque une main sur son dos, et doucement, tu la passe dessus. t'essayes de rassurer joséphine, m'enfin, sans ouvrir la bouche. parce que tu serais capable de dire une connerie, et c'est pas trop le moment. « je sais même pas si je dois me réjouir ou pas. » tu te mord la langue, fais craquer les doigts de ta main libre. pourquoi ça, elle sait pas si elle doit être contente ou non ? elle va être maman. que ce soit de son copain/fiancé/mari ou de toi, ça changeait rien. certes, y'aurais le physique qui se verra, le bébé serait un peu plus allé, s'il était de toi, mais il se pouvait aussi très bien que l'enfant soit de son copain. et là, elle avait aucune question à se poser. « pourquoi tu sais pas si tu dois être heureuse ou pas ? t'as juste à laisser passer le temps, à attendre qu'il naisse, à voir, et puis, tant pis le père qu'il aurait, on s'en tape, le gosse il aura sa mère et il aura au moins un des deux, si c'est pas pour dire deux pères. te prends pas la tête, le bébé sera en bonne santé, le bébé grandira bien, le bébé vivra bien. »

_________________
absente du 9/07 au 13/08, merci de me taguer dans les sujets ou les rps où je dois répondre I love you
Code:
@"mercure ethet"



when you want something, take it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 156 pseudo : lorelei sebasto cha avatar + © : margot robbie


âge : vingt six ans
statut civil : célibataire, son mc s'est tiré sans donner de nouvelles quand elle lui a annoncé qu'elle était enceinte.
adresse : à venir
job/études : lieutenant de police depuis cinq ans déjà
MessageSujet: Re: (joséphine) | un besoin de parler et pas de galipettes.   Mer 29 Juin - 0:58

un besoin de parler et pas de galipettes.
merphine

j’y arrivais pas. me dire que j’étais enceinte c’était un chose que je n’arrivais pas encore à assimiler. mais pourtant j’avais pas le choix. surtout que ça commençait à se voir. bon bien sûr Mercure avait vu ça mais, il avait l’habitude de me voir plutôt dévêtue, m’enfin quand même. trois mois déjà, c’était trop tard pour arrêter la grossesse. et puis comment arrêter maintenant que je le voyais se réjouir. parfois c’était une « malédiction » de n’avoir pas à jouer de rôle avec Mercure; parce que là j’aurais bien eu besoin d’un masque derrière lequel me réfugier un peu. mais la, je m’en voulais de ne pas me réjouir, peut être que je devrais. peut-être que, somme toute, c’était une bonne nouvelle. j’étais enceinte; mais si c’était ne chose que je finissais par accepter il y avait toujours la question du père. je n’étais as du tout sûre de vouloir savoir qui avait la paternité du petit être qui était en train de se développer sous mon nombril. parce qu’il y en aurait un des deux qui serait déçu. et puis qu’il faudrait expliquer à Vitaly pourquoi un test de paternité. et ça je ne voulais pas. c’était con je l’aimais. mais j’avais aussi besoin de ce que Mercure m’offrait sans aucune contrepartie. soucieuse je fronçais les sourcils, et m’asseyais à ses côtés sur le canapé et tendis la main vers un bonbons pour l’engloutir d’un trait. le chocolat a des vertus déstressantes pas vrai. espérons que ça marche. quand je confiais mes doutes à Mercure j’étais surprise de son discours. « pourquoi tu sais pas si tu dois être heureuse ou pas ? t'as juste à laisser passer le temps, à attendre qu'il naisse, à voir, et puis, tant pis le père qu'il aurait, on s'en tape, le gosse il aura sa mère et il aura au moins un des deux, si c'est pas pour dire deux pères. te prends pas la tête, le bébé sera en bonne santé, le bébé grandira bien, le bébé vivra bien. » il vivra bien. c’était bien la le souci. mais j’allais pas révéler l’autre secret aujourd’hui. celui qui expliquait complètement pourquoi j’étais pas à la fête. oui j’allais pas lui retirer son bonheur en lui disant que … son enfant -disons à une chance sur deux son enfant- pourrait avoir cette maladie génétique, peut être même que la grossesse n’irait pas à terme. il ne fallait pas. je me relevais un peu et plantais mes yeux dans les siens. « tu as raison. » dis-je en me mordant la lèvre. « je devrais me réjouir. je crois que … je vois trop de choses … je crois que j’ai peur de mettre un enfant au monde dans cet ambiance pourrie … » lâchais-je. c’était pas l’entière vérité, mais c’était tout de même vrai. je sentis alors une douleur dans l’épaule que je réprimais et cachant ma main sous moi en me tournant pour enfouir le bras dans le canapé. la pression ça aidait parfois la douleur. « je vais être maman … » dis-je doucement. j’essayais de me réjouir. peut être qu’il avait raison. dans ses yeux je lisais de l’espoir. et je décidais de m’accrocher à cet espoir.
code kusumitagraph'

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 407 pseudo : toujours apy, mais au point où on en est, malo ça marche aussi. avatar + © : d. benjamin.



âge : vingt cinq piges.
statut civil : sentiments d'un jour mais il veut continuer à s'éclater. alors il ignore, et il continue de vivre avec cette idée qu'il va peut-être être père.
adresse : 0269 iraty avec la fratrie.
job/études : arnaqueur, arnacoeur, mais plus officiellement, une sorte de garde du corp pour les streap-teaseuses.
MessageSujet: Re: (joséphine) | un besoin de parler et pas de galipettes.   Lun 4 Juil - 23:31

t'avais l'impression qu'il y avait autre chose, avec joséphine. qu'elle te cachait quelque chose. mais t'avait pas d'idée de quoi, et t'avais déjà l'impression de lui avoir arraché les mots de la bouche, pour sa future maternité, alors t'allais pas encore la forcer à t'avouer quelque chose dont elle n'avait peut-être pas à penser, aujourd'hui. aujourd'hui, t'étais certain qu'elle devait se réjouir, qu'elle devait être heureuse. oui, après tout, elle va être maman. c'est peut-être prématuré, pour elle, elle est jeune, mais elle a une situation stable. relation moins stable, cependant, mais ça peut l'être. sans toi. parce que t'avais beau apprécier joséphine, tu l'aimes pas comme t'as déjà pu aimer. tu l'aimes comme une amie, et d'ailleurs c'est ce que c'est, une amie, avec qui tu partages un lit, occasionnellement. alors tu lui sors ton discours. et tu penses réellement tes paroles. et tu penses réellement que l'enfant sera bien, qui que soit son père. mais tu penses pas que ce genre de discours, de ta part, peut surprendre des personnes. parce qu'on te connait pas comme ce gars, qui aime les gosses, qui sait réfléchir et qui prend pas que des décisions portées sur le sexe. « tu as raison. je devrais me réjouir. je crois que … je vois trop de choses … je crois que j’ai peur de mettre un enfant au monde dans cet ambiance pourrie … » t’acquiesce, désolé. ouais, tu comprends. toi aussi, ça te ferait peur. mais tout est possible. et c'est son premier enfant, c'est normal. et si elle a peur maintenant, elle en sera que plus heureuse, quand il sera dans ses bras. elle souffle la vérité, qu'elle va être maman. elle essaye d'être heureuse, sans doutes, de montrer qu'il n'y a rien qui la gêne. mais tu vois qu'elle met son bras sous elle, entre elle et le canapé. et tu fronces les sourcils. « t'as mal au ventre ? t'as des contractions ? qu'est-ce qu'il se passe ?» tu t'inquiètes, c'est normal. tu te dis qu'une femme enceinte peut avoir mal, à tout moment. parfois ça va bien, parfois non. et là tu t'inquiètes. « tu veux boire quelque chose ? manger un truc ? y'a tout, si tu veux. »

_________________
absente du 9/07 au 13/08, merci de me taguer dans les sujets ou les rps où je dois répondre I love you
Code:
@"mercure ethet"



when you want something, take it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 156 pseudo : lorelei sebasto cha avatar + © : margot robbie


âge : vingt six ans
statut civil : célibataire, son mc s'est tiré sans donner de nouvelles quand elle lui a annoncé qu'elle était enceinte.
adresse : à venir
job/études : lieutenant de police depuis cinq ans déjà
MessageSujet: Re: (joséphine) | un besoin de parler et pas de galipettes.   Mer 20 Juil - 0:35

un besoin de parler et pas de galipettes.
merphine

il était agréable et j’adorais passer du temps avec lui seulement il comprenait tout, il voyait tout comme s’il était à l’affut du moindre petit détail. et pourtant je savais bien que non, c’était seulement ma paranoïa qui s’emballait. c’était très con, mais ouais, j’étais paranoïaque sur le coup franchement. j’avais l’impression que ça se savait, qu’on voyait que j’étais enceinte. tu me diras … trois mois c’était probablement plutôt normal que ça commence à se voir. mais la maladie, c’était ça le pire. je ne savais pas comment le vivre, comment le supporter, c’était définitivement trop pour moi et j’avais besoin d’évasion, j’avais besoin de me changer les idées. c’était en train de me ronger de l’intérieur ce truc de merde, et je ne voulais pas donner à cette connerie plus de pouvoir qu’elle n’en avait réellement. alors ouais je me reprenais, oui être mère, dans d’autres circonstances pourrait être génial, et même si je ne suis pas sûre d’être une bonne mère on dit que ça vient quand on a l’enfant dans les bras, non? alors pourquoi pas moi? je souriais et me pris quelques instants à imaginer une vie avec un bébé. c’était pas un couple, c’était encore moins une histoire qu’on avait avec Mercure, seulement du plaisir charnel entre deux adultes consentants. mais si j’aurais pu penser qu’un bébé le refroidirait, il était clair que non. et ce même alors qu’il savait très bien qu’il avait une chance sur deux d’être le père de l’enfant à venir. alors si lui pouvais être content et optimiste, pourquoi pas moi! je tentais alors de me calmer, et de me laisser aller à la joie de la maternité. assise sur le canapé je lui expliquais tout de même une infime partie des raisons qui me poussaient à ne pas sauter de joie à cause de la grossesse. sauf que mon bras me faisait mal et … que je voulais pas supporter ça maintenant. pas comme ça. il ne devait pas savoir. « t'as mal au ventre ? t'as des contractions ? qu'est-ce qu'il se passe ?» je souris. « c’est mon épaule » dis-je. il savait pour la balle qui m’avait touché l’épaule. c’était la bonne excuse. « c’est rien ça va passer. » dis-je en souriant « tu veux boire quelque chose ? manger un truc ? y'a tout, si tu veux. » mais il était sur sa lancée. « am oins que tu prennes toi aussi quelque chose moi ça va très bien t’en fais pas. je veux pas t’embêter Mercure. » dis-je en souriant. il était terriblement mignon à s’inquiéter comme ça.
code kusumitagraph'

@mercure ethet désolée pour mon temps de réponse :(

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
staff ◊ cute little pearl

messages : 407 pseudo : toujours apy, mais au point où on en est, malo ça marche aussi. avatar + © : d. benjamin.



âge : vingt cinq piges.
statut civil : sentiments d'un jour mais il veut continuer à s'éclater. alors il ignore, et il continue de vivre avec cette idée qu'il va peut-être être père.
adresse : 0269 iraty avec la fratrie.
job/études : arnaqueur, arnacoeur, mais plus officiellement, une sorte de garde du corp pour les streap-teaseuses.
MessageSujet: Re: (joséphine) | un besoin de parler et pas de galipettes.   Ven 19 Aoû - 12:30

ça te tombait dessus comme ça. sur toi ou sur son copain. mais o va dire sur toi, pour généraliser, et pas avoir à préciser à chaque fois. c'était presque un coup dur, mais au final, tu sais que ça te fera du bien, tu sais que cette arrivée ça va tout changer pour toi, ça va te permettre de te rendre compte de ce qu'il se passe, de ce qu'il peut se passer, et peut-être, oui, peut-être que tu vas changer. peut-être que tu vas arrêter ces jeux d'argent, de manquer d'aller en prison à chaque fois que tu fais la moindre erreur. d'être comme si t'avais encore dix-neuf piges. tu vois qu'elle a mal quelque part, et tu commences à t'inquiéter. parce que tu veux ce qu'il y a de mieux pour elle, pour jo. tu veux que sa grossesse se passe bien. que l'enfant soit de toi ou non. elle te dit que c'est son épaule, et t'acquiesce, compréhensif. on lui avait tiré une balle dans l'épaule, la douleur, c'était normal. elle te dit que ça ira, et tu ne peux que la croire. au final, elle sait mieux ce qu'il se passe dans son corps que toi. « a moins que tu prennes toi aussi quelque chose moi ça va très bien t’en fais pas. je veux pas t’embêter Mercure. » tu l'entends dire. et à peine a-t-elle finit que tu te lève pour rejoindre la cuisine. deux verres. de l'eau. rien que de l'eau. elle est enceinte, après tout. l'alcool, c'est pas bon pour le bébé. et toi aussi tu prends de l'eau. parce que t'as actuellement la gorge très sèche, parce que t'as envie d'avoir les idées claires pour y réfléchir, quand elle partira. parce que c'est pas le moment de te bourrer la gueule, surtout si ce soir tu vas bosser. alors quand tu reviens vers elle, tu lui tend le verre d'eau. « tu m'embêtes pas. » t'arrives à dire, simplement.

_________________
absente du 9/07 au 13/08, merci de me taguer dans les sujets ou les rps où je dois répondre I love you
Code:
@"mercure ethet"



when you want something, take it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 156 pseudo : lorelei sebasto cha avatar + © : margot robbie


âge : vingt six ans
statut civil : célibataire, son mc s'est tiré sans donner de nouvelles quand elle lui a annoncé qu'elle était enceinte.
adresse : à venir
job/études : lieutenant de police depuis cinq ans déjà
MessageSujet: Re: (joséphine) | un besoin de parler et pas de galipettes.   Mar 23 Aoû - 19:34

un besoin de parler et pas de galipettes.
merphine

c’était un moment pas évident, mais c’était quand même étrange, parce que je ne m’étais pas du tout figuré ça comme ça. je n’aurais pas imaginé qu’il prendrait ça aussi bien. non en étant honnête je ne m’attendais pas du tout à ce qu’il le prenne bien du tout en fait. c’était plutôt compréhensible non, il était l’amant, il n’avait rien demandé du tout. et moi même, je n’attendais rien de lui. je ne lui avais jamais demandé de me faire la cour, m’emmener au restau ou au cinéma. non, il m’emmenait au septième ciel c’était tout ce dont j’avais besoin, alors oui j’avais eu peur qu’il ne pense que je veuille lui incomber un responsabilité dont il ne voulait pas. mais non c’était pas le cas, j’étais aussi surprise d’être enceinte que de sa réaction. il semblait heureux quand moi je n’y arrivais pas. il était plein d’espoir. il faut dire qu’il n’avait pas non plus toutes le données … non? mais quelque part ça me donnait un peu plus de foi à continuer d’avancer. je devrait probablement en parler à Vitaly. il y avait 50 pour-cent de chance qu’il soit le père de cet enfant lui aussi. nous n’avions jamais parlé famille, mais je l’imaginais très bien père lui aussi. il fallait de toutes manières. maladie ou pas, je ne me voyais pas tuer un enfant qui n’a rien demandé. il n’est pas le fruit d’un viol d’une agression … non il est le fruit d’une relation consentie entre deux adultes responsables.

je ne voulais pas l’inquiéter. il semblait sur un petit nuage là … et lui parler de la maladie ça serait comme si je dissipait ce nuage pour le faire tomber plus durement sur terre. non il avait le droit à son moment de bonheur à s’imaginer papa. alors la douleur. je la mettais sur le compte de la balle que je m’étais pris il y a peu et dont il avait connaissance. mais il était inquiet. tout de suite. il était tellement mignon comme ça. « tu m'embêtes pas. » je souris doucement et hoche la tête pour le remercier pour le verre d’eau. « merci Mercure … » soufflais-je doucement avant de prendre une petite gorgée et me caler contre lui. pour aujourd’hui je resterai calmement posée.
code kusumitagraph'

@mercure ethet je te mp le lien de la suite dès que c'est posté!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ◊ cute little nemo

messages : 156 pseudo : lorelei sebasto cha avatar + © : margot robbie


âge : vingt six ans
statut civil : célibataire, son mc s'est tiré sans donner de nouvelles quand elle lui a annoncé qu'elle était enceinte.
adresse : à venir
job/études : lieutenant de police depuis cinq ans déjà
MessageSujet: Re: (joséphine) | un besoin de parler et pas de galipettes.   Mar 23 Aoû - 21:12

Sujet fini. Suite par ici

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (joséphine) | un besoin de parler et pas de galipettes.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(joséphine) | un besoin de parler et pas de galipettes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laughing Out Loud :: La vie en rose :: rps-
Sauter vers: